Archives du mot-clé libertés individuelles

Libertés publiques à Savigny-sur-Orge : le rapporteur public soutient ma demande d’annulation de l’arrêté interdisant la consommation d’alcool en certains lieux de la commune

La fausse droite de MEHLHORN bientôt démasquée par la Justice administrative ?

Dans ses conclusions en vue de l’audience au Tribunal administratif de jeudi, le rapporteur public soutient ma demande d’annulation de l’arrêté par lequel le maire a interdit la consommation de boissons alcoolisées dans certains lieux publics de la commune, en tant que la mesure d’interdiction prononcée n’est ni nécessaire ni proportionnée aux buts recherchés !


À la base, c’était un arrêté pour lutter contre l’alcoolisme notoire de certains.

Mais plutôt que d’essayer de proposer une politique sociale pour leur venir en aide, les aider à arrêter, les réinsérer dans la société,

MEHLHORN et JAUGEAS n’ont rien trouvé de mieux que de décréter des zones ou des quartiers dans lesquels ces gens n’auraient plus le droit de consommer.

D’ailleurs, MARSAUDON avait déjà pris un arrêté de ce genre en 2000 qui n’était absolument pas respecté. La faillite de ce système était écrite d’avance !


Ce n’est pas une politique de droite !

La droite, ma droite, défend les libertés publiques !

Pour neutraliser quelques dizaines de personnes, elle se refuse de réduire les libertés de milliers d’autres !


Cet arrêté m’emmerdait personnellement donc pour deux raisons :

  • la première est qu’elle interdisait aux chrétiens d’offrir des verres de l’amitié avec alcool à la sortie de la messe des églises sainte-Thérèse et saint-Martin, sans autorisation du maire,
  • la seconde est donc la question de libertés publiques. J’ai le droit de me bourrer la gueule dans la limite où je suis responsable de mes actes à partir du moment où je serai ivre sur la voie publique. Comme je l’écris souvent pour moi, je n’ai pas besoin d’être saoul pour écrire des conneries sur ce blog !

De toute façon, qu’est-ce qu’on aurait fait après cet arrêté en constatant qu’il ne fonctionnait pas ? On en aurait pris un autre pour élargir les zones, et encore un autre…


Éric MEHLHORN, ce n’est vraiment que de la gueule !

Moi, quand je serai maire, on aura un service communal d’hygiène et de santé, et on s’en servira aussi bien pour faire fermer les mauvais kébabs que pour lutter contre l’alcoolisme.

Mais en parallèle, on aura une politique sociale, pour ne pas faire que de la répression, qui ne résout absolument rien. La preuve par les Capverdiens de la Place Davout et de la Grande rue !

Et donc par exemple, on remettra les bains-douches à disposition des personnes sans domicile fixe pour qu’elles puissent y dormir ; et que l’alcool ne soit pas dans certains cas, un moyen de lutter contre le froid.

De la même manière, cela leur évitera de se faire extorquer par des personnes qui leur font payer cher l’endroit où ils les laissent dormir ! Parce que le logement insalubre, et les marchands de sommeil ne manquent pas à Savigny.


Je termine en vous disant que le jugement sera rendu le 18 juillet 2019, et en vous présentant le nouvel arrêté réglementant la vente de boissons alcoolisées interdite après 20 heures pour la seule épicerie de l’avenue Henri-Dunant.

MEHLHORN prend vraiment les personnes alcoolo-dépendantes pour des connes. Moi, je serai à leur place, j’achèterai mes packs à 19 heures 55, et je les consommerai pendant la soirée, sur deux à trois heures.

Et là, MEHLHORN, tu vas faire quoi ? Rien, parce que ce n’est que de la communication électoraliste, pour satisfaire quelques riverains. Et moi, je dis qu’on peut résoudre autrement ces problèmes, qu’il faut solutionner, mais pas de cette manière là !



Le Conseil d’État accuse réception de ma requête contre la CNIL ; je dépose plainte à la CNIL contre Savigny et le GOSB

Ce matin, je me suis levé, et comme je ne savais pas quoi faire, une partie de moi s’est dit : « Tiens, et si en procédurier que je suis, je portais plainte contre la Ville de Savigny, et pourquoi pas aussi contre l’intercommunalité ? » Et une autre partie de moi a répondu : « Très bonne idée. Trouvons vite un sujet qui emmerdera le plus de monde possible ». Et c’est comme cela que j’ai décidé d’instrumentaliser dégueulassement une fois de plus la CNIL.

Qu’est-ce que la CNIL ? La Commission Informatique et libertés. Entre nous, je ne trouve pas qu’elle soit très efficace (sinon, je n’aurais pas dû contester devant le Conseil d’État sa décision de clôturer l’instruction de ma plainte contre MEHLHORN)… Pour rappel, c’est le maire de Savigny au téléphone qui me demande si je l’enregistre. Je lui dis non mais je le fais. Lui me dit qu’il m’enregistre. Je saisis la CNIL et il dit qu’il ne m’a jamais enregistré. Sauf que j’ai ce qu’il a dit !

https://vocaroo.com/i/s13A2UjHBHOF (15 secondes)

Quand je ne cherche pas de travail, je fais de l’expérimentation citoyenne (plus français que de dire du testing). Et j’aime bien embêter l’extrême-droite municipale savinienne qui comble son « sentiment d’insécurité » par un « sentiment de sécurité » apporté par des caméras. Bref, ça se passe la nuit, je me mets sous les caméras, et j’exécute une petite chorégraphie de ma composition. Et puis, je demande à voir les images. C’est un droit permis par nos libertés publiques.

Sauf qu’à Savigny, on a transféré la compétence à l’intercommunalité. Et on ne sait pas. Et on s’en fout. Et le responsable des services Informatique est parti pour la semaine. Et il n’y a personne pour le remplacer. Et le responsable des Affaires juridiques ? Il est fâché parce que je dis trop de mal de son incompétence. Et l’intercommunalité, elle s’en fout aussi ! Et la CNIL ? Elle enverra deux mails de rappel à la Loi. Mais au moins pour moi, ça me remplit un article de blog !

Donc pour résumer, non content des services de la CNIL que j’attaque devant le Conseil d’État, je reviens leur demander de faire appliquer la Loi par le GOSB à Savigny. Et j’en profite pour constater que les libertés individuelles se meurent face à la stupidité des gens à qui on fait croire que les libertés collectives nécessitent qu’on bafoue ces premières. Et j’en fais cinq paragraphes pour dire que l’administration mehlhornienne, le GOSB et compagnie sont tous nuls…


Ma plainte contre Savigny-sur-Orge (cliquez sur les images pour les agrandir)


Ma plainte contre le Grand-Orly Seine Bièvre (cliquez sur les images pour les agrandir)



Laurence SPICHER-BERNIER manifeste pour la liberté d’expression

À la marche républicaine de ce dimanche 11 janvier 2015 (pour quels motifs svp ?) s’est jointe la marche des hypocrites. Nous aurons désormais tout vu avec Laurence SPICHER-BERNIER qui manifeste pour les valeurs républicaines (donc les libertés) alors qu’elle fut de sa magistrature politique une ennemie des libertés individuelles (pour ne pas écrire une vraie gauchiste).

UDI-MR

Invitation de l’UDI à laquelle Mme BERNIER, qui pose au milieu d’autres UDI, a répondu

Faut-il dire que c’est Mme BEN BACHIR qui privait ses opposants politiques (PS notamment) d’un encart d’expression libre dans sa Lettre du Maire ? (Et qu’elle a été condamnée pour cela – en se défendant avec l’argent du contribuable savinien ?)

Faut-il rappeler les ennuis qu’elle a causés à M. François DAMERVAL pour qu’il l’ait mal considérée sur son blog ? Certes à la limite de l’insulte, mais lorsqu’on va manifester pour Charlie Hebdo, on n’est pas à cela près.

Faut-il se souvenir des mises en demeure adressées à la presse lorsque les journalistes ont évoqué sa condamnation pour exercice illégal de la profession d’avocat ? Et après cela, on marche pour défendre la liberté de la presse.

Faut-il se remémorer que Mme BERNIER m’a fait mettre en demeure parce que j’ai évoqué sa condamnation dans l’affaire qu’il l’opposait au Parti socialiste de Savigny-sur-Orge ? Cette dame qui crachait sur EELV se faisant même défendre par un avocat militant écologiste.

Faut-il encore rappeler que Mme SPICHER-BERNIER a poursuivi 42 % de son Conseil municipal sur la période 2008-2014 ? Pour des motifs des plus fallacieux comme lorsqu’elle accusait son opposition de refuser de tenir des bureaux de vote, qu’elle n’avait pas informé de cela ?

Que les Français sont hypocrites ! Depuis 40 ans, on leur supprime leurs libertés individuelles et on voudrait faire plus avec un « Patriot act » à la française. Et personne ne bouge. Tous se soumettent au « cosmopolitiquement correct » et hurlent au scandale lorsque ZEMMOUR ou HOUELLEBECQ en parlent, pas toujours très bien, il est vrai. Oui, mais ils peuvent toujours aller et venir, notamment grâce à l’espace Schengen !

Ce 11 janvier 2015, il y a eu une marche. Et maintenant , on fait quoi ?


Crédits photos : Pages Facebook publiques de Laurence SPICHER-BERNIER et de David FABRE

Qu’est-ce qu’être de droite ?

En France, depuis 1791 :

« être de droite, c’est affirmer que la liberté est notre bien commun le plus précieux. » (Olivier VAGNEUX)

Par liberté, on peut comprendre libertés individuelles. Celles qui sont énoncées et garanties par la Déclaration des droits de l’Homme et du citoyen de 1789.

Il m’aura fallu 22 ans pour mettre les mots justes sur ce qu’est la droite française.

Et le mot « liberté » ne peut pas se remplacer par « argent » et ses dérivés.

Énoncé à Savigny-sur-Orge le 18 septembre 2014.