Archives du mot-clé légende urbaine

Sur l’auto-interview de Mathieu FLOWER dans la Lettre du conseil citoyen n°2

Pourquoi auto-interview, me demanderez-vous ? Juste parce qu’en général, la personne interviewée ne signe pas sa propre interview (ils ont même oublié d’enlever le nom du texte qui leur a envoyé et qu’ils ont transformé en questions / réponses !!!). Une preuve de plus, s’il en fallait que le conseil citoyen de Grand-Vaux est composé d’idiots utiles qui pratiquent la servitude volontaire et font le jeu des pouvoirs publics dans une obéissance crasse.

Ils cherchaient une personne à interviewer, et comme par hasard, ils sont tombés sur le maire-adjoint chargé de la Jeunesse (celui qui a fermé la Savinière, coupé dans les subventions aux associations de jeunesse, et arrêté Sports-vacances), des Sports (un mec qui croit que la musculation est un sport, parce qu’il la confond avec l’haltérophilie) et à la Démocratie locale (lui qui ferme sa gueule quand on empêche les oppositions de parler, pourvu qu’il ait son indemnité à la fin du mois…)

Mathieu FLOWER est en effet l’habitant-type idéal de Grand-Vaux, et je préviens les lecteurs sensibles et les gauchistes fragiles que je vais ici employer, entre guillemets, des termes appartenant au langage indigéniste (qui est quand même le regard porté par les pouvoirs publics sur Grand-Vaux), sinon au langage de la sociologie influencée par les études post-coloniales, pour expliquer des perceptions et des contre-perceptions !

En effet, aux yeux du pouvoir, FLOWER est un « déraciné » (un Antillais venu en Métropole) et un « racisé » (un non-blanc, en l’occurrence un noir). Il serait donc, par ces caractéristiques, représentatif de la population de Grand-Vaux, et pourrait donc leur parler pour leur montrer la voie de l’intégration. Parce qu’il est noir, alors il pourrait parler aux autres noirs, et plus largement aux autres non-blancs ; ce qui n’est d’ailleurs pas très éloigné de la pensée de MACRON*.

Sauf qu’aux yeux d’une partie de la population de Grand-Vaux, FLOWER n’est noir que d’extérieur mais blanc à l’intérieur, c’est à dire qu’il est considéré comme un « nègre de maison » (en référence à un discours de Malcolm X de 1963) par les autres qui se voient comme des « nègres des champs« . Or, je n’arrive pas à savoir si FLOWER est conscient de cela, mais qu’il ferme sa gueule pour le titre d’adjoint, et l’indemnité. Ou s’il ne s’en rend vraiment pas compte…

Toujours est-il que le 10 décembre 2014, un élu fâcho de la majorité municipale de Savigny a dit à FLOWER qu’il irait bien avec Guilène DÉSIRÉE qui est l’autre conseillère municipale de couleur de peau noire, ce qui était une réflexion purement raciste (je traduis : on va maquer les noirs ensemble parce qu’ils sont noirs), et je crois me souvenir que FLOWER a ri en entendant cela dit devant lui… Enfin bon, je ne partage pas l’humour de certains membres de la majorité municipale de Savigny…


Venons en maintenant au fond de l’interview, relativement aux propos tenus.

1. Pour FLOWER, l’attractivité d’un quartier se mesure à la qualité de services publics (c’est pourquoi, en bon schizophrène, il en a fermé autant en 2015, mais on remarquera que ce n’était pas à Grand-Vaux qu’il les fermait, donc il a vraiment une sale mentalité égoïste…). Et donc FLOWER de se réjouir qu’on essaie de les faire venir désormais dans le quartier.

==> Mais ouais, c’est super ! C’est super néo-colonialiste ! On va apporter la culture et le savoir aux cons de Grand-Vaux, parce qu’ils sont trop fainéants pour se déplacer. Et surtout, on leur évite d’avoir à venir se mélanger avec les gens bien de l’autre côté de l’A6. Restez donc dans votre ghetto, les pouilleux, ça permet en plus aux blancs privilégiés de venir faire leurs bonnes œuvres pour vous apporter la civilisation !


2. On apprend ensuite que FLOWER a été particulièrement marqué par l’attaque du camion de pompier parce que c’est un symbole de solidarité.

==> Par contre, que les policiers se fassent caillasser régulièrement, il n’a pas l’air d’en avoir grand chose à foutre. Il n’était d’ailleurs pas trop pressé pour faire effacer les plaques des voitures de la BAC servant au repérage. D’autant plus que lui n’hésite pas à s’en prendre à des associations, qui font pourtant de la solidarité, en usant avec elles d’un comportement illégal, et pénalement répréhensible, comme lorsqu’il leur demande des relevés de compte bancaire !!!


3. Ensuite, FLOWER veut retrouver l’histoire et l’âme du quartier.

==> Traduisons-le : quand les habitants étaient plus assistés par les services publics qu’ils ont fait fermer de par leur comportement, et donc quand il y avait moins de Noirs et d’Arabes.


4. Après quoi, FLOWER tombe dans le discours victimaire (donc il méprise les autres habitants et estiment par conséquent être un sur-homme de lui s’en être sorti, et que tout le monde ne pourrait pas faire comme lui) : Grand-Vaux n’est pas un quartier coupé du monde.

==> Non, mais ça, c’est une légende urbaine. Grand-Vaux est quand même plus proche de tout (de la gare, de l’autoroute, de la Poste, de la mairie…) que plein d’autres quartiers de Savigny.


5. Il dit encore : si le projet foire, c’est qu’il y a des connards qui s’y opposent, et ces connards, c’est les habitants qui ne veulent pas vivre ensemble (le grand malheur du Dieu créateur), et de cibler pour la bonne conscience une minorité non identifiée qui fait chier tout le monde…

==> Remplaçons donc les habitants et taisons la complicité de la majorité qui finalement se satisfait très bien de cet état de fait…


6. Il dit aussi qu’il faut l’aide de l’État pour sortir de l’économie de la drogue et des violences.

==> Selon FLOWER, c’est donc à l’État de trouver des jobs aux habitants (trop cons pour en trouver tous seuls), et peut-être même de faire venir la Police. Discours victimaire qui prend la population de Grand-Vaux pour des sauvages à éduquer… Le salut du quartier viendra des parents et des grands-frères le jour où ils diront à leurs enfants d’arrêter de déconner.


7. Le renouveau de Grand-Vaux est en chacun de nous. Il doit se construire dans le cadre d’une confiance partagée… Et bla bla bla…

==> Quel hypocrite, alors que c’est lui qui participe à écrire un projet foireux qui se résume à casser des logements sociaux, et virer des pauvres. Il ne résout rien, et veut juste retrouver un quartier avec plus de blancs et moins d’emmerdes… Et un peu plus de services publics, mais comme il ne saura pas les gérer comme en 2015… Heureusement quand même qu’il y a l’argent des blancs du reste de Savigny pour payer tout cela…


En conclusion, que FLOWER soit adjoint, et habitant du quartier depuis 30 ans ne lui donne aucune légitimité supplémentaire. Il est personnellement méprisant, et par conséquent méprisable. Son discours est populiste, victimaire, rempli de « on-dit » et de fake news. Dommage que la lettre du conseil citoyen soit en fait un organe de propagande pour dire à quel point la majorité municipale de Savigny est géniale. J’espère que les lecteurs sauront discerner !


* Le 22 mai 2018, le président MACRON a expliqué que cela n’aurait aucun sens que deux mâles blancs ne vivant pas dans ces quartiers s’échangent un rapport (BORLOO). Donc pour lui, la politique de la Ville ne doit pas être faite par les blancs mais par les habitants du quartier. Dans ce cas, arrêtons de prendre les impôts des blancs pour financer les quartiers…




Publicités

Les taxes foncières sur le bâti à Savigny-sur-Orge (Essonne) en 2016

Beaucoup de Saviniens sont inquiets de l’augmentation de 29 % du taux départemental de la taxe foncière sur le bâti  (12,69 % à 16,37 %). Notons au passage que Éric MEHLHORN, Conseiller départemental savinien, a voté cette surimposition qu’il justifie par des arguments ne reposant sur aucune preuve tangible. Je vous invite d’ailleurs à comparer ce choix avec la page consacrée dans l’audit des Finances du Département.

TW-MEHLH-budget

Sincérité de rompre les engagements électoraux. Responsabilité de ne pas écouter les préconisations des spécialistes. Augmenter les impôts de manière déraisonné est aussi une forme de fuite… L’avenir dans un monde pressuré ne s’annonce jamais bien – regarder la naissance des totalitarismes au XXe siècle.

MK-12

Ici, c’est écrit 6 % et pas 29 %… C’est bizarre, l’augmentation votée le 25/01/16 n’est pas prévue dans le temps, et la majorité n’évoque jamais le retour au taux initial de taxe foncière… Ils accumulent en prévision de leurs futures erreurs ?

Mais comme on mise sur votre mémoire courte (la preuve, personne ne s’était aperçu qu’en neuf ans de Conseil départemental, Éric MEHLHORN n’avait rien fait et il a brillamment été réélu), on espère que cette hausse brutale sera vite oubliée à l’horizon « présidentielles 2017« . Aussi la précipite-t-on dans l’année 2016 alors que les budgets primitifs sont traditionnellement votés fin mars ou début avril. Alors profitons tant que la France croît encore être à droite.


Les taux de taxe foncière sur le bâti payés par un Savinien propriétaire

Je remercie mes propriétaires de parents dont je suis le locataire de m’avoir fourni leur feuille d’impôt foncier pour cette petite explication. Ainsi que vous pouvez le constater pour 2015, vous avez six colonnes de détails de taxe. En 2016, vous n’en aurez plus que cinq car la colonne intercommunalité sera fusionnée avec la colonne commune et la part jusque-là intercommunale sera ensuite reversée par la commune à l’établissement public territorial…

TF-SSO-Vagneux 001


Plus concrètement l’évolution des taux

En 2015 :

  • Part communale de la taxe foncière sur le bâti (TFB) = 12,90 %
  • Part des syndicats de communes de la TFB = 0,151 %
  • Part intercommunale de la TFB = 6,79 %
  • Part départementale de la TFB = 12,69 %
  • Part de taxes spéciales de la TFB = 0,649 %
  • Part de taxe d’enlèvement sur les ordures ménagères de la TFB = 8,49 %

En 2016, par rapport aux informations connues à ce jour :

  • Part communale de la TFB = 12,90 % + 9,05 %* = 21,95 % (dont 9,05 % reversé à l’EPT)
  • Part des syndicats de communes de la TFB = 0,151 %
  • Part départementale de la TFB = 16,37 %
  • Part de taxes spéciales de la TFB = 0,649 %
  • Part de taxe d’enlèvement sur les ordures ménagères de la TFB = 8,49 %

La métropole du Grand Paris (MGP) ne sera pas encore vraiment financée par le contribuable en 2016 autrement que par la « taxe spéciale d’équipement » (payée depuis 2010). Elle connaîtra alors le régime d’une « année fiscale blanche« , c’est à dire que toutes ses dépenses seront avancées ou prises en charge par l’État. Ceci au moins encore en 2017.


Pourquoi 9,05 % de part intercommunale et pas 6,79 % ?

En 2012, Savigny-sur-Orge a calculé qu’il lui fallait donner une part de sa taxe foncière s’élevant à 11,31 % de taux pour pouvoir financer l’agglomération de l’époque (la CALPE) à hauteur des financements des autres communes membres. Mais pour ne pas tout donner d’un coup et se ruiner (la part communale serait alors passée de 17,42 % à 6,11 %), Savigny a admis un lissage de ses taux en donnant 2,26 % à l’intercommunalité par an sur cinq ans.

DSC_0939


Mais pourquoi la part communale a diminué les premières années ?

En 2012 :

  • part communale : 17,42 %
  • part intercommunale : 0 %

En 2013 :

  • part communale : 15,16 %
  • part intercommunale : 2,26%

En 2014 :

  • part communale : 12,90 %
  • part intercommunale : 4,52 %

En 2015 :

  • part communale : 12,90 %
  • part intercommunale : 6,79 %

Ce lissage du taux communal de la TFB a été calculé dans le cadre d’une CLECT (Commission locale d’évaluation des charges transférées). La logique est qu’en même temps que la Ville transfère ses compétences donc les dépenses nécessaires pour les accomplir, elle se sépare de recettes devenues inutiles (donc rende l’argent aux citoyens en prélevant moins). Mais dans l’esprit de nos politiques, il vaut toujours mieux que ce soient eux qui aient l’argent des gens pour le dépenser plus intelligemment qu’eux seuls.


Taire une légende urbaine : Éric MEHLHORN avait le droit de ne pas modifier les taux

TFB-SSO

Ainsi que vous pouvez le lire sur le document de la CALPE, la Ville restait souveraine quant à sa faculté d’imposer les taux communaux qu’elle voulait. Cette disposition devait notamment permettre que Savigny puisse les ré-augmenter brutalement en cas de nouvelles bourdes économiques et financières à rattraper urgemment. Ce n’est donc pas une augmentation d’impôts qu’Éric MEHLHORN a créé en refusant de diminuer les taux en 2015.


Les Saviniens me désespèrent de ne pas s’intéresser plus à l’usage de leurs impôts. Comme toutes les grandes gueules, ils râlent en recevant les feuilles d’imposition (« Tous pourris, tous des voleurs« ) et puis le jour où il faut aller regarder comment on dépense l’argent, ben en fait VAGNEUX vas-y tout seul. Personnellement, je m’en fous car je sais où va mon argent et que je me rembourse allègrement de ce que je peux donner à Savigny en impôts.