Archives du mot-clé Jean-Marc DEFRÉMONT

Vœux 2020 à la population d’Alexis IZARD : faut-il parler de bide monumental ?

Je me moque de Jean-Marc DEFRÉMONT parce qu’il a mis des photos qui révèlent qu’il n’y avait pas 100 personnes à sa réunion, alors qu’il se prétend à la tête d’un collectif de cent personnes.

Mais il y en a un sur lequel je ne peux encore rien trop dire, c’est Alexis IZARD qui n’a encore publié aucune photo de sa première réunion publique. Et pour cause, il n’y avait même pas cinquante personnes, donc j’imagine qu’il doit avoir honte…

Attendons cependant les miens la semaine prochaine pour voir combien de personnes je réunis, sachant que petit joueur, je n’ai demandé qu’une salle pour 100 personnes.

Toujours est-il que dans cette irrespirable atmosphère de teasing de la saison 2 de MEHLHORN (nous sommes tous dans l’attente que MEHLHORN se déclare d’une heure à l’autre. Selon Le Parisien Essonne, il devait déjà se déclarer hier – mardi 14 janvier 2020)…

À ce propos, j’ouvre une parenthèse, un mec qui est déjà en retard par rapport à l’horaire qu’il a fixé pour sa déclaration de candidature, risque bien de ne pas être très à l’heure pour le reste de sa campagne. Déjà qu’il a programmé tous ses grands travaux en décalé… Je ferme la parenthèse.

IZARD n’intéresse pas, et pourtant il s’est donné du mal. Ce qui ne veut pas dire que LaREM ne fera quand même pas UN SCORE en mars, mais cela semble pour l’instant assez mal parti, en termes de dynamique. Mais la réforme des retraites va aussi sembler s’éloigner.

Ce que je retiens néanmoins de mes différents espions, outre la présence de Nicole MAURIZOT, est que IZARD essaie de faire de son inexpérience une force, et que c’est encore plus catastrophique, parce qu’il renvoie l’image d’un homme ne connaissant pas les dossiers.

Et comme en plus, il n’a pas été top à l’oral, en tout cas moins qu’au Bistrot du Boucher, je me dis que les rêves et les espoirs de la République en marche pourraient bien se briser sur Savigny. Toute la question est de savoir au détriment ou à l’avantage de qui.

Niveau projet, rien de transcendant. J’ai compris que son Monsieur Sécurité avait fait bonne impression, mais il n’a rien visiblement dit de plus que sur leur site de campagne. Par contre, son point fort serait la politique éducative avec une personne bien motivée.

Bref, ce n’est peut-être pas un bide, mais je pense qu’il y a des raisons de se réjouir, car au combat du jeune contre le jeune, je pourrais être le jeune dominant. Et IZARD semble donc mal parti pour gagner des voix par rapport aux européennes ; il va même plutôt en perdre.



Salle comble pour Bien Vivre à Savigny, qui ne réussit même pas à rassembler son collectif

Avant toute chose, Jean-Marc m’a appris que son local de campagne avait été dégradé dans la nuit de lundi à mardi. Je condamne cette dégradation et j’assure son équipe de tout mon soutien.

Néanmoins, lorsque Jean-Marc me reproche de participer à rendre l’ambiance de cette campagne vraiment délétère, je me permets de lui rappeler que le corbeau est vraisemblablement dans son camp, à tout le moins un de ses fans.


Tout cela ne doit pas m’empêcher de continuer à écrire sur Jean-Marc et les autres candidats, et je voudrais donc continuer de me moquer gentiment de lui, une fois n’est pas coutume.

Mais sans bienveillance aucune, car si j’ai seulement confiance dans le fait que Jean-Marc ne piquera pas dans la caisse (à enquêter néanmoins sur cette personne de sa famille qui travaille à l’appartement Récup&Co à Grand-Vaux), c’est un idéologue rouge qui est dans l’écologie punitive.


Dans son premier tract, Jean-Marc a écrit qu’ils étaient une centaine.

(De mon côté, on est plutôt entre dix et quinze, plus ceux qui tractent).


Ben, pour une équipe de cent, la salle de leur dernière réunion n’était pas trop pleine…


On sait bien que ces photos sont toujours prises au ras des présents.

On compte d’ailleurs 4 chaises vides sur la droite.

Bref, oui, cela a fonctionné et Jean-Marc a eu du monde, et il y a un vrai souci de l’urgence climatique.

Mais il n’y a pas 100 personnes, et Jean-Marc ne semble donc déjà pas capable de rassembler son équipe…

Allez, je m’arrête là, parce qu’en vérité, je sais que ces personnes, déjà sensibilisées, ne sont justement pas venues pour faire de la place aux autres !



Tiens, on dirait que Jean-Marc DEFRÉMONT (et son colleur) commencent vraiment à se faire détester…

En réalité, c’est parce qu’ils dénoncent nos comportements qui ne sont pas assez écologiques pour que nous nous améliorions, mais que cela ne plaît pas à certains qui voudraient pouvoir continuer de polluer tout autant…

Si tout le monde est arraché sur les panneaux, et que nous nous recouvrons aussi beaucoup, force est de constater qu’il y a un candidat qui suscite plus de haine que tous les autres : c’est Jean-Marc DEFRÉMONT, là encore parce qu’il nous dérange.

Lui qui croît qu’il va gagner parce qu’il se dit la seule liste de gauche contre sept listes de droite, n’ayant pas compris que c’est juste le sens de l’Histoire parce qu’il n’y a plus personne à gauche, laquelle était quand même très très hypocrite jusque-là.

Et peut-être qu’on relève aussi ici l’hypocrisie d’un candidat écolo qui fait coller un très grand nombre d’affiches, en diesel, dans une voiture, qui est un peu plus grosse qu’une voiture de ville. Cela ressemble un peu à « Faites ce que je dis mais pas ce que je fais »

Bref, il y a des Saviniens qui en ont visiblement marre des trois passages par jour de Dominique dans son diesel et qu’ils le font savoir. J’ai récupéré cette affiche taguée dans la poubelle, et je pense qu’elle traduit bien ce que beaucoup pensent, moi le premier.

Au passage, on remarquera que Jean-Marc a enfreint l’article 3 de la loi du 29 juillet 1881 qui lui impose d’apposer le nom de l’imprimeur sur son placard. Dans le lot, il y a aussi IZARD et BLANCHAUD qui ont des problèmes avec les mentions légales…




Sur la réunion « Urgence climatique et qualité de vie » de Jean-Marc DEFRÉMONT (Bien Vivre à Savigny en ayant approuvé le PLU qui prescrit le bétonnage intensif de la Commune)

Il y a plusieurs mois que je veux publier un article qui est terminé à plus de 95 % et que j’ai intitulé « Climatosceptique par provocation, climatoréaliste par nécessité et par raison ». Et je n’arrive désespérément à le finir, tant le sujet est sensible.

Je voudrais commencer par rappeler que le changement climatique est un phénomène naturel, et que s’il y a effectivement une urgence dans le fait de l’accélération climatique de ces dernières décennies, Jean-Marc et ses amis n’empêcheront jamais les canicules, les inondations et les tempêtes, même en changeant radicalement nos modes de vie.

Ensuite, il faudrait que les vieux blancs de sa liste convertissent leur regard ethnocentré qui dépasse à peine soixante-dix ans. Déjà parce que cela sous-entend qu’on ne peut pas vivre en dehors du climat tempéré européen (même si je pense objectivement que c’est lui qui a permis le développement de l’Europe et sa domination du monde entre les XVIe et XIXe siècles), et ensuite parce qu’il existe d’autres climats dans le monde, autrement moins sympathiques.

Je suis donc profondément gêné par cette attitude hautement réactionnaire, limite fascisante, qui lie climat et qualité de vie. D’autant que lorsque l’on regarde où l’espérance de vie est la plus grande, ce n’est pas forcément en zone de climat tempéré (Japon 1er, Australie 4e, Islande 6e et France 9e). D’autant plus que l’accroche de la réunion est très putassière dans son niveau de racolage : sauvez la planète pour pouvoir continuer de vivre comme vous avez connu.


Arrêtons-nous maintenant sur les exemples concrets :

  • la restauration scolaire bio (ok, tous les candidats l’ont dans leur programme). Je ne demande pas combien les parents sont prêts à payer (parce qu’un vrai repas bio, c’est 9 € contre 3 € avec SODEXO) Où mets-tu les champs ? C’est toi l’écolo qui a voté le PLU de Savigny qui bétonne à outrance, pour appliquer la loi de l’écolo DUFLOT. Donc ton agriculture locale est pipeau car irréaliste.
  • l’économie circulaire. Pourquoi ne parles-tu pas de décroissance et de déconsommation ? Est-ce que les Saviniens seront malheureux avec moins ? Je constate que Jean-Marc ne propose pas ici d’aborder ce sujet d’éducation à l’école… Pire, il a besoin que nous consommions tout autant pour faire vivre ses filières d’économie circulaire !
  • l’aménagement écolo du territoire. Ou planter des arbres. Jean-Marc ne propose pas tant d’améliorer l’existant que de compenser les pollutions. C’est gentil, mais c’est mou ! Sincèrement, je ne vois pas la volonté concrète de changer les choses…

Les candidats LFI font campagne sur la fin du mois. Les candidats EELV font campagne sur la fin du monde.

Moi, je ne crois pas que c’est en faisant peur aux gens qu’on développera leur conscience écologique. Et surtout pas avec des arguments datant d’un temps que les jeunes ne peuvent pas connaître, quand les canicules de l’été n’étaient pas la nouvelle norme.

Parler d’urgence climatique est tendancieux, parce que l’urgence est davantage écologique. Et il faut arrêter de prendre les gens pour des cons, et de croire qu’ils ne comprennent l’écologie que par la météo, parce que pour ceux-là, on ne peut déjà plus grand chose…

Bon courage Jean-Marc, et pense à la production de CO2 supplémentaire que tu as occasionnée pour désencrer autant le papier que tu utilises dans tes tracts. Si tu étais un vrai écolo, ton papier recyclé serait davantage jauni parce que moins désencré…

À l’occasion, il faudra s’interroger de savoir comment à vécu Jean-Marc pendant longtemps, et si son engagement écolo est sincère, ou s’il n’est qu’une tentative de rachat d’un passé honteux. Je ne le cache pas car c’est générationnel, mais j’ai du mal avec les leçons de Jean-Marc…