Archives du mot-clé Jean MARSAUDON

Municipales 2020 à Savigny-sur-Orge : Olivier VAGNEUX refuse l’investiture et le soutien du Rassemblement national (RN)

Je ne me suis jamais caché de recevoir diverses propositions de partis politiques en vue des prochaines élections municipales 2020 à Savigny.

Il se trouve que j’ai, entre autres, rencontré Audrey GUIBERT, secrétaire départementale du Rassemblement national (RN) ; laquelle m’a approché pour savoir si j’étais intéressé de conduire leur liste sur Savigny.

Bien sûr qu’il y a quelque chose de grisant à se voir proposer la tête de liste du deuxième parti de France, voire du premier si l’on n’oublie pas que LaREM, comme LR, se présentent toujours avec des alliés, et je remercie Audrey GUIBERT et le RN pour leur confiance.

J’envoie aussi ici un message subliminal aux électeurs du RN. Voyez que si votre parti, par la voix de sa secrétaire départementale, a pu envisager de m’investir, c’est que vous pouvez aussi voter pour moi ; que je suis RN-compatible.

Et aussi un autre message pour tous les rageux qui me détestent : je suis peut-être un connard, mais il y a au moins un « grand parti » qui reconnaît mon travail et mon énergie.


Après avoir pris conseil dans mon équipe, j’ai reçu une douzaine de réponses bien équilibrées, de deux types. D’un côté, ceux qui me disaient de ne pas y aller. Et de l’autre, ceux qui me réaffirmaient leur confiance dans la sagesse de ma décision quelle qu’elle soit.

Et finalement, j’ai donc décidé ; probablement par le même opportunisme qui a sûrement été celui du RN lorsqu’il m’a proposé de conduire leur liste, de refuser toute investiture, ou tout soutien, qui comme je l’écris à Audrey GUIBERT, me couperait de 80 % du corps électoral savinien, pour qui RN signifie « Retour des Nazis » (je suis très fier de ma trouvaille).

En effet, cela ne m’intéresse pas de m’assurer une place d’élu dans l’opposition (ce que me proposait déjà FABRE en 2014). Je veux tenter d’avoir le pouvoir pour agir. Et si ça ne passe pas, j’arrêterai, et je laisserai ma place à plus motivé que moi (à celui qui aura trouvé grâce aux yeux des électeurs). Mais j’aurais gardé mes convictions, et je ne me serai pas livré à des petits marchandages assez malsains (ce dont il n’a pas été question dans mes discussions).

Pour autant, même élu, je travaillerai avec les élus RN s’il y en a, lesquels auront droit comme à les autres à des délégations au sein du Conseil municipal, et pour les Saviniens RN, comme je travaillerai pour tous. À la différence que ceux qui se gavent depuis trente ans, se gaveront alors un peu moins…


Puisqu’il n’est question que de l’échelle communale, je ne vais pas me lancer dans une comparaison des idées politiques, pour à la fin vous dire en conclusion que j’ai refusé parce que je suis républicain et que je veux faire barrage à l’extrême-droite.

Il suffit d’ailleurs de lire ONFRAY, si l’analyse des 144 engagements présidentiels du RN ne suffisait pas, pour finir de se convaincre, que le RN n’est objectivement plus d’extrême-droite ; ce qui n’empêche pas que nombre de leurs adhérents en meeting ne peuvent pas s’empêcher de gueuler « On est chez nous ! », ce qui me fait parfois doucement sourire à la gueule du militant.

Toujours est-il que j’en ai marre du discours de la gauche morale qui s’offusque que le RN assume de discriminer les étrangers, voire les Français issus de l’immigration, mais qui ferme sa gueule quand MACRON n’assume pas de discriminer les pauvres…

Moi aussi, je rejoins le diagnostic du RN lorsqu’il dénonce les problèmes causés par ceux qui refusent toute intégration, mais je n’en partage pas les solutions.

Pour le reste, je trouve qu’ils sont globalement trop de gauche pour moi, sur leurs propositions économiques et sociales.


Bref, puisque nous sommes au niveau local, nous nous retrouvons avec le RN dans nos combats contre le bétonnage, contre le déploiement du compteur communicant Linky, pour renouveler et diversifier l’offre commerciale et médicale, et enfin pour apporter des solutions concrètes à la sécurité (le taux de cambriolage est de 5,84 pour mille et le taux d’agression est de 8,85 pour mille, ce qui est supérieur à la moyenne).

Mais là encore, je ne partage pas leurs solutions de centres de santé avec des médecins qui travaillent 35 heures maximum par semaine, et qui font revenir leurs patients tous les mois pour renouveler les ordonnances. Et je ne crois pas non plus que l’insécurité diminue en multipliant le nombre de policiers municipaux…

Toujours est-il qu’en deux ans, je me suis lié d’amitié avec Alexandre LEFEBVRE, qui a été élu en 2014 sur la liste du RN, qui est le fils d’un ancien conseiller municipal dans la majorité de Jean MARSAUDON, et avec lequel j’ai très mal commencé avec des articles incendiaires, justement parce qu’il essayait de dire que lui-même n’était pas RN, mais seulement divers-droite. Et je suis très heureux de nos actuels communs combats.

Tout cela pour dire que si jamais Alexandre souhaite me rejoindre sur ma liste, il est le bienvenu.


Enfin, et je vais me contenter de reprendre ce qui est dans ma réponse.

Je vais tenter un coup de poker. Celui que le RN n’arrivera pas à composer sa liste, parce qu’il y a eu le choc de 2017, le plafond de verre et le départ de nombreux militants désabusés. Et puis qu’Audrey GUIBERT n’est plus autant présente qu’avant… Il faut quand même voir qu’ils étaient beaucoup plus avancés à la même période en 2013.

Et à ce moment là, je pense que les électeurs du RN ne se tourneront pas vers MEHLHORN, même s’il est LR, parce qu’il est trop mauvais. Mais qu’ils iront bien vers celui qui depuis des années, gueule et conteste, pour proposer ce qui va dans le sens de leur attente : l’arrêt du bétonnage de Savigny, et possiblement une autre issue au projet de renouvellement urbain de Grand-Vaux.

Alors, c’est clair que je serai mal si jamais ils réussissent, mais il sera toujours temps de réaliser une FILLON, et d’arriver en tête des listes dites de droite, pour qu’elles se désistent en ma faveur, ou que leurs électeurs me rejoignent…




Publicités

Urbanisme : c’est bien Nadège ACHTERGAËLE qui est responsable de l’erreur à 190 000 € ; une faute qui peut lui coûter la succession de MEHLHORN ?

C’est donc bien Nadège qui a accordé le permis de construire irrégulier aux époux KELLALA, même si elle n’a fait que signer le document, en ayant trop fait confiance aux services dont elle a eu la malchance d’être référente… Je n’ai jamais compris ce qu’elle foutait à l’urbanisme, c’est sûrement un raisonnement à la con : elle est ingénieure donc on va la mettre à l’urba… Puis il n’y avait sûrement personne d’autre de capable…

À sa place, je me sentirais hyper-mal parce que 190 000 €, c’est quand même plus de deux fois ce qu’elle aura touché personnellement en indemnités sous ce mandat. Elle ne peut même pas dire qu’elle renonce à ses indemnités pour rembourser.

Mais les responsabilités sont clairement partagées, entre notamment les vendeurs, le notaire, le SIVOA, la Commune, aussi bien l’instructrice du permis C. LEGRAND, que les responsables d’alors du service Urbanisme, que le maire… Et puis quand même les époux KELLALA qui n’avaient qu’à se renseigner sur le PPRI en achetant un terrain si près de l’Orge. Il y a quand même eu de très grosses inondations moins de deux mois avant la signature du permis !!!

Extrait de l’attestation de vente du bien

Et puis, ce n’est pas parce que tu es adjointe à l’Urbanisme que tu connais toutes les règles, ce que Nadège pourrait avoir la modestie de reconnaître, plutôt que de s’auto-congratuler régulièrement de signer des parapheurs, ce que n’importe quel lettré est capable de faire… C’est con parce que cette erreur casse tout le mythe qu’elle avait créée autour de son travail, qui est d’ailleurs celui de son stylo, si l’on prend son propos au premier degré…

En bref, je pense que les responsabilités sont partagées, et je ne vois pas pourquoi la Commune serait la seule à payer… Mais bon, c’est vrai que c’est quand même le maire (plus exactement sa suppléante) qui a signé un document engageant la Commune. Et en même temps, la Commune n’est pas responsable du PPRI, mais elle aurait dû y veiller. C’est tristement une faillite collective… Qui nous contraint à rembourser une grosse partie du terrain aux propriétaires…


Nadège a rapidement été écartée des décisions, sitôt le début du mandat.

Sûrement MEHLHORN la craignait-il, du moins en avait-il pris ombrage, dans la mesure où un certain nombre de ses militants ne se privaient pas de lui cracher à la gueule qu’il était trop nul, et que heureusement qu’elle était là pour bosser à sa place.

Et c’est quand même parce que MARSAUDON avait compris que MEHLHORN était limité qu’il avait placé SPICHER à sa succession.

C’était donc déjà mal parti pour elle qu’elle succède à MEHLHORN à la fin du deuxième mandat (faut pas déconner non plus, si MEHLHORN s’arrête en 2020, il sera obligé d’aller retourner bosser s’il veut une retraite).

Mais je crains que ce ne soit là l’erreur fatale qui grille désormais complètement et définitivement Nadège.

Car fatalement qu’on lui renverra dans la gueule qu’elle nous a couté 190 000 euros…

Et je ne doute pas que Sébastien BÉNÉTEAU et Alexis TEILLET, qui lorgnent sur la succession, sauront lui rappeler au moment opportun…

Nous verrons si elle est là jeudi soir au Conseil qui doit acter le protocole d’accord, si MEHLHORN assume à sa place, si elle participe au vote, et si elle est globalement soutenue par la majorité… Je n’aimerais sincèrement pas être à sa place…

Tout ce que j’espère, c’est qu’on ne trouvera pas d’autres cadavres de ce genre dans les placards en arrivant aux affaires…




Scoop : Éric MEHLHORN n’a jamais été adjoint ; je lui demande donc de rendre l’argent !

« Je n’ai jamais été adjoint ».

Éric MEHLHORN, maire LR de Savigny-sur-Orge, le 09 mai 2019

À six secondes sur cet extrait audio de 7 secondes : https://vocaroo.com/i/s0JhPzgGIGFS

En réponse à Jean-Marc DEFRÉMONT, lui reprochant d’avoir appartenu aux majorités municipales avant 2014.


Je suis frappé de la facilité, de la décontraction, de l’aplomb avec lequel Éric MEHLHORN nous affirme qu’il n’a jamais été adjoint au maire de Savigny-sur-Orge.

Lui qui me menace régulièrement du fait de la future loi anti-fake news, je pense qu’on va alors y aller ensemble en prison… Ou qu’on ne sera pas très loin de l’autre… La purge !


Dans la matrice, à moins que ce ne soit dans la vraie vie, il y a pourtant ces documents qui indiquent le contraire.

Et qui indiquent surtout que pendant 4 ans, MEHLHORN a perçu 1341,74 € brut mensuel entre avril 2008 et septembre 2008, puis 1419,80 € brut mensuel entre octobre 2008 et juin 2012.

Alors c’est clair qu’on dirait pas qu’il a été adjoint, parce que, à part les Toutounets, j’ai surtout l’impression qu’il s’est touché pendant tout le mandat, mais bon…

Il y avait FILLON, rends l’argent. Maintenant, il va y avoir MEHLHORN, rends l’argent de tes indemnités indument perçues puisque tu n’étais pas adjoint !

À l’heure du procès BALKANY, c’est fou ce que les LR ont des problèmes avec le fric…


Extrait du magazine municipal d'avril 2008







Désintox : Jean-Marc DEFRÉMONT et Éric MEHLHORN mentent sur le kilométrage des rues refaites sous MARSAUDON

Ayant commis une erreur d’interprétation dans mon précédent article, ce qui nécessite que je le reprenne pour le corriger, je publie rapidement cet article de désinformation.

Au cours de la réunion de présentation du budget de 2019, qui s’est tenue ce 09 mai 2019, Jean-Marc DEFRÉMONT a affirmé que du temps du mandat de Jean MARSAUDON, Savigny ne refaisait qu’entre 1,6 et 2 kilomètres de voirie par an.

Et ce pataud de MEHLHORN de donner raison à DEFRÉMONT par un « eh oui »… Il aurait vraiment mieux fait de se taire plutôt que de corroborer des choses fausses, juste parce qu’elles allaient dans son sens…


Pour écouter l’extrait audio, il dure 21 secondes :

https://vocaroo.com/i/s1xbqzztAXRZ


Alors, je n’ai qu’une seule source : c’est le programme de MARSAUDON en 2008 ; et juste de rappeler que MEHLHORN est censé l’avoir défendu, donc le connaître un peu…

En page 20, il est écrit 73 kilomètres de rues refaites en 25 ans.

Pour 11,2 millions d’euros ; on ne va pas débattre ici de l’inflation du bitume…

Or, 73/25 = 2,92.

Donc MARSAUDON a refait une moyenne de 2,92 km de rues par année de mandat !

Et pas 1,6 kilomètre à 2 kilomètres par an…

Ce qu’il fallait démontrer…