Archives du mot-clé LO

Des européennes comme enjeu des partis politiques pour jauger leurs forces avant les municipales

Vous êtes nombreux à vous demander pourquoi des partis qui pensent la même chose et proposent le même programme y vont séparément aux élections européennes ?

Pourquoi l’UDI ne va pas avec La République En Marche (LaREM) ?

Pourquoi Generation-s (Benoît HAMON) ne va pas avec Europe Écologie les Verts (EELV) ?

Pourquoi le Parti communiste (PC) ne va pas avec la France Insoumise (LFI) ?

Pourquoi Lutte ouvrière (LO) refuse le soutien du Nouveau parti anticapitaliste (NPA) ?

Pourquoi Debout la France (DLF) ne va pas avec le Rassemblement national (RN) ?

Pourquoi Les Patriotes (Florian PHILIPPOT) ne va pas avec l’Union populaire républicaine (UPR de François ASSELINEAU) ?

La réponse est simple : tous se testent avant les municipales, et en vue de celles-ci !

Comme un sondage géant et presque gratuit, qui donnera un résultat national global, et surtout des résultats dans chaque ville de France !

D’où des programmes hors-sujets, sur des compétences qui ne sont pas celles de l’Union européenne, et un désintérêt toujours croissant des populations pour l’Europe.


Ainsi,

Si certains partis voient qu’ils peuvent faire 5 % aux municipales dans certaines villes, donc être intégralement remboursés, et pourquoi pas devenir faiseurs de roi, et obtenir un siège par le jeu d’une alliance, ils iront !

S’il y a cinq listes de gauche, c’est juste dans l’espoir que celle arrivée en tête puisse proposer de réaliser l’union autour d’elle aux municipales, et ça se fera.

Si le PC se distingue de la FI, c’est pour voir s’il peut y aller seul et sans MÉLENCHON qui les embarrasse, dans les anciennes banlieues rouges.

Même chose pour Génération-s, qui veut voir comment ils s’en sortent sans EELV dans certaines banlieues.

De son côté, DLF aussi cherche à se dissocier du RN, ou au contraire à voir si en additionnant leurs voix, une union n’est pas plus intéressante voire nécessaire.

Même chose pour l’UDI avec LR cette fois voire avec LaREM, qui se servira de ces résultats pour peser dans des accords nationaux.


Et nous en arrivons au sempiternel débat : faut-il faire des compromis au risque de se compromettre, ou rester intègre et ne jamais être élu ?

Avec l’hypocrisie que les partis en question qui se présentent aux européennes, y vont donc seul, non pas parce qu’ils seraient les seuls à défendre un même programme, ce qui n’est pas vrai puisqu’ils veulent ensuite tous rejoindre un groupe au Parlement européen et donc qu’ils vont être forcés de faire des compromis à un moment donné, car c’est la seule manière de peser, mais parce qu’ils ont en vue le prochain scrutin local ou national

Et surtout qu’ils se disent qu’un mec ou une nana qui fait l’effort de se déplacer aux européennes où l’abstention est très forte, se déplacera forcément pour les municipales, qui sont un scrutin davantage populaire !


Sauf que cette dernière affirmation est fausse, parce que l’enjeu local et national est bien différent.

Même si je serai le premier à regarder les résultats sur ma commune.

Oui, les européennes vont indiquer un résultat théorique mobilisable, à la condition que le parti ne fasse pas une grosse connerie entre temps, et que son leader charismatique ne disparaisse pas subitement.

Or, la perception du temps en politique continue de se réduire, et l’immédiateté s’impose de plus en plus, de telle manière que tout peut très rapidement basculer.

Au national, les gens votent pour une personne qu’ils ont vu à la télé, et pour le coup, puisqu’il n’y a qu’un seul tour proportionnel, vont réellement choisir leur candidat, pour une élection qui en plus les engage moins que localement.

Au local, ils votent aussi en fonction de la tête de liste ; tous les partis ne sont pas représentés, et les enjeux sont bien différents ; là aussi parce qu’ils s’expriment, comme aux européennes, contre le parti au pouvoir…


Ainsi, la somme des facteurs à prendre en compte nuancent toute analyse sérieuse qu’il pourrait sincèrement être appliquée des résultats d’une élections nationale à une élection locale la suivant ne serait-ce que de six mois.



Pourquoi l’extrême-gauche (LO, NPA, POI) se présente en ordre dispersé aux élections ?

Quand on écoute la télévision au moment des élections, on entend toujours des électeurs sensibles aux idées de l’extrême-gauche qui regrettent par exemple que Lutte Ouvrière (Nathalie ARTHAUD / Arlette LAGUILLIER) et le Nouveau parti anticapitaliste (Philippe POUTOU / Olivier BESANCENOT) ne fassent pas cause commune, alors qu’effectivement, leurs programmes semblent assez proches. En voici trois raisons.

Je renverrai le lecteur curieux d’en savoir plus sur les différents trotskysmes à cet article :

https://oliviervagneux.wordpress.com/2016/05/27/quelles-differences-entre-les-trotskysmes-lo-lcr-npa-pt-poi/


1. Parce que c’est inconcevable historiquement

D’un côté, vous avez des communistes légitimistes qui disent avoir gardé pur l’idéal trotskyste : LO, qui se réclament du communisme et utilisent comme emblème la faucille et le marteau. De l’autre, vous avez le NPA composé de révolutionnaires qui interprètent le trotskysme selon la lecture pabliste, du grec Michalis N. Raptis plus connu en France sous le nom de Michel PABLO. Unir ces deux partis revient à nier leur histoire, et finalement leur raison principale d’exister.


2. Parce que c’est compliqué pour la répartition des subventions de l’État

En admettant que LO et le NPA arrivent ensemble à obtenir des subventions annuelles, ce qui s’est déjà produit à différentes périodes, tout le problème sera ensuite de répartir l’argent. Et toutes les alliances de circonstances savent combien cet exercice est difficile, et nécessite de ne pas se disputer, ce qui est très difficile pour ces deux partis qui ne peuvent pas se voir vu qu’ils se disputent le même segment électoral. Donc ne pas s’allier évite aussi ce problème, mais fait clairement manquer des subventions.


3. Parce que ces partis ne veulent pas vraiment la victoire

Nathalie ARTHAUD est la plus sincère : elle affirme uniquement vouloir « faire entendre le camp des travailleurs » au premier tour de l’élection. De la même manière, le NPA n’accomplit ses coups d’éclat que lors des manifestations liées à la défense des droits économiques et sociaux. Ces partis se disputent un électorat qui représente environ 11 % de la société française. Ils ne peuvent pas rêver atteindre 50 % des voix, même par défaut, mais ils préfèrent peser dans le débat.


Il est encore trop tôt pour une telle union, et je pense que les trostskysmes préféreraient encore disparaître que mettre fin à leurs inlassables querelles de chapelle. En réalité, l’idée d’une union est essentiellement portée par des citoyens qui ne voient l’extrême-gauche trotskyste que comme le défenseur des plus pauvres. Et même si l’idée commence à faire son chemin chez les plus pragmatiques des bureaux politiques, elle n’arrivera probablement jamais.



Observatoire n°1 de la campagne des législatives 2017 en Essonne (7e circonscription)

Moins d’un an avant les élections législatives des 11 et 18 juin 2017, les premières candidatures commencent à voir le jour. Peut-on redouter d’en avoir au moins quatorze, si ce n’est plus sur la circonscription comme cela avait été le cas en 2012 ? Très probablement. Ces élections sont avant tout un enjeu financier pour tous les partis, ainsi qu’un moyen politique peu contraignant pour porter et défendre des causes précises.

Au contraire de la plupart des élections locales qui sont des scrutins de liste (hormis les départementales quoique), l’élection législative est une élection uninominale qui ne nécessite au minimum que trois personnes : le candidat, son suppléant et un trésorier. Dans le cas des petits candidats qui vont faire de la figuration pour la défense d’une seule cause (la protection animale, la légalisation du cannabis), tout cela se passe d’ailleurs souvent en famille…


Pourquoi y aura-t-il beaucoup de candidats ?

La loi sur le financement des partis politiques attribue une subvention annuelle de fonctionnement aux partis, proportionnellement au nombre de voix obtenus au premier tour de la précédente élection législative, et au nombre d’élus déclarés par le parti. Mais pour obtenir ces sommes, les partis doivent avoir eu 50 candidats aux législatives ayant obtenu plus de 1 % des suffrages exprimés, d’où la nécessité pour eux de tenter leur chance un peu partout.


Quel bilan d’Éva SAS, la députée actuelle (EELV) ?

Éva SAS est globalement appréciée dans la circonscription, bien que peu la connaissent malgré tout, et qu’elle ne réunisse pas grand monde à ses réunions publiques (souvent les mêmes). Elle a réussi l’exploit de rassembler la gauche autour de son mandat par des positions plutôt indépendantes voire proche des frondeurs. Elle reste malaimée à droite, et aura besoin de la mobilisation des électeurs de gauche pour ne pas être éliminé au soir du premier tour.


Les premiers sondages qui n’ont rien d’officiel

Dans tous les cas, le candidat LR est donné gagnant au second tour. Soit contre le FN qui aurait seul réussi à se qualifier. Soit dans le cadre d’une triangulaire avec le PS ou PS-EELV et le FN. Personnellement, je les nuancerai car avec la multiplication des candidatures à droite au premier tour, le risque est grand que RÉDA se fasse éliminer si Éva SAS restait dans l’Essonne, et qu’elle se retrouve de justesse opposé au FN seul face à qui elle l’emporterait logiquement.


Un mot sur les inévitables candidatures citoyennes

Actuellement, la grande mode des personnes politiques qui n’ont pas obtenu l’investiture d’un parti, ou des citoyens prétendument altruistes qu’on n’entend pas le reste du mandat, mais qui auraient un discours salvateur (sauf qu’il ne se traduit pas par des actes), est de se présenter en candidat indépendant. Et d’y rajouter le mot de « citoyen« , comme d’autres galvaudent le mot de « démocrate« , pour justifier leur action et se prouver qu’ils ne sont pas seuls dans leur combat.


Les candidats officiels ou qui devraient naturellement s’imposer, au 1er juillet 2016

LO, le NPA et le POI envisagent des candidatures

FDG : Mounia BENAILI (Viry-Châtillon puis Juvisy-sur-Orge) ; l’ancienne secrétaire de circonscription est la personne la plus indiquée pour reprendre le flambeau de Gabriel AMARD.

EELV : Éva SAS (Savigny-sur-Orge) est la candidate légitime de ce parti, bien qu’elle soit envisagée pour un parachutage dans la 10e circonscription de Paris, à la place de Denis BAUPIN, comme il aurait déjà pu se faire en 2012

PS : Patrice SAC (Athis-Mons) tient la corde, bien qu’un parachutage soit également évoqué. Tout va dépendre d’un éventuel accord PS-EELV

MODEM (officiel) : Mathieu FLOWER (Savigny-sur-Orge) a été désigné candidat lors du Congrès départemental de son parti du 22 juin

Générations citoyens : envisagent une candidature

Nous citoyens : Bernard BLANCHAUD (Savigny-sur-Orge) fait entendre qu’il va se présenter

LR : Robin RÉDA ; la commission nationale d’investiture s’est réunie, mais n’a pas encore procédé aux investitures officielles qu’Alain JUPPÉ a annoncé possiblement remettre en cause s’il gagnait la primaire, dans certains cas. Laurent SAUERBACH semble avoir renoncé tandis que le maire de Juvisy est le grand favori.

UDI : Jean-Marie VILAIN, maire de Viry-Chatillon, fait courir en privé le bruit qu’il va y aller, mais n’a rien déclenché officiellement. Il a été pré-sélectionné par son parti.

DVD (officiel) : Olivier VAGNEUX (Savigny-sur-Orge) ; Je suis candidat.

DLF : Guillaume HÉNIN, Conseiller municipal délégué de Paray-Vieille-Poste aurait été choisi par son parti, manifestement avec Hélène BRUNG (Savigny-sur-Orge), responsable de circonscription et secrétaire départementale adjointe du parti

FN : Audrey GUIBERT (Savigny-sur-Orge), secrétaire départementale, est la candidate la plus légitime. Son score de 2012, alors qu’inconnue, avait d’ailleurs été très bon.


Installons nous maintenant confortablement dans les tribunes et regardons comment ils vont se taper dessus en inventant des programmes nationaux qui sont à l’opposé de l’esprit de ce qu’ils font localement. Posons-nous malgré tout la question du pourquoi ces investitures  si tôt, avant l’été au cours duquel il ne va rien pouvoir se passer, d’autant que les opérations de financement des campagnes sont raccourcies de six mois. Pour la politique politicienne ?



Quelles différences entre les trotskysmes (LO, LCR-NPA, PT-POI) ?

Cet article est une tentative de synthèse de l’Histoire et des différences idéologiques et programmatiques des différents courants politiques français issus du trotskysmes, issus de la Quatrième Internationale. Il est rédigé par un rédacteur qui n’est pas trotskyste et ne connaît rien au trotskysme, mais tente de comprendre pourquoi il y a trois courants différents qui se disputent et ne parviennent pas à se réconcilier, alors qu’unis, ils ont pesé 10 % des voix.


A. L’Histoire

B. Les partis actuels

C. Les différences


A. L’Histoire

En 1919, LÉNINE et les Bolchéviks (du parti ouvrier social-démocrate de Russie devenu parti communiste) ont fondé la Troisième internationale (ou Internationale communiste, ou Komintern). C’est une organisation internationale qui vise à provoquer une révolution générale par l’intermédiaire des différents partis communistes nationaux. Menée par les ouvriers, elle imposerait la dictature du prolétariat et un mode de production socialiste.

LÉNINE avait plusieurs disciples parmi lesquels STALINE et TROTSKY. À sa mort en 1924, c’est STALINE qui a pris le pouvoir et écarté TROTSKY en l’explusant du Parti communiste en 1927 puis d’URSS en 1929. Le trotskysme est d’abord et avant tout une réaction au stalinisme.

TROTSKY est partisan de la Révolution permanente dont il a fait une théorie. Il explique comment renverser les régimes bourgeois et féodaux pour y établir le socialisme, à partir de la classe ouvrière soutenue par les agriculteurs. Des états ouvriers s’installeraient, d’abord en Russie aidés par les ouvriers étrangers, puis le mouvement prospérerait comme une tâche d’huile dans le reste des états du monde.

Dans les années 1930, TROTSKY pense qu’il n’est plus possible de réformer les partis communistes, trahis par les staliniens qui dominent le Komintern (l’instance de liaison entre les différents partis communistes mondiaux). Il les accusent d’avoir renoncé à la révolution prolétarienne et à l’idée d’auto-émancipation de la classe ouvrière.

Il fonde alors en 1938 à Paris une Quatrième Internationale qui mise essentiellement sur l’effondrement du capitalisme et du stalinisme par la seconde guerre mondiale. Elle rassemble alors des groupes, des organisations et des militants de divers horizons. TROTSKY sera assassiné au Mexique en 1940.


Chronologie indicative des mouvements trotskystes en France

1938 : Fondation de la Quatrième Internationale à Paris

1944 : Création du Parti communiste internationaliste (PCI) à partir du Groupe Octobre, du Comité communiste internationaliste et du Parti ouvrier internationaliste. Hors de ce PCI reste l’Union communiste (UC).

1952 : Le PCI se scinde en deux courants : celui de la doctrine officielle (PABLO, MANDEL, FRANK) qui souhaite l’entrisme clandestin dans les organes communistes pour les noyauter ; et les partisans de LAMBERT (groupe LAMBERT) qui s’y refusent, craignant notamment de s’y corrompre.

1953 : Au niveau international, une majorité de mouvements trotskystes refusent l’entrisme et créent le Comité International pour la Quatrième Internationale (CIQI), mouvement qui existe toujours.

1956 : L’Union communiste devient Voix ouvrière

1963 : Le PCI se réunifie partiellement ce qui créé le Secrétariat unifié de la Quatrième internationale dont ses dirigeants sont PABLO, MANDEL et FRANK. LAMBERT choisit de rester à l’écart de ce mouvement.

1965 : LAMBERT fonde l’OCI (Organisation communiste internationale)

1968 : À la suite de mai 1968, le président DE GAULLE dissout la JCR (Jeunesse communiste révolutionnaire), l’OCI qui se recréé en OT (Organisation trotskyste), le PCI et Voix ouvrière qui se recréé en LO

1969 : Les membres restants du PCI dissout, membres du Secrétariat unifié de la Quatrième internationale, s’allient aux JCR pour fonder la Ligue communiste (LC)

1969 : Les lambertistes créent l’Alliance des jeunes pour le socialisme (AJS)

1970 : l’OT redevient l’OCI

1971 : Les lambertistes, par le biais de l’AJS, provoquent une scission de l’UNEF et créent l’UNEF-US en opposition à l’UNEF-Renouveau ou UNEF-SE, composée d’étudiants staliniens.

1973 : la LC est dissoute après l’attaque d’un meeting d’extrême-droite (Ordre nouveau)

1974 : La Ligue communiste devient le Front communiste révolutionnaire (FCR) puis la Ligue communiste révolutionnaire (LCR). L’OCI tente alors en vain de l’infiltrer pour en prendre le contrôle.

1976 : La LCR participent à la création du Mouvement d’action syndicale (MAS) pour en prendre le contrôle

1980 : L’UNEF-US et le MAS s’unissent au sein de l’UN-ID (indépendante et démocratique) réunifiant les tendances non staliniennes de l’UNEF.

1980 : L’OCI devient pour quelques mois l’OCI-U (unifiée)

1981 : L’OCI redevient le Parti communiste internationaliste (PCI)

1984 : Le PCI participe à la fondation du MPPT (Mouvement pour un parti des travailleurs)

1991 : Le MPPT devient le PT (Parti des travailleurs)

1992 : le PCI devient le CCI (Courant communiste internationaliste) qui est la tendance majoritaire au sein du PT

2002 : les trois représentants trotskystes réalisent 10,44 % des voix à l’élection présidentielle

2008 : le PT devient le Parti ouvrier indépendant (POI)

2009 : La LCR se dissout au sein du Nouveau parti anticapitaliste (NPA). Certains de ses membres rejoignent le Front de Gauche par le biais du mouvement Gauche unitaire.

2015 : le POI connaît une scission avec la création du Parti ouvrier indépendant démocratique (POID)


B. Les partis trotskystes actuels

La Quatrième internationale – secrétariat unifiée, n’est plus réellement représentée par une section française. Si la LCR se réclamait de la Quatrième Internationale, ce n’est pas le cas du NPA de 2009 qui cherche désormais à fonder une Cinquième Internationale. La Quatrième Internationale reste présente dans plus de 60 pays.

La Quatrième internationale lambertiste est aujourd’hui représentée par le Courant communiste internationaliste au sein du POI. Elle est présente dans 54 pays. Cette tendance se présente comme la continuité de la défense du programme de transition voulu par TROTSKY en 1938 pour revenir aux conditions de révolution prolétarienne et d’auto-émancipation de la classe ouvrière.

Le Comité international de la Quatrième Internationale de 1953 existe encore mais n’est plus représenté en France.


Lutte ouvrière

Ce parti est membre de l’Union communiste internationaliste. Il se réclame de MARX, de ENGELS, de LÉNINE et de TROTSKY. Il se dit ouvrier, communiste, révolutionnaire et internationaliste. Il veut reconstruire la Quatrième Internationale qu’il estime dévoyée.

Il réclame une société communiste en lieu et place de la société capitaliste, qui passe par la mise en commun des capacités de production et d’échanges pour assurer les besoins de l’humanité entière. Pour cela, il veut réorganiser les mécanismes de production et de redistribution des richesses, qu’il ne pense pouvoir changer qu’après une révolution mondiale au cours de laquelle « ceux qui n’ont que leur travail à vendre » prendraient le pouvoir.


Le Nouveau parti anticapitaliste

Ce parti est l’héritier direct de la Ligue communiste révolutionnaire qui se réclamait du marxisme révolutionnaire et de la lutte des classes. Son but était de réaliser le programme de transition de TROTSKY pour instaurer une démocratie ouvrière, mise en place par une révolution socialiste abolissant le capitalisme.

Le NPA prône la révolution pour renverser l’État et fonder de nouvelles institutions qui soient sous le contrôle des travailleurs et de la population. Il réclame l’abolition de la propriété privée des moyens de productions, d’échanges et de communication et le choix de la libre-production.  Il se déclare anti-productiviste et recherche par le biais de l’éco-socialisme la relocalisation de l’économie, la redistribution des richesses et la décroissance.

Enfin, il défend l’auto-organisation et l’auto-gestion. Il est encore anti-impérialiste. Il cherche à fonder une Cinquième Internationale.


Le Parti ouvrier indépendant

Le POI ne se considère pas comme trotskyste mais il est contrôlé par des trotskystes regroupés au sein du Courant communiste internationaliste (CCI). Ce parti est membre d’une « Internationale » : l’Entente internationale des travailleurs et des peuples (EIT).

Il dit défendre la classe ouvrière et les intérêts des exploités et des opprimés. Il se déclare « pour le socialisme » et en appelle à abolir le patronat et le salariat pour établir une société de justice et d’égalité, « fondée sur la socialisation des moyens de production et d’échanges« .


C. Les différences

Tous ces partis sont anticapitalistes et révolutionnaires.

Le programme de LO est le plus proche du trotskysme original en réclamant l’union internationale de tous les travailleurs (et pas seulement les ouvriers) pour changer le modèle économique, à partir duquel d’autres réformes sociales pourront être accomplies.

Le programme du NPA vise plus une révolution politique à partir de laquelle il pourra modifier les comportements économiques. Ses combats sont plus divers et plus étendus. Le NPA est prêt à s’allier pour prendre le pouvoir.

Le programme du POI se limite à défendre les ouvriers, les exploités et opprimés (quand LO voit dans chaque Homme un travailleur). Son combat est essentiellement économique pour renverser le système actuel tout en assurant l’indépendance des structures de défense sociales.