Archives du mot-clé Jean MARSAUDON

Désintox : Éric MEHLHORN ment ; ce n’est pas Laurence SPICHER-BERNIER mais Jean MARSAUDON qui a contracté les emprunts toxiques de Savigny-sur-Orge

Cette semaine du 11 novembre 2019, au cours de mon porte-à-porte, j’ai rencontré des électeurs déçus de MEHLHORN, qui me racontaient qu’il leur avait prétendu, au début du mandat, que SPICHER avait ruiné la Commune en contractant des emprunts toxiques. C’est faux, parce que nos trois emprunts ont été contractés par MARSAUDON ! Le dernier dis-huit jours avant son décès, ce qui pose quand même un certain nombre de questions.

Ce qu’on peut très justement reprocher à SPICHER, c’est qu’elle endettait la Ville tous les ans de 3 millions € parce qu’elle était aussi incompétente que MEHLHORN. Bon ben lui, il se fait arnaquer de deux fois le prix de la piste d’athlétisme, ou il signe des conventions sans obligations (la fibre optique), ou il n’applique pas les pénalités de retard (square capitaine Jean D’HERS). Elle, elle payait 1,3 million pour refaire le carrefour de la Place des Marguerites…


Mais c’est bien Jean MARSAUDON qui a commis les 3 emprunts toxiques auprès de DEXIA :

– un premier de 6,347 M € le 01er août 2006,

– un deuxième de 4,309 M € le 15 mars 2007,

– un dernier de 5,908 M € le 01er septembre 2008.

Pour mémoire, MARSAUDON est décédé le 18 septembre 2008.


Avec le recul, ce qui est très difficile pour les gens qui ont connu MARSAUDON, il faut lui rendre justice, à lui et surtout à Simone DUSSART, son adjointe aux Finances, pour avoir rétabli les comptes de la Commune en 1983.

Il faut alors rappeler que Savigny était alors sous tutelle préfectorale, parce que BOCKELANDT, du fait d’un choix politique assumé, et non pas d’une mauvaise gestion, avait fait voter un budget en déficit de 9 millions de francs en 1982 !

(Juste pour comparaison, il n’y a peut-être pas de déficit dans les budgets de MEHLHORN, PATAUT et BÉNÉTEAU, mais néanmoins un total de 207 millions de francs de dette…)

MAIS

il faut aussi reconnaître qu’il n’a fait que des conneries à partir de 2001 (la dette était alors de 10 millions € eq), sitôt que DUSSART n’a plus été là, et qu’on s’est ruiné par exemple avec la construction de la maison Alzheimer, qui n’était pas forcément de compétence municipale.


Ce témoignage est quand même révélateur de l’époque où l’hypocrite MEHLHORN faisait encore semblant de se présenter comme l’héritier de MARSAUDON, et refusait donc de le charger. Aujourd’hui, sa politique de bétonnage trahit enfin l’imposteur qu’il a toujours été.

Néanmoins, tout cela me fait bien sourire, car le pire est certainement que MEHLHORN était en réalité persuadé que c’était SPICHER qui était responsable des emprunts toxiques, mais que bien qu’élu depuis 1995, et comme il se contrefout des dossiers qu’il ne comprend de toute façon pas, alors c’est sincèrement qu’il accusait SPICHER.



Archives : quand Éric MEHLHORN et Anne-Marie GÉRARD soutenaient Laurence SPICHER-BERNIER contre Bernard MÉRIGOT

Un exemple supplémentaire de l’hypocrisie d’Éric MEHLHORN.

Rien d’étonnant venant de ce lâche qui s’abstiendra sur le vote des augmentations d’impôts en 2010, permettant qu’elles passent, tout en les dénonçant par la suite ! Le même homme qui n’osera jamais faire dissidence du groupe de la majorité municipale…

En octobre 2009, MEHLHORN et GÉRARD prenaient le parti de Laurence SPICHER-BERNIER contre celui de Bernard MÉRIGOT.

Ce texte est d’autant plus savoureux que MEHLHORN a ensuite bâti sa campagne sur l’idée qu’il était l’héritier de Jean MARSAUDON, alors qu’il affirme ici le contraire.

Mais bon, il faudrait ici parler du trouble rôle de Geneviève MARSAUDON, qui s’est auto-érigée en gardienne du temple MARSAUDON, alors qu’elle n’était qu’une des trois (quatre) femmes que les Saviniens lui ont connu à partir de 1983.

Et il faut aussi se souvenir de Daniel GUETTO, élu adjoint du fait de la mise à l’écart de MÉRIGOT, qui trouvait alors que SPICHER était géniale parce qu’elle avait su voir en lui le talent que ce *** de MARSAUDON n’avait jamais su voir depuis 1989.

En 2011, MEHLHORN, GÉRARD et GUETTO rejoindront pourtant l’infâme MÉRIGOT pour former le groupe du Bon sens pour Savigny à l’occasion des sénatoriales, sur lequel on trouvait aussi un certain Daniel JAUGEAS…

Tout cela pour écrire que MEHLHORN n’a jamais été très franc, ni très constant dans ses revendications. Mais bon, je le dénonçais déjà en 2014, car il suffisait alors de regarder l’action du monsieur depuis 1995. Dommage qu’il faudra un mandat de six ans aux Saviniens pour s’en rendre compte par eux-mêmes…




ASLS Musculation : ce dont j’accuse personnellement Éric MEHLHORN

Il est marrant notre ami Éric lorsqu’il prétend que la réouverture de la salle de musculation Mamadou-Loum, je cite, « vient une fois pour toute (sic) mettre fin aux rumeurs les plus folles qui ont été colportées ces derniers mois. Non, la municipalité n’a jamais eu besoin de déloger l’association pour mener un je ne sais quel projet sportif secret. »

En fait, il se sert de l’idiot utile qu’a été Bernard BLANCHAUD dans cette affaire, et qui a effectivement relayé cette dernière rumeur (du projet sportif secret), pour discréditer les vraies raisons pour laquelle il a fait fermer la salle.

Laquelle visait d’une part à remplacer le bureau rebelle de l’association, et d’autre part à récupérer d’encombrantes archives mettant en cause plusieurs personnes de ses amis.

Commençons par relever que le nouveau bureau de l’association a été illégalement constitué, sans que les anciens membres aient démissionné, au terme de deux assemblées générales fictives qui ont eu lieu en septembre 2018, qui n’ont pas respectées les conditions de convocation des membres de l’ASLS, ni les délais entre les deux réunions.

Celles-ci ont réuni un maximum de sept personnes, dont seulement quatre étaient membres de l’association, qui ont ainsi modifié les statuts.

Et qui malgré leur précipitation, ont quand même dû attendre un an pour se voir réattribuer la salle… (Entre nous, bien fait pour eux. La soumission ne mène jamais très loin.)

Mais si MEHLHORN voulait la tête de l’ASLS, c’est à cause de documents présents dans les archives de l’association, notamment des bilans comptables et des talons de chèques qui mettent en cause plusieurs personnes, parmi lesquelles Jean-Paul RUBINO et Armand STEIGER. Étant précisé que beaucoup d’autres étaient informés de certaines pratiques dont Éric MEHLHORN, Corinne AUBIN, Hakim HAMDOUNI, Sébastien BÉNÉTEAU, et j’en passe.

Peut-être d’ailleurs que la réaction violente de l’homme du Crédit Mutuel vient du fait qu’il s’agissait de la banque de l’association ? C’est une idée qui me vient en écrivant ces lignes…

Je peux accuser d’autant plus facilement que j’ai vu certains de ces documents, et que j’en ai aussi pris en photo, et donc poser des questions de savoir déjà où passait l’argent des cotisations pour une association qui a très peu de frais. Même si avec 440 membres, ils arrivaient quand même à dépenser 2000 euros annuels de frais administratifs…

Il faudrait encore interroger la raison pour laquelle l’association a acheté aussi cher tel type de sauna, qui lorsqu’on le recherche sur Google est vendu beaucoup moins cher…

Ou encore comment l’association pouvait verser des primes de naissances à des coachs auto-entrepreneurs (régime qui ne permet pas le versement de primes). Et waouh, quelle association verse des primes de naissance à ses encadrants ou professeurs ?

Je ne vais pas aller plus loin dans mes accusations. Oui, j’ai aussi entendu que MEHLHORN voulait bâtir le club-house du foot et du base-ball à la place de la salle, ou s’approprier les appareils pour créer une association qui lui serait soumis, ou encore que tout le COS était corrompu de manière à financer illégalement les campagnes de Jean MARSAUDON.

Le gros problème est que la plupart des faits décrits sont aujourd’hui prescrits, même si l’ouverture d’une enquête, permettrait peut-être d’y voir plus clair.

Je maintiens que MEHLHORN a fait tout cela pour chercher à faire disparaître des documents entachant la réputation de certains de ses amis, et se débarrasser de gens qui lui résistaient.

Et je ne peux pas m’empêcher de repenser au sketch que m’a fait RUBINO parce qu’il est président diamant dans sa fédération de tennis, et qu’il y a consacré toute sa vie. Oui, mais cela ne présume pas qu’il ait été toujours honnête…




Savigny-sur-Orge : on recrute pour remplacer la Directrice des ressources humaines (DRH) qui abandonne à son tour le navire…

La rumeur courait depuis quelques semaines, mais l’offre d’emploi n’est parue qu’en début de semaine. Sylvia DE SA, directrice des ressources humaines, entrée au service de la Commune en janvier 2000, quitte son poste. Un nouveau départ d’une ancienne de l’époque MARSAUDON, à laquelle « si tout n’était pas bien, tout était passable » (VOLTAIRE), qui serait motivé par ce qu’est devenue notre ville sous l’administration MEHLHORN.

Ce qui aura quand même été formidable sous ce mandat, c’est qu’ils n’auront eu de cesse de renforcer les équipes à cause d’un « petit con qui les fait chier » (c’est comme cela que MEHLHORN parle de moi à ses amis), mais que l’ambiance et les compétences au sein de l’administration ne cessent de se dégrader. Et c’est bien là l’expression des limites du copinage, qui justifie la nécessaire chasse aux sorcières que je veux mener dès mon élection qui n’arrivera jamais…

Je ne connais pas les raisons précises du départ de Mme DE SA. Mais ce dont je me doute est que cela n’a pas dû être facile tous les jours, du changement incessant des organigrammes permettant aux uns et aux autres de placer leurs amis (COUTINHO à la Com°, DELAMAERE à la Culture et à la Vie locale, STEIGER aux Ressources…), jusqu’au courrier d’embauche de Valérie RAGOT, faisant état d’un entretien préalable avec elle, qui n’a jamais eu lieu en tant que tel !

Avec ce départ, c’est d’abord une personne plutôt compétente (je n’ai pas assez d’éléments pour juger, mais ses collègues l’apprécient bien), et pas trop soumise à MEHLHORN et sa bande, qui abandonne encore Savigny. En souhaitant d’ailleurs qu’elle ne soit pas remplacée par un autre copain. Mais c’est aussi une personne de moins pour reconstruire l’administration après que MEHLHORN aura dégagé à l’issue des élections de mars 2020 (joli emploi du futur antérieur).

Quoiqu’il en soit, la gestion des ressources humaines sera un gros enjeu de la transition qui suivra le départ de MEHLHORN. Conserver les nuisibles revient à l’assurance de ne rien pouvoir changer, en plus de se créer une opposition en interne. Réorganiser les services sera un gros chantier, qui se heurtera forcément aux commissions paritaires, et je n’aurais de toute façon pas assez de placards pour loger tous les cas, donc on finira par toucher aux primes…