Archives du mot-clé migrations

Un petit livret de propagande pro-migrants à destination des enfants

C’est édité par l’association « Solidarité laïque » (et je me demande sincèrement ce que la laïcité vient faire dans l’histoire), la FCPE et le Syndicat national unitaire des instituteurs, professeurs des écoles et professeurs d’enseignement général de collège (fermez le ban !) Et quand l’édito commence en écriture inclusive, on voit qu’on va avoir à faire à du lourd, du très lourd ! 32 pages de lavage de cerveau pour faire aimer les migrants aux enfants.

Cliquer pour accéder à Livret-Migrants-A5.pdf

L’écriture inclusive est ici utilisée de manière idéologique pour créer une fausse égalité mathématique (LYSSENKO, nous voilà !) ; et surtout chasser de nos têtes l’idée que les migrants sont principalement de jeunes mâles. Expérience que l’on pourrait se faire en regardant les photos des bateaux venant d’Afrique, ou les reportages télé sur les camps de migrants et autres structures d’accueil. On ne sait donc pas combien il y a de femmes et de filles, mais on sait qu’il y en a. C’est un peu court…

Tout n’est cependant pas à jeter dans ce livret, car pour une fois, les différentes définitions sont plutôt correctes. Et que ça explique bien que le choix de migrer des parents ne rend pas responsables les enfants, et que tous doivent considérer qu’ils ont les mêmes droits. Mais c’est rapidement chiant parce que c’est politique, c’est bienpensant, c’est gauchisant, c’est de parti pris, et ça bourre les crânes des jeunes qui n’ont pas un grand regard critique.


Trois reproches à l’édito, qui préfigurent de la mentalité globale du livret

Première observation : toutes les migrations sont mises à égalité. C’est à dire que le mec qui s’exile pour fuir son pays en guerre et parce que sa famille a été exterminée, est considéré de la même manière que celui qui quitte son pays parce que l’herbe est plus verte ailleurs.

Deuxième observation : il ne faut pas avoir de regard critique sur la migration, l’accepter et fermer sa gueule. Pas de droit à la méfiance (pas de libertés pour les ennemis de la liberté). Les personnes immigrées ont trop souffert d’avoir risqué leur vie et d’arriver dans un pays qui possède une langue et une culture différentes (ce dont nous devons nous excuser).

Troisième observation : Tous les migrants sont gentils, et n’ont qu’un seul rêve : apprendre le français et continuer leurs études. Certains voudraient même retourner dans leur pays après, donc ils ne viennent pas pour nous envahir comme l’écrivent les vilains fachos néo-nazis.


Sur les exemples de manipulation des enfants dans le livret


I. La technique du hors-sujet

La réponse reste dans le thème de la question, ce qui donne l’impression qu’elle en dit quelque chose. Mais à bien la relire, on s’aperçoit qu’elle est complètement hors-sujet.

Elle est sinon noyée dans l’émotion, ou mélangée à des éléments de bon sens, avec lesquels tout le monde va être d’accord, dans le but de rendre vrai l’intégralité du propos.

Respecter la Loi n’empêche pas le phénomène d’invasion migratoire.

Soigner les enfants malades n’empêche pas que leurs parents puissent être venus pour profiter de ce système.


II. La caricature

Je soumets en question une idée tellement absurde qu’elle s’annule elle-même.

Et je profite de la réponse pour faire passer un autre message.

Forcément que si je parle de 100 % pour une population de plusieurs millions de personnes, on va bien me trouver une personne qui sort du lot !

Et parce que 100 % des migrants ne vont pas en Europe, alors l’Européen que je suis ne doit pas se plaindre !


III. La décrédibilisation de ceux qui ne pensent pas comme moi

Les gens qui pensent qu’il y a une invasion migratoire ou une crise des migrants sont des gens qui pensent que les migrants ne sont pas des êtres humains et n’ont pas de droit. L’opportunité des migrants n’est pas qu’ils partent de chez eux, mais que je ne puisse pas ou ne veuille pas les accueillir chez moi.

Et puis les migrants sont courageux du fait de ce qu’ils vivent, alors que moi qui n’ait pas migré, je suis un gros lâche !


IV. Le révisionnisme scientifique et historique

La page 6 nous raconte que nous sommes tous migrants et que la migration est naturelle. Je bats donc ma coulpe de m’être sédentarisé et de m’opposer au sens de l’Histoire. Il est de toute façon bien connu que les Gaulois se sont installés sur une terre vierge de toute vie humaine… Puis qu’ils se sont tous ensuite mélangés, de manière à éradiquer toute « souche ».

Et je réécris encore l’Histoire. On appréciera la précision des « nombreuses personnes ».

En toute subjectivité, je sélectionne uniquement les données qui m’intéressent pour servir mon propos.


V. Je me contredis, mais ce n’est pas grave parce que c’est la « double-vérité »

Le texte suivant est en contradiction avec la précédente carte, qui veut nous montrer que l’immigration se fait d’abord dans le pays voisin du sien, sur laquelle l’Afrique ne présente pas de pays accueillant des réfugiés (bien qu’elle mette la Somalie en pays de départ).

Le texte d’après, sur le refus des tests osseux, vient contredire la fameuse idée de volonté d’intégration des migrants. Ils ne veulent pas passer d’examens médicaux, ce qui nuit à leur intégrité physique…

Les témoignages, qui jouent sur l’émotion, nous montrent encore que la grand-mère de Fatoumata, qui n’a pourtant que le désir de s’intégrer, chante dans une langue qui n’est pas le français… (J’observe à ce propos le témoignage d’Abdoulaye n’est pas très laïc.)


VI. J’élude les questions difficiles en laissant croire que j’y réponds

Je vous dis que la traite des êtres humains est horrible, mais je laisse un autre vous expliquer où elle est pratiquée et par qui, parce que c’est politiquement incorrect.

Je parle des droits, mais rarement des devoirs. Je ne dis jamais qu’il faut financer l’accueil, ni qui le finance… Mais salaud d’État qui ne fait pas assez ; et la population, qui ne fait que se répandre en clichés haineux…


VII. J’en fais des tonnes sur l’affect et l’émotion (et identifies-toi au migrant)

La diversité est une richesse, mais je ne vous dis pas laquelle. Et tant pis si cela ne se vérifie pas.

J’insiste sur le fait que les migrants ont vécu des choses difficiles. Et alors ? Et après ?


À l’issue de cet article, on devrait naturellement se dire que je suis un vilain facho et me vouer aux gémonies. Tout ce que je demande est qu’il y ait des réflexions et des débats publics sur la question de l’accueil des immigrés. Et qu’on cesse de nous vendre de la moraline migrantophile. Nous pouvons aider les autres, mais ce n’est pas une obligation personnelle. Foutez donc la paix à ceux qui sont opposés à l’accueil de plus de migrants en France.

Apprenez plutôt aux enfants à se forger leur propre idée de l’immigration, sans qu’ils répètent naïvement ce qu’ils entendent autour d’eux, en leur donnant l’ensemble des éléments de réflexion pour la question, y compris des éléments négatifs. Et acceptez que certains puissent être en désaccord, et dire qu’il existe d’autres souffrances, sinon des personnes qui ont d’autres besoins dans le pays. Et vous les gauchistes, combien de migrants parrainez-vous ?

Je pense que les rédacteurs de ce livret sont des néo-colonialistes et des idiots utiles du libéralisme. En favorisant les migrations de masse, ils empêchent l’Afrique de contrôler sa démographie, donc de contrôler sa croissance, donc ils la maintiennent dans un état de dépendance, permettant qu’on se serve au passage. Et pour les pays en guerre, ils empêchent tout changement de l’intérieur en exfiltrant les élites, et ceux qui pouvaient s’opposer…



La France de Ya Fouei en neuf dessins

Pour lutter contre les discriminations et les préjugés à l’encontre des personnes d’origine étrangères, l’association athégienne Ya Fouei propose notamment une exposition itinérante intitulée « Halte aux préjugés sur les migrations ». Je vous propose d’en commenter les illustrations, toutes plus caricaturales les unes que les autres. Je trouve quand même paradoxal de combattre l’intolérance par une plus grande intolérance encore !

J’ai 25 ans, et malheur pour moi, je suis blanc, chrétien pratiquant, de droite politiquement, et Français de par le sang et par le sol, même capable de prouver la nationalité française de mes 16 arrière-arrière-grands-parents (je ne peux pas remonter plus ; ou alors peut-être qu’en fait je ne veux pas par peur de découvrir qui sait…). Bref, je suis un fachô, comme apparemment tous les personnages de ces dessins, qui sont tous blancs (devenir Français doit donc rendre blanc), xénophobes et vraiment stupides, toujours en tort moralement.

Je consacrerai un ou deux autres articles à cette exposition. J’ai pris ici tous les dessins des huit panneaux présents. J’ai effacé tous les textes autour qui pouvaient en distraire la lecture, mais que vous retrouverez dans les autres articles à venir. Tous les dessins sont signés « CR », et je me permets de les réutiliser dans le cadre de cet article relevant de la liberté d’expression d’une exposition présentée publiquement. Je n’ai pas de passif avec l’association Ya Fouei, mais je suis dérangé par ces dessins.


==> La nationalité de papier est-elle une nationalité de cœur ? Je n’arrive pas à savoir si la femme est française ou italienne ; toujours est-il qu’elle se balade avec un drapeau sur son vêtement. On remarquera que l’homme assis à côté d’elle porte un vêtement traditionnel algérien (le chapeau tout du moins), n’est pas sûr d’être un immigré (« peut-être ») et que même s’il est Français depuis deux fois plus longtemps que l’autre personne, sa vie en France ne lui a pas permis de changer son accent… Naturellement, la conversation sous l’abribus indique que c’est la blanche qui a commencé par une réflexion, à priori raciste.


==> Vilain Skinhead reconverti dans l’administration, dont le visage montre qu’il n’aime pas les migrants et cherche un prétexte pour le chasser. En face de lui, un homme encore jeune, issu de l’immigration, donc n’ayant toujours vécu que sous la décolonisation, qui cite ironiquement un cliché récurrent de la colonisation. À moins qu’il pense réellement que ses ancêtres étaient gaulois, comme les colonisateurs ont tenté de le faire croire dans une optique d’unification politique par l’Histoire, ce qui ne trompait personne… Bref, avoir été colonisé par un pays vous encourage à aller dans ce pays. Moralité : tous à Rome !


==>  Vilain blanc qui refuse du travail à une personne de couleur de peau noire (et en plus jolie) à cause de ses origines qu’il n’avait pas détectées au téléphone. Son sourire gêné trahit sa stupidité. Dans une autre réalité, c’est l’État qui essaie de faire travailler certaines personnes…


==> Vilaine employée blanche d’administration, appliquant des lois votées par de méchants blancs qui complexifient les procédures et rallongent les délais pour ralentir l’immigration. Dans la réalité, le guichet aurait été fermé car la Préfecture, comme la plupart des autres structures recevant des personnes en démarches d’asile ou de naturalisations, ferment à 16 h 00.


==> Vilain blanc alcoolique et donneur de leçons (doigt levé), probablement électeur du Front national, qui n’a en plus aucune répartie face à son interlocuteur, à qui il pourrait (ce qu’il ferait si la bulle suivante existait) reprocher alors, face à la réponse naturellement intelligente de son interlocuteur, de voler le travail des Français, sous entendus des blancs.


==> Vilain chef de chantier blanc (peut-être portugais ; je ne connais personnellement aucun chef de chantier français) qui exploite des clandestins. Peut-être les loge-t-il aussi dans des conditions insalubres en ayant confisqué leurs papiers de leurs pays d’origine ? À Savigny, il y a des gens qui vivent comme cela, principalement des Capverdiens. En cela, l’immigration arrange bien parce qu’elle fournit effectivement ces « travailleurs idéaux ».


==> Vilain blanc friqué et habillé en Lacoste qui assimile la délinquance à la teinte de la peau. Bénévole à la prison de Fleury-Mérogis, je rencontre et j’aide malgré cela une majorité de personnes détenues d’origine étrangère, ce qui ne signifie pas au delà de la réalité des incarcérations françaises, que tous les étrangers sont des délinquants. Donc pour écrire franchement, où je vais et sans connaître les statistiques, je vois en prison plus de personnes de couleur de peau noire ou issue de l’immigration arabo-musulmane, souvent de double-nationalité, que de Français blancs.


==> Gentille immigrée soit d’origine islamique (prénom Fatima) et dans ce cas non voilée, soit d’origine portugaise / capverdienne, qui fait les courses et rend les services à la vieille dame blanche abandonnée par sa famille, qui se réjouit de l’immigration, seules visites pour elle.


==> Con cocardier et xénophobe, partisan de Donald TRUMP, qui veut construire un mur autour de la France. On lui rappellera que les Francs sont des Bataves donc qu’ils ne sont pas des Gaulois de souche. Fort de ce constat, notre homme se résoudra alors à accueillir toutes les immigrations, parce que nous sommes dans l’excès en permanence (soit aucun immigré, soit tout plein).


Je ne nie pas l’existence des comportements représentés ici. Mais je ne pense pas qu’ils soient majoritaires en France. Par ailleurs, parce que la France intègre, il n’y a pas que des blancs dans les administrations, et la proportion de cons est certainement la même dans tous les pays.

On peut et on doit reconnaître quand c’est vrai que l’immigration a du bon ; mais on doit aussi dire qu’elle a du mauvais, et arrêter cet angélisme manichéen. D’autant qu’aujourd’hui, ceux qui veulent fermer les frontières ne sont pas, et de moins en moins, que ces blancs, Français depuis plusieurs générations !

Moi, Français blanc, je me sens insulté par cette exposition, et j’aurais aimé voir plus de personnes issues de l’immigration récente lors de la présentation de cette exposition consacrée aux migrations !

Des migrants, j’en rencontre dans mon travail, mes activités bénévoles et dans d’autres cadres, et très souvent, ce sont quand même les vilains blancs qui sont au service des migrants, sans que ceux-ci ne se mettent ensuite au service des autres.

Certes, ils ne le peuvent pas forcément, mais c’est tout autant honteux d’accueillir des gens et puis de les traiter comme des merdes ensuite. Ce pourquoi je redis que je suis favorable à limiter l’immigration, à intervenir militairement (droit d’ingérence) dans les différents pays pour y forcer à l’existence de pays libres, et surtout à développer l’économie de ces lieux. C’est pourquoi, je finance par exemple du micro-crédit en Afrique.

Et toi, lecteur bienpensant à qui mon article aura déplu, que fais-tu réellement pour les migrants ? Moi, je commence par ne pas leur mentir.



Sur les poncifs infligés aux chrétiens sur l’immigration : Éric CIOTTI dans Salut les terriens

J’ai été très déçu par l’intervention d’Éric CIOTTI dans Salut les terriens sur C8 ce samedi 04 février 2017. Il était principalement là au secours de l’ambulance FILLON et on n’a pas manqué, vu sa politique en faveur des chrétiens, et ses origines italiennes, de le « piéger » en dénonçant des contradictions dans ses différentes politiques notamment celle en faveur des migrants. Franchement, il aurait quand même pu se défendre, non ?


Vers la douzième minute, le débat s’engage sur le thème des migrants :

Thierry ARDISSON : Alors, Éric CIOTTI, vous avez pris des positions très dures sur les problèmes de société notamment les migrants. (…) Donc vous êtes en guerre contre un certain Cédric HERROU, un militant immigrationniste poursuivi pour avoir aidé une cinquantaine de migrants érythréens à passer la frontière franco-italienne à La Roya. Vous dites : « en fait, ces gens-là ne sont pas en péril et ce HERROU veut se mettre en avant médiatiquement« . [Éric CIOTTI répond]

Laurent BAFFIE : Pardon, mais vous dites qu’il n’y a jamais eu autant de mort en Méditerranée, c’est vrai, mais y a jamais eu autant de guerre en Syrie, et les gens ne viennent pas par plaisir. Ils n’affrontent pas avec femme et enfants la Méditerranée.

Éric CIOTTI : Ces migrants, ils viennent pour des raisons économiques. Qu’on accueille les réfugiés, des Syriens, des irakiens, ceux qui fuient la guerre, c’est l’honneur de la France, c’est l’Histoire de la France.


À partir du moment où CIOTTI s’est partiellement contredit une première fois, on sort l’artillerie avec le fameux édito de BLAKO (Stéphane BLAKOWSKI). Vous trouverez entre parenthèses les extraits des interventions d’Éric CIOTTI montés dans la vidéo. Et en rose, les phrases que je commenterai un peu plus tard dans l’article

Selon le Pape François, « celui qui se dit chrétien tout en refusant d’aider les migrants est un hypocrite. » Justement, est-ce que ce ne serait pas le problème d’Éric CIOTTI ? D’un côté, le député de Nice est très attaché aux racines chrétiennes de notre pays [1]. (« Nous sommes les héritiers d’une civilisation chrétienne. ») Il a même proposé de modifier la Constitution pour définir la France comme un pays de tradition chrétienne. (« Et pourquoi il y aurait une identité honteuse à être chrétien ? ») Pour vous dire à quel point Éric CIOTTI est un bon chrétien, en 2015, il a utilisé une partie de sa réserve parlementaire pour financer la restauration de quatre chapelles à Nice (20 000 € sur 130 000 €). Mais bien sûr, c’était pour restaurer le patrimoine. Sans oublier que chaque année, il fait installer une crèche de Noël au Conseil général [1] (sic !) des Alpes-Maritimes. Mais ça bien sûr, c’est juste pour respecter la Tradition. (« Moi je suis attaché à ce que l’on la reconnaisse cette identité, et quelque part qu’on la revendique »). Quel beau symbole, si Jésus est né dans une étable à Jérusalem, c’est parce que ses parents ont dû fuir leur maison de Nazareth sous la pression des troupes romaines. Bref, Joseph et Marie étaient des migrants que personne ne voulait accueillir. Alors comment peut-on être chrétien et refuser d’accueillir les migrants d’aujourd’hui ? [2] (« Êtes-vous prêt, Monsieur le Premier ministre, à prendre un moratoire quant à l’arrivée de nouveaux migrants dans notre pays ? ») Pour montrer l’exemple, François s’est montré l’an dernier sur l’île de Lesbos et il a ramené avec lui au Vatican douze réfugiés tirés au sort parmi les migrants [3]. Heureusement que le Pape ne vit pas en France, sinon Éric CIOTTI aurait peut-être porté plainte contre lui ? En effet, l’an dernier, il a signalé à la Justice l’association de la Roya qui organise l’accueil des migrants en France. (« C’est une vision qui est une vision militante. Je ne crois pas que ce soit une vision chrétienne ».)


Thierry ARDISSON : Voilà, c’était l’édito de BLAKO mise en image de Julien GRACQ. Alors Éric CIOTTI, comment on peut-être à la fois aussi catholique et en même temps aussi peu proche des positions du Pape François. Expliquez nous [4].

Éric CIOTTI : D’abord, sur un plan personnel, je ne suis pas aussi catholique. Je suis catholique, mais après la foi, c’est une question personnelle [1]. Je ne l’affiche pas en bandoulière. Ce que je dis, et c’est incontestable, c’est que la France, et c’est pas religieux, c’est culturel, la France est un pays d’origine chrétienne. On peut le contester…

Thierry ARDISSON : Non, c’est incontestable.

Éric CIOTTI : Sur chaque place de village, il y a une église, c’est le fruit d’une Histoire. C’est une Histoire millénaire, et ce que je ne veux pas, c’est qu’on remette en cause cette identité et cette culture. Et pour moi, c’est pas une question religieuse. Après, dans le reportage, il y avait à peu près tous les poncifs et tous les clichés qu’on peut afficher par rapport à ces questions, et aux migrants.

Laurent BAFFIE : Enfin, l’Église et l’État ont été séparés en 1905. Il faut que ce soit acquis, il faut que vous le compreniez un jour, et ce sont deux choses distinctes. Pardon, mais les hommes politiques n’ont plus à se revendiquer d’une religion, du catholicisme [5]. C’est plus le propos.

Éric CIOTTI : Dans la proposition de loi, que j’ai rédigée, qui proposait d’inscrire les racines chrétiennes, je voulais qu’on rajoute également à la devise de la République « liberté, égalité, fraternité » la laïcité [6]. On doit pouvoir aujourd’hui dire très clairement que la religion n’a rien à faire dans le débat public. Mais dire ça, ce n’est pas aussi effacer cette Histoire. On doit pouvoir, comme je l’ai fait, rénover nos édifices religieux, qui sont des éléments du patrimoine, qui sont des monuments historiques. C’est ça que cette proposition permettait de faire pour ne pas gommer une Histoire.

Thierry ARDISSON : C’est vrai que le Pape François a félicité Anne HIDALGO pour la création d’un camp humanitaire de réfugiés. Ça ne vous pas fait chier de voir que le Pape félicite Anne HIDALGO ?

Éric CIOTTI : Le Pape vient de l’Amérique-du-Sud, et il n’a pas forcément cette Histoire de l’Europe. Vous avez vu que plus récemment, il a indiqué d’ailleurs que l’Europe ne pouvait pas accueillir tout le monde.

Thierry ARDISSON : Alors Éric, effectivement, en 2016 il y a eu 350 000 migrants, contre 1 million en 2015.

Éric CIOTTI : Même plus en 2015

Thierry ARDISSON : En France, ça fait 80 000 demandes d’asile. Ça fait 0,12 % de la population française [7].

Éric CIOTTI : C’est plus que cela. Les demandeurs d’asile, c’est presque 100 000 demandes. Si on ajoute ceux qui viennent de façon illégale, et il y en a . Si on ajoute les titres de séjour qui sont donnés par le Gouvernement (220 000 l’année dernière). Voyez, cela fait une population qui arrive, qui est importante, et qui tangente les 400 000 ou les 500 000 personnes d’année en année. Et on voit bien que notre pays n’a pas la capacité en matière de travail, en matière de logement, d’accueillir décemment ces personnes.

(Le débat se termine avec Thierry ARDISSON qui demande à Éric CIOTTI si ça l’énerve qu’on lui rappelle qu’il est descendant d’immigrés italiens. Et M. CIOTTI de répondre de non, et qu’il en est fier parce que la France et l’Italie partagent une Histoire et une civilisation commune.)


Quelques commentaires :

[1] Éric, tu es gentil, mais puisque tu n’es pas croyant ou que tu n’as pas les couilles de l’assumer, bref que tu es un babtou fragile, laisse les solides défendre le christianisme et arrête ton clientélisme électoral en distribuant ta réserve ou en installant une crèche.

[2] Je ne connaissais pas l’évangile selon saint Blako. Regardons plutôt ce qu’en dit Luc au chapitre 2 (traduction en français courant) :

« En ces temps-là, l’empereur Auguste donna l’ordre de recenser tous les habitants de l’empire Romain. Ce recensement, le premier, eut lieu alors que Quirinius était gouverneur de la province de Syrie. Tout le monde allait se faire enregistrer, chacun dans sa ville d’origine. Joseph lui aussi partit de Nazareth, un bourg de Galilée, pour se rendre en Judée, à Bethléem, où est né le roi David ; en effet, il était lui-même un descendant de David. Il alla s’y faire enregistrer, avec Marie, sa fiancée, qui était enceinte. Pendant qu’ils étaient à Bethléem, le jour de la naissance arriva. Elle mit au monde un fils, son premier-né. Elle l’enveloppa de langes et le coucha dans une crèche, parce qu’il n’y avait pas de place pour eux dans l’abri destiné aux voyageurs.« 

[3] François, arrête ta communication politique. Comme par hasard, le sort a fait que seuls des musulmans ont été tirés au sort, à croire qu’il n’y a qu’eux qui souffrent de la guerre en Syrie. En plis, le tirage au sort est assez inhumain…

« Il s’agit de trois familles de confession musulmane, deux originaires de Damas et l’autre de Deir Azzor, dans les territoires occupés par l’Etat islamique. » (Communiqué du Vatican traduit en français)

[4] Qu’est-ce qu’un chrétien de 2017 doit copier les actes du Pape François. Je rappelle que le concile Vatican II a imposé la collégialité des évêques, ce qui signifie que chaque évêque est maitre dans son diocèse, et celui de François ne couvre que Rome. On citera les paragraphes 22 et 23 de Lumen Gentium :

« Les évêques sont, chacun pour sa part, le principe et le fondement de l’unité dans leurs Églises particulières  ; celles-ci sont formées à l’image de l’Église universelle, c’est en elles et par elles qu’existe l’Église catholique une et unique. C’est pourquoi chaque évêque représente son Église, et, tous ensemble, avec le pape, représentent l’Église universelle dans le lien de la paix, de l’amour et de l’unité. »

[5] À quel moment CIOTTI s’est revendiqué du christianisme ? C’est nul d’intervenir juste pour casser du chrétien. Par contre, BAFFIE était moins remonté quand il y avait à ses côtés l’ancien mentor des frères KOUACHI…

[6] Éric est mignon ! Qu’est-ce que ça va changer de rajouter un mot dans la devise quand les trois autres ne sont déjà plus respectés ? Ça empêchera les attentats terroristes ?

[7] Sacré Thierry ! Quand, selon une étude de l’institut Montaigne, qui tend à être confirmé par plusieurs autres d’obédience moins à droite, dit que 30 % des musulmans revendiqués de France se refusent de condamner le terrorisme, je me demande s’ils sont bien intégrés. Commençons par assimiler les 67 millions de Français, et après nous pourrons en intégrer d’autres…


Bref, c’est dommage qu’ils aient pris CIOTTI pour cet extrait, même si ça montre bien qui est vraiment le personnage. Intellectuellement, j’aurais trouvé plus intéressant qu’il ne puisse pas piéger sur sa foi ou sur ses origines (t’étais bien content en 1860 que la France t’ait accueilli ; on aurait même pu lui dire parce qu’aux Antilles, ils sont devenus Français avant toi ! Même des personnes de couleur noire, rends-toi compte toi qui es blanc !). Mais c’est moins vendeur !