Archives du mot-clé Lettre ouverte

Lettre ouverte à Alain BUCQUET, Préfet délégué à l’égalité des chances de l’Essonne

LETTRE OUVERTE AU PRÉFET DÉLÉGUÉ À L’ÉGALITÉ DES CHANCES EN ESSONNE

Objet : Conseil citoyen de Grand-Vaux à Savigny-sur-Orge

Savigny-sur-Orge, le 20 octobre 2017

Monsieur le Préfet,

Je m’inquiète pour vous. Il semblerait qu’on vous cache, à vous, Préfet délégué à l’égalité des chances, certaines réalités de la politique de la Ville à Savigny-sur-Orge.

De la bouche même du maire de Savigny, il paraîtrait, que vous citeriez en modèle, le Conseil citoyen de Grand-Vaux !

Or, je ne savais pas que l’opacité, la désinformation, l’intimidation, les abus de pouvoir et les abus de confiance, pour ne citer qu’eux ; commis au sein du Conseil citoyen de Grand-Vaux, étaient des exemples dans notre République.

Mais peut-être partagez-vous tout simplement l’avis de votre délégué, M. Yves BOUCHET, qui le 2 février 2017, me demandait ce que, franchement, ça pouvait me faire d’avoir accès au contrat de ville intercommunal 2015-2020, et aux productions du Conseil citoyen de Grand-Vaux ? (Sur ce point, j’ose espérer que la réponse du juge administratif à mon recours en contentieux contre les refus de communication du Conseil citoyen de Grand-Vaux vous satisfera.

Votre modèle de Conseil citoyen, en tant qu’il est poursuivi en Justice, est un peu étonnant…)

Ou peut-être allez-vous sinon vous énerver de mes propos, comme le maire de Savigny, lors de la dernière réunion de son Conseil municipal, car il ne supporte pas qu’on dise qu’il puisse y avoir une influence de son exécutif sur ce Conseil citoyen. N’est-il pas étonnant que ce soit toujours l’IFAC, association largement subventionnée par la mairie, qui possède la coordination de ce Conseil et la maîtrise complète de l’ordre du jour, alors que celles-ci ne devaient être que temporaire ?

Que pensez-vous sinon de l’apolitisme de ce Conseil avec une de ses membres sur la liste des grands électeurs de la commune aux élections sénatoriales ? Que pensez-vous ensuite de la consigne donnée aux membres de ne pas communiquer ce qu’ils font à l’extérieur ? Que pensez-vous toujours du fait que même les conseillers municipaux ne soient pas informés, et que l’IFAC prétende ne pas pouvoir communiquer, sur consigne du cabinet du maire de Savigny ?


Vous pouvez continuer de faire semblant de respecter un programme et un calendrier, soi disant cadrés par la loi. Les appels d’offres vous trahissent avec des descriptifs qui connaissent déjà les scenarii qui ne sont toujours pas censés être finis ! Un seul exemple avec le SIAHVY (Syndicat intercommunal pour l’aménagement hydraulique de la vallée de l’Yvette) qui écrit en septembre 2017 qu’on va démolir la crèche des Moussaillons parce que c’est prévu dans le projet ! Ils doivent avoir des dons de voyance !

Enfin, je souhaite vous exprimer mon avis sur le projet de rénovation tel qu’il s’annonce : ce n’est pas en virant 500 pauvres (même si effectivement il existe une corrélation entre pauvreté et délinquance), et en les remplaçant par des gens plus fortunés, que Grand-Vaux va changer.

Je vois les combats contre l’économie de la drogue. Par quoi comptez-vous la remplacer ? Je vois la volonté de rouvrir des commerces. Avec quelle sécurité pour empêcher les rackets qui existaient jusque-là ? Je vois cette envie de rouvrir le quartier. Mais pour y faire quoi ?

Et selon moi, la rénovation va échouer parce que vous n’avez pas de réponses à ces questions. Mais vous, vos prédécesseurs et vos successeurs, tout aussi complices, pourrez vous féliciter de tout cet argent investi, voulant croire que la qualité d’un projet dépend de l’argent dépensé.


Je voudrais donc finalement que vous me rassuriez : êtes-vous simplement naïf, ou complètement cynique ?

Vous pouvez tromper les institutions que vous fréquentez et qui, de toute façon, ne vérifient pas vos mensonges, mais je veux vous dire que vous ne trompez pas les citoyens. Et aussi que c’est à cause de comportements comme le vôtre que les citoyens ne croient plus à la parole publique.

Restant donc dans l’attente de retrouver votre représentant au Tribunal, en tant que personne juridique faisant office pour le Conseil citoyen qui n’a pas de personnalité juridique ; pour savoir s’il est normal qu’il y ait une opacité totale sur les travaux du Conseil citoyen. (Et j’ose espérer que vous arrêterez alors cette insolente publicité mensongère s’il y a condamnation.)

Je vous prie de croire, Monsieur le Préfet, en l’assurance de mes respectueuses salutations.

Olivier VAGNEUX



Lettre ouverte à François FILLON, après sa défaite à la présidentielle 2017

Savigny-sur-Orge, le 24 avril 2017

Monsieur le Premier ministre,

Je fais partie de ces centaines de milliers d’électeurs dont les voix vous ont manqué ce dimanche.

J’ai personnellement pris la décision de ne pas voter pour vous lorsqu’il y a deux semaines, a été révélé que votre femme avait perçu des fonds publics depuis 1982, et non pas depuis 1997 comme vous l’aviez indiqué sur TF1, ou 1988 comme écrit un temps sur votre site de campagne, ou 1986 comme dit devant la presse. Je me suis demandé jusqu’à quand vous alliez nous mentir, et j’en ai conclu que je ne voulais pas de ce président parce que vous n’étiez pas sincère. Pourtant, je pensais que c’était votre marque de fabrique, vous le premier à avoir reconnu être à la tête d’un État en faillite…

Très sincèrement, je me moque bien du fait que votre femme ait perçu de l’argent public : ce qui m’a dégoûté, ce sont vos mensonges et votre incapacité à dire la vérité une fois pour toutes, ce qui aurait cassé le bec du Canard enchainé.

Alors si je vous parle ici de ce qui a été pour moi décisif, il me faut également vous dire un mot de ce qui me freinait bien avant cela de voter pour vous.

1. Comme beaucoup de Français, j’ai eu des réserves sur votre réforme de la Sécurité sociale ou le passage des 35 aux 39 heures. Quand j’en parlais autour de moi, je me rendais bien compte que les gens ne comprenaient pas cela non plus, et en disaient d’ailleurs beaucoup de bêtises. Mais au lieu d’avoir des documents clairs pour l’exprimer, je n’ai reçu aucun tract de votre parti pour me l’expliquer. J’ai juste eu un document du candidat investi LR pour les législatives, qui parlait surtout de lui…

2. Dans ma ville, et à intervalles réguliers, j’ai vu l’expression libre, notamment associative, disparaître sous quatre de vos affiches identiques. Je ne suis pas trop con ; une seule aurait suffi pour porter votre message. Je m’en suis ouvert aux colleurs de votre parti ; ils n’en avaient rien à faire, tant pis pour vous…

3. J’en viens donc à parler du personnel de votre parti. Il y a un certain nombre de personnes qui vous ont trahi, et que vous n’avez pas exclu, faisant le jeu d’un système de baronnies que les Français ne peuvent plus voir. Je veux un chef de l’État fort ; or, vous vous êtes laissé piétiner… Mais plus que tout, la catastrophe réside chez la majorité de vos élus qui sont incompétents et que votre parti ne parvient pas à former… Ils donnent une mauvaise image du parti LR ! Dans mon département, alors que des économies étaient possibles, ils ont choisi d’en faire de manière limitée pour augmenter massivement les impôts. Idem dans ma ville. Je pense que les électeurs ont compris que votre élection amènerait à une augmentation d’impôts, et que vous ne réaliseriez pas vraiment certaines économies.

4. Sur la ligne de votre parti ensuite, vous avez non seulement trahi vos électeurs en plus de trahir la mémoire de Philippe SEGUIN. Vous êtes europhile quand vos électeurs n’ont pas digéré 2005. Vous êtes libéral quand SEGUIN montrait la menace que représentait le libéralisme sur les politiques sociales gaullistes. Vous allez draguer au centre dans des alliances UDI-MODEM, de gens qui vous trahissent. Ce qui vous a manqué, ce sont les voix du centre-droit qui sont partis rejoindre MACRON. Alors que si vous aviez fait campagne à droite, vous auriez pris les voix de LE PEN et de DUPONT-AIGNAN ; vous n’auriez quand même pas eu les voix du centre-droit, mais vous seriez au second tour.

Pendant trop longtemps, vous vous êtes caché derrière tous ces problèmes, refusant de les résoudre. Je recevais des chaines de mail pour me dire non pas que vous étiez le meilleur, mais que vous étiez le moins pire. Quelle a été votre idée de demander qu’on vous soutienne davantage qu’on vous aime !  J’étais abreuvé de sondages Filteris m’expliquant que vous alliez gagner haut la main. Que votre femme aurait pu gagner 4000 euros par mois si elle avait été avocate et non pas votre assistante parlementaire. Ce n’est pas ce qui m’intéressait.

Je reste heureux que vous ayez gagné la primaire parce que vous le méritiez, mais vous n’avez ensuite pas fait ce qu’il fallait pour l’emporter.

Changez donc de ligne politique, renouvelez le personnel politique de votre parti, défendez vraiment vos convictions par du militantisme, et vous retrouverez les suffrages de la majorité des électeurs !

Au second tour, comme au premier, je voterai blanc. Je trouve enfin que vous faites une grave erreur politique d’appeler vos électeurs à voter contre Marine LE PEN. Vous prétendiez vouloir libérer les Français mais vous les enchainez dans une consigne de vote ; c’est la dernière contradiction qui me rassure quant au fait que j’ai eu raison de ne pas vous soutenir…

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Premier Ministre, l’expression de ma très haute considération.

Olivier VAGNEUX



Menacer l’expression de David FABRE, c’est menacer l’expression de tous les Saviniens qui ne pensent pas comme Franck BOUZIN

Savigny-sur-Orge, le 03 mars 2017

LETTRE OUVERTE AU MAIRE DE SAVIGNY-SUR-ORGE

En copie à son Cabinet,

En copie à M. Franck BOUZIN,

En copie à M. DAVID FABRE,

Objet : Attitude et comportement de M. Franck BOUZIN en Conseil municipal


Monsieur le maire,

À plusieurs reprises au cours de la séance du Conseil municipal du jeudi 02 mars 2017, M. Franck BOUZIN a tenu des propos inadmissibles à l’égard de M. David FABRE, conseiller municipal d’opposition.

Je le cite :

  • « Casse toi de la Ville » (lors de l’examen du premier point de l’ordre du jour)
  • « Si vous n’êtes pas content, vous quittez la Ville. » (lors du débat d’orientation budgétaire)
  • « Arrêtez, vous critiquez tout. » (lors du débat d’orientation budgétaire)
  • « Si vous n’êtes pas content, vous vous cassez d’ici » (lors du débat d’orientation budgétaire)

Au travers de la seule menace proférée à l’encontre d’un conseiller municipal d’opposition, c’est la liberté d’expression de tous les Saviniens qui est menacée.

Les propos de M. BOUZIN sont explicites : il invite tous ceux qui critiquent, ou qui ne sont pas contents, à quitter la Ville.

Alors oui, nous pouvons critiquer votre politique et exprimer notre mécontentement, n’en déplaise à M. BOUZIN qui n’a pas à menacer ceux qui pensent différemment de lui. Non, il n’a pas à nous demander de quitter la Ville si nous ne partageons pas vos positions.


Vous me reprochez d’assimiler vos pratiques à celles d’un régime totalitaire. La philosophe allemande Hannah ARENDT définit pourtant comme critères de la dynamique totalitaire le parti unique et l’oppression sur les oppositions dans le but de les empêcher d’exister.

Il me semble que si tous vos opposants quittent la Ville, sinon qu’ils ne peuvent plus s’exprimer en Conseil municipal sans subir les quolibets ou les insultes de vos colistiers, alors vous confirmez mes analyses, qu’existent par votre permission les germes d’un totalitarisme à Savigny-sur-Orge.


En conséquence, je vous demande de veiller à ce qu’au cours de la prochaine séance publique du Conseil municipal de Savigny, M. BOUZIN s’excuse auprès de M. FABRE pour son comportement profondément anti-démocratique d’hier soir.

Plus que cela, qu’il s’excuse auprès des Saviniens pour la menace qu’il fait peser sur l’expression de tout un chacun, ainsi que pour l’image désastreuse qu’il donne d’un élu de la République, et de votre majorité municipale.

C’était hier la quatrième fois que je voyais M. BOUZIN en proie à un accès de colère suivi de menaces physiques ou verbales ; une seule était déjà de trop !

Il n’y aura pas de cinquième fois, et vous devez savoir que s’il y en a une, je saisirai personnellement le Procureur pour mettre un terme à ces agissements que vous tolérez. Et je n’oublierai alors pas de rappeler votre part de responsabilité dans l’augmentation de ces violences dont nous sommes témoins dans l’enceinte même du Conseil municipal.

Car je me permets de vous redire que vous n’avez pas plus condamné les paroles prononcées hier soir, que les menaces de me « casser la gueule », qui m’avaient été adressées devant témoins le samedi 12 mars 2016 à l’issue d’une réunion de quartier, parce que j’avais critiqué la mauvaise tenue d’un bureau de vote par M. BOUZIN lors des élections départementales de 2015.

Si donc son mandat est trop dur pour lui, ou qu’il subit trop de pressions, je pense être de votre devoir de lui proposer de démissionner…

Vous vous présentez comme le chef d’une majorité municipale. Prouvez-le, en modérant les ardeurs déplacées de vos élus.


Je vous remercie de votre attention, et je vous prie d’agréer, Monsieur le maire, l’expression de ma considération distinguée.

Olivier VAGNEUX



L’inorganisation 2015-2016 des rythmes scolaires à Savigny-sur-Orge

En image de une, la demande du fonds d’amorçage pour les rythmes scolaires à Savigny-sur-Orge. Elle est datée du 27 octobre alors que la rentrée a eu lieu le 2 septembre… Si donc la Ville manquait d’argent, prétexte des cadenassages du premier mercredi, pourquoi ne pas l’avoir demandé plus tôt ?

Monsieur MEHLHORN maire de Savigny-sur-Orge, nous invite dans le dernier bulletin municipal (été 2015) à garder le rythme. Il fait là une référence aux rythmes scolaires qu’il n’avait pas préparés pour la rentrée 2014-2015. Alors espérons qu’il soit un peu plus prêt cette année, ce dont je doute puis qu’il n’y a aucune nouveauté cette année…

Souvenez-vous de M. MEHLHORN accusant les vilains socialistes d’avoir précipité la réforme. Élu en mars, mais s’y prenant en août, le maire n’avait pas assez d’argent et d’animateurs pour assurer la bonne application de la réforme. Alors après avoir cadenassé les écoles, il promettait une année de transition (2014-2015) avant que les choses sérieuses ne commencent

Le grand mensonge mehlhornien

Certes, cette réforme coûte cher. M. MEHLHORN prétend qu’elle lui a coûté 500 000 €. Si j’avais été élu et appliqué mon programme en matière de rythmes et de TAP (travaux d’activités péri-scolaires), cela nous aurait coûté 700 000 € mais aurait été un peu plus intéressant pour les enfants. Sauf que M. MEHLHORN n’a pas demandé à temps les aides qu’il fallait…

50 € du fonds d’amorçage + 53 € de la CAF soit environ 650 000 € ; 150 000 € de trop ?

Assez vite, M. MEHLHORN a arrêté de se plaindre du coût de la réforme. Peut-être en effet lorsqu’il a fini, le 27 octobre 2014, par faire la demande du fonds d’amorçage lui rapportant 330 000 € supplémentaires (environ). Mais alors comment se fait-il qu’il reste 150 000 € d’excédent par rapport à ce que nous en dit MEHLHORN ? Pourquoi n’utiliserait-il pas tout ? A-t-il compris ?

Sauf que VALLS a haussé le ton

On va l’admettre, la réforme des rythmes scolaires est une idéologie de M. PEILLON qui ne fait que retirer du temps de travail des fondamentaux (lire, écrire, compter) à nos têtes blondes. Alors l’État aide un peu les communes, d’accord, mais elle ne va pas non plus leur financer la réforme ad vitam æternam. Aux villes de s’organiser après le lancement de la réforme.

Le fonds d’amorçage est reconduit pour les communes disposant d’un « PEDT de qualité »

C’est en tout cas ce qui a été voté dans le texte de la réforme territoriale (la « conditionnalité » des aides à la qualité). Or, à ce jour, Savigny ne possède pas de PEDT. Juste quelques idées posées par le service scolaire de la Ville qui ne vont pas chercher très loin. On peut sinon le conserver à condition d’avoir des activités périscolaires de qualité… La bonne blague à Savigny.

Rappel des différentes aides

Les différentes communes françaises pouvaient obtenir un minimum de 103 € par enfant pour l’année 2014-2015. 50 € de fonds d’amorçage et 53 € de la Caisse d’allocation familiale pour couvrir les frais d’organisations d’activités  culturelles, artistiques ou sportives. Les communes jugées plus « fragiles » pouvaient recevoir jusqu’à 40 € de plus.

Cela n’appauvrit pas les villes

En moyenne, la réforme des rythmes scolaires coûte 110 € par enfant à la Ville. Mais si celle-ci dispose de politiques culturelles, sportives, sociales, éducatives, à l’enfance et à la jeunesse, les coûts sont aspirés dans le fonctionnement des différents services sollicités. D’autant que les agglomérations (comme la CALPE pour Savigny) ont débloqué des fonds supplémentaires…


Espérons donc que M. MEHLHORN s’y prenne un peu plus tôt cette année pour réclamer les aides de l’État disponibles si nous devions perdre le fonds d’amorçage.

Je vais encore la ramener, mais j’écrivais déjà le 19 août 2014 dans ma lettre ouverte à Éric MEHLHORN qu’il devait le demander ce fonds, ce qu’il finit par faire le 27 octobre !!!

J’en profite pour rappeler que je proposais pendant la campagne des élections municipales un plan intercommunal éducatif territorial. Nous en sommes encore loin…


Les rythmes scolaires à Savigny-sur-Orge

Pour rappel des horaires à Savigny (sauf maternelle des Marguerites) :

  • les lundis, mardis, jeudis, vendredis : 8h30 – 11h45 et 14h – 16 h
  • Les mercredis : 8h30 – 11h30

Les parents continuent de pouvoir chercher leur(s) enfant(s) entre 16h et 16h30. Les services du mercredi sont reconduits : les centres de loisirs sont ouverts et les repas du midi sont assurés.

Les dérogations pour la maternelle des Marguerites est conservée : les horaires se font de 8 h 45 (au lieu de 8 h 30) à 12 h.