Archives du mot-clé Jean-Marc DEFRÉMONT

Le cumulard Jean-Marc DEFRÉMONT, pas assez débordé ni assez indemnisé, élu 5e vice-président du SIREDOM

Bah alors, Europe écologie les Verts, on n’est pas censé être contre le cumul de mandats ? Parce que l’ami Jean-Marc en est quand même à 4 mandats indemnisés, un peu plus de 6500 euros brut mensuels, et qu’il se dit en plus qu’il voudrait être élu au Département ?

Ou alors c’est seulement une posture quand vous étiez à 2,3 % au national, et que vous faisiez genre les dégoûtés « nous, on veut pas cumuler », parce qu’en fait, vous n’aviez pas la possibilité de cumuler, surtout avec les miettes que feu le PS vous laissait à l’époque ?

On dirait donc bien que cette époque est révolue. Que maintenant que EELV est à 10 % dans ses meilleurs fantasmes, il est devenu un parti comme les autres. Même si rappelons-le, au niveau du harcèlement sexuel à l’intérieur du parti, il était déjà bien comme les autres.

Au passage, on voit DEFRÉMONT récompensé pour ne pas avoir soutenu DUGOIN, ce qui n’a rien d’étonnant dans la mesure où la gauche sectaire de DEFRÉMONT est bien incapable de voter, et même de dialoguer, avec quelqu’un qui ne partage pas les « valeurs de la gauche ».

Pauvres Français qui croient voter pour moins de béton et plus de nature en ville, pour une réduction de l’empreinte carbone et des énergies alternatives ; et qui se retrouvent avec des mecs cumulards et avides de fric, pro-migrants, qui sont contre le Tour de France, les sapins de Noël et les messes de commémoration, qui s’appuient sur la science pour parler de réchauffement climatique mais ne veulent plus en entendre parler dès lors qu’il s’agit de 5G…




Affaire ROUILLER-FORSANS : Olivier VAGNEUX cité à comparaître le 08 décembre 2020 devant la 5e chambre correctionnelle du Tribunal judiciaire d’Évry-Courcouronnes

Le mardi 08 décembre 2020 à 13 heures 30.

Toujours devant la 5e chambre correctionnelle (comme en 2017).

Je ne vous y invite pas parce que ce n’est qu’une inutile audience de fixation qui va tous nous faire perdre notre temps ; sous réserve que l’offre de preuve que je vais signifier au ministère public ne soit pas acceptée, donc que l’audience se tienne quand même.

J’hésite sinon à essayer de demander le dépaysement de l’affaire, surtout si c’est toujours le juge Bruno BOUGIE qui préside la 5e chambre ; lequel magistrat ne m’avait pas semblé très passionné par mon affaire et par tout ce que j’aurais pu plaider.

Au passage, et puisque c’est un homme qui m’a apporté le document, vous observerez qu’il manque le nom du clerc assermenté qui m’a délivré l’exploit d’huissier.

Hélas pour moi, s’il s’agit d’une faute déontologique, il ne s’agit malheureusement pas d’une faute procédurale qui pourrait faire annuler l’affaire.

Bref, je vous inviterai quand je plaiderai réellement, dans les six mois environ. La plainte en dénonciation calomnieuse a déjà été portée, en novembre 2019.


Pour mémoire, j’avais été mis en examen le 02 juin 2020.

Cette mise en examen a été levée le 09 septembre 2020 lorsque la juge d’instruction a ordonné mon renvoi devant le Tribunal correctionnel.

Entre temps, j’ai pu apprécier que Sandrine COLIN, l’avocate de ROUILLER-FORSANS n’était pas très compétente ; en tout pas très au fait de l’article 51-1 de la loi du 29 juillet 1881 et qu’elle n’a même pas déclaré préalablement son intention de formuler des observations… La base…

Et puis surtout, il y a eu cet arrêt maladie de Céline ROUILLER-FORSANS qui part la semaine suivant la défaite de MEHLHORN et qui revient finalement fin septembre ; attendant probablement l’issue du procès pour décider de poursuivre sur Savigny, et probablement comme nombre d’agents, le résultat du recours de FABRE auquel je crois toujours.


Cette affaire m’aura permis quelques découvertes et expériences.

  • En demandant mon dossier de procédure, on m’a envoyé le dossier CONFIDENTIEL de trois affaires dont au moins une tentative de meurtre. J’avais tout dans le détail jusqu’à l’expertise psychiatrique…

  • J’ai pu en profiter pour accéder au premier bulletin de mon casier judiciaire et découvrir que celui-ci était toujours immaculé, parce que la Cour de cassation n’a toujours pas transmis qu’elle avait rejeté en mars 2018 mon pourvoi dans mon affaire contre MEHLHORN. Je prévois toujours de demander la révision du procès lorsque j’aurais obtenu toutes les productions de Valérie RAGOT, que ô surprise, DEFRÉMONT couvre !!!
  • Pour les besoins de ma défense, j’ai acheté les statuts de l’entreprise de parachutisme. Et comme ils sont plutôt pas mal rédigés, je les ai recopiés pour aider des amis. Avec 7,99 euros que je me ferai remboursé quand j’aurais gagné, je me suis en plus économisé des heures de travail à inventer à partir de modèles de contrats disponibles sur internet.
  • Grâce à Céline ROUILLER-FORSANS, j’ai découvert le site suivant de vérification des avis d’imposition, que je recommande au besoin ; lequel m’a permis de vérifier le montant de son impôt, mais surtout de savoir qui dans son couple avait quel numéro fiscal.

https://cfsmsp.impots.gouv.fr/secavis/

  • Enfin, je me suis rendu à la Direction départementale des finances publiques et j’ai demandé à consulter le montant de l’impôt sur le revenu de quelques « amis ».








Savigny-sur-Orge : DEFRÉMONT et CAMELOT-GARDELLA retirent la messe du programme des commémorations du 11 novembre

Pauvres cons d’électeurs de gauche ! Ils pensaient voter pour moins de béton et pour plus de nature en ville et ils se retrouvent avec une équipe en croisade contre la religion catholique, au nom bien sûr de la laïcité, qui est un mot qu’ils ne comprennent pas dans son acception des deux premiers articles de la loi du 09 juillet 1905.

Je trouve cela minable, mesquin, nul… En deux mots « petite bite ».

Encore une fois, la marque de frustrés qui, parce qu’ils sont incapables de se saisir des vrais enjeux de la commune, se rabattent sur une petite guerre aux symboles.

Après l’odieux attentat du 16 octobre 2020 qui a touché la commune de Conflans-sainte-Honorine #Jesuisconflanssaintehonorine, voilà que nos irrévérencieux élus de gauche prennent tous les risques pour dénoncer le fanatisme religieux : haro sur les catholiques !

Et pendant ce temps, laissons tranquille l’extension irrégulière de la mosquée de Savigny et ne faisons surtout pas appliquer le jugement du Tribunal administratif de Versailles, parce que notre laïcité est à sens unique, surtout quand elle risque de heurter nos intérêts électoraux.


Ainsi donc DEFRÉMONT et son adjointe CAMELOT-GARDELLA ont décidé que la municipalité ne participerait pas à la messe de commémoration des morts, des disparus et des blessés de la Grande guerre, ce qui est leur droit, mais disent-ils parce que c’est une atteinte à la laïcité. Et donc ils ont décidé d’en retirer l’annonce des affiches du programme officiel et ils ont même poussé le vice jusqu’à supprimer les cars pour décourager les personnes de s’y rendre.

C’est encore une fois du stalinisme. Car ce n’est pas parce que la majorité municipale ne veut pas y participer qu’elle doit, SANS DÉBAT, faire comme si cet événement, à l’initiative des associations d’anciens combattants, n’existait pas, le rayer unilatéralement du programme des manifestations et essayer d’empêcher ceux qui voudraient y participer de s’y rendre.

Cette messe reste et demeure une proposition, qui n’a jamais été d’initiative municipale, organisée dans le cadre de cette journée.

Heureusement face au tollé des anciens combattants, de la paroisse et d’un certain nombre de Saviniens éclairés, leurs convictions et leur détermination ont quelque peu vacillées puisque ces bons soumis ont quand même remis des bus. Ils ont même promis au prêtre de ne pas organiser d’autre manifestation en même temps que la messe. Ils n’auront pas porté leurs couilles trop longtemps ; la greffe ne devait pas être de très bonne qualité…


Ainsi, cent ans après ces premiers débats sur les manifestations religieuses accompagnant les commémorations de la Grande Guerre, DEFRÉMONT en est encore là, sur des combats arriérés et des combats d’arrière-garde, qui ne font pas avancer le débat sur la laïcité…

Même Jean ESTIVILL n’aurait pas osé !

Et comme tous les gauchistes, Jean-Marc ne comprend pas que la haine de soi, la haine du blanc, la haine de l’Histoire qu’il porte et transpire, non seulement ne fait pas plaisir aux gens auquel il prétend vouloir ressembler dans une utopie égalitaire (les blancs se dépouillent pour s’abaisser au niveau des racisés), mais encore fait le jeu des islamistes en justifiant leur combat puisque la France n’est plus une nation digne en tant qu’elle n’est plus fière d’elle-même.

Gommons que la France est la rencontre d’un chef barbare batave converti avec un peuple Gaulois sous les auspices de quelques évêques. Oublions que la République n’a été possible que parce que le clergé a voté avec le tiers-État contre la noblesse. Effaçons que c’est l’ecclésiastique CHAMPION DE CICÉ qui a écrit la Déclaration des droits de l’Homme. Masquons que c’est l’Église qui a essayé d’imposer la paix pour sortir de la première guerre mondiale…

En attendant, c’est bien le Vatican qui a permis la libération de l’otage Sophie PÉTRONIN en servant d’intermédiaire, là où la République ne s’en sortait pas toute seule…


Enfin, cette petite histoire rejoint notre actualité tragique.

À force de voir des atteintes à la laïcité là où il n’y en a pas, mais aussi de voir de l’islamophobie là où il y a en réalité des atteintes à la laïcité, nous fracturons toujours plus le pays.

Je lisais sur le Facebook de la commune une personne qui s’inquiétait que la minute de silence dans les écoles ne soit plus respectée, ce qui trahit quelque chose.

Mais moi-même, je n’en peux plus de ces minutes de silence symboliques, qui ne résolvent rien.

Et DEFRÉMONT nous en rajoute, tel le symbole de son impuissance et de son absence de volonté, à s’attaquer aux vraies atteintes à la laïcité, et donc on compense par du symbole.


Je conclus en vous disant que j’ai hâte de voir si DEFRÉMONT et GARDELLA vont maintenir la commémoration du 19 mars.

Mais à n’en pas douter, leurs convictions éthiques et morales ne seront cette fois pas gênées de commémorer davantage qu’une défaite politique et militaire, l’assassinat d’au moins 10 000 pieds-noirs, l’abandon de dizaines de milliers de harkis et supplétifs de l’armée française et la dégradation sans solde des officiers français qui ont voulu sauver leurs hommes.

Là pourtant, il pourrait, et il devrait, y avoir un débat sur la participation de la municipalité.



DEFRÉMONT veut form(at)er les élus saviniens à rester à une place fictivement définie !!!

Avec quelques copains, nous sommes en train de créer un organisme de formation, de conseil et de communication politique. Nous avons d’ailleurs récemment obtenu notre rattachement au centre européen de formation des élus locaux (CEFEL). D’où que je porte un petit regard, atterré, sur la formation proposée par DEFRÉMONT aux élus saviniens.

De manière liminaire, je n’ai pas (encore) trouvé de conflits d’intérêts entre l’intervenant Jacques VAN ERPE et Jean-Marc DEFRÉMONT ou le parti EELV. Je suis même d’ailleurs presque étonné, que DEFRÉMONT, qui n’est rien sans son parti, n’ait pas fait appel à la structure traditionnelle de formation des élus écologistes, mais cela aurait peut-être été un peu gros.

Et donc il y a un mec qui va venir à Savigny pour expliquer aux élus ce qu’est leur rôle et comment fonctionnent les collectivités territoriales avec pour objectif « d’acquérir une compréhension transversale et un positionnement propre au statut d’élus. »

Alors, je suis désolé, mais nous sommes sur des éléments subjectifs qui ne peuvent se définir que par contraposé d’éléments objectifs qui sont inscrits dans la loi.

Il n’y a pas UN rôle des élus. Il n’y a pas DE positionnement propre au statut d’élu.

Et ce qui m’inquiète dans cette formation, outre tous les éléments inutiles de remplissage pour occuper les 4 heures, qui ont aussi pour but de justifier que l’on remplisse autant la poche de l’intervenant, c’est principalement le I et subsidiairement le II.



Déjà le statut de l’élu est bidon. Il n’est que théorique.

Un seul exemple, par rapport aux fraudes électorales qui ont été commises pendant les municipales.

DEFRÉMONT, dont nous avons des preuves qu’il en était informé, est tenu d’en aviser le procureur en application de l’article 40 du code de procédure pénale, et de fait, passible de sanction en cas de non-dénonciation.

Sauf que la jurisprudence a établi que les élus n’étaient pas responsables en cas de non-dénonciation.

Ensuite, il n’y a pas de rôle et encore moins de droits différents qu’on soit dans la majorité ou l’opposition.

Pareil pour la délégation qui ne permet qu’à un élu de toucher du fric.

Pourquoi ne parle-t-on que du Conseil municipal et pas des commissions ?

Là encore, on tombe dans le fumeux car le Conseil municipal est biaisé à partir du moment où on a 27 élus de la majorité complètement soumis qui votent absolument tout.

Puis qu’est-ce que c’est que cette histoire de posture face aux citoyens ? Si DEFRÉMONT est dans la posture, tel n’est pas mon cas.


On pourrait encore reprocher plein de choses à la deuxième partie, avec ce refus caractéristique de distinguer le politique qui décide et l’administratif qui exécute.

On s’en fout des attentes de l’administration. Ils sont là pour bosser en fonction des demandes et de ce que la loi permet et autorise.

Il n’y a pas de place de l’élu à opposer vis-à-vis des agents. Et encore moins une place différente que l’élu soit dans la majorité ou dans l’opposition.

Et puis encore du remplissage sur des relations formelles et informelles, alors qu’on est sur des questions de morale et de déontologie, ainsi que sur le statut du personnel de la commune.


En conclusion, je suis profondément dérangé par les nombreux biais de cette formation, qui selon moi est une « enculade » parce qu’elle promet des réponses là où elle ne peut apporter que des approches.

Pour moi, c’est du bourrage de crâne sur comment les élus de l’opposition ne doivent pas faire chier, en restant à une fausse place ; alors qu’il leur appartient de se faire leur propre place, par rapport aux limites du droit.

Je persiste et je signe que DEFRÉMONT agit comme un stalinien au moyen de cet endoctrinement réducteur de nos élus et je trouve honteux qu’on dépense de l’argent pour cela. Moi, maire, j’aurais fait la même formation moi-même à mes 38 élus, et en mieux.