Archives du mot-clé Jean Estivill

Mon dernier discours de Jean ESTIVILL – À la commémoration de la Résistance française

Le dernier, soit parce que je suis élu maire et que je le censurerai impitoyablement parce que j’en ai marre de son révisionnisme historique, soit parce que je suis défait, et que je ne suis pas masochiste au point d’aller me faire insulter, moi, mon pays, mes ancêtres. 


Apparemment, il ne fallait pas plus de 10 personnes, selon un arrêté préfectoral. Mais la Ville n’avait alors qu’à retirer cet événement de son agenda…


Donc quelques mots lus par Jean ESTIVILL qui nous appelle à « perpétrer«  la Résistance.

Je pense qu’il voulait dire « perpétuer« , à moins qu’il ne considère la Résistance comme un crime ?


Avec comme dans chacun de ses discours, qui sont en fait des copier-collers les uns des autres cette citation de Denis KESSLER, pour taper sur MACRON et le Gouvernement.

Sa volonté est de détruire notre système social qui empêche les milliardaires de s’enrichir encore plus vite en exploitant d’avantage le Travail. Cette volonté dissimulée est pourtant avouée dès 2007 par la voix d’un de ses donneurs d’ordres, le vice-président du patronat français, le MEDEF, Denis Kessler dans « Challenges » : il s’agit de s’attaquer à toutes les avancées établies par le CONSEIL NATIONAL DE LA RESISTANCE, et même déclare-t-il de détruire l’esprit qui les a présidés : SECURITE SOCIALE, RETRAITE …

Mais cela n’a choqué personne, parce qu’on était tous contents qu’il tape sur MACRON, même Annie LABBÉ, colistière d’Alexis IZARD !!!


Et puis enfin, le bon gros révisionnisme de gauche : c’est la Résistance, et plus exactement le programme d’action du Conseil national de la Résistance, qui a fait de la France une puissance mondiale.

Parce que c’est bien connu qu’avant le 15 mars 1944, nous, Français, étions des ploucs qui vivions dans des maisons en terre.

Bon alors, cela nous change du discours que ce sont les immigrés, arrivés dans les années 1960, qui ont reconstruit la France après la guerre.

Parce qu’on est certainement restés pendant quinze ans à se toucher.

Mais encore une fois, il n’y a que la gauche qui peut faire de l’Histoire et toucher au roman national, dans l’indifférence générale, et sans que cela ne choque personne.

Parce que sans aller jusqu’à DE VILLIERS qui vous transforme les Gaulois en bons chrétiens.

Il n’est pas même pas possible de parler dans l’espace public de génocide vendéen, ce qui est quand même un fait, lorsque nous lisons les ordres de missions parisiens aux généraux.


En attendant, moi, ce sont mes ancêtres, tous Français d’aussi loin que j’ai pu remonter, qui ont fait ce pays, bien avant le CNR.

Au surplus, j’en avais deux dans la Résistance, dans une ramification du maquis Ognon-Doubs en Franche-Comté. Il y a même le nom d’un de leur cousin sur un monument aux morts.

Donc c’est vrai que mon oncle n’est pas sur l’Affiche rouge, mais ce n’est pas la mémoire de Celestino ALFONSO, qui doit autoriser ESTIVILL à insulter le pays qui l’a accueilli, et dont il n’est toujours pas reparti malgré tout ce qu’il lui reproche.

Et MEHLHORN de ne rien dire face à tout cela, de tolérer voire d’encourager…



Je suis sûr qu’on aurait même pu être amis s’il n’était pas aussi idéologue.


Ajouter votre légende…


Synchronicité…



Droit de suite : les plaintes de Bernard BLANCHAUD contre Olivier VAGNEUX pour diffamation et harcèlement ont manifestement été classées sans suite !

Ce mercredi 20 mai 2020, j’étais auditionné au commissariat de Savigny, en tant que victime, dans le cadre de trois plaintes déposées pendant la campagne des municipales.


La première concerne Georges DURAND et Jean ESTIVILL qui m’insultent régulièrement sur les réseaux sociaux.



La deuxième concerne Patrick JALLET, qui voulait casser ma gueule de « pd ».

Je précise que de simples excuses de la part de JALLET, ainsi que la suppression de son message, m’aurait conduit à retirer ma plainte…

Mais n’ayant pas eu de nouvelles de sa part, je me suis donc maintenu, et maintenant, j’irai jusqu’au bout.


Enfin, la troisième et dernière fusionne mes deux courriers de plainte contre Bernard BLANCHAUD pour dénonciation calomnieuse car il m’a accusé, à tort et en sachant au fond de lui que ce n’est pas vrai, mais parce qu’il est en colère, de l’avoir diffamé, puis carrément de le harceler.


Or, d’après le deuxième alinéa de l’article 226-10 du code pénal, la fausseté du fait dénoncé résulte d’une décision de Justice déclarant que « le fait que na pas été commis ou qu’il n’est pas imputable à la personne dénoncée ».

De fait, pour que Madame le procureur ait pu transmettre ma plainte, en ouvrant une enquête préliminaire, c’est donc que les deux plaintes de Bernard ont été classées...


Mais nul doute que Bernard – toujours en roue libre, il n’y a qu’à lire ce qu’il m’a envoyé hier (mardi 19 mai) où en l’espace de dix minutes, il justifie son échec aux municipales parce que j’ai fait à la fois le plein des voix de mes partisans, et de la droite déçue de MEHLHORN, et du Rassemblement national – va relancer l’affaire en se constituant partie civile…


La bonne nouvelle est cependant qu’on devrait être tranquille un moment de ce côté-là, tandis que lui va au minimum devoir perdre le temps d’une audition au commissariat, pourquoi pas accompagné d’un avocat, et qu’au moins pendant ces quelques minutes, il ne s’en prendra pas à nous.

Sa dernière crise venant simplement du fait que je me sois exprimé sur son attitude lors du Conseil municipal de lundi (18 mai). Dès lors, puisqu’il ne supporte pas mon regard et mes critiques, je me demande à la fois pourquoi il a demandé la tenue de ce conseil, et puis surtout pourquoi il s’est présenté comme tête de liste.

De toute façon, avec David FABRE, ils sont persuadés que l’élection leur a été volée, et qu’elle sera rejouée d’ici un an. Ce qui est dommage est que j’appréciais bien Bernard, mais qu’il est complètement parti en vrille. Gageons donc qu’il arrêtera tout lorsque le recours de David pour faire annuler l’élection sera rejeté par le Tribunal administratif.



Cas de conscience : dois-je déposer plainte contre Jean ESTIVILL à l’invitation de la procureure de la République ?

Le 31 janvier 2020, je déposais une plainte simple pour injures publiques à l’encontre de Georges DURAND, colistier d’Éric MEHLHORN, ancien agent communal qui siégeait au CHSCT (devenu CSE) ; lequel aime à se répandre contre ma personne sur les réseaux sociaux, tout en me faisant de grands sourires quand nous tractons au même endroit, quand il ne s’écrasait pas discrètement les dernières fois lorsque je le croisais en mairie…

La procureure de la République a ouvert une enquête préliminaire, et elle précise dans son soit-transmis qu’elle demande à l’officier de police judiciaire d’élargir au besoin ma plainte aux autres personnes qui m’ont également insulté dans l’échange litigieux.

Et donc ce lundi 18 mai, je reçois un appel de l’officier enquêteur me demandant si je souhaite également déposer plainte contre Jean ESTIVILL. Et je lui ai demandé un délai de réflexion jusqu’à mon audition qui est prévue mercredi 20 mai au matin.


Sur le coup, je n’étais pas chaud pour porter plainte contre ESTIVILL.

Et puis à la réflexion, « petit merdeux malfaisant » n’est pas très sympa. Mais est-ce insultant ?

Et puis je me suis replongé dans quelques gentillesses d’ESTIVILL, et je pense que finalement, à la lumière de ces écrits, oui, je vais porter plainte contre lui, pour qu’il arrête !















Et puis on termine, avec une gentillesse de Annie LABBÉ, devenue colistière du macroniste IZARD.


Et ma main courante parce qu’il décollait mes affiches et les recollait sur des panneaux administratifs.



Municipales 2020 à Savigny-sur-Orge : la 28e de liste IZARD (LaREM) était 4e sur la liste ESTIVILL (POI) en 2014 et 6e en 2008 (app PCF) !

Waouh ! Mais quelle est cette exceptionnelle et très puissante force de conviction dont dispose ce cher Alexis IZARD, candidat de La République en marché à Savigny ? Il arrive même à transformer les plus anticapitalistes d’entre-nous en ultra-libéraux !

Des gens qui il y a six ans à peine, militaient encore chez les trostskystes lambertistes, et qui six ans plus tard, soutiennent le parti présidentiel et le monde de la finance.


Il y avait déjà Marie-Line MORVAN-FISCHER qui était 6e de la liste ESTIVILL en 2008.

Puis, il y a quelques jours, je faisais remarquer que le corbeau de la campagne, qui avait candidaté sur la liste ESTIVILL en 2008, avait un père qui avait été colistier sur la liste FABRE, et un frère sur la liste IZARD (si c’est bien lui !)

Et voilà maintenant que je m’aperçois (il m’a fallu un peu de temps) que Annie LABBÉ, 28e de la liste IZARD, était 6e en 2008 (puisque Marie-Line FISCHER était alors 4e) sur la liste ESTIVILL alors apparentée communiste, puis 4e en 2014 sur la liste trotskyste lambertiste (POI) puisque Marie-Line FISCHER avait possiblement déjà entrepris sa conversion à l’économie de marché.


Remarque liminaire : je trouve quand même assez génial que Alexis semble ignorer tout cela. Il a fait une liste, mais il ne connaît absolument rien du passé de ses colistiers, ce qui donne l’impression qu’il a accepté sans discernement les premiers qui ont frappé à sa porte.


Cela étant posé, plusieurs questions :

  • Les colistiers de Jean ESTIVILL n’avaient-ils donc aucune convictions ou valeurs pour céder si facilement aux sirènes du Grand Capital ?
  • Jean ESTIVILL n’avait-il donc personne pour composer sa liste, qu’il ait dû s’entourer de sociales-traîtresses, qui ont abandonné si facilement la cause du Peuple ?
  • Alexis IZARD manquait-il à ce point de colistiers pour devoir aller débaucher, à tout le moins accepter sur sa liste d’anciens colistiers de Jean ESTIVILL ?

Je rappelle aussi que TROTSKY, dans l’imaginaire français, est le gentil révolutionnaire qui présente, encore en 2017, 3 des 11 candidats à la présidentielle française (MÉLENCHON étant le troisième dans sa mentalité ; c’est un ancien). C’est quand même TROTSKY qui a accompli toutes les basses œuvres de LÉNINE : le massacre des Russes blancs, des mencheviks, des Russes tout court… Mais comme à la fin, c’est lui qui a perdu, et qui a été assassiné sur ordre de STALINE alors qu’il coulait des jours heureux avec sa maîtresse Frida KAHLO, alors c’est un héros.

J’ajoute que ESTIVILL n’est pas vraiment lambertiste, entre ses appartenances successives et incohérentes quoi qu’il s’en défende au Parti socialiste, au Parti communiste français, au Parti radical de gauche puis au Parti ouvrier indépendant. Il est surtout pro-ESTIVILL.


Bref, amusante cette liste IZARD qui picore ici et là, qui prend d’un peu partout, et surtout d’où cela vient.

Alors on va me dire : oui mais c’est local, on ne fait pas de politique nationale.

Il y a quand même un gros problème idéologique à ce que des anticapitalistes puissent envisager de rejoindre des ultra-libéraux, ce qui est quand même le stade suprême du capitalisme.

Ne serait-ce que dans le financement du programme, et je ne vais même pas vous parler du sponsoring défiscalisé qui est dans le programme de IZARD ! Non mais MARX reviens !

Avec de toute façon cette hypocrisie, que si tu ne vis pas en autarcie, alors tu participes au libéralisme, donc que l’anticapitalisme ne veut plus dire grand chose.

Moi, ce qui me dérange, en bon droîtard, c’est quand même que 2017 devait marquer l’échec politique du socialisme, qui tombait à 6 % tel le PCF avant lui, même s’il y a bien longtemps qu’il n’existe plus que de la social-démocratie renommée social-écologie. Et qu’on a quand même 20 % des Français, qui pendant des dizaines d’années, nous ont emmerdé à défendre une vision politico-économique socialiste à laquelle il ne croyait pas vraiment, et qui ont pris soudainement l’excuse du macronisme pour devenir plus libéraux que moi à droite. Il y a comme un truc que je ne digère pas parce que ces gens auraient plutôt dû s’écraser…


Le bonus : Annie LABBÉ et Jean ESTIVILL, côte-à-côte, à la grande époque de 2014 !

© Savigny Égalité – Mars 2014