Archives du mot-clé Linky

Grande victoire pour Éric MEHLHORN : il a gagné le droit d’organiser la rentrée scolaire le 18 mai au lieu du 14 !

Rappelons les faits : le 03 mai, Éric MEHLHORN cosigne une tribune pour dire qu’il se déresponsabilise des conséquences d’une rentrée à partir du 12 ou du 14 mai, mais aussi qu’il n’a pas les moyens d’organiser cette rentrée, plus j’oubliais qu’il se déresponsabilise des conséquences d’une rentrée. Qu’à cela ne tienne, notre super-maire a obtenu 4 jours qui lui permettent certainement de trouver tous les moyens nécessaires à une rentrée.

Le seul hic à l’affaire, c’est que le problème des moyens évoqués dans la tribune n’est pas tant organisationnel que matériel et financier. Et qu’en 4 jours, je vois mal ce qui peut se passer à part peut-être des livraisons dont il faudrait l’argent pour les payer. Donc en fait, MEHLHORN n’a signé la tribune que pour dire que s’il y a deuxième vague épidémique à partir des écoles, ce sera la faute du vilain préfet et de la méchante Éducation nationale. C’est courage fuyons !

D’autant plus que je n’ai aucun doute que la majorité municipale de MEHLHORN  votera finalement CONTRE la réouverture plus complète des écoles lors du conseil municipal du 16 mai, au moyen d’un vœu qui sera formulé lors de la prochaine assemblée délibérative, réclamée par BLANCHAUD notamment qui veut exercer une dernière fois ses prérogatives de conseiller municipal, qu’il ne sera normalement plus si les résultats du premier tour sont conservés.

Bref, ce que je ne comprends toujours pas, malgré l’excellente communication du Gouvernement, est que la rentrée pourrait se faire alors que l’Essonne ne sera pas en zone verte d’ici lundi. Mais je pense qu’on doit être dans le délire que la majorité des enfants ne peuvent pas être malades ni transmettre la maladie et que Kawasaki ne touche qu’une très petite minorité d’enfants. Et puis, il faut relancer l’économie, peu importe que les parents n’aient pas tous des enfants qui soient actuellement en grande section, CP et CM2…

Je termine donc sur ce « Ensemble » bien en gras, où comment Éric MEHLHORN se déresponsabilise à nouveau, parce qu’il n’assume rien. De toute façon, nous dira-t-il, ce n’est pas son droit de refuser d’ouvrir les écoles. Et donc il ne va pas tenter un coup de communication comme il a fait avec les compteurs Linky. Ce qui est juste étrange est qu’il ne raisonnait pas pareil en septembre 2014 lorsqu’il avait fait barricader les écoles le mercredi matin pour s’opposer à la réforme des rythmes scolaires…




Archives – Municipales 2020 à Savigny-sur-Orge : Dominique DAUVERGNE, déjà candidat il y a 31 ans !

À l’époque, l’écologiste Monsieur DAUVERGNE (c’est lui le colleur en diésel de DEFRÉMONT qui se fait engueuler par les riverains des panneaux d’expression libre) était encore socialiste (comme Jean-Marc d’ailleurs qui le sera jusqu’en 2015).

Et il faisait alors concurrence à la liste Verte conduite par Stéphane LE PONT, laquelle obtiendra d’ailleurs plus de voix que la liste ESTIVILL (PS dissidente) sur laquelle Dominique DAUVERGNE figurait en 1989.

Un jour que je discutais avec Jean-Marc, il me parlait du potentiel électoral écolo de Savigny. Et même si DEFRÉMONT m’a vendu qu’il était écolo parce qu’il avait fait le Larzac dans sa jeunesse (ce qui en y réfléchissant, mais je suis un peu lent, ne veut absolument pas dire qu’il est écolo), je me demande sincèrement dans quelle mesure tous ces gens sont réellement écologistes.

Pas tant à cause des quatre passages en diésel par jour pour recoller, au motif que c’est pour cela que RÉDA aurait gagné les législatives. Mais par exemple, parce qu’il n’y a rien d’actif dans leur soi disant engagement écologiste contre Linky. Et nous en parlions le jour des vœux du maire où DAUVERGNE a simplement repris à son compte l’action de son parti, qu’il n’applique pas à Savigny, parce que je ne l’ai jamais vu agir contre Linky dans notre commune.


Il y a trente-et-un ans.


Maintenant.


En trente-et-un ans, on note le recentrage de l’homme, en tout cas sur les photos !


Je ne sais pas ce que je ferai dans 31 ans.

Et même si mon métier consiste à rentrer par la cheminée après qu’on m’ait viré par la fenêtre, la porte de derrière, la porte de devant et la porte du garage, je ne suis pas certain qu’il soit sain de s’accrocher autant en matière de démocratie.

Avec le suffrage de 1 électeur sur 8 après 7 ans d’engagement, je suis quand même conscient que les Saviniens n’adhèrent pas à mon projet politique. Je ne rentre pas dans la considération schizophrénique que les gens votent pour des partis pour pouvoir s’en plaindre.

J’espère ne pas faire comme Dominique DAUVERGNE, et que je ne chercherai pas à revenir dans 31 ans, non pas parce que mes idées ne valent pas le coup, mais parce que le Peuple m’a déjà exprimé trois fois qu’il ne voulait pas de moi. Nul n’est prophète en son pays.



Déploiement du Linky à Savigny-sur-Orge : bien afficher la preuve de son refus !

Alors que je pensais m’en être tiré pour ce coup, les installateurs de Linky sont revenus à la charge ce lundi 17 février 2020 en installant des compteurs partout où mes voisins n’avaient pas affiché leur refus sur leur compteur. J’invite donc tous ceux qui sont opposés au Linky à bien afficher dessus ou dans le boîtier de leur compteur un écriteau indiquant leur opposition à l’installation d’un tel compteur fliquant / communiquant.

En réalité, il faut savoir que les installateurs sont payés au nombre de compteurs posés, et que ce n’est pas tant leur hiérarchie qui leur demande des comptes, qu’eux qui sont volontaires pour les installer. Dans mon cas, l’installateur a pris des photos de mes documents de refus, et il m’a indiqué qu’il remplacerait les différents compteurs sur lesquels aucun message n’avait été apposé. J’ai donc prévenu mes voisins tout comme je vous préviens de la même manière.

Ce n’est là que la fin d’une première étape pour Énédis et ses partenaires. Devraient maintenant commencer les opérations de harcèlement par téléphone et par courrier pour indiquer que le changement du compteur est obligatoire. Dans ce cas, j’attends sereinement que mon fournisseur rompe mon contrat de service, ou que Énédis me mette en demeure d’accepter le changement, vu qu’il n’y a aucune loi qui ne le leur permet encore…

En clair, le seul envoi d’un courrier à Énédis ou à son sous-traitant, pas plus qu’un ou des appels téléphoniques, ne suffisent. Il faut impérativement apposer un message sur son compteur pour signifier à nouveau son refus. Mieux vaut prévenir que guérir.



Compteur Linky : OK Service raconte n’importe quoi !

Le 13 janvier 2020, j’appelle OK service pour leur signifier mon refus de me voir remplacer mon compteur par un Linky. Or, le 28 janvier 2020, je reçois un courrier de OK Service, daté du 23 janvier 2020, m’indiquant qu’ils viendront m’installer le compteur entre le 29 janvier 2020 et le 05 février 2020…

Donc je les rappelle, et je tombe sur une conseillère qui n’y connaît rien, et qui enchaîne les contre-vérités et surtout m’indique que OK Service ne respecte pas les refus lorsque les compteurs sont en extérieur comme dans mon cas.

Si j’évite l’argument que Linky est obligatoire, ce qui m’aurait permis de lui demander quelle loi le rend obligatoire, et de la contrer lorsqu’elle m’aurait parlé d’une loi de 2015 qui ne s’impose qu’à Énedis, elle me sort surtout que la Commune n’a pris aucun arrêté, et que le compteur est la propriété d’Énedis. Je lui réponds avec l’article L.322-4 du code de l’énergie, mais elle ne semble pas le connaître, alors que les gens ne l’appellent que pour cela. Quel amateurisme !

Finalement, et alors qu’elle m’a demandé mon numéro de département, bien qu’elle m’avait déjà identifié grâce à mon numéro de téléphone, mais sans me dire qu’elle m’a identifié par lui, elle me dit que mon refus a déjà été noté, mais qu’il ne sert à rien parce que mon compteur est à l’extérieur. Ce qui n’empêche pas que pour me le remplacer, la société doit alors pénétrer sur la propriété de ma voisine pour y accéder, ce qui est une forme de violation de domicile.

J’ai hâte de me confronter au technicien dans ces conditions ! Et il est évident que je ne resterai pas sans réclamer de poursuites pénales si l’installation se faisait en force. car si j’ai tort en droit, alors Énedis ne peut se faire Justice lui-même, et il devrait saisir le Tribunal à me contraindre d’accepter, ce qu’il ne fait pas… Puisqu’il n’est pas dans son droit…