Archives du mot-clé José DE SOUSA

Municipales 2020 à Savigny-sur-Orge : Lydia BERNET brillamment désignée tête de liste du PS (Parti socialiste)

Si j’étais méchant, j’écrirais que les sept derniers militants saviniens PS à jour de cotisation se sont réunis ; probablement pas dans la cabine téléphonique de la rue MÉZARD qui leur sert de local parce qu’ils n’y auraient pas tous tenus, pour élire par acclamation et à l’unanimité des présents la seule personne qui se présentait à leur suffrage en vue d’aller négocier la deuxième place d’une alliance conduite par Jean-Marc DEFRÉMONT pour réaliser l’union des gauches en vue de leur défaite aux municipales de 2020…


En premier lieu, je veux reconnaître au PS le mérite de faire voter la section locale pour se choisir sa tête de liste en vue des prochaines municipales.

En effet, et à titre de comparaison, tant pour LR, que pour le RN que pour LaREM, ce sont des commissions nationales d’investitures parisiennes qui vont statuer.


En deuxième lieu, je veux dire mon étonnement que Lydia BERNET soit au PS.

Non pas que Lydia ne soit pas de gauche. Mais c’est le PS qui n’est plus de gauche depuis 1983 !

Et comble du pire, Lydia n’a adhéré au PS qu’en 2006, soit après que le PS ait en plus trahi le Peuple en choisissant de soutenir le projet de constitution européenne en 2005…

Je ne comprends donc toujours pas pourquoi Lydia veut défendre ses convictions, au sein de ce parti qui n’en a plus, depuis le jour où MITTERRAND a renoncé à proposer une alternative au capitalisme et a tout misé sur le FN pour diviser la droite, et favoriser sa gauche, tout en rappelant que c’est lui qui a tué les communistes qui se battaient quand même un peu plus contre les inégalités.


En troisième lieu, je ne comprends pas comment Lydia peut se lancer dans cette bataille, alors qu’elle est blindée de boulot chez SIEMENS, notamment du fait de son engagement syndical, réel et sincère (il se dit qu’elle a longtemps côtoyé MEHLHORN dans le cadre de son travail…).

Ce qui vraiment me chagrine est que Lydia a été à la ramasse tout au long de ce mandat, notamment sur son sujet de prédilection qui sont les écoles. Et combien de fois l’ai-je vu qui n’était pas informée par les parents d’élèves de certains sujets pourtant importants… Par exemple, sur le portail Familles, elle a manqué le coche, mais il y a surtout qu’elle est complètement absente des débats sur l’école de la confiance à Savigny. Vraiment, je pense que les rythmes scolaires ont fait plus de mal au PS qu’escompté…


En quatrième et dernier lieu, je souhaite bon courage à Lydia parce que le PS ne pesait plus que 6,65 % aux européennes (724 votes). Donc à part négocier avec Jean-Marc qui veut absolument y aller, je pense qu’elle va sinon se limiter à une candidature de témoignage. Elle devrait aussi aller voir le PC et les Insoumis. Tout en lui souhaitant que cette fois, elle conserve l’investiture…

Car déjà aux départementales de 2015, elle avait investi et devait faire tandem avec José DE SOUSA du PRG (Parti radical de gauche), lequel était tellement détesté à gauche, que c’est sa belle-fille Chirinne ARDAKANI, qui avait dû prendre la place, excluant Lydia au nom de la parité…



Régionales 2015 : le discours de vérité du PRG en Essonne

J’étais étonné de ne pas reconnaître de noms de militants du PRG sur la liste de rassemblement de la gauche (il faut dire qu’ils sont si peu nombreux), alors je me suis aventuré sur leur site. Et j’ai ainsi pu vérifier qu’ils assumaient d’être une prostituée politique, aujourd’hui déçue parce que leur amant du PS leur en a préféré une autre.

Je me permets donc de relayer le communiqué de leur président départemental, José DE SOUSA, à qui nous avions déjà eu affaire lors de la campagne des départementales, et de le commenter avec vous. Pour résumer, on leur a dit :  « pas de PRG 91 en place éligible parce qu’on doit placer un copain de BARTO. Fin de l’histoire« .


Le PRG découvre M. BARTOLONE

« Ainsi de l’Essonne où serait parachuté sur les listes PRG un militant du 93, le département si cher à Monsieur Bartolone. » Commençons par nous demander s’ils auraient ouvert leur gueule s’ils avaient pu placer leur candidat. Ensuite, peut-être faudrait-il leur rappeler que BARTOLONE a détruit l’union de la gauche en Seine-saint-Denis qui permet aujourd’hui la victoire de la droite.


Le PRG de l’Essonne découvre la nature de son parti (parti de cadres)

« Les instances PRG nationales semblent se conformer au diktat de son partenaire privilégié dans l’espoir très certainement de trouver des compensations par ailleurs. » Ils sont mignons de découvrir que leur parti plus que centenaire n’est pas un parti de militants mais un parti de cadres qui préfère les accords politiciens au développement de leurs convictions (déjà abouties depuis 75).


Le PRG est conscient que le PS est menteur

« Il n’est pourtant pas nécessaire d’être historien pour savoir que le PS ne tient JAMAIS ses engagements. » Ben alors, pourquoi s’associent-ils systématiquement au parti qui a quand même porté président un homme de droite, à savoir François MITTERRAND ? Pareil avec le bourgeois François HOLLANDE, le fils de dentiste, énarque qui n’a jamais travaillé ?


Le PRG n’apprécie pas l’arrivée de l’UDE et d’Écologistes ! dans le harem du PS

« Il est certain, par exemple, que les compteurs seront remis à zéro dés le soir du premier tour des prochaines élections régionales : outre les places réservées aux recrues de dernière heure (2017 n’est pas loin) il faudra faire de la place aux meilleurs opposants du PS, à ceux du moins qui ont l’intelligence de leurs intérêts. » Mais tu t’en fous, tant que tu as des places de députés en 2017 !


Bla, bla, bla (on fait la gueule parce qu’on aura personne en Essonne pour reverser 10 % de son indemnité)

« Les militants PRG de l’Essonne entendent préserver la cohérence de leurs engagements et leurs convictions politiques et veulent des candidats Essonniens sur les listes Essonniennes, des candidats militants, élus locaux pour certains depuis de nombreuses années, des candidats qui portent à bout de bras, depuis longtemps, les valeurs radicales dans leur département, leur canton, leur commune.« 


Quand le PRG rappelle qu’il fait 1 % qui peuvent être décisif

« Le Parti Radical de Gauche 91 refuse « d’expatrier » ses candidats et refuse que le PS lui impose les siens. » Je doute personnellement que le PRG 91 ait beaucoup de candidats à expatrier, mais si ça leur fait plaisir de se gausser (arrêtez-moi ou je fais un malheur). Ils refusent le diktat du PS, mais ils sont qui ? Qu’ils présentent une liste seuls comme TAPIE aux européennes de 1994 !


Ouin, ouin (on est bien conscients qu’on est rien sans le PS)

« Le Parti Radical de Gauche demande à ses instances nationales de faire valoir ce point de vue auprès de ses interlocuteurs PS afin de préserver la légitimité de ses candidats et la cohérence d’un investissement politique qui se doit d’être proche de ses concitoyens et de leurs préoccupations. » Mais si les militants du PRG ne votent pas pour BARTO, pour qui voteront-ils ? Le FDG ? LO ?


Qu’il est triste de voir les plans de carrières des cautions de gauche se briser sur le pragmatisme de la realpolitik. En réalité, le PRG 91 traduit une crainte nationale de leur parti : ils ne sont plus le seul parti de centre-gauche prêt à gouverner. Et dans le cadre d’union de la gauche, ce sont des places de candidats qui leur échapperont. C’est le jeu politique.

Pierre GUYARD voudrait-il faire mentir Jérôme GUEDJ ?

Je me rappellerais toujours de cette conversation avec Jean-Marc DEFRÉMONT le 24 août 2013 dans le car de la mairie nous emmenant aux commémorations de la Libération de Savigny. « Vous avez peut-être raison d’y aller maintenant, j’ai raté ma chance. » Pierre GUYARD venait de (ou allait) remporter la primaire qui le désignerait tête de la liste aux élections municipales des 23 et 30 mars 2014 à Savigny-sur-Orge.

Dans quel parti peut-on réussir d’un claquement de doigt à s’imposer chef de file pour des élections municipales dans une ville de plus de 30 000 habitants, (même si M. GUYARD serait arrivé à Savigny en 2005 ou en 2006 tout en restant Conseiller municipal de Verrières-le-Buisson jusqu’en avril 2014) ? Au Parti socialiste (je ne comprends pas leurs militants). Précisons aussi lorsqu’on est le fils d’un ancien secrétaire d’État du gouvernement JOSPIN.


Défaite annoncée

Septième défaite électorale de Pierre GUYARD (pour une victoire en tant que suppléant d’un député) et la troisième aux cantonales-départementales. Dans les statuts du PS, il est interdit de réaliser plus de trois mandats. Pourquoi n’est-il pas aussi interdit de se présenter plus de trois fois à une élection ? Même MITTERRAND a gagné la troisième fois. Mais il faut reconnaître que ni Pascal NOURY ni Régis ROY-CHEVALIER ne voulait se présenter aux départementales.

Également le problème du PRG

Après avoir fait écrire dans la presse que le PRG ne s’allierait pas aux PS-EELV (et expliqué pourquoi sur leur site), il a bien fallu qu’ils négocient. Et comme José DE SOUSA serait encore moins apprécié que Chirinne ARDAKANI (lire mon article à venir sur la rencontre de Tous citoyens), il a bien fallu présenter une femme (exit Lydia BERNET) et trouver un homme qui puisse équilibrer l’assemblage PS-PRG-EELV-MRC (« et des Citoyens non inscrits« ) – n’en jetez plus.

La question GUEDJ

Je ne vais pas m’étendre sur le bilan de cet homme qui rêve autant que Jean-Vincent PLACÉ de finir ministre de la République. Toujours est-il qu’il nous avait répondu (pour la première et unique fois à ce jour) lorsque nous l’avions interpellé et que je lui avais promis de donner suite à sa réponse. J’en profite pour lui faire un peu de publicité car il a manifestement besoin d’argent…

GUEDJ-financement-campagne


Une réponse à mon courriel reçue le 23 avril 2015 à 11 h 11 :

Bonjour Olivier,

Comme vous le savez, nous sommes en cours de finalisation de nos comptes de campagne pour les remettre comme la loi nous l’impose à la CNCCFP dans les délais impartis, comme vous êtes entrain de le faire sans doute.
Comme à chaque campagne je constate avec regret que vous confondez votre position de journaliste indépendant et votre combat électoral À ma connaissance nous n’avons pas l’obligation de remettre nos comptes aux candidats concurrents et la commission est seule habilitée à analyser ces éléments et à trancher quant à la possibilité d’être remboursé voir de la transférer au juridiction compétente en cas de dérive avérée, vous en savez quelques chose.
Je ne manquerai de revenir vers vous pour vous montrer la facture réclamée avant le 18 mai mais je vous incite à bien préparer vos propres éléments et notamment l’aspect numérique de votre campagne.

Bonne réception
Chaleureuses salutations
Pierre GUYARD


Ma réponse envoyée le 23 avril 2015 à 12 h 15

Monsieur GUYARD,

Le 18 mars 2015 à 12 h 18, j’ai reçu un courriel signé de M. Jérôme GUEDJ affirmant ceci : « Cette prestation a fait l’objet d’€™un bon de commande, d’€™une facturation conformes à la réglementation liée au financement des campagnes électorales et à votre disposition, si nécessaire. ». Puisque ladite facture est à ma disposition, selon les propres mots de Jérôme GUEDJ, alors je vous demande cette facture. Il ne s’agit donc pas là d’une obligation mais de ne pas faire mentir M. GUEDJ. À moins que vous ne teniez à faire mentir M. GUEDJ ? Voulez-vous vraiment faire mentir M. GUEDJ ? (Les équilibres au sein de la fédération PS de l’Essonne vous perdront.)

La transparence en politique, il y a ceux qui en parlent et ceux qui la pratiquent. En page 5 de votre programme aux élections municipales, vous écriviez « La bonne gestion d’une collectivité passe non seulement par la participation active de ses concitoyens mais aussi par un impératif de transparence et d’efficacité. » Comment toute gestion peut-elle être transparente si la conquête politique de cette collectivité n’est-elle même pas transparente ?

Personnellement, mes comptes de campagne sont publics (Pas les vôtres ?) : https://oliviervagneux.wordpress.com/2015/04/22/compte-de-campagne-des-essonniens-independants-departementales-2015/. Je tiens aussi les factures à disposition pour preuve.

De la même manière que lorsque j’ai comparu devant le Tribunal administratif de Versailles suite au rejet de mes comptes des élections municipales de 2014, j’ai publié l’intégralité des documents qui ont été utiles dans cette affaire (en ligne sur http://www.vagneux.fr)

Vous, en tant qu’élu de l’opposition municipale à Savigny, vous ne publiez même pas tous les ordres du jour des différents conseils municipaux, alors les travaux de commissions et les registres de délibérations, n’y pensons pas… Et puis la CALPE…

Il y a le combat électoral qui a été de porter des idées choisies par 7,98 % des habitants de notre canton au premier tour.
Il y a aussi le journalisme qui consiste à chercher, vérifier et commenter des faits à destination d’un public.
La politique devient du journalisme lorsqu’elle s’attache à prouver les mensonges des uns et des autres à destination du public, à s’interroger sur les propos d’une candidate tenus sur ses réseaux sociaux, enfin à se demander s’il est légal que cette même personne puisse figurer sur une liste municipale d’une commune A en étant inscrite sur les listes d’une commune B.

Enfin, je ne comprends pas où l’aspect numérique de ma campagne pourrait poser problème dans mes comptes de campagne. Il y a deux noms de domaines à 5,99 € TTC chacun qui ont servi les intérêts de ma campagne : www.essonniens-independants.fr et www.vagneux.fr . Ils sont comptés dans les menues dépenses.
Tout le reste est gratuit, car je n’oublie pas de le préciser, je n’emploie pas (même gracieusement) Monsieur Damien MARILLER, Directeur de publication du pureplayer Essonneinfo.fr, pour établir le web-design de mes blogs…

Je vous prie de croire, cher Monsieur, en l’expression de mes meilleurs sentiments.

Olivier Vagneux


Observatoire de la campagne des départementales 2015 (Essonne : Savigny-Morangis-Wissous) – n°4

À trente jours du premier tour des élections départementale, nous vous proposons un tour d’horizon de l’avancement de la campagne des différents candidats sur le canton de Savigny-sur-Orge (Savigny/Morangis/Wissous). Les premiers tracts sont parus et la campagne commence véritablement.

I. Les cinq candidatures officielles dans l’ordre des panneaux électoraux

1. FN : Audrey GUIBERT (Savigny/Orge) et Michel FESLER (Wissous)Affichage : 1

Tractage : 1

Visibilité : 2

Site internet dédié : 0

Réseaux sociaux dédiés : 0

Réunions publiques : 1

2. UMP-UDI-MODEM : Brigitte VERMILLET (Morangis) et Éric MEHLHORN (Savigny/Orge)

Affichage : 0

Tractage : 0

Visibilité : 1

Site internet dédié : 0

Réseaux sociaux dédiés : 0

Réunions publiques : 0

4. PS-MRC-EELV-PRG : Chirinne ARDAKANI (Savigny/Orge) et Pierre GUYARD (Savigny/Orge)

Affichage : 0

Tractage : 1

Visibilité : 1

Site internet dédié : 1

Réseaux sociaux dédiés : 1

Réunions publiques : 0

4. Front de gauche-PCF : Odile TOITOT (Savigny/Orge) et Martial GAUTHIER (Morangis)

Affichage : 0

Tractage : 1

Visibilité : 1

Site internet dédié : 0

Réseaux sociaux dédiés : 0

Réunions publiques : 1

5. Essonniens indépendants : Maïa HAYWARD (Savigny/Orge) et Olivier VAGNEUX (Savigny/Orge)

Affichage : 2

Tractage : 1

Visibilité : 1

Site internet dédié : 0

Réseaux sociaux dédiés : 0

Réunions publiques : 0

 

Debout-la-France renonce donc à sa candidature sur le canton pour des raisons que les responsables politiques refusent de nous expliquer (courriels envoyés à Mmes BRUNG et MAURIZOT). Le PS a changé ses cartes pour des raisons d’alliances politiques partisanes. José DE SOUSA étant devenu indésirable à une partie de la gauche. Personne d’autre n’a manifesté sa volonté de se présenter.

II. La campagne

Dix jours marqués par la proclamation officielle des candidatures sur les cantons et la venue de Marine LE PEN sur le canton. À noter que le binôme Essonniens indépendants est le seul sur l’Essonne à n’être soutenu par aucun parti. Les premiers tractages se font tant au marché de Savigny, qu’à sa gare ou à l’entrée du Carrefour-Market de Morangis. Mais les tracts sont longs et globalement pas lus jusqu’au bout.

 

III. Les programmes (point très subjectif)

Outre le fait que les citoyens ne comprennent toujours pas à quoi servent les élections départementales, chaque candidat développe une idéologie particulière :

– Rien pour l’UMP-UDI-MODEM qui croit avoir gagné d’avance

– La chasse à l’assistanat et la limitation des aides sociales pour le FN

– L’appropriation des compétences du Conseil départemental par le PS : s’il y a des crèches et des pompiers, c’est grâce à nous.

– La révolution anti-austéritaire pour les communistes. Parce que les Grecs ont voté piour Syriza, soyons le Syriza français

– La gouvernance participative, la gestion rigoureuse et la politique au service des citoyens pour Essonniens indépendants.

L’équipe de l’observatoire de la campagne des départementales 2015 sur le canton de Savigny/Morangis/Wissous.