Archives du mot-clé Laurence SPICHER

Chouette, une bande dessinée dont Olivier VAGNEUX est le héros !

« Peu importe que l’on parle de nous en bien ou en mal. L’essentiel, c’est qu’on en parle. »


Je remercie donc Jean ESTIVILL de me faire ma campagne,

non seulement en se décrédibilisant par son absence de propositions pour Savigny,

mais aussi en me donnant raison quant au fait qu’il s’engage dans cette municipale juste pour me taper dessus. Après avoir été l’allié de SPICHER contre MEHLHORN, il est désormais passé avec armes et bagages du côté de celui qu’il combattait si hypocritement !

Et enfin parce qu’il m’offre une occasion supplémentaire de me victimiser, du fait des calomnies d’un vilain converti au lambertisme, qui a fini par trouver sa voie après avoir usé sa vie chez les socialistes, puis les radicaux, puis les communistes (je ne suis plus certain de l’ordre), puis les trotskystes révolutionnaires, avant de finir chez les trotskystes de la Quatrième Internationale.


À la réflexion, il est d’ailleurs amusant de trouver ESTIVILL chez les ouvriers indépendants, lui qui, c’est bien connu, a passé sa vie à l’usine. Les pauvres prolétaires sont certainement trop cons qu’ils ont besoin d’un prof pour porter leurs revendications.

Ce qui est malheureux est que ESTIVILL me haïsse parce que je suis Français, et malgré cela pas responsable que la France ait fusillé son oncle et mis son père dans un camp avant de le déporter, et aussi parce que je suis catholique, avec des positions davantage nationalistes que mondialistes ; bref, je suis un franquiste !

Donc tristesse d’un personnage qui est resté bloqué dans les années 1940, à entretenir la détestation de la France, au nom d’une vie bâtie sur une mémoire tronquée de deux personnes. Mais je ne désespère pas qu’un jour, ESTIVILL ait aussi une pensée sincère pour ces Français otages, assassinés du fait de l’action des résistants.



Si donc vous pouvez aider ESTIVILL au niveau des idées, pour multiplier les parutions !


Oui, c’est moi le « petit zinzin de Savigny » !


Avec un épisode très attendu ce lundi 26 août 2019, relatant mes déboires avec l’administration pénitentiaire et le ministère de la Justice !


Lequel fait suite à un épisode au titre assez obscur…


À l’origine, cela devait être aussi sur son blog, mais il a choisi de ne rien rendre encore public… Peut-être la peur de relayer des contenus possiblement injurieux ou diffamatoires ? Heureusement qu’il y avait la droite pour inventer la notion de diffamation privée !



Dans tous les cas, je me suis abonné, mais je pense qu’il n’aura pas le courage de me partager ses productions… S’il croît que je ne finirais pas par les obtenir avec une taupe !



Urbanisme : c’est bien Nadège ACHTERGAËLE qui est responsable de l’erreur à 190 000 € ; une faute qui peut lui coûter la succession de MEHLHORN ?

C’est donc bien Nadège qui a accordé le permis de construire irrégulier aux époux KELLALA, même si elle n’a fait que signer le document, en ayant trop fait confiance aux services dont elle a eu la malchance d’être référente… Je n’ai jamais compris ce qu’elle foutait à l’urbanisme, c’est sûrement un raisonnement à la con : elle est ingénieure donc on va la mettre à l’urba… Puis il n’y avait sûrement personne d’autre de capable…

À sa place, je me sentirais hyper-mal parce que 190 000 €, c’est quand même plus de deux fois ce qu’elle aura touché personnellement en indemnités sous ce mandat. Elle ne peut même pas dire qu’elle renonce à ses indemnités pour rembourser.

Mais les responsabilités sont clairement partagées, entre notamment les vendeurs, le notaire, le SIVOA, la Commune, aussi bien l’instructrice du permis C. LEGRAND, que les responsables d’alors du service Urbanisme, que le maire… Et puis quand même les époux KELLALA qui n’avaient qu’à se renseigner sur le PPRI en achetant un terrain si près de l’Orge. Il y a quand même eu de très grosses inondations moins de deux mois avant la signature du permis !!!

Extrait de l’attestation de vente du bien

Et puis, ce n’est pas parce que tu es adjointe à l’Urbanisme que tu connais toutes les règles, ce que Nadège pourrait avoir la modestie de reconnaître, plutôt que de s’auto-congratuler régulièrement de signer des parapheurs, ce que n’importe quel lettré est capable de faire… C’est con parce que cette erreur casse tout le mythe qu’elle avait créée autour de son travail, qui est d’ailleurs celui de son stylo, si l’on prend son propos au premier degré…

En bref, je pense que les responsabilités sont partagées, et je ne vois pas pourquoi la Commune serait la seule à payer… Mais bon, c’est vrai que c’est quand même le maire (plus exactement sa suppléante) qui a signé un document engageant la Commune. Et en même temps, la Commune n’est pas responsable du PPRI, mais elle aurait dû y veiller. C’est tristement une faillite collective… Qui nous contraint à rembourser une grosse partie du terrain aux propriétaires…


Nadège a rapidement été écartée des décisions, sitôt le début du mandat.

Sûrement MEHLHORN la craignait-il, du moins en avait-il pris ombrage, dans la mesure où un certain nombre de ses militants ne se privaient pas de lui cracher à la gueule qu’il était trop nul, et que heureusement qu’elle était là pour bosser à sa place.

Et c’est quand même parce que MARSAUDON avait compris que MEHLHORN était limité qu’il avait placé SPICHER à sa succession.

C’était donc déjà mal parti pour elle qu’elle succède à MEHLHORN à la fin du deuxième mandat (faut pas déconner non plus, si MEHLHORN s’arrête en 2020, il sera obligé d’aller retourner bosser s’il veut une retraite).

Mais je crains que ce ne soit là l’erreur fatale qui grille désormais complètement et définitivement Nadège.

Car fatalement qu’on lui renverra dans la gueule qu’elle nous a couté 190 000 euros…

Et je ne doute pas que Sébastien BÉNÉTEAU et Alexis TEILLET, qui lorgnent sur la succession, sauront lui rappeler au moment opportun…

Nous verrons si elle est là jeudi soir au Conseil qui doit acter le protocole d’accord, si MEHLHORN assume à sa place, si elle participe au vote, et si elle est globalement soutenue par la majorité… Je n’aimerais sincèrement pas être à sa place…

Tout ce que j’espère, c’est qu’on ne trouvera pas d’autres cadavres de ce genre dans les placards en arrivant aux affaires…




Vos questions : Pourquoi voter Olivier VAGNEUX au risque qu’il démissionne s’il n’est pas élu ?

Question recueillie ce mardi 14 mai 2019 lors d’une opération de porte-à-porte :

« Vous avez écrit en janvier que vous démissionneriez si vous ne remportez pas les élections.

À quoi cela sert-il donc de voter pour vous ? »


Ma réponse orale :

Cela sert à voter pour vos convictions, si elles sont les mêmes que les miennes.

Je veux vraiment que vous compreniez que les élections municipales sont un scrutin de liste, et que vous votez pour une équipe, et pas pour une seule personne qui serait le maire.

Si donc moi, je ne suis plus là, d’autres, qui sont sur ma liste, prendront ma place, et continueront de défendre les convictions que je porte depuis six ans.

Et c’est pour cela que je vais mettre les meilleurs en haut de liste ; et ceux qui seront capables au mieux de faire valoir vos intérêts quelque soit le résultat, qu’on ait deux, cinq ou trente élus.


Ensuite, j’ai 27 ans, et je gagne 600 euros par mois.

Certes, je n’ai pas de loyer. Mais j’en crame la moitié dans l’alimentation, et l’autre moitié dans les charges. Et maintenant que j’ai de plus en plus de frais de Justice, je suis même obligé d’aller puiser dans mon épargne.

Je ne peux pas continuer ainsi ; d’autant que ce n’est pas moi qui ne voudrait travailler qu’à mi-temps, mais le fait est que je suis aussi un peu mis sur liste noire, en partie à cause de cet engagement, et d’autres qui dérangent.


Enfin, il y a que c’est usant physiquement et moralement de vouloir essayer de défendre une cause, et d’être complètement impuissant face à elle.

Peut-être que c’est moi qui suis trop faible, ou peut-être que c’est une situation inévitable quand on vit réellement pour la cause qu’on veut défendre ? Et donc peut-être faut-il que j’arrête avant d’être complètement asphyxié ?

Or, il n’y a sincèrement que la place de maire qui permet l’action. Et affirmer le contraire revient, sauf votre respect, à ne pas connaître les limites du système.


Donc oui, j’arrêterai en 2020 si je ne gagne pas, et je démissionnerai le lendemain du second tour, de manière à faire de suite monter une autre personne de la liste.

Et peut-être que je quitterai Savigny, mais je resterai quand même disponible pour aider ces élus ou d’autres, à distance ?

En attendant, je vais mener campagne pour gagner ; et je vous affirme que j’y vais parce que j’estime que ma liste peut remporter cette élection.


Et maintenant, je préférerai sincèrement qu’on parle de mon programme, tout en comprenant que cette question puisse vous bloquer, et en vous suggérant alors de voter pour quelqu’un d’autre, dont vous serez assuré qu’il restera en place.

Toujours est-il que je ne veux pas faire comme Laurence SPICHER, et avoir un siège, sans plus jamais venir au Conseil municipal. Je vous annonce donc franchement ce que je ferai, et je ne regretterai pas tout ce que j’aurais fait avant.

Mais je ne vais certainement pas attendre d’obtenir hypothétiquement la place à l’usure. Ce n’est pas ma mentalité. Ce ne sont pas mes convictions.



Municipales à Savigny-sur-Orge : de mes craintes qu’Éric MEHLHORN repasse en 2020…

Coup de déprime passager.

Je fais ma psychothérapie en posant librement des mots sur ma colère.


Pendant longtemps, quand on me demandait si MEHLHORN pouvait être réélu, je répondais oui poliment, mais je n’y croyais pas vraiment…

Je m’imaginais que la contestation des mesures de 2015, et les augmentations d’impôts de 2016, lui seraient fatales.

Aujourd’hui, je dis toujours oui, mais je me mets vraiment à le redouter, tant je réalise le décalage que j’ai avec les Saviniens.


Avec le temps, je me rends compte que ce n’étaient pas tant les projets de Laurence SPICHER qui dérangeaient la population, que sa personne, et en fait et surtout d’être une femme, ce que les habitants ne lui ont pas pardonné. Juste de la misogynie puissance 10.

Quand elle augmentait les impôts en 2010, c’est parce qu’elle ne savait pas gérer ; quand c’est MEHLHORN en 2016, c’est nécessaire.

Quand elle autorisait 62 logements sociaux à Champagne, c’était la fin du monde et il n’y aurait plus de stationnements nulle part ; quand MEHLHORN en autorise 1400, c’est la loi SRU qui nous contraint, et puis ça va créer de jolis endroits.

Quand SPICHER était condamnée pour une affaire privée, cela préjugeait de sa capacité à gérer les affaires publiques ; quand MEHLHORN est inquiété directement pour sa gestion des affaires publiques, tout le monde s’en fout.

Quand SPICHER voulait dépenser 20 millions € pour une piscine, c’était la ruine. Quand MEHLHORN veut claquer 11 millions pour un projet culturel communal, sans soutien de l’intercommunalité, c’est vrai que cela nous ferait du bien un cinéma…


J’ai très envie ici d’insulter les Saviniens, mais cela ne changerait rien de dire aux électeurs de droite que ce ne sont que des putes (et j’insulte ici la profession des travailleurs du sexe)…

Simplement que je constate qu’ils se sont bien trouvés avec MEHLHORN, et qu’ils sont tellement cons et soumis qu’on peut leur faire accepter n’importe quelle augmentation d’impôts, ou n’importe quel projet bidon.

Ils oublient trop rapidement, alors même que tu as encore des parents d’élèves, qui sont restés bloqués à se féliciter que le maire ait cadenassé les écoles un mercredi de septembre 2014, parce que cela pouvait faire capoter la réforme des rythmes scolaires… Et qui ne voient même pas l’opération de communication, et que MEHLHORN n’est de toute façon pas capable de t’expliquer la réforme, et qu’il n’avait rien de prêt en 2017 pour l’abandonner de suite.


Ce n’est pas la division des oppositions qui m’inquiètent.

Regardez la primaire de la droite : ils étaient sept et FILLON a fait 44 % au premier tour !

Faut-il dès lors, si je pressens un échec, que je me retire pour laisser plus de chances aux autres opposants ? Cela ne changerait rien !

Le fait est que, vraiment, les Saviniens adhèrent à la médiocrité de MEHLHORN, dont ils aiment aussi se foutre de la gueule, mais parce qu’ils se sentent puissants deux secondes de se penser plus intelligents que leur maire rock’n roll qui collectionne les petites voitures et les flippers mécaniques, devant lequel ils s’écraseront néanmoins en le voyant.

Ils lui passent tout, ce qui est facilité par le fait qu’ils ne sont capables de s’intéresser qu’à une seule chose à la fois, et qu’ils n’ont aucun regard d’ensemble. Ils vont se bouger que si on construit à côté de chez eux.

Bon, ben, c’est normal qu’avec une telle mentalité, ils se fassent successivement baiser…

Le seul truc que je ne comprends pas vraiment, c’est pourquoi ils me jalousent autant de vouloir être libre, et d’écrire que MEHLHORN fait de la merde.


Moi, je m’en fous, je suis aux Gâtines en pavillon. J’ai quatre places de parking intégré plus la voie privée, et je peux recevoir mes amis (quand ils trouvent). J’ai un bus tous les 15 minutes, et quand bien même, je travaille de chez moi. Je fais mes courses à Carrefour Market à Morangis à 7 minutes à pied (je marche beaucoup). Le sport, je n’en fais pas, mais j’ai le COSOM à côté. La culture, j’ai internet. L’église à 15 minutes à pied. La gare à 25 minutes à pied. L’autoroute, je la prends à Chilly. La N7 à Paray. À partir de là, rien à foutre de rien !

J’ai donc vraiment le sentiment de me lancer dans un combat perdu d’avance, parce que je n’ai pas ressenti le déclic au niveau de la population.

Mais c’est la suite logique, et donc la fin, de mon engagement lancé en 2013. Et c’est bien l’ultime étape nécessaire à pouvoir passer à autre chose, à tous niveaux.

Je m’en branle, tant que je fais 5 % et que je suis remboursé, ce que je pense que je ferai au vu des 6,5 % de 2014, alors que je n’étais pas connu.

Mais c’est vraiment pour Savigny que j’ai mal, pour tous ceux qui espèrent une vie meilleure et qui peuvent me faire abusivement confiance.

Et quand bien même nous serons 10 % ou 15 %, tant qu’il y a 35 % de connards pour faire basculer l’élection dans un sens (en réalité, beaucoup plus par leur indifférence ou le choix qu’ils feront de candidats putassiers qui leur promettront n’importe quoi), c’est mort.


Donc oui, je pense que MEHLHORN peut repasser, et qu’il devrait repasser, parce qu’à force de clientélisme et d’électoralisme en tout genre, concentré adroitement sur quelques grosses associations et corporations, il a ferré un réservoir suffisant pour lui permettre de faire tout et n’importe quoi.

Pour le plus grand intérêt du parti LR, et de ceux qui en profitent…