Archives du mot-clé Jean-Michel ZAMPARUTTI

Municipales 2020 à Savigny-sur-Orge : c’est Jean-Marc DEFRÉMONT qui a essayé de s’allier avec David FABRE !!!

Je me dois de présenter de sincères excuses à David FABRE.

Pendant des semaines, j’ai pensé que c’était lui qui essayait de sauver ses fesses en allant supplier Jean-Marc DEFRÉMONT de lui faire une petite place sur sa liste, juste pour pouvoir rester au Conseil municipal.

Et moi, dans ma tête, d’imaginer d’ailleurs Gérard MONTRELAY et Jean-Michel ZAMPARUTTI sur la liste de DEFRÉMONT ! Ah MARSAUDON, reviens !

C’est d’ailleurs ce qui semblait effectivement ressortir de l’article du Parisien du 22 mai, qui ne donnait cependant la parole qu’à David FABRE.

© Le Parisien Essonne – 22 mai 2020 – Tous droits réservés

Et qui m’amuse profondément lorsqu’on se rappelle que David FABRE voulait fusionner avec moi (divers-droite) en mars 2014, et qu’il est finalement allé avec l’UDI Laurence SPICHER-BERNIER, et à la limite si on l’écoutait parler, qu’il n’avait jamais été de gauche…

Et là, soudainement, il pouvait envisager de fusionner avec les pires gauchistes de Savigny…


Et puis l’on apprend opportunément dans Le Parisien du 03 juin que c’est en fait DEFRÉMONT qui a approché FABRE !!!

© Le Parisien Essonne – 03 juin 2020 – Tous droits réservés

Lequel DEFRÉMONT a complètement abandonné son concept de collectif citoyen puisqu’il parle de « notre parti », sous entendu Europe-Écologie les Verts.

Et évoque trop de distance avec l’UDI, alors qu’ailleurs en France, EELV fait alliance avec LaREM…


Bref, DEFRÉMONT s’est repris de commettre une erreur qui l’aurait définitivement sorti du jeu.

Même s’il a donc essayé de le faire.

Donc il n’est pas si honnête et si intègre qu’il le prétend.

Et ce faisant, l’UDI est parti soutenir non pas MEHLHORN comme au second tour des municipales de 2014 et aux départementales de 2015, mais IZARD !!!

Du coup, FABRE appelle ses électeurs à s’abstenir et à ne pas se reporter sur DEFRÉMONT.


Quel bazar ! Ce faisant, DEFRÉMONT avoue avoir commis ici une grave erreur politique, qui lui sera fatal, et qui lui aurait de toute façon été fatal.

Mais qu’avait-il besoin de s’en vanter ? Quelle insulte aux électeurs de FABRE, que de dire qu’il ne veut pas d’eux ! Surtout à cause de l’UDI dont tout le monde se fout.

Ce qui prouve, et je m’en arrête là, que DEFRÉMONT n’est absolument pas confiant pour le deuxième tour, et que bien qu’arrivé en tête, est parfaitement conscient de ses difficultés à fédérer et à rassembler pour le second tour.



 

Municipales 2020 à Savigny-sur-Orge : Laurence SPICHER-BERNIER soutient David FABRE

Il y a des gens qui n’ont vraiment honte de rien.

Non pas qu’une femme de droite ne puisse pas soutenir un homme de gauche…

Nous savons tous qu’elle fait cela uniquement pour emmerder MEHLHORN, dont je pense de plus en plus qu’il pourrait ne pas faire 10 %.

Et aussi, parce que si jamais FABRE passait, elle pourrait toujours justifier a posteriori son alliance de 2014, en se présentant comme visionnaire, alors qu’elle a juste crû qu’une élection était mathématique, et que 20 + 14 = 34 = la victoire aux municipales contre GUYARD à 21 et MEHLHORN à 20…


Non, c’est surtout qu’elle ne vient plus au conseil municipal depuis 2015.

Et qu’elle ose continuer de se présenter ; et de prétendre à un siège, qu’elle laissera logiquement vide !

Car je ne peux pas croire que sa seule difficulté soit d’appeler MEHLHORN par « Monsieur le maire », ce qu’elle a déjà fait par le passé.


Est-ce qu’elle fait cela pour l’adrénaline d’une campagne ?

Est-ce qu’elle fait cela pour continuer d’être informé des affaires de la Commune ?

Je pense sincèrement qu’elle n’en a plus rien à foutre, et qu’elle est dépassée par tout ce qui arrive. Déjà que MEHLHORN ne comprend pas l’intercommunalité, alors elle…

Est-ce que c’est pour le titre ? Parce que cela fait une ligne de plus sur la carte de visite, ou mieux pour son activité immobilière.

Il y a forcément des clients qui la demandent parce qu’elle est l’ancienne maire, mais cela, elle le restera toujours, et cela ne change rien qu’elle soit conseillère municipale.

Je suis persuadé qu’elle n’a pas tout à fait renoncé, et qu’elle se met parfois à y rêver fugacement, voire même qu’elle se projette parfois encore maire pendant quelques secondes, en se disant qu’elle ferait forcément mieux que MEHLHORN si elle était restée à sa place.

Bref, je ne comprends pas à quoi elle joue ; d’autant que l’on m’a dit qu’elle avait d’autres projets. Donc c’est peut-être très légèrement par amitié par David. Mais beaucoup par détestation de Éric, dont elle fera tout ce qu’elle peut pour le priver de la moindre voix.


Mais pendant ce temps, les spichériens se divisent..

Si ZAMPARUTTI va lui aussi avec FABRE,

OLSEN, BOISIER et CADOUX sont désormais avec BLANCHAUD,

CLARA-SILVERIO est avec MEHLHORN,

Certains doivent s’interroger à aller avec IZARD.

Et les plus anciens ont définitivement pris leur retraite de la politique.

Quel panier de crabes ! Voilà qui fait bien mes affaires !



Juillet 2019 : Où en est la finalisation du Plan communal de sauvegarde (PCS) de Savigny-sur-Orge ?

Savez-vous que le déclenchement de l’alerte rouge à la canicule implique la mise en œuvre automatique du Plan communal de sauvegarde (PCS) ?

Le PCS est un document qui résume les étapes des mesures à prendre en cas d’urgence, ce qui doit permettre de gérer la crise de manière efficiente, mais surtout d’éviter de réinventer la poudre à chaque évènement.

Or, si Savigny est légalement obligée de disposer d’un tel document depuis 2005, il apparaît que dans les faits, l’application de ce PCS est très compliquée, parce qu’il n’existe pas


Tout a recommencé en 2016, lors de la première grande crue récente de l’Orge. Et de l’aveu en off d’un élu de la majorité, les services savaient qu’on disposait d’un tel document, dont la dernière retouche aurait été effectuée par Jean-Michel ZAMPARUTTI en 2010, mais ils ne savaient plus où il est…

Alors j’en demande la communication, et pour justifier de ne pas me le transmettre parce qu’il est perdu, le maire MEHLHORN a indiqué qu’il n’avait jamais été terminé, mais que lui qui a le sens des responsabilités, allait le réécrire (ce qui sous-entendait quand même qu’il avait déjà été écrit une première fois, mais nous ne sommes pas à une incohérence près).

Et grand démocrate, il va même proposer aux élus de l’opposition de l’aider ! Nous sommes en septembre 2017 pour un travail qui doit durer un peu plus d’un mois.


Sauf que nous allons apprendre début mars 2019 au détour d’une offre de stage, qui ne me semble pas avoir été pourvu mais j’attends une confirmation officielle, que le PCS re-rédigé en 2017 est… une merde. Et qu’il faut le faire reprendre par un stagiaire, parce que la sécurité des Saviniens ne mérite guère plus qu’un stagiaire pour ce boulot.


Aujourd’hui, en juillet 2019, il n’a pas été porté à ma connaissance que le nouveau PCS ait enfin été validé.

De fait, je me demande ce qu’on peut bien appliquer avec l’alerte rouge canicule.

Au surplus, je crains que le PCS ne traite que des inondations, et pas de la canicule…

Savigny, 206e ville plus peuplée de France, n’a donc que quatorze ans de retard ! Étant rappelé que la loi sur la sécurité civile date de 2004, et nous ne sommes qu’en zone SEVESO…



Antoine CURATOLO, un « concurrent » à l’investiture LR pour Éric MEHLHORN en vue des municipales de 2020 ?

Relevez bien les guillemets que j’écris autour du mot de concurrent.

Déjà dans un article de septembre 2018, j’annonçais la candidature d’Antoine CURATOLO en tant que tête de liste aux prochaines élections municipales à Savigny.

Mais je n’ai compris que très récemment que l’agent d’exploitation de la salle Aristide-Briand, bientôt en retraite (condition nécessaire pour pouvoir se présenter), et syndicaliste CFTC, que j’imaginais y aller en indépendant, rassemblement citoyen et compagnie, misait en fait sur une investiture LR, qu’il s’imagine pouvoir chiper à Éric MEHLHORN…


Pour rappel, les investitures LR dans les communes de plus de 30 000 habitants s’attribuent au moyen d’une commission nationale d’investiture.

En 2013 (pour 2014), celle-ci avait eu à partager deux candidats : Éric MEHLHORN, et Jean-Michel ZAMPARUTTI, dont la candidature avait été rejetée parce que sa position aux élections législatives de 2012 n’était pas très claire, et qu’il n’avait pas assez condamné la dissidente Laurence SPICHER, ni assez soutenu Françoise BRIAND.


Alors CURATOLO a-t-il ses chances d’être le candidat LR ?

Ses réseaux sociaux laissent effectivement apparaître un militantisme appuyé qui se traduit par des collages, des distributions de tracts sur les marchés, et des participations à des réunions politiques.

Mais face à Éric MEHLHORN qui est sortant, élu depuis 24 ans, et titulaire de trois mandats électifs, le match va vite être joué, malgré tous les messages de sympathie et d’amitié qu’il peut bien recevoir de personnes comme Robin RÉDA ou Jean-Marie VILAIN, qui ont surtout un rapport avec lui qui est très utilitaire et très intéressé. Ils se servent allègrement de lui…


Ce que je vois, c’est que CURATOLO n’est pour l’instant pas très méchant avec MEHLHORN dans son opposition.

Il tire sur une ambulance déjà flinguée ; bien conscient de l’opportunité que représente un maire affaibli, qui trouve relativement peu de soutiens honnêtes car MEHLHORN a été élu par défaut !

CURATOLO est en cela auto-alimenté par le petit milieu clos des usagers des associations sportives (qui pour le coup ne sont pas super reconnaissants) et des agents, dans lesquels milieux MEHLHORN est déconsidéré.

Et il s’imagine pouvoir compter sur les Marsaudoniens historiques, dont il fantasme le poids et la réalité.


Or, je crains que tout cela ne soit en fait qu’une vaste opération d’enfumage aux fins pour lui de créer un rapport de force et d’être récupéré par MEHLHORN.

Car nul doute que lorsque LR va sonner la fin de la récré, et mettre dans la balance, qu’il pourrait être exclu du parti s’il faisait dissidence, CURATOLO rentrera dans le rang.

Et probablement qu’à ce moment, ses amis interviendront pour lui trouver une place sur la liste de MEHLHORN.


Si donc je pouvais trouver un intérêt personnel à laisser faire CURATOLO parce que tout ce qui tape sur MEHLHORN sert ma campagne, et qu’un éparpillement des voix de droite n’est pas forcément une mauvaise chose,

je suis finalement très circonspect car il ne faudrait pas qu’il créé un réservoir de voix qui iraient finalement à MEHLHORN, voire pire qui lui insuffle une dynamique favorable au deuxième tour.

Je ne dis pas que tous ses électeurs suivraient, d’autant que s’ils acceptent de voter pour lui au premier tour, c’est qu’ils le choisissent plutôt que MEHLHORN…

Mais on a déjà vu avec FABRE, des gens qui ont fait campagne contre une personne avant de la rejoindre. Or, ici, il ne s’agirait que de rentrer à la maison.

La candidature d’Antoine CURATOLO est donc à surveiller, même si j’ai beaucoup de réserves sur sa capacité à composer une liste, et à écrire un programme.


Reste enfin l’hypothèse véhiculée par Bernard BLANCHAUD (Nous citoyens) que MEHLHORN pourrait quitter LR pour un parti de centre-droit macroniste type Agir.

Je pense que MEHLHORN n’est pas une flèche, mais qu’il n’est quand même pas stupide au point de quitter le troisième parti de France pour un obscur groupuscule ; auquel l’adhésion ne devrait de toute façon pas lui coûter une étiquette LR, du fait du jeu des alliances, au moins dans l’espoir que la Commune puisse être considérée comme LR, ou qu’il y ait une réversion d’une partie des élus au parti.

Après, n’oublions pas que LR en Essonne est présidé par RÉDA, et que si jamais il s’en va, je pense que TRON arrivera à en reprendre la présidence (à moins que DUROVRAY ?), donc que LR continuera d’exister quoiqu’il arrive, et qu’au vu de la sociologie électorale savinienne, il vaut mieux ne pas en être trop loin…

J’espère donc que CURATOLO n’est pas qu’un faire-valoir de MEHLHORN…