Archives du mot-clé Linky

Expérience : la mesure de l’exposition aux champs électromagnétiques à son domicile

C’était une idée qui me taraudait depuis un moment, avant même les débats sur Linky…

Plus exactement depuis que j’avais reçu chez moi la visite d’une Savinienne électro-hypersensible, qui avait passé son temps à me dire qu’elle se sentait hyper-mal dans ma maison…

Et donc, je voulais vérifier le détail de l’exposition que je subissais tous les jours, bien que ne ressentant personnellement rien.

J’étais d’autant plus intéressé que j’habite au centre de gravité d’un triangle de trois antennes relais, que je ne vous fais pas l’injure de tracer…

Capture d’écran @Cartoradio – cliquez dessus pour agrandir


Et puis, j’ai découvert grâce à FranceTVinfo que cette mesure pouvait se faire gratuitement, en remplissant un formulaire CERFA, à faire ensuite signer par une collectivité territoriale ou une association habilitée.

J’ai donc rempli le formulaire, et je l’ai soumis au maire de ma Commune, qui a mis trois semaines à me répondre.

J’ai ensuite envoyé le formulaire à l’ANFR, et j’ai obtenu une réponse début janvier (cinq semaines après), pour un rendez-vous début février (trois semaines après).

Ma démarche m’aura donc pris trois mois en tout, mais je pense qu’elle n’aurait pu en prendre que deux.


C’est donc ce lundi 04 février 2019 que j’ai reçu la visite d’un technicien, Meissa SARR, du laboratoire indépendant EXEM, missionné par l’Agence nationale des fréquences (ANFR) pour mesures le détail de l’exposition aux champs électromagnétiques dans mon pavillon.

Pour indication, il n’existe, à ce jour, qu’une seule autre mesure publique à Savigny-sur-Orge, qui est celle du bâtiment de la mairie, à 0,41 V/m de moyenne (volt par mètre).

Et le danger pour l’Homme commence lorsque le niveau global d’exposition est à plus de 6 V/m.


Le technicien a commencé à mesurer le niveau global d’exposition dans le jardin et dans les principales pièces de mon pavillon à l’aide d’un champmètre large bande.

Il m’avait alors juste demandé de placer mon téléphone portable en mode avion, mais m’avait indiqué que je pouvais laisser allumés mes autres appareils connectés.


Le champmètre mesure un certain nombre de valeurs pendant quelques dizaines de secondes, lesquelles ne sont jamais fixes mais dépendent des champs captés.

Puis l’appareil indique la valeur minimale, la valeur maximale et une moyenne (AVG – average).


À ce stade, c’est mon jardin qui donne sur Morangis, qui est le plus exposé, à 0,28 V/m de moyenne (chiffres à confirmer dans le rapport final).

Et ma chambre au 1er étage, qui donne sur la rue du Bicentenaire, donc vers le stade au COSOM, qui est la moins exposée à 0,06 V/m en moyenne (chiffres à confirmer dans le rapport final).

En moyenne, l’exposition dans mon pavillon serait environ à 0,23 V/m, soit beaucoup moins qu’à la mairie (chiffres à confirmer dans le rapport final).


Le protocole de mesure veut alors que le détail soit analysé dans la pièce qui est la plus exposée, sauf demande expresse du particulier ; en l’occurrence mon salon – salle à manger.

Le technicien installe alors un analyseur de spectre, par fréquences, qui va relever :

1) les fréquences du Wi-Fi, des radars et des téléphones

2) les ondes radio

3) les champs émis par les appareils électroménagers

Le tout, à chaque fois, sur trois hauteurs : à 1,70 m, à 1,50 m et à 1,10 m.


Le technicien passe alors en revue les différentes fréquences.

Je constate ainsi l’existence de fréquences réservées à la SNCF ou à l’aéroport d’Orly.

Je découvre aussi, grâce aux relevés, que, de manière marginale, les ondes sont plus concentrées à 1,10 m qu’à 1,70 m, soit près du sol, soit au niveau de la tête de nos enfants debout, ou de la nôtre lorsque nous sommes assis… (Ce que je vous écris est peut-être très niais car très logique, je ne suis pas un grand physicien.)


L’intervention aura duré à peine plus d’une heure.

Je dois maintenant obtenir d’ici un mois un rapport détaillé qui précisera les mesures effectuées, et complètera tout cela.

Je ne manquerai pas de le rendre public, en plus des informations qui figureront désormais sur le site Cartoradio.

Et puis, si un jour, Enedis me force à prendre un Linky, on pourra alors comparer les données ! (Je rajoute que j’ai reçu la visite d’un technicien Enedis la semaine dernière qui n’était pas informé des obligations en matière de protection des données qui incombent à Enedis depuis le RGPD)


Un grand remerciement à Meissa SARR de s’être prêté au jeu des photos.

N’hésitez-pas à les agrandir en cliquant dessus.

Un nouvel article sera publié à la réception du rapport, afin de le lire ensemble.



Publicités

Arrête anti-Linky de Savigny-sur-Orge déféré devant la Justice administrative par le préfet : pourquoi ce soutien de l’État à Énedis ?

C’est une annonce voulue très discrète qui a été faite au milieu d’une réponse d’une question orale du conseiller municipal d’opposition Alexandre LEFEBVRE : le préfet de l’Essonne a déféré l’arrêté anti-Linky du maire de Savigny-sur-Orge !

Et là, j’ai donc envie d’écrire de quoi le préfet se mêle-t-il ?

En quoi la Commune de Savigny-sur-Orge enfreint-elle la Loi, puisqu’elle est propriétaire des compteurs au terme de l’article L.341-4 du code de l’énergie ?

(voir en ce sens l’interprétation de la Cour des comptes de 2013, relevant des lois du 05 avril 1884 confiant la compétence d’organisation du service public de l’électricité aux communes, et la loi du 15 juin 1906 reconnaissant les communes propriétaires des réseaux en moyenne et basse tension : qui considère que : « Les réseaux publics de distribution restent néanmoins la propriété des communes, qui confient le cas échéance, en déléguant leurs compétences à des syndicats intercommunaux ou des syndicats d’énergie… »)

En quoi cela dérange l’État que le maire accorde une liberté de choix aux habitants leur permettant de refuser le Linky ?

Pourquoi les préfets déferrent-ils systématiquement ces arrêtés ? Pourquoi l’État fait-il le jeu d’Énedis ? Quels sont ses intérêts dans l’affaire ? N’y a-t-il pas là une entente, voire une prise illégale d’intérêts, à tout le moins une manœuvre de favoritisme, qui dépasse le cadre du seul contrat de service public passé entre les deux acteurs, lequel garantit seulement un accès à l’électricité sans discrimination ?


Il n’empêche donc que l’arrêté contesté va s’appliquer tant qu’il n’est pas annulé par la Justice administrative ; pour un jugement qui devrait être rendu vers la fin 2020 voire 2021.

Je peux cependant vous attester que si je suis élu maire en 2020, non seulement j’irai en appel au cas où le jugement annulait l’arrêté (enfin, je soumettrai quand même cette question au conseil municipal avant). Mais puisque l’appel n’est pas suspensif, j’en reprendrai de suite un autre qui sera une version améliorée de celui pris par le maire actuel !


Et je veux finir en m’étonnant que le maire de Savigny, qui passe ses journées à donner des leçons de droit, pensant respecter la Loi parce que le service public de la Justice ne reconnaît pas les infractions qu’il commet, sur ce coup, accepte voire assume de l’enfreindre, si l’on suit la logique préfectorale.

Alors que, sur la construction de logements collectifs sociaux, il tient tout à coup absolument à respecter les quotas démesurés de la loi SRU, parce que c’est la Loi… C’est louche !

Il y a là une contradiction flagrante, qui n’est d’ailleurs pas sans rappeler aussi quand le maire s’était opposé à l’ouverture des écoles le mercredi en 2014 par opposition à la réforme des rythmes scolaires, et là, il ne respectait pas non plus la Loi.

Dans ce cas, c’était pour emmerder la gauche. Paradoxalement, sur le logement social, il fait le jeu inverse. Il n’y a aucune cohérence !


Et à côté, il fait le beau à côté du préfet, alors que le maire de Savigny n’a réellement aucune raison de l’apprécier, par le mal, qu’une application stricte de la Loi telle que voulue par le préfet, fait à notre Ville.

Clairement, le préfet de l’Essonne n’est pas l’ami de la Commune de Savigny-sur-Orge !


En fait, l’application de la Loi par le maire de Savigny est à géométrie variable.

Ici, c’est surtout par électoralisme, et guère par convictions…



Enfin ! Le maire de Savigny-sur-Orge a trouvé le courage de prendre un arrêté anti-Linky !

Après avoir été pour, puis contre, puis pour, puis à nouveau contre, et finalement s’être certainement rendu compte que ses électeurs, s’ils sont vraiment de droite, ne pouvaient que être contre qu’on leur impose quelque chose contre leur liberté, Éric MEHLHORN a fini par prendre ce 11 décembre 2018 un arrêté laissant le choix aux habitants de voir leurs compteurs remplacer par des machines communicantes Linky et Gazpar !

Le texte de l’arrêté me semble plutôt correct.

J’espère qu’il tiendra dans la durée !

En PDF : arrete-antiLinky-SSO




À l’ordre du jour du Conseil municipal de Savigny-sur-Orge du 22 novembre 2018

N’oubliez pas la séance du Conseil municipal de ce soir, jeudi 22 novembre 2018, qui s’annonce bien insipide. Pas de grands enjeux, beaucoup d’intendance. Toujours à la salle des fêtes de Savigny à 20 h 30 (entrée par la porte de droite pour les gueux).

Au fait, la venue d’un représentant d’Énedis pour parler du Linky est encore absente de l’ordre du jour… Comme par hasard…


RESSOURCES HUMAINES

01 – Personnel Communal : adhésion au contrat groupe d’assurance statutaire du Centre Interdépartemental de Gestion de Versailles (CIG)

02 – Transposition du régime indemnitaire tenant compte des fonctions, des sujétions, de l’expertise et de l’engagement professionnel (R.I.F.S.E.E.P.) aux cadres d’emplois de la filière culturelle

==> Mesure injuste qui permet de favoriser les fayots.

03 – Délibération de principe autorisant le recrutement d’agents contractuels de remplacement

==> Et la vraie casse du service public commence !

04 – Autorisation pour le recrutement d’enseignants de l’Éducation Nationale et fixation de leur rémunération

==> C’est là qu’on constate l’immense échec de l’IFAC. Les étudiants saviniens n’ayant pas envie d’être sous-payés pour faire de l’aide aux devoirs, on va chercher des instituteurs…

05 – Emplois permanents : modification du tableau des emplois permanents

==> recrutement d’un deuxième juriste, à cause d’Olivier VAGNEUX ?


AFFAIRES JURIDIQUES

06 – Modification de la composition de la Commission Consultative des Services Publics Locaux (CCSPL)

==> Il faudrait que j’écrive tout le mal que je pense de Dynamic Savigny.

07 – Désignation des représentants du Conseil Municipal membres de la Commission Consultative des Services Publics Locaux

08 – Désignation d’un membre titulaire et d’un membre suppléant pour la Commission d’Appel d’Offres spécifique dédiée au groupement de commandes pour la fourniture de carburants


AFFAIRES GÉNÉRALES

09 – Tarifs municipaux relatifs aux concessions funéraires

==> Vont-ils augmenter ?


FINANCES

10 – Approbation du rapport 2018 de la Commission locale d’évaluation des charges transférées (CLECT) instituée entre la Métropole du Grand Paris et ses communes membres

==> Où l’on va voir que Savigny n’a aucune vision intercommunale…

11 – Attribution d’une subvention pour surcharge foncière à la SA d’HLM les Résidences Yvelines Essonne pour la réalisation d’une résidence intergénérationnelle de 83 logements

==> Anormal, même si on nous dira que cet argent est déduit de l’amende SRU…

12 – Bilan sur l’utilisation du Fonds de Solidarité de la Région Ile-de-France pour l’année 2017

==> Peut mieux faire !


ENFANCE / SCOLAIRE

13 – Convention de mise à disposition d’une installation aquatique pour l’accueil des scolaires du 1er degré

==> Relance-t-on le débat de la piscine ?


CCAS/VILLE

14 – Attribution d’une avance sur subvention à l’association « OASIS » au titre de l’exercice 2019

==> Comme chaque année, mais cela reste anormal qu’on les finance de manière anticipée

15 – Modification de la convention constitutive – Statut du groupement d’intérêt public ayant pour objet d’administrer le Fonds de Solidarité pour le Logement de l’Essonne (GIP FSL)


CULTURE ET VIE LOCALE

16 – Demande de subvention au Ministère de la Culture – Direction Régionale des Affaires Culturelles d’Ile-de-France (DRAC) pour 2019 dans le cadre des manifestations littéraires

==> la seule fierté de Joëlle EUGÈNE ; elle est utile parce qu’elle demande des subventions. Mais ça n’a rien d’exceptionnel !

17 – Demande de subvention au Conseil Départemental de l’Essonne pour 2019 dans le cadre des contrats culturels de territoire

==> idem

18 – Demande de subvention au Conseil Départemental de l’Essonne pour l’année 2019 dans le cadre de l’aide à l’investissement culturel

==> idem


POLITIQUE DE LA VILLE

19 – Approbation de deux conventions d’objectif et de financement avec la Caisse d’Allocations Familiales (CAF) – Dispositif politique de la Ville – Centre Social

20 – Approbation du projet social et renouvellement de l’agrément centre social de la Maison de quartier de Grand-Vaux

==> Hypocrisie, l’IFAC est incompétente !

21 – Approbation du projet social et renouvellement de l’agrément centre social de la Maison de quartier des Près-Saint-Martin

==> idem


SPORTS

22 – Attribution d’une avance sur subvention à l’association « CO Savigny Football » au titre de l’année 2019

==> Anormal, et que devient la musculation au fait ?


VŒU

23 – Vœu : Obtenir le meilleur de la co-construction du RER-C-2020

==> MEHLHORN nous fait savoir qu’il est allé à une réunion, et qu’il s’est fait (avec TEILLET) embobiné par la communication d’IDF Mobilités…


POINT D’INFORMATION

24 – Information au Conseil municipal de l’arrêté préfectoral de règlement du budget primitif principal 2015

==> Décevant parce qu’il ne se passe rien alors que la Ville était en tort.