Archives du mot-clé Matthieu HENON

Cassation perdue : l’avocat d’Éric MEHLHORN me réclame 2000 euros au nom d’un arrêt dont j’ignore tout

Édit au 10/10/2018 : C’est en fait au Ministère public représenté par le procureur général près la Cour de cassation de me notifier cet arrêt par lettre recommandé, ainsi qu’en dispose l’article 617 du code de procédure pénale. Ma réaction reste la même !


Eh bien, MEHLHORN attendra pour avoir ses 2000 euros. Il attendra que cet arrêt me soit notifié, en tant que partie, par le greffe criminel de la Cour de cassation. Ou sinon il attendra que cet arrêt soit rendu public dans la jurisprudence de la Cour de cassation, accessible sur Légifrance. Je n’ai pas de raison de mettre en doute la parole de l’avocat de MEHLHORN, mais j’ai quand même besoin de preuves avant de lui verser cet argent…


Apparemment, la cassation aura coûté 3500 euros à MEHLHORN. Je lui en rembourse 2000, donc il en a perdu 1500. C’est une petite victoire ! Surtout que s’il gère son argent personnel comme il gère le budget de notre ville, et j’avais déjà souligné qu’il avait eu besoin d’emprunter 2500 euros à 5,60 % pour boucler son budget de campagne municipale en 2014

De mon côté, et je l’ai toujours écrit, « plaie d’argent n’est pas mortelle ». Il est de notoriété publique ; parce que moi je suis transparent, que j’ai 105 000 € d’épargne, et que j’en aurais un peu plus avec l’héritage de ma grand-mère. Et je pense qu’aucun de mes grands-parents ne m’en voudrait de dépenser leur argent dans un idéal de justice, de liberté et de démocratie.

Mais la plus grosse perte pour MEHLHORN est l’estime de ses concitoyens. Parce que tu n’utilises pas l’argent public pour régler tes comptes personnels (ça aura coûté 9000 euros aux contribuables). Et qu’à 8200 € brut par mois, MEHLHORN pouvait prendre de sa poche. Enfin, apparemment pas ; relire ce que j’ai écrit deux paragraphes plus haut…


Si SPICHER a perdu en 2014, c’est aussi parce qu’elle est apparue comme folle à poursuivre en Justice ses opposants, et un certain nombre de Saviniens. Et peu importe le nombre de personnes poursuivies, avec seulement moi, MEHLHORN s’est inscrit dans sa suite. Il est un élu capable de vous entraîner au Tribunal parce que vous le dérangez !

En plus, au moins 75 % des Français pensent que la Justice est pourrie. Je n’ai donc pas besoin de trop forcer pour me présenter en pauvre victime d’une erreur judiciaire ; laquelle aura par principe donnée raison à l’élu contre le petit citoyen sans avocat. Je suis devenu un délinquant, parce que j’ai diffamé, tout en disant une vérité qui n’était pas bonne à entendre !

Et dans la rue, et dans les cafés, les gens tendent à me donner raison dans mon combat, même s’ils ne le comprennent pas ! Et la plupart des gens, que je croise en ce moment, me parlent de ma plainte relativement à l’urbanisme, parce que ça les inquiète à juste titre. En plus, qu’ils ont vraiment l’impression que MEHLHORN ne se contrôle plus, et a pris un gros melon…

En fait, tous ces bonnes gens sont persuadés que j’ai chopé MEHLHORN en train de recevoir des enveloppes des promoteurs. Non, je l’accuse juste d’être négligent, quand parce qu’un promoteur lui promet une crèche privée de 10 places, il divise la valeur du terrain par 2,5. Et j’accuse aussi les promoteurs de l’escroquer, mais c’est limite de l’abus de faiblesse, parce qu’il n’est pas très malin notre MEHLHORN, même si je trouve qu’il devient vraiment méchant.


Pour ma part, je suis déjà à travailler sur le procès en révision qui finira à terme, je n’en doute pas, par faire annuler ma condamnation en diffamation. Disons dans dix ou quinze ans.

Je rappelle encore que j’ai été condamné pour avoir juste affiché que MEHLHORN était visé par une enquête préliminaire. Il y en a eu jusqu’à NEUF en même temps, et aujourd’hui, il y en a toujours au moins QUATRE (N°Parquet Évry 17/207/113, 18/067/179, 18/107/59, 18/107/63).

Mais en attendant, j’ai besoin de prouver que l’embauche de Valérie RAGOT s’est bien faite de manière complaisante, et comme MEHLHORN apparaît comme affaibli ; surtout depuis que l’ancien Directeur général des services Stéphane DURAND a été limogé, j’ai de plus en plus de témoignages d’agents ; y compris de certains que je pensais pourtant à fond pour le maire…

Ce qui me fait d’ailleurs penser au comportement de l’administration TRUMP. Au bout de quatre ans et demi, tout le monde a compris ce que valait vraiment le personnage de MEHLHORN. Il y a juste ceux qui font plus ou moins semblant parce que leur poste paye bien.

Mais dans le fond, les gens voient que ma condamnation est plutôt la reconnaissance d’un vrai travail d’opposition, et ils m’invitent en fait à la porter comme une médaille.


Alors merci MEHLHORN de m’avoir donné l’importance que je n’avais pas ; de m’avoir érigé en premier opposant de la politique municipale, même si ça ne se traduira pas forcément dans les urnes. Merci d’avoir pris le rôle du méchant pour me conférer celui du gentil, de servir les intérêts de ma cause en victimisation, enfin de m’offrir d’étendre toujours plus mon cynisme sans fin. En gros, d’être tombé dans le piège que j’ai tendu.

Car de cette affaire dont personne ne sait rien, on ne retiendra pas que c’est le gentil MEHLHORN qui a gagné contre le méchant VAGNEUX parce que ce dernier a porté des propos reconnus comme atteignant à l’honneur du premier (comme tout ce qu’il écrit par ailleurs).

Non, on verra au contraire que le vilain MEHLHORN a utilisé sa position dominante d’élu, et l’argent public, pour faire condamner le petit VAGNEUX à lui verser 3300 euros, ce qui visait à essayer de le faire taire parce qu’il dit des choses dérangeantes donc vraies !


« Le monde entier est un théâtre, et tous hommes et femmes, n’en sont que les acteurs », disait SHAKESPEARE. MEHLHORN n’est que le spectateur de sa propre histoire, dont je suis une des plumes. Et de lui, on ne retiendra que ce que j’ai écrit sur mon blog. Mais l’art hagiographique exige quelques sacrifices comme ces 3300 euros, et cette petite condamnation. Qu’est-ce que tout cela si j’obtiens la place à la fin ? Et même si je ne l’obtiens pas, c’est moi qui fais l’Histoire.

Non mais réveillez-vous, les mecs, je suis à 6 % parce que j’ai les voix des amis de la paroisse. J’ai pas de parti, je suis tout seul. Comment voulez-vous que j’augmente mon score, à part d’attendre que les têtes connues s’épuisent, et de gagner au dépit ? Je n’ai même pas besoin de lui inventer des casseroles pour lui piquer le leadership à droite, MEHLHORN rate tout ce qu’il entreprend. Juste qu’il n’aime pas à raison le miroir que je lui renvoie : il est incompétent !




La commission de déontologie a instruit ma plainte contre Mes Didier SEBAN, Matthieu HENON et Guillaume GAUCH (cabinet SEBAN et associés)

« Tout différend déontologique devant demeurer confidentiel » ; je ne connaîtrais donc pas (sauf à payer un conseil) les conclusions de la commission de déontologie chargée des incompatibilités et des conflits d’intérêts. Et dans le même temps, qu’est-ce que cela m’apporterait de le savoir ? Je serais content s’il leur était reproché quelque chose, mais déçu si la Commission les confortait. Et surtout ça ne changerait rien à mes affaires.

Pour ma part, j’affirme que Maîtres SEBAN, HENON et GAUCH ont enfreint chacun leur déontologie au moins une fois. Peut-être cela a-t-il été reconnu ? Peut-être pas ? L’important, pour moi, était d’accomplir cette démarche de dénonciation afin que l’Ordre des avocats en soit informé, et qu’il existe une trace que quelqu’un leur ait reproché quelque chose.

Et en même temps (je me macronise), je trouve que cela révèle quand même une faille de notre système judiciaire français, et que si les juges faisaient correctement leur boulot, ils devraient sanctionner d’eux mêmes les manquements déontologiques plutôt que de dire à peu près : « si vous pensez que la déontologie a été enfreinte, allez vous en plaindre à l’Ordre ».

J’ai fait ma part du travail, du moins ce qui m’avait été conseillé au Tribunal. J’en ai une preuve. Dorénavant, je continuerai de me méfier de ces trois avocats (et plus généralement du cabinet SEBAN et associés puisqu’ils y travaillent tous les trois). Cet article, donc pour rassurer ceux qui pourraient avoir affaire à ces avocats, et s’estimeraient lésés par leur mode de défense.