Archives du mot-clé lion

La première grosse erreur politique d’Alexis IZARD : l’utilisation indue de l’ancien logo de la Commune de Savigny-sur-Orge

Plouf dans l’Orge !

Entre nous, je ne sais pas ce qui est le plus navrant dans cette histoire…


Si c’est de s’apercevoir qu’Alexis IZARD, qui veut être maire de Savigny, ne connaisse pas encore le logo officiel de la Commune, qui est certes nouveau, mais quand même utilisé depuis septembre 2018, donc depuis plus de onze mois !


Inspiré du blason de la Commune ; les « vrais » savent pourtant que le lion est tourné vers la gauche, mais cela n’a gêné personne au service Communication. Et puis cela permet à MEHLHORN de faire croire qu’il est de droite, puisque le lion regarde vers la droite. C’est vrai que si on ne nous le dit pas, MEHLHORN se comporte quand même comme un bon gauchiste !


Ou bien alors qu’Alexis IZARD utilise au calme un emblème communal dans un document électoral, lequel aux termes de la jurisprudence administrative, risque de conférer, ici à sa vidéo, un caractère officiel de nature à exercer une influence sur le vote des électeurs.

Étant précisé qu’en cas de contestation, le juge de l’élection serait alors fondé à prononcer l’annulation de l’élection « s’il estimait que l’apposition d’un écusson ou des armoiries d’une commune a été de nature à altérer la sincérité du scrutin » (CE, 21 décembre 1977, élections cantonales de Vincennes-Fontenay-sous-Bois-Nord).


Après, de vous à moi, quand je vois la manière dont ont été traités les comptes de campagne des candidats de la République en marche aux élections législatives, je ne pense pas que la Justice administrative invalidera de son côté beaucoup de scrutins.

Juste pour rappeler que Alexis IZARD était le suppléant aux législatives de juin 2017 de la candidate Muriel KERNREUTER qui a bénéficié de trois amis très généreux qui lui ont prêté respectivement et sans intérêts 12 000 €, 8 000 € et 6 000 € pour faire campagne.

Et que la Commission des comptes de campagne l’a quand même relancée trois fois avec des délais contraints respectés une fois sur trois (19 septembre 2017 avec réponse sous quinze jours, 03 novembre 2017 avec réponse dans la journée et 04 décembre 2017 avec réponse avant 15 heures) pour obtenir des réponses et des documents à leurs questions.

Avant de lui valider ses comptes, bien qu’elle ait donc répondu hors délai… Je ne suis pas certain qu’ils auraient fait preuve d’autant de patience avec tous les candidats…

Peut-être faut-il sinon voir ici un lien avec la brusque augmentation du salaire d’un président d’une autorité administrative indépendante, aujourd’hui âgé de 83 ans, donc qui en avait 81 en 2017, et pour qui il serait peut être temps de partir en retraite…

Article à venir sur les comptes de campagne KERNREUTER / IZARD !


En conclusion :

Premier document de campagne, et première (grosse) erreur.

Certes involontaire, mais qui traduit un amateurisme flagrant du candidat IZARD et de son équipe.

Ils avaient besoin d’un logo, si possible vertical, et ils ont pris le premier truc disponible en tapant « Savigny-sur-Orge » sur Google images…

Je ne sais pas pour vous, mais je la sens bien cette campagne, parce que quelque chose me dit que c’est loin d’être la dernière erreur des amateurs de LaREM…

Dont malheureusement 90 % des électeurs n’auront rien à faire, puisqu’ils choisissent uniquement une étiquette, et qu’on peut leur raconter n’importe quoi comme a fait MEHLHORN avant lui, et qu’ils le goberont.

Car ce sont malheureusement les mêmes qui ont voté MEHLHORN contre la piscine de SPICHER qui défendent le plus ardemment les nouveaux gouffres financiers que le maire veut ouvrir avec Grand-Vaux, l’école Buisson, le centre culturel communal, et la ZAC gare – centre-ville…


Dans un prochain article, je commenterai le choix du nom de la liste « Osons Savigny ». Car oser est un acte courageux, et je ne vois aucun courage à commencer à s’intéresser à notre commune à sept mois des élections. Plutôt de l’opportunisme !

Et dans un autre article, j’analyserai la vidéo très ancien monde de notre candidat maire, qui multiplie les erreurs de communication, dont l’utilisation indue de ce logo ; tout cela parce qu’ils ont voulu aller trop vite, alors qu’on est mi-août, et que tout le monde se fout de la politique. J’espère, s’ils devaient gagner, qu’ils seront un peu plus réfléchi dans leurs actions, et qu’ils ne bâcleront pas ainsi la gestion des affaires publiques dans une incompréhensible précipitation.




Publicités

Quand Éric MEHLHORN menace un de ses administrés (Olivier VAGNEUX)

Il y a quelques jours, j’avais écrit, à tort, qu’Éric MEHLHORN, maire LR de Savigny-sur-Orge, n’était « pas un lion rugissant, mais un bon gros chat » .

Or, il n’en est rien, parce qu’Éric MEHLHORN est en fait UN SPHINX qui parle par énigmes, en plus de ne pas parler français. Visez plutôt :

« Comme d’accoutumée, vous avez pu constater que ce soir, pour garantir la confidentialité des votes, ce Conseil municipal n’est pas filmé. Comme d’accoutumée, même si je m’attends à cette réaction habituelle, je demanderais aux personnes qui sont dans le public et qui filment*, a minima de baisser la caméra pour garantir la confidentialité. Eh bien là aussi, on saura quoi en faire pour la prochaine fois. Je vous remercie. Aucun respect. »

* J’ai scrupule à préciser qu’il n’y avait que 5 personnes dans le public, gardées par 2 policiers municipaux, et que j’étais le seul à utiliser une caméra pour filmer ; je ne sais donc pas où MEHLHORN a-t-il vu DES PERSONNES qui filmaient, puisqu’il n’y avait que moi et mon 0,4 policier municipal (1,4 restant un chiffre singulier).


En premier lieu, il faudrait vraiment qu’Éric MEHLHORN arrête de faire l’enfant. Nous payons suffisamment cher un cabinet de conseil juridique qui est en capacité de dire si filmer des opérations électorales est (il)légal. Qu’il le saisisse et obtienne un avis, dont je tiendrai compte (ou pas), tout en assumant les risques de continuer si ce n’est pas légal. Le Conseil municipal a sinon un règlement intérieur. Rien n’interdit donc à MEHLHORN de le modifier. Mais ce ne sera plus pareil pour lui, car il ne pourra plus s’opposer frontalement à moi de la sorte…

En deuxième lieu, je pense que MEHLHORN ne comprend pas le sens du mot « accoutumée », du moins l’emploie ici à mauvais escient. Effectivement, le Conseil du 30 juin 2017, pour l’élection des grands électeurs aux sénatoriales n’a pas été filmé, malgré l’emploi d’un isoloir ! Mais celui du 08 février 2018 l’a quand même été, avec toutefois une interruption vidéo au moment des votes.

En troisième lieu, et vu la qualité des images issues de la caméra que j’utilise, je défie quiconque de prouver le vote de telle personne. Surtout que je fais justement un plan large au moment du vote, pour qu’effectivement, l’esprit du scrutin secret soit préservé.

En quatrième lieu, j’aime les leçons du professeur MEHLHORN en matière de respect. Là aussi, il faudrait sérieusement et définitivement qu’il ouvre un dictionnaire ! Quelle hypocrisie venant du mec qui a licencié 59 personnes, et qui passe son mandat à renier sa parole et ses promesses de campagne ! En respect, comme en matière de foutage de ma gueule, il se pose là, le camarade.

En cinquième lieu, il faut regarder la réaction épidermique que je provoque à MEHLHORN, quand je lui résiste. J’en ai d’ailleurs commis un gif (mon premier ; pour la journée internationale du gif). Regardez le jeu des mains, des épaules, la tête, le regard et un très léger rictus.

En sixième et dernier lieu, intéressons-nous à la menace (petite menace mais menace quand même) ! Qui en droit, désigne le fait d’exprimer le projet de nuire à autrui. Il s’agit d’un acte d’intimidation visant à susciter de la crainte chez la personne visée. Or, c’est raté, parce que MEHLHORN ne me fait pas peur.

Que va-t-il d’ailleurs faire ?

  • Venir salir ma boîte aux lettres avec des excréments canins, ou essayer de la faire exploser avec un pétard ? Déjà fait.
  • Venir défoncer le portail de mon jardin ? Fait.
  • Venir casser la base de ma gouttière, à un niveau que seul le pied peut atteindre (c’est pas une voiture qui a pu rentrer dedans) ? Encore fait.
  • Arracher ou dégrader mes affiches ? Il y en a déjà d’autres qui le font.
  • M’appeler sur mon téléphone au milieu de la nuit et me laisser des messages de ricanements ? Fait aussi
  • M’envoyer des mails d’insulte ? Je connais aussi.
  • Me renvoyer en poste restante des exemplaires de mes tracts passés, avec des insultes ? Pareil…
  • Mettre ma maison en vente sur Seloger.com ? Bis repetita placent
  • Me menacer de s’en prendre à moi physiquement ? Jean-Marie CORBIN m’en soit témoin ; les seuls trois mecs qui ont jamais menacé d’agir ainsi (et de me casser la gueule) étaient des militants de LR (tendance FN Jean-Marie)

« Eh bien là aussi, on saura quoi en faire pour la prochaine fois. » (Éric MEHLHORN)

Eh bien ==> C’est du parler oral. C’est populaire.

Là aussi ==> J’ai beau relire l’intervention complète ; je ne la comprends pas. C’est le tout premier, et le seul reproche que m’adresse MEHLHORN. C’est aussi con que de commencer une intervention par DONC.

On saura ==> Je suis ravi de l’aider à élargir son champ des savoirs.

quoi en faire ==> Plait-il ? Le « quoi » est populaire. Le « en » ne correspond à rien. Le « faire » signifierait-il que MEHLHORN va enfin faire quelque chose, ce qui nous changerait ?

pour la prochaine fois ==> Faut-il comprendre qu’on va revoter une troisième fois pour élire un conseiller territorial ? Quand doit avoir lieu cette prochaine fois ?

Donc je demande solennellement à MEHLHORN ce qu’il va faire la prochaine fois, parce que personnellement, je ne l’ai pas compris !


En conclusion, qu’est-ce que MEHLHORN a eu besoin de faire une telle réflexion, si ce n’est de jouer l’intéressant ? Il savait ce qui s’était passé le 08 février 2018 et anticipait ma réaction, ce qu’il admet sans problème. Il n’a même pas travaillé son dossier, parce qu’il n’avait aucune référence juridique à m’opposer. Mais il a gagné un article de blog (ce qu’il recherchait ?), et certainement des complaintes de ses soutiens pour le consoler, et lui dire qu’il est beau et qu’il a raison.


La vidéo du Conseil municipal dans son intégralité