Archives du mot-clé Michèle PLOTTU

Oui, il existe bien un projet de fusion Savigny-sur-Orge / Juvisy-sur-Orge

Et d’ailleurs, en voici le plan, tel qu’il est affiché à l’angle du Boulevard des Belges et de l’avenue de Constantinople à Savigny, depuis des temps où les numéros de téléphone avaient 8 chiffres, mais pas encore les indicatifs régionaux, qui devaient un temps correspondre aux régions européennes de la province France.

Mais pourquoi donc une telle idée de fusion de communes ? M. RÉDA voudrait-il laver l’affront fait à Juvisy de la part de Savigny sous la Révolution ?

Non, c’est plutôt en vue du jour où les mandats de parlementaires seront limités à trois, donc que RÉDA se retrouvera au chômage à 41 ans, sauf s’il est devenu ministre entre temps. Et qu’à moins de trouver un poste de chroniqueur politique sur BOUYGUES n°1 ou BOLLORÉ n°8, il préférera être maire d’une ville de plus de 50 000 habitants à la porte de Paris, que Directeur général des services d’une ville de province.


Et qu’en pense l’État ? Il n’est pas contre. Seulement, il n’additionnera pas les dotations comme l’espèrent nos élus !

En fait, l’idée de fusion repose principalement sur le concept que la N7 est un bien commun à Savigny et à Juvisy et qu’on pourrait ainsi s’en partager les recettes fiscales. Sauf que bande de petits malins, si le T7 va vraiment jusqu’à la gare de Juvisy, va falloir voir ce qui reste ouvert et combien ça va continuer de rapporter… Pire, si il va jusqu’à Viry.


Mais rassurez-vous, un tel projet n’est pas prêt de voir le jour parce que ni nos élus ni nos administrations ne sont capables de le porter ! Toujours est-il que l’idée réapparait à intervalles réguliers, et qu’on m’interrogeait dessus encore récemment.

En effet, Robin RÉDA n’est pas encore au niveau d’André SANTINI, maire d’Issy-les-Moulineaux, et Éric MEHLHORN est aussi très loin de ressembler à Pierre-Christophe BAGUET, maire de Boulogne-Billancourt ; lesquelles communes des Hauts-de-Seine travaillent à une fusion depuis plusieurs années.


La première personne à m’avoir parlé de ce projet savino-juvisien fut la conseillère municipale communiste de Savigny, Michèle PLOTTU, en 2015, rapportant que Robin RÉDA, [voulant humilier Éric MEHLHORN comme à l’accoutumé (en privé) – cette phrase est mienne et ne saurait traduire la pensée de Mme PLOTTU], annonçait le jour où il serait maire des communes fusionnées.

Dans l’esprit de celui qui n’était pas encore député, on créait alors une ville de 50 000 habitants, et LR investissait Robin en tête de liste aux municipales suivantes. Ce n’était quand même pas MEHLHORN qui irait briguer la première place, et on lui donnerait en hochet un titre bidon qui lui permettrait de continuer à faire le beau, voire même peut-être de ne pas retourner travailler ! Bref, RÉDA passait maire d’une ville de 15 000 habitants à maire d’une super-ville de 50 000 habitants ! (Ne parlons pas du boom de l’indemnité).

Mais pourquoi cette soudaine envie ? Sinon pour détourner l’attention des problèmes que nos communes n’arrivent pas à résoudre, au nom de principes tels que « l’union fait la force ». Rappelons justement que Bercy a mis en garde les communes qui voudraient fusionner pour former un ensemble de plus de 100 000 habitants (ce n’est pas le cas ici) que les dotations des deux communes n’allaient pas s’additionner ! Mais ce sera aussi vrai pour celles de plus de 50 000 habitants ! L’incitation fiscale n’est valable que pour des petites communes.


RÉDA voudrait-il sinon se venger de l’affront que la Révolution a fait à Juvisy au profit de Savigny ? En effet, en 1783, et prenant prétexte que la ferme de Fromenteau payait la dîme au prieuré saint-Nicolas de Juvisy, une commission mixte décida que tout le territoire savinien situé au-delà (à l’Est) des rues de la Paix, du début de la rue des Cailles, des rues Jules-Guesde, de Champagne et de l’avenue de Longjumeau serait juvisien.

Sauf qu’à cette époque, les Saviniens portaient leurs paires, et qu’avec l’appui du président du Parlement de Paris, également délégué de la Noblesse à la Constituante, LEFÈVRE D’ORMESSON DE NOYSEAU, ils adressèrent une pétition le 3 mars 1790 à l’Assemblée nationale et obtinrent la restitution des 4/5 des territoires « volés » par Juvisy, moins ce qu’il reste entre Savigny et l’actuelle N7 !

Précisons qu’à cette époque, le maire avait aussi un courage que MEHLHORN n’aura jamais, puisqu’en 1793, Charles-Jacques MÉZARD, quatre officiers municipaux et le secrétaire-greffier firent un mois de prison, pour s’être opposé au commissaire du Gouvernement (BERTE) en ayant organisé une messe peu avant Noël, alors que la Terreur était engagée dans une farouche lutte anti-religieuse.

Lequel maire avait ensuite fait expulser ledit commissaire de Savigny, qui avait été reconduit à Viry sous l’escorte de huit gardes nationaux ! Loin de MEHLHORN, dont le degré de soumission n’a d’égal que la paresse, et la soumission devant la voix de son maître…


Alors je ne dirais qu’une chose à tous ceux qui réfléchissent effectivement à ce projet, travaillez plutôt à ce que vous devez déjà faire !

RÉDA, il est mignon, mais ce n’est qu’un administrateur ; un gestionnaire, un fonctionnaire, un animateur de réunions de quartier. Pouvez-vous me citer une seule réalisation de son bilan sur ses cinq mandats ?

MEHLHORN, il est incapable. Il ne cesse de se faire arnaquer par des sociétés qui commettent des abus de faiblesse sur lui (la fibre optique est le summum de tout ce qu’on peut trouver). Dernier exemple en date qui sera un de mes prochains articles, il a dépensé 200 000 € pour acheter une aire de jeux et créer une liaison piétonne de quelques dizaines de mètres…

Et puis, pourquoi y aurait-il consultation locale quand il n’y a déjà rien sur l’hôpital de Juvisy ? On ne va quand même pas demander aux gens de trouver un nom ; ou alors, on les fera voter comme pour le logo. Quitte à faire comme l’intercommunalité et à choisir un résultat plébiscité par seulement 3 % des votants…

Méfions nous enfin des projets de RÉDA. Parce que qui nous a envoyé dans le T12 et dans la Métropole du Grand-Paris ? C’est RÉDA. Et qui aujourd’hui fait semblant de se rendre compte que cela ne tient pas ses promesses et leur crache dessus, sans renier l’argent des indemnités qui tombent mensuellement, c’est encore RÉDA !

Nos communes ont deux histoires différentes. Ne les sacrifions pas pour des pseudos-intérêts économiques qui se retourneront contre nous. Évidemment, qu’on conserverait tous les agents des deux villes, donc à part augmenter leurs salaires (sur le barème ville de 40 000 à 80 000 habitants), on ne rationaliserait rien du tout… Et les impôts finiraient par augmenter, ce que tout le monde cherche à éviter, n’est-ce pas ?




Publicités

Sénatoriales 2017 : la liste des 59 (+2) potentiels grands électeurs saviniens (Savigny-sur-Orge)

Savigny-sur-Orge est une commune de 37 000 habitants. Par conséquent, elle a droit à 47 grands électeurs, soit un de plus qu’en 2011, lors du dernier renouvellement des sénateurs essonniens (c’était alors 1 délégué supplémentaire pour 1000 habitants, quand c’est désormais 1 pour 800). Mais pour le cas où des conseillers municipaux ou des délégués supplémentaires ne souhaiteraient pas être grand électeur, 12 suppléants ont aussi été élus à des fins de remplacement.

Lors du Conseil municipal extraordinaire du vendredi 30 juin 2017, réuni à la suite du décret n°2017-1091 du 2 juin 2017, 59 potentiels grands électeurs ont été désignés : les 39 conseillers municipaux, parmi lesquels deux voteront à un autre titre, plus les 8 délégués supplémentaires, plus les 12 suppléants.


Revoir la vidéo du Conseil (une heure trente environ)


À l’issue du vote :

La liste « Le bon sens pour Savigny, union de la droite, du centre et des indépendants » présentée par Éric MEHLHORN a obtenu 7 délégués supplémentaires titulaires et 9 délégués supplémentaires suppléants.

La liste « Union de la gauche municipale », présentée par Pierre GUYARD, a obtenu 1 délégué supplémentaire titulaires et 2 délégués supplémentaires suppléants.

La liste « Agir pour vous Savigny ensemble », présentée par David FABRE, a obtenu 1 délégué supplémentaire suppléant, mais n’a pas obtenu de délégué supplémentaire titulaire.

La liste « Savigny bleu marine », présentée par Audrey GUIBERT, n’a obtenu aucun délégué supplémentaire titulaire ou délégué.

La liste « La République en marche », présentée par Bernard BLANCHAUD, n’a obtenu aucun délégué supplémentaire titulaire ou délégué.


Pour rappel en 2011,

la liste de la majorité municipale (SPICHER) avait obtenu 4 délégués supplémentaires.

La liste du Bon sens (MEHLHORN-MÉRIGOT) avait obtenu 2 délégués supplémentaires.

La liste d’union de la gauche (LÉOST) avait obtenu 1 délégué supplémentaire.

La liste Savigny-Égalité (ESTIVILL) n’avait obtenu aucun délégué supplémentaire.

La liste Europe-écologie les Verts (FABRE) n’avait obtenu aucun délégué supplémentaire.


Si tout le monde accepte, seuls les délégués titulaires voteront, sans quoi on ira chercher dans la liste des suppléants. Aucun conseiller municipal ou délégué du conseil municipal ne peut donner ou recevoir de procuration. Si la liste des suppléants est épuisée, alors une nouvelle élection de délégués sera organisée.

Le tableau des électeurs sénatoriaux sera établi par le Préfet et rendu public au plus tard le septième jour suivant l’élection des délégués et de leurs suppléants, soit vendredi 7 juillet 2017. Là encore, sans justification pour leur non-participation au scrutin, les grands électeurs encourent une amende de 100 euros, prononcée par le tribunal de grande instance de leur chef-lieu, selon l’article L.318 du code électoral.

Je rappelle que les délégués qui prennent part au scrutin, et les électeurs de droit qui ne reçoivent pas une indemnité annuelle au titre de leur mandat reçoivent une indemnité de déplacement !


Les 47 grands électeurs saviniens, si aucun des titulaires ne se désiste

1. Mme Nadège ACHTERGAËLE

2. Mme Anne-Marie GÉRARD

3. M. Daniel GUETTO

4. Mme Réjane MALGUY

5. M. Daniel JAUGEAS

6. M. Sébastien BÉNÉTEAU

7. Mme Joëlle EUGÈNE

8. M. Mathieu FLOWER

9. Mme Marie-Lucie CHOISNARD

10. M. Alexis TEILLET

11. Mme Marie-France BELLIARD

12. M. Franck BOUZIN

13. Mme Nathalie CAILLEAU

14. M. Bruno CHERONET

15. Mme Catherine CHEVALIER

16. Mme Guilène DÉSIRÉE

17. Mme Claude FERREIRA

18. M. Nicolas FROGER

19. M. Cyrille GEORGES

20. M. Jean-Charles HENRY

21. Mme Véronique LABBE

22. Mme Sylvie LAIGNEAU

23. Mme Laurence PINON-CHEVALLIER

24. Mme Sandrine VIEZZI

25. M. Bernard BLANCHAUD

26. M. Christophe GUILPAIN

27. M. Jacques PATAUT

28. Mme Lydia BERNET

29. M. Jean-Marc DEFRÉMONT

30. M. Pierre GUYARD

31. Mme Michèle PLOTTU

32. Mme Éva SAS

33. M. Jacques SÉNICOURT

34. M. David FABRE

35. M. Gérard MONTRELAY

36. Mme Laurence SPICHER-BERNIER

37. Mme Alice MATHY

38. M. Jean-Louis MEYER, pour M. Éric MEHLHORN

==> militant LR

39. M. Alexandre LEFEBVRE, pour Mme Audrey GUIBERT

==> militant FN, ami d’Audrey GUIBERT

40. Mme Isabelle AUFFRET

==> militante LR ; 30e de la liste municipale Le Bon sens pour Savigny (la liste du maire en 2014)

41. M. Raymond GUILLARD

==> militant LR ; 31e de la liste municipale Le Bon sens pour Savigny (la liste du maire en 2014)

42. Mme Maryse BESACE

==> militante LR ; 32e de la liste municipale Le Bon sens pour Savigny (la liste du maire en 2014)

43. M. Daniel VIARD

==> militant LR ; 33e de la liste municipale Le Bon sens pour Savigny (la liste du maire en 2014)

44. Mme Marcelle LECOURT

==> militante LR ; 34e de la liste municipale Le Bon sens pour Savigny (la liste du maire en 2014)

45. M. Jean-François CHIRON

==> militant ou sympathisant LR

46. Mme Agnès DUPUIS

==> militante ou sympathisante LR

47. Mme Isabelle NEVEUX

==> militante sans étiquette ; 22e de la liste municipale d’Union de la gauche en 2014


Les délégués supplémentaires suppléants, qui ne peuvent devenir grands électeurs que du fait du renoncement d’un titulaire

48. M. Guy LABORIALLE (suppléant)

==> militant ou sympathisant LR

49. Mme Josette DEHARBE (suppléante)

==> militante ou sympathisante LR

50. M. Bechara SALAMEH (suppléant)

==> militant ou sympathisant LR

51. Mme Danielle HUGUET (suppléante)

==> militante LR ; membre du Conseil citoyen de Grand-Vaux

52. M. Ganesh COUMMAR (suppléant)

==> militant ou sympathisant LR

53. Mme Sophie BOULANGER (suppléante)

==> militante LR ; épouse BÉNÉTEAU

54. M. Augusto CLARA-SILVERIO (suppléant)

==> militant LR mais 6e de la liste UDI en 2014 (la liste de la maire sortante, SPICHER-BERNIER)

55. Mme Geneviève CAILLEAU (suppléante)

==> militante LR ; mère de la conseillère municipale Nathalie CAILLEAU et veuve de Jean-Claude CAILLEAU, président de l’association de soutien à Éric MEHLHORN, Savigny nos cantons

56. M. Jean-Yves CAUFMENT (suppléant)

==> militant ou sympathisant LR

57. M. Bruno GUILLAUMOT (suppléant)

==> militant PS ; 9e de la liste municipale d’Union de la gauche en 2014

58. Mme Valérie DERMAUX (suppléante)

==> militante EELV ; 16e de la liste municipale d’Union de la gauche en 2014

59. Mme Isabelle FERREIRO (suppléante)

==> militante UDI ; 9e de la liste UDI en 2014 (la liste de la maire sortante, SPICHER-BERNIER)


Plus nos deux élus saviniens qui votent à un autre titre

(+1) M. Éric MEHLHORN, en tant que Conseiller départemental de l’Essonne

(+1) Mme Audrey GUIBERT, en tant que Conseillère régionale d’Île-de-France



Quand j’écris au Préfet pour défendre Michèle PLOTTU (PCF)

Au-delà de mon engagement politique, je n’oublie pas que je suis d’abord un citoyen doté d’une sensibilité. Lorsqu’en Conseil municipal, Éric MEHLHORN, maire LR de Savigny-sur-Orge, outrepasse ses droits d’édile et méprise ceux de sa minorité municipale, alors je suis choqué et je le signale au Préfet. Certains demanderont : « De quoi je me mêle ? » En agissant ainsi, je force l’opposition, complice du maire par son silence, à se défendre.

Car à Savigny-sur-Orge, l’opposition de gauche est la meilleure alliée du maire LR de droite, tandis que la plus forte opposition élue est celle du Front national… Je prendrais trois éléments pour preuve : le FN publie des tracts quand l’opposition de gauche n’en fait pas, divisant ses productions sur quatre sites internet. La gauche se tait lorsqu’elle est attaquée et ne répond pas assez fortement au maire. Le PCF/FDG recouvre toutes les affiches anti-MEHLHORN.

DSC_1789[1]

Sont masquées par une fête de l’Humanité prévue deux mois après la publicité de mon blog, l’annonce des 3,54 millions € d’excédent, l’affiche du collectif pour sauver la Savinière et une affiche moquant le maire…

Michèle PLOTTU a beau se préparer à être élue depuis 1989 (au moins), à chaque fois qu’elle s’avance, elle recule toujours en rappelant qu’elle n’est élue que depuis mars 2015. Ben, ma grande, tu te fais payer une formation par le PCF ! ET quand je lui conseille d’écrire au Préfet, parce que le comportement du maire est inadmissible, elle me répond que ce n’est pas sa manière de faire (que fait-elle alors encore chez les staliniens ?). Bref, elle ne bouge pas.

Si Mme PLOTTU ne veut pas agir, j’y vais de ma place parce que je ne trouve pas cette permissivité saine pour la démocratie. Mais surtout, étant donné que le PCF local se refuse à informer la population par des tracts ou un site internet dédié, je veux forcer ce parti à prendre position. Est-ce qu’il est du côté du maire en attaquant ses alliés (le collectif, sinon moi objectivement) ? Ou est-ce qu’il se bouge et condamne les pratiques qui atteignent ses élus ?


Savigny-sur-Orge, le 12 juillet 2016

Olivier VAGNEUX

75, rue du Bicentenaire de la Révolution française

91600 Savigny-sur-Orge

olivier@vagneux.fr

06-51-82-18-70

Madame le Préfet de l’Essonne

Préfecture de l’Essonne

Boulevard de France

91010 Évry cedex

Lettre envoyée en recommandée avec accusé de réception AR 1A 130 605 9023 7

Objet : Demande d’intervention auprès du maire de Savigny-sur-Orge

Madame le Préfet,

Je suis citoyen de la commune de Savigny-sur-Orge et à ce titre, j’assiste régulièrement aux Conseils municipaux de ma ville. J’y suis régulièrement choqué, par la manière avec laquelle le maire de Savigny-sur-Orge considère ses élus d’opposition, et je souhaite attirer votre attention sur le cas de Mme Michèle PLOTTU-GROSSAIN.

Conseillère municipale (PCF), Mme PLOTTU propose régulièrement des questions orales conformément à l’article 5 du règlement intérieur du Conseil municipal qui dispose que l’envoi de ces questions orales doit se faire 48 heures avant la séance du Conseil municipal pour qu’elles y soient traitées.

Le 5 avril 2016 à 23 h 49, Mme PLOTTU envoyait une question en vue du Conseil municipal du 8 avril 2016, soit 48 heures et 11 minutes avant. Pourtant, le maire a refusé lors de ce Conseil municipal du 8 avril 2016 de traiter cette question au prétexte qu’elle lui serait arrivée trop tard, la repoussant à un Conseil suivant. Il est même allé jusqu’à falsifier le compte-rendu des débats de ce Conseil municipal pour faire reconnaître à Mme PLOTTU qu’elle avait enfreint le délai de 48 heures ! (page 26 du document, corrigée lors de son approbation)

Ce 29 juin 2016, le maire de Savigny a recommencé à refuser de traiter un point proposé par Mme PLOTTU, au prétexte qu’en Commission des Affaires générales, un colistier de Mme PLOTTU, membre du même groupe d’opposition, M. Jacques SÉNICOURT, aurait accepté que ce point soit reporté. Quand bien même ce serait vrai, ce que M. SÉNICOURT nie, la voix d’un conseiller d’un groupe ne peut pas prévaloir sur la voix d’un autre ! Ce fait est reconnu par une jurisprudence de 1996.

En conséquence, je vous demande d’intervenir auprès du maire de Savigny-sur-Orge, afin qu’il respecte les droits de sa minorité municipale et qu’il arrête de s’acharner sur Mme PLOTTU.

Je vous prie de croire, Madame le Préfet, en l’assurance de mes respectueuses salutations.

Olivier VAGNEUX



Non, Éric MEHLHORN n’est pas mesquin, il est juste limité intellectuellement

Je pense qu’il faut se rendre à l’évidence : Éric MEHLHORN ne le fait pas exprès. Il n’est juste pas capable d’être maire et il ne le sera jamais. Et les 38 autres qui siègent au Conseil semblent partager de mêmes difficultés de calcul élémentaire. En fait, si Éric MEHLHORN ferme les lieux de culture à Savigny, ou fait le ménage dans son équipe (BLANCHAUD, PATAUT…), c’est qu’il ne supporte pas qu’il y ait plus intelligent que lui.

Le 5 avril 2016 à 23 heures 49, Michèle PLOTTU, conseillère municipale (PCF) envoyait au maire une question orale à traiter lors du Conseil municipal du 8 avril 2016. L’article 5 du règlement intérieur du Conseil municipal précise que « le texte de la question orale doit être transmis au plus tard 48 heures avant la séance du Conseil municipal« . Or, pour Éric MEHLHORN, ce délai de 48 heures n’a pas été respecté. Il s’expliquait lors du dernier Conseil municipal du 23 juin 2016.


Avant-propos

Pour vous prouver que la retranscription des propos qui vont suivre n’est pas truquée, ou n’est pas rédigée à charge, je vous invite à consulter les premières minutes de la vidéo du Conseil municipal tel que retransmis par la mairie de Savigny (de 03:11 à 05:40). Ce qui me fait de la peine, c’est d’abord Nicolas FROGER qui a du mal à lire la liste des noms. Mais qu’ils se forment, s’ils sont intimidés de parler en public, ou qu’ils ont quelques lacunes peut-être maladives ?

Tout est disponible ici : http://www.savigny.org/spip.php?article2190



Le détail des échanges

Avant d’entamer l’ordre du jour, le maire demande s’il y a des observations par rapport aux compte-rendus des deux derniers conseils municipaux (08 avril et 26 mai). Mme PLOTTU intervient pour demander une correction sur le texte du Conseil municipal du 08 avril 2016.

Page 26, Monsieur le maire, vous précisez que je reconnaissais ne pas avoir envoyé à temps mon vœu. Après, vous mettez : « Affirme l’avoir envoyé 48 heures moins 10 minutes », et effectivement, j’ai recherché sur mes mails, je l’ai bien envoyé à 23 h 49, donc ça faisait 48 heures.

Mais 48 heures moins 10 minutes, il faut l’envoyer 48 heures avant. (1)

Eh ben ?

Eh ben, là, ça fait 47 heures 50. (2)

(changeant de sujet)

Bon, de toute façon, ça a été examiné au Conseil d’après (26 mai).

Enfin, je voulais vous le signaler parce qu’il n’y a toujours pas de réponse à ce mail, écrite. (3)

Très bien. D’ailleurs, Madame, je vais d’ores et déjà préciser que dans l’ordre du jour, vous nous avez fait parvenir un vœu, et que ce vœu sera lui aussi examiné lors du prochain Conseil municipal car il n’est pas parvenu à temps, j’en suis désolé.

Mais 48 heures avant, je l’ai envoyé le 6, non le 5. (4)

Ben oui, Madame, il y a des règles, quand vous roulez à 95 km/h au lieu de 90 km/h, vous vous faites flasher. (5)

Alors précisez-moi les 48 heures, de quand à quand ils partent svp parce que là 43 heures 50 minutes, c’est bon. (6)

48 heures avant la convocation de l’ordre du jour. C’est au moment de la convocation du Conseil municipal. (7)

Pas d’autres remarques concernant ce compte-rendu ?

David FABRE : Sur le délai que vous venez de signifier, 48 heures, c’est 48 heures avant le début du Conseil municipal ? Parce que dans ce cas, Mme PLOTTU a respecté le délai. (8)

Bon, écoutez, on ne va pas ergoter pour 10 minutes. Le fait est que pour 10 minutes, ce n’est pas arrivé à temps, et que de toute façon, ça n’est que décalé au Conseil municipal d’après. (9)

DF : Oui, mais trois mois après (10)

A priori, vous avez quelques soucis. Sauf erreur de ma part, entre avril et juin, il n’y a pas trois mois. (11)


Quelques commentaires

(1) Donc selon MEHLHORN, un Conseiller municipal qui a une question orale à poser doit l’envoyer deux jours avant le Conseil à minuit pile !

(2) J’aurais plutôt dit 48 heures et 11 minutes (ou 10 minutes si on veut arrondir comme MEHLHORN qui doit avoir du mal avec les unités de temps).

(3) Dans ce cas, qu’attendez-vous pour faire respecter la Loi ? La réponse écrite est obligatoire dans le compte-rendu des débats au moins après que la question orale ait été posée, ceci au plus tard dans un délai de deux mois qui n’est pas respecté… Ce sont les articles L. 2121-19 du code général des collectivités territoriales et n°6 du règlement intérieur du Conseil…

(4) Madame PLOTTU confirme qu’elle est dans les délais, mais ça ne semble pas connecter avec le cerveau de M. MEHLHORN

(5) MEHLHORN ne connaît même pas les seuils de tolérance des radars… Par le système de retenue, personne n’est flashé à 95 km/h pour du 90…

(6) Dans la confusion, Mme PLOTTU se met à raconter n’importe quoi sur les 43 heures 50… Est-ce MEHLHORN qui l’intimide par tant de bêtise ?

(7) Nouvelle règle que vient d’inventer MEHLHORN… Donc cela ferait sept jours, et ce n’est pas dans le règlement intérieur.

(8) David FABRE a raison, mais il ne relève pas la fausseté du raisonnement de MEHLHORN, ce qui est dommage. Il est le seul à avoir tenté, à mon avis aussi, parce que le public s’agitait…

(9) Ce n’est pas une justification légale ; qu’en pense le Préfet ?

(10) Là, FABRE rate une occasion de se taire…

(11) Pour autant, MEHLHORN n’avait pas à l’insulter et à lui dire qu’il a des « soucis« . En attendant, c’est MEHLHORN qui a des soucis de calcul…


Il faut sauver le soldat PLOTTU !

Alors que Michèle PLOTTU avait raison, elle s’écrase lamentablement du  fait que personne ne la soutienne. Chaque fois que je lui demande de faire respecter ses droits d’opposante, elle me dit qu’elle est jeune élue, qu’elle ne veut pas utiliser la Justice… Moyen en quoi, c’est la dictature d’Éric MEHLHORN qui volontairement reporte des points longtemps après, auxquels il ne répond pas plus ! Si Michèle PLOTTU ne veut rien faire, alors je vais écrire au Préfet.


Dans l’opposition, ils sont aveugles par rapport à ce qu’ils se passent. Dans la majorité, ils ne se rendent pas compte parce qu’ils ne sont pas beaucoup plus vifs que MEHLHORN. Mais surtout, il y a ceux qui ont été achetés, ceux sur lesquels s’exercent un chantage et enfin ceux qui ont volontairement intérêt à fermer leur gueule. Par exemple, Nadège ACHTERGAËLE a sûrement un beau diplôme d’ingénieur, mais en Conseil municipal, la dame n’est pas très ingénieuse…


Nota : Je suis prêt à justifier toutes les allégations de comportement totalitaire et de corruption que j’affirme dans les deux précédents paragraphes ; certains ont d’ailleurs été dénoncés lors de ma déposition contre l’embauche de Valérie RAGOT. Heureusement que la commune a les moyens de payer des avocats et un cabinet pour dire à MEHLHORN de réagir, car il ne le ferait pas tout seul. Il n’en est pas plus capable, ce pourquoi d’ailleurs, il refuse tous les débats oraux… Lâche avec cela.