Archives du mot-clé MACRON

Des limites du discours macroniste featuring Alexis IZARD and Christophe-Reynald MICHEL

Je voudrais rebondir sur un tweet de Christophe-Reynald MICHEL, qui comme souvent, part un peu dans tous les sens.

Le contexte est l’interview de MACRON au média Brut qui à la question “Est-ce que, ce qu’il s’est passé ce 21 novembre dans ce studio, ce sont des violences policières ?” va répondre, dans une erreur rhétorique majeure : “je peux vous dire “il y a des violences policières en France” si ça vous fait plaisir que je le dise”.


Alors déjà je ne comprends pas le début du tweet.

La première phrase est issue d’un sondage selon lequel 49 % des 18-24 ans trouvent que MACRON est un bon président.

Dans la même veine, 41 % des Français trouvent que MACRON est un bon président.

Le seul hic est que MACRON ne dépasse pas 23 % à une élection nationale, qu’aucun candidat de son parti ne s’est qualifié à un second tour d’élection législative partielle en 2020 et qu’il n’a fait élire que 9700 élus locaux (la France en comptant 540 000).

Donc les gens apprécient la gestion de MACRON mais ils ne votent pas pour lui…

Mais admettons que 49 % des jeunes soient macronistes, alors donc ils doivent aimer la Police et trouver qu’il n’y a pas de “violences policières”, tout comme MACRON.

Or voilà que MICHEL nous dit que pour faire plaisir à son public, à 49 % macroniste, MACRON est obligé de dire qu’il y a des violences policières… Pour les 51 % restants…


Puis on a MICHEL, CRS de profession, qui conclut son tweet avec un hashtag # journalisme de bas étage, ce qui n’est guère étonnant venant d’un macroniste quand on connaît leur amour de la liberté de la presse. Ainsi donc il y a les bonnes questions à poser qui rehaussent le niveau du journalisme et puis les mauvaises qui l’abaissent. Et au milieu, eux, les macronistes, comme juges.


En réalité, le problème vient de MACRON qui par l’emploi d’une phrase négative ne condamne pas fermement, et en tout temps, le terme de violences policières, et qui avoue carrément qu’il dit un truc qu’il ne pense pas pour faire plaisir au public.

Cela s’appelle de la démagogie ! C’est hyper indigne d’un président de la République que d’adapter son discours à son public et de dire ce qu’il veut entendre. C’est typiquement l’Ancien monde.

Sauf qu’en fait, c’est bien caractéristique de la politique selon les macronistes…


Il y a quelques jours, Alexis IZARD demandait à Jean-Marie CORBIN pourquoi nous avions mis Bilal BOUCHELOUCHE en cinquième position sur la liste.

Et Jean-Marie de lui répondre que c’était, entre autres, pour qu’il rabatte des voix de Grand-Vaux vers la liste, mais que cela n’a pas fonctionné.

Et effectivement, nous sommes derniers sur Grand-Vaux, là où IZARD va finir avec 37,55 % sur le bureau 14 (contre une moyenne à 22,36 %, il s’agit d’un bureau sur lequel Alexis prend 23 points entre les deux tours contre 0,5 % en moyenne sur tous les bureaux et évidemment un bureau sur lequel il a distribué des colis alimentaires…).

Pour une raison simple : nous avons toujours tenu le même discours auprès des habitants et nous avons toujours refusé de leur dire ce qu’ils voulaient entendre.

Combien de personnes m’ont demandé de leur promettre un emploi en mairie !

Et pire, chez les jeunes, qui veulent tous être éducateurs de rue ou médiateurs pour pouvoir jouer les grands frères et instaurer une sorte de mafia local.

De même, j’ai toujours tenu un même discours laïc relativement aux demandes religieuses voire communautaires.

Alors que je savais que ce n’est pas ce que mon auditoire voulait entendre, et pourtant, je ne me suis pas compromis.

Mais je le paie en finissant dernier.

Et alors que, je le soulevais dans un précédent article, MICHEL a une vision de la sécurité qui est hyper-sécuritaire, donc qui devrait effrayer tout jeune de cité, et ils l’ont écrit dans leur programme, je déduis qu’ils font 40 % à Grand-Vaux et 55 % aux Prés-saint-Martin par rapport à des promesses markétées en fonction d’un public qui n’a pas lu leur programme.


C’est donc très bien pour IZARD et compagnie d’essayer de se donner une stature et de se créer des personnages respectables. Sauf qu’en fait, ce sont des gens méprisables sans convictions qui font la pute pour se vendre au plus offrant.

Ils passent leur temps à te faire la leçon, qu’ils font vraiment de la démocratie et qu’ils combattent les extrêmes. Mais ils sont pires que les extrêmes !

Et c’est bien là une vision de la politique qui est incompatible et irréconciliable avec la mienne.




Candidature de François DUROVRAY à la présidence de la SGP : reconversion pour une défaite annoncée aux départementales 2021 ?

À lire l’interview de François DUROVRAY dans Le Parisien Essonne, lequel a quand même besoin de préciser qu’il se maintiendra « jusqu’au bout », on dirait vraiment qu’il n’y croît pas ou plus lui-même ; en tout cas est-ce l’impression qu’il donne.

À sa place, et à la question du journaliste « Depuis, l’Elysée semble avoir pris la main sur le dossier et pousser Olivier Klein. Cela remet en cause votre décision ? », n’importe quel politique aurait fait du CHIRAC : « vous parlez sérieusement ou vous faites de l’humour ?« 

Dès lors, pourquoi DUROVRAY tient-il absolument à y aller, sinon parce qu’il cherche à préparer un futur dans lequel il pourrait ne plus être président du Conseil départemental de l’Essonne, et effectivement, c’est bien mal parti pour la droite !


C’est mal parti parce que la gauche semble, selon mes renseignements, en passe de réaliser des alliances et des binômes d’union un peu partout, avec au contraire d’autres élections, peu de velléités de l’extrême-gauche de candidater.

Et à côté, une multiplication des listes à droite avec des listes de LR, de LaREM, du Rassemblement national et parfois même, comme certainement sur le canton de Savigny, des candidatures indépendantes de jeunes trublions qui osent avoir des convictions de droite.

Plusieurs pronostics ont été réalisés et le canton de Savigny, historiquement à droite, est considéré comme perdu (avec ou sans VAGNEUX/DUGOIN), tout comme d’ailleurs le canton d’Athis. C’est d’ailleurs ce qui peut expliquer que les sortants ne soient pas déjà en campagne, et qu’on parle par exemple plutôt de Brigitte VERMILLET pour la Région davantage que pour le Département.

À Savigny, TEILLET meurt d’envie d’y aller, poussé par RÉDA (il se dit même qu’il aurait déjà pris les devants en envoyant sa candidature) et MEHLHORN semble toujours aussi amorphe, s’imaginant que de multiplier les publications Facebook va le sauver, alors que tout le monde le lâche dans son parti. Aujourd’hui, MEHLHORN est mal barré pour être réinvesti, et bien que sortant, il n’est même pas le candidat naturel de son parti.


À ce jour, beaucoup voient encore le RN jouer les trouble-fêtes comme en 2015. Personnellement, je n’y crois pas et je pense qu’ils même qu’ils ne seront qualifiés pour aucun second tour en Essonne, parce que leurs électeurs n’y croient plus.

Je pense également que le macronisme est en déclin, et que le score de IZARD dont je ne vois déjà pas comment il pourrait être investi par son parti, parce qu’il devrait être rendu inéligible d’ici-là du fait du rejet de son compte de campagne, sera plus proche de 10 que de 20.

Maintenant, la droite pourra-t-elle se retrouver au second tour ? Les marcheurs, historiquement de gauche, ne vont-ils pas aller soutenir les candidats des listes d’union de la gauche. Je ne pense pas que LR arrivera beaucoup 3e, mais je doute qu’ils puissent se refaire au 2e tour.


Bref, DUROVRAY a compris que la partie était loin d’être gagnée, et qu’il devrait probablement bientôt regagner l’autre rive de la Seine à ne plus présider que son intercommunalité. Le pauvre !

Que les Essonniens ne lui ont pas pardonné les 29 % d’augmentation de taxe foncière, le raté des Jeux Olympiques en Essonne ou encore l’annulation du projet de grand-stade de rugby (même s’il n’est pas pour grand chose sur ces deux derniers points).

Plus localement, il y a le contournement Sud d’Orly toujours pas fini, la station de la ligne 14 à Morangis pas garantie, le pont Athis-Vigneux qui énerve, l’inutile T12 qui se poursuit…

Et puis à Savigny, le trou de Ferdinand-Buisson parce que François a dit à son copain Éric : tu me dégages la maternelle Paul-Bert pour que j’agrandisse mon collège.


Donc oui, j’affirme que DUROVRAY prépare sa reconversion à la SGP parce qu’il ne croît plus qu’il va rester président du Conseil départemental. Mais la faute à qui ?

Reste malgré tout, l’hypothèse de listes fusionnées LR-LaREM aux régionales qui impliquerait des binômes communs aux départementales, et donc une majorité restreinte voire relative pour le Libres! DUROVRAY même s’il est à parier que les élus LaREM seront de bons soumis.

Et cela, mon ami Jean-Marie CORBIN les avait prévenus qu’ils (LR) se feraient niquer la gueule par LaREM et qu’ils avaient plutôt intérêt à renforcer leur identité qu’à aller à la soupe, qui se révèle en fait être un infâme potage. Pour la SGP, MACRON préfère soutenir un PS !!

Aujourd’hui, LaREM n’est plus assez fort pour gagner une élection mais suffisamment quand même pour décider du vainqueur. Or, MACRON déteste tous ceux qui pourraient lui faire de l’ombre en vue de 2022 parmi lesquels PÉCRESSE donc je ne vois pas pourquoi en plus il voudrait plus sauver un pécressiste à la tête de l’Essonne.



Coup de gueule sur l’hystérie de l’hydroxychloroquine

Du jour au lendemain, la France s’est mise à compter 69 millions de médecins.

Qui se sont empressés de se trouver un sujet de fracture, une manie bien française, à savoir l’hydroxychloroquine.

Cet anti-paludéen utilisé depuis 65 ans, qui à en croire certains aujourd’hui, serait même plus dangereux que la malaria pour les personnes qui se soignent avec !

Médicament qui a été médiatisé, sur la seule intuition, d’un mec complètement farfelu.

Pas tellement, pour les arguments des gauchistes qui lui reprochent de mal s’habiller, d’avoir une déco moche et surtout d’écrire des trucs qui seraient climato-sceptiques dans Le Point.

Mais plutôt parce que sa rigueur scientifique est largement absente, au-delà de ses seules études sur l’hydroxychloroquine, ne serait-ce qu’à voir son rythme de publication d’une étude par semaine. Je me demande même s’il prend le temps de les lire.

Et donc les Français, qui sont en manque d’un homme providentiel qu’ils voudraient sorti du Peuple, se sont jetés sur lui, avec d’autant plus de ferveur qu’il a fait la nique à MACRON. Et RAOULT est devenu leur héros, voire leur héraut.

Bien arrangé par un talent de communication indéniable, qui en a rendu jaloux plus d’un.

Et dès lors, gilets jaunes et extrême-droite ont sorti toutes les théories du complot imaginables pour tacler tous ceux qui s’opposaient à la solution miracle du célèbre professeur.

Avec ce petit antisémitisme sournois comme on sait bien faire en France que ce seraient les juifs Agnès BUZYN et Yves LÉVY qui seraient jaloux du nouveau Michel CYMÈS.

Et puis cet anti-libéralisme et anti-mondialisme bon teint, que ce serait Big Pharma qui voudrait nous vendre des médicaments à 60 euros parce que le Plaquénil ne coûte que 5 euros.

MACRON s’en est mêlé, parce qu’on découvre qu’il a peur de l’émergence d’une figure populiste qui le reléguerait à la 3e place en 2022, ce qui n’a rien arrangé.

Et puis le temps passe, et on fait des études.

Comme par hasard, les études de RAOULT concluent que cela fonctionne et les études des autres que non. Toutes, de RAOULT et des autres, avec des biais incroyables, à croire que cela les amuse de conclure de la merde. Avec un big up pour les mecs qui testent l’hydroxychloroquine seule sans azythromicine, un autre médicament utilisé pour pallier les conséquences du premier.

Et là, contre-braqué du Gouvernement, et des organismes étatiques de santé, qui décommandent d’en prescrire, à la limite de retirer l’autorité de mise sur le marché du médicament.

Sauf que RAOULT, quand on l’écoute depuis le départ, a toujours dit que l’hydroxychloroquine n’était efficace que dans les dix premiers jours de la maladie.

Et presque toutes les études s’attachent à observer des personnes parties à l’hôpital (celles qui ne le font pas ne sont pas encore sorties), donc pour lesquelles la maladie est bien présente et l’hydroxychloroquine ne sert plus à rien.

Pour le reste, on sait que l’hydroxychloroquine est un cardio-toxique.

Et donc on s’étonne que ce médicament, administré trop tard donc de manière inefficace contre le Covid, fasse alors des dégâts aux cœurs des patients !

Et surtout, il se trouve des médecins pour s’appuyer sur ces études et justifier les restrictions autour de l’hydroxychloroquine, ce qui moi me dépasse.

Et c’est là qu’on se dit que les jalousies professionnelles et l’industrie pharmaceutique ne sont peut-être pas si innocentes que cela… Ça y est. On a enfin atteint le point complot.

Surtout quand RAOULT nous dit, à l’appui de ce qu’on sait sur tous les coronavirus, que le Covid-19 n’est possiblement pas immunisant (en tout cas que l’on ne sait pas encore faire), et donc que cela ne sert pas à grand chose de chercher un vaccin.

Mais là encore deuxième complot, relativement aux vaccins, qui, cocorico héritage pasteurien, ne rendent jamais personne malades ou n’accélèrent pas le développement de certaines maladies. Faites vous vacciner même contre des maladies que vous ne rencontrerez jamais !

Et donc oui, on va peut être trouver quelque chose qui sera à refaire au moins tous les ans, mais cela ne prendra pas plus dans la population que le vaccin contre la grippe.

Pire maintenant, ils veulent même arrêter toutes les études qui utilisent l’hydroxychloroquine (pour qu’on ne connaisse jamais la vérité !)

Bref, cela me saoule qu’il n’y ait aucun bon sens, aucune logique relativement à l’hydroxychloroquine, et que ce soit juste une guerre d’égo.

Alors même qu’on voit que le médicament fonctionne, mais pas pour tout et pour tous, et qu’il y a certainement mieux, mais qu’il n’y a pas de traitement miracle pour l’instant, et que de toute façon certains ont décidé qu’il ne fallait pas que cela fonctionne, donc c’est mort.

C’est à la limite ce comportement bien français qu’on est tellement jaloux que le truc de RAOULT pourrait fonctionner qu’on ne veut donc pas qu’il fonctionne. Et qu’au lieu de se réjouir, tout en cherchant mieux, on défonce celui qui a essayé de trouver…



Tremble Covid-19 ! Éric MEHLHORN organise désormais trois permanences téléphoniques par semaine.

Déloyal. C’est vraiment le seul mot qui me vient à l’esprit.

MEHLHORN, comme MACRON, jouent les petits chefs de guerre dans le contexte de la terreur créée par la pandémie de Covid-19, dans un but essentiellement électoraliste.

Vous devez quand même savoir qu’il y a des gens qui m’appellent pour me reprocher que la Ville n’organise pas telle ou telle démarche, comme un service de livraison de courses, que je suis paradoxalement le seul à proposer dans mon programme !

Et qui ne comprennent pas que je n’y puisse rien ! Ou dans le même genre que je ne puisse pas leur fournir de masques et de gel hydroalcoolique !


Il n’y a qu’à voir sinon l’usage qu’ils se mettent tous à faire de leurs réseaux sociaux.

MEHLHORN, qui jusque-là, pouvait rester une semaine sans publier qui poste une à deux fois par jour, avec de belles mises en scène.

Avec des publications dégueulasses, du genre je suis d’autant plus touché par la mort de Julie, 16 ans, parce que je suis père de famille.

C’est comme les mecs à qui tu apprenais les morts du Bataclan, et qui n’avaient rien d’autre à te dire que JE étais au Bataclan il y a vingt ans, donc JE aurais pu y être, et cela aurait pu être MOI. Ben non, alors tais toi.


Il y aura un bilan de gestion de crise par MEHLHORN à dresser.

Il y aura aussi une analyse sociologique et comportementale des Saviniens à faire, par exemple sur la question de l’ouverture du marché Davout, avec multiplication de désinformations, et tous les suppôts du maire qui trouve que tout ce qu’il fait et ne fait pas est génial.

Plus généralement, le confinement semble rendre beaucoup de gens complètement dingues, ou en fait révéler au grand jour qu’ils sont complètement cons.


En attendant, le Covid-19 n’a qu’à bien se tenir !

On passe effectivement de 1 heure 30 de permanence téléphonique du maire par mois à 3 heures par semaine.

Dont on nous dit que ce sont les 3 heures de rendez-vous du samedi matin.

Tous les prétextes sont bons pour viser une réélection.

Car qu’est-ce que MEHLHORN peut faire dans ce contexte ?

À part promettre de créer, comme dans son programme, sur les six prochaines années, tout ce qu’il n’a pas fait durant son mandat écoulé ?

Et malheureusement, il y aura des gens assez stupides pour le croire, pour lesquels aucun mot ne pourra jamais les convaincre, et c’est réellement désespérant.