Archives du mot-clé juif

Tiens, Éric MEHLHORN ne célèbre plus les fêtes juives maintenant qu’il n’est plus maire…

Des limites par l’exemple du clientélisme électoral et de l’électoralisme religieux…

Depuis plusieurs années, MEHLHORN se vantait chaque année sur ses réseaux sociaux de sa participation aux fêtes juives.

Or, je dresse le constat qu’il n’en dit rien cette année… Pas plus que Brigitte VERMILLET…


Sont-ce donc les juifs de Savigny qui n’en ont plus rien à foutre de MEHLHORN maintenant qu’il n’est plus maire et qu’il ne peut plus rien leur apporter ?

(même si je ne vois honnêtement pas ce qu’il n’a jamais pu leur apporter ;

de la même manière, qu’est-ce que le fait de compter un représentant [Armand BENSIMON] au Conseil municipal aurait changé pour la communauté juive de Savigny ?)


Où est-ce MEHLHORN qui, parce qu’il n’est plus maire et qu’il n’a plus besoin de draguer les suffrages de la synagogue,

(bien qu’il en ait encore besoin s’il espère rester au Département, ce qui induit d’abord qu’il soit réinvesti par son parti, ce qui est loin d’être gagné,)

n’a plus envie de s’emmerder avec le judaïsme ?


Où est-ce encore que MEHLHORN a été invité, voire a participé, mais qu’il n’a pas jugé bon de communiquer dessus ? Peut-être aussi pour ne pas se fâcher avec les musulmans de Savigny dont certains par leur compte Facebook, jusqu’à un certain colistier d’Alexis IZARD, réclament que Jérusalem soit la capitale de la Palestine, ce qui doit vachement faire plaisir aux juifs ?

Et de rappeler ici que le Tribunal administratif a annulé l’illégale extension précaire de la mosquée, accordée par MEHLHORN, permettant de tripler ses capacités.


Je suis à la fois dérangé par le fait qu’une association cultu(r)elle invite un politique pour un temps de prière.

Même s’ils sont dans leur droit et qu’à la limite, ils ont raison de le faire, avec malgré tout ce paradoxe que le judaïsme n’est absolument pas prosélyte et encore plus les juifs orthodoxes de la tendance de la communauté de Savigny.

Et j’écris cela, parce que d’une part, ils ne veulent aucun rapport avec l’assemblée catholique de Savigny mais aussi parce que personnellement, si j’ai déjà été invité aux synagogues de Ris-Orangis, des Ulis, de Massy et de Longjumeau, je n’ai jamais mis un pied ne serait-ce que sur le terrain de la synagogue de Savigny parce qu’ils sont très refermés sur eux-mêmes.

Donc voilà, c’est complètement hypocrite ; les mecs, ils invitent le maire pour prier pour la République. Sauf qu’ils se limitent à accueillir le seul représentant majoritaire du moment en étant par ailleurs déjà complètement fermés à leurs frères de tradition abrahamique, ce qui traduit une conception d’une République sans peuple, en contradiction partielle avec l’application du principe talmudique du dina demalkhouta dina (la loi du Royaume est la loi).

Mais je suis surtout scandalisé par le fait que le fameux politique réponde présent, alors que la République, d’après le principe juridique de laïcité, ne reconnaît pas les religions, et que la prière peut difficilement ne pas être religieuse.






Pour les États-Unis et la SNCF, un juif vaut 100 000 US dollars

Un titre provoquant pour une information non moins choquante lue sur France TV Info et vérifiée. Ira-t-on m’accuser d’antisémitisme voire de négationnisme pour cet article ? Toujours est-il que l’Humain ne se marchande plus, sauf pour certaines entreprises qui veulent faire du fric. Honte sur la SNCF et les États-Unis d’Amérique (EUA).

L’article dit que la SNCF va verser 60 millions USD aux victimes françaises de l’Holocauste, aujourd’hui de nationalité américaine, à raison de 100 000 USD par survivants.

Selon Serge KLARSFELD, internationalement reconnu pour son travail de recherches, 75 721 juifs ont été déportés en France entre mars 1942 et août 1944. 2566 ont survécu et ont été libérés en 1945.

Sur ce chiffre, combien ont ensuite pris la nationalité américaine ? Sur cette nouvelle donnée, combien sont encore vivants aujourd’hui ? À priori 600 puisque le contribuable français finançant la principale entreprise ferroviaire veut donner 60 millions USD.

Donc pour pouvoir faire du commerce à l’international, la SNCF qui ferait mieux de s’occuper de la France et de son marché intérieur, est prête à s’accorder avec les autorités américaines sur le fait qu’un juif vaut 100 000 USD.

Survivre à des atrocités barbares, que l’Allemagne nazie a porté à son extrême, est une nouvelle base pour un nouveau genre d’ignoble fond de commerce. Qu’en pense justement ceux qui en sont revenus, eu égard à tous ceux qui y sont restés ?

Maintenant, pour que ce paiement soit valide, il faut amender la loi du 16 juin 1948 quant aux indemnisations des victimes de spoliation du fait des législations antisémites durant l’Occupation en France. Donc refaire la Justice près de soixante ans après.

Mais ce ne serait pas la première fois qu’on bafouerait ces législations si sensibles. Notamment celle issue des conclusions des Procès de Nuremberg puisque il arrive encore qu’on arrête des Allemands en poste dans des camps de concentration, alors que la législation internationale du Tribunal a stipulé que seuls les responsables des camps devaient être condamnés et que les autres seraient amnistiés d’office (dans l’article V des conclusions des procès).

Dans ce cas, la Loi peut-être rétroactive mais pas pour supprimer la loi sur le mariage pour tous… Pourquoi certains thèmes juridiques sont-ils plus sensibles que d’autres ?

Je souhaite que l’Assemblée nationale française refuse cette indemnisation inique pour ceux qui sont morts. Je crache sur la SNCF qui est prête à tout pour faire de l’argent. Jusqu’à quand exploiterons-nous les heures les plus sombres de notre Histoire pour l’argent-roi ? Honte sur nous.