Archives du mot-clé Jean Estivill

Incendie de la haie de ma maison – photos de nuit

J’écris cet article deux heures après les faits. De la cendre grise-blanche tombe encore de mes cheveux lorsque je plonge la tête sur le clavier pour écrire. Le thermomètre est encore à 33° dans la maison, la température baisse lentement, et les murs qui ont connu le léchage des flammes sont encore chauds à l’extérieur. Une douce odeur de braisé flotte dans l’air ; mes vêtements en sont imprégnés. Je précise de go que ma haie a brulé parce que la haie de mon voisin a pris feu. Incendie vraisemblablement criminel. Mais pour quelle raison ?


Comme par hasard, trois heures après des menaces de Jean ESTIVILL.. #complot

Alors coïncidence ? Je ne crois pas ! (sérieux, ce n’est pas de l’ironie, faut du courage…)

Car il est 19 heures 24, ce mardi 16 octobre 2018, lorsque Jean ESTIVILL dit, devant témoin, qu’il faut « s’occuper de moi ». Je rappelle juste d’ailleurs ce qu’il écrivait sur Facebook il y a quelques mois. Donc il y a des moments où il vaudrait mieux fermer sa gueule, parce que là clairement, le dernier mec qui m’a promis des ennuis, même si ce n’est que de l’emphase, il est là...

Plus sérieusement, il est 22 heures 49 lorsque, ce même soir, lorsque je suis dérangé, en pleine écriture d’un recours administratif contre MEHLHORN, par des gens qui sonnent à ma porte pour me prévenir qu’il y a le feu dans le jardin d’à côté. Sur le coup, j’hésite d’ailleurs à leur ouvrir tant je pense à une blague de gamins, par leur manière de sonner et de frapper sur la porte. D’autant que je n’ai rien entendu, et que je ne vois pas encore les flammes de mon salon.


Probablement donc pas le fait du vieux et lâche professeur d’Histoire qui aura passé sa commémoration du 16 octobre à me cracher dessus. À dire qu’il faudrait me faire interdire de commémoration, que c’est un scandale que je sois là. À un moment, comme il fait d’ailleurs souvent, Monsieur 22 % me bouscule, manque de m’écraser le pied (j’étais en sandale) et feint de ne pas entendre que je le salue avec provocation, pour mieux aller cracher sur mon blog.

Le moment le plus « what the fuck » est d’ailleurs celui où il dit que je ne respecte rien et pas même Dieu parce que j’ai osé enregistrer MEHLHORN dans l’église lors de l’inauguration du vitrail restauré. Stupéfiant de la part d’un mec qui soutient pourtant les terroristes républicains espagnols qui ont assassiné des prêtres pendant la guerre civile espagnole parce que catholiques. Si tu ne crois pas en Dieu, qu’est-ce que tu vas juger de la valeur de ma foi ?

Je termine cette parenthèse consacrée à ESTIVILL en rappelant que ce Monsieur est président d’une association d’anciens combattants bien qu’il n’ait jamais porté les armes ; qu’il n’a aucune autre légitimité que celle qu’il tire de l’appropriation des faits d’armes de son père et de son oncle, et qu’il glorifie tellement l’Espagne républicaine qu’il ne doit pas se trouver assez bien pour y retourner vivre. Je n’ai aucun doute que ESTIVILL remontera une liste en 2020 pour faire une campagne en soutien à MEHLHORN et dont le seul axe sera anti-VAGNEUX.


Je reviens à nos affaires d’incendie.

Des gens sonnent ; je ne les connais pas. Je pense immédiatement que ce sont ceux qui ont mis le feu, et qui essaient de venir limiter les dégâts de leurs conneries. Apparemment pas, même si on ne sait jamais… Beaucoup de jeunes d’ailleurs sont passés.

Premier truc, je fonce dans mon jardin, je prends mon tuyau d’arrosage et j’essaie d’humidifier au maximum. Évidemment, débit et pression de merde, et comme ce sont des résineux qui crâment bien, je dois vite battre en retraite. Néanmoins, le feu est moins chaud que je craignais, alors que j’étais à 50 centimètres des flammes à la fin. Je suis quand même rassuré parce que je me rends compte que le feu n’atteindra pas la maison.

Il y a aussi des gens que je ne connais pas qui rentrent dans mon jardin, dont un jeune qui commence à me filmer. Une nana qui me prend le tuyau des mains pour aider, mais qui n’arrose rien… Je te mets les mecs dehors, au moment où les pompiers arrivent.


Ces derniers ont mis peu de temps, trois-quatre minutes, même si un camion se perd dans la ZAC. Bizarrement, seulement un vient de Savigny. Un autre vient de Chilly, et un dernier viendrait de Longjumeau. Je penserai à couper les étrennes en trois.

Au passage, petite photo des pompiers qui luttent contre leurs tuyaux percés, et essaient de bloquer les trous avec leurs pieds…

MEHLHORN peut faire le beau au 14 juillet, le Département finance peut-être le SDIS à 98 %, mais avec un matériel de merde…


Les voisins se regroupent, d’autant que les policiers nous ont demandé d’évacuer par précaution. Celui de chez qui c’est parti me dit qu’il a vu deux jeunes qui ont essayé de mettre le feu à sa haie… Grandes discussions sur la politique de sécurité.


Pendant ce temps, ma maison sous la pluie de cendres


Les pompiers éteignent le feu ; enfin presque tout le feu, parce que une fois qu’ils sont partis, c’est moi qui m’apercevrai qu’il y a un foyer qui en train de reprendre chez mon voisin à partir de quelques braises… Il l’éteindra au jet d’eau.

3/4 de ma haie a brulé ; ma gouttière a fondu. Adieu ma balançoire… Maintenant, vous pouvez me voir chez moi depuis Morangis ! Je vais donc vivre avec les volets fermés, et devenir encore plus dingue que je ne le suis déjà… Si je survis à cette nuit car les bruits de la maison qui craque du fait des déformations provoquées par la chaleur me rendent déjà plus dingue que je ne suis.

Je guette aussi parce que je pense que les personnes reviendront sur le lieu du forfait… Je note d’ailleurs les apparences et les plaques de tous les gogos qui s’arrêtent un peu lourdement devant la haie incendiée. Et il y en a…


La Police (c’est la BAC, la Brigade anti-criminelle) passe. Ils me demandent si j’ai des ennemis. Je ne sais pas par où commencer. Je me demande si ça peut venir de Grand-Vaux, vu que j’ai quand même médiatisé un peu mon affaire ?

Mais ils me disent qu’il y aurait déjà une tentative d’incendie un peu plus loin (j’ai pourtant fait le tour et je n’ai rien vu) et qu’ils ont même une photo floue d’un des pyromanes. Je ne sais pas où ni comment. S’ils mènent ensuite l’enquête comme je les ai déjà vus faire…

Toujours est-il que je fais un tour de mon jardin, et je trouve une bombe aérosol que je signale à la BAC comme ayant pu mettre le feu. Mais le policier qui regarde la pièce de très loin, rejette mon hypothèse, parce qu’il ne voit pas d’embout qui aurait pu prendre feu. Je vais quand même la mettre de côté…

Parmi mes voisins, certains remercient beaucoup les pompiers. Ceux-ci ont l’honnêteté de dire que ce sont davantage les pompiers qu’il convient de remercier.


Je vais finir avec quelques autres photos prises de nuit, et j’en ferai d’autres demain, de jour…

Mais restent les questions, plus les problèmes d’assurance.

Finis les thuyas. Mais comment retrouver plus d’intimité ; un mur ? Et dans combien de temps ?

Étais-je visé et les incendiaires se sont-ils trompés, à une maison près ?

Sont-ce juste des jeunes cons qui « s’amusent » à mettre le feu ? Déjà, il y a dix jours, un pétard était tombé pas loin, et aurait aussi pu mettre le feu…

Est-ce une vengeance dirigé contre la décision de MEHLHORN de fermer le square Jean-D’HERS, ce qui perturbe le trafic de drogues qui s’y déroule quotidiennement ?


 



Publicités

Élections municipales 2020 : quelles listes possibles à Savigny-sur-Orge ?

Avec la rentrée scolaire, les ambitieux commencent à sortir du bois ! Mais qui donc pourrait se présenter aux prochaines élections municipales à Savigny-sur-Orge, à part votre serviteur, qui est en campagne permanente pour 2020 depuis le 09 juin 2013 ? Qui pour tenter de succéder à Éric MEHLHORN à la tête de la Commune de Savigny-sur-Orge ? Voici tous les noms que j’entends circuler au sein de la population savinienne.

– Éric MEHLHORN (LR)

– Sébastien BÉNÉTEAU (LR – Agir)

– David FABRE (UDI)

– Bernard BLANCHAUD (Nous citoyens)

– Alexis IZARD (LaREM)

– Jean-Marc DEFRÉMONT (EELV)

– Pierre GUYARD (PS)

– Vivien REBIÈRE (LFI)

– Jean ESTIVILL (POI)

– Audrey GUIBERT (RN)

– Laurent CURATOLO (indépendant – liste associative)

– Olivier VAGNEUX (DVD)

Je ne vous cache pas qu’il va y avoir un sacré ménage quand LaREM va décider de ce qu’ils font. Et je pense qu’ils vont tenter l’aventure solo, donc qu’il va y avoir de nombreux déçus.

Au fait, y a les anciens spichériens de Savigny-demain qui se cherchent un candidat qui n’ait pas encore déménagé ! Si certains ont pitié d’eux et veulent leur éviter de devoir soutenir FABRE…



Savigny-sur-Orge : la liste de ceux qui voudraient voir enfermer ou interner Olivier VAGNEUX !

« Qui veut noyer son chien l’accuse d’avoir la rage ».

Qui veut faire taire Olivier VAGNEUX l’accuse d’être fou !

Alors, dans la liste des gens qui voudraient bien me voir enfermer en hôpital psychiatrique, on a d’abord les vieux rageux qui n’ont toujours pas digéré leur défaite aux élections municipales de 2014, du type de Jean ESTIVILL et de Jean-Pierre ALLARD.

Jean ESTIVILL poussant le délire le plus loin parce qu’en grattant un peu, on découvre vite qu’il n’y a rien derrière le personnage. Un mec qui a bouffé à tous les râteliers politiques de la gauche, du radical-socialisme au lambertisme. Un historien qui n’a jamais produit aucun document universitaire. Un homme qui est obligé d’aller chercher dans les faits d’armes de sa famille, pour se trouver une légitimité. Il n’a pas aimé que j’écrive que c’est un planqué de l’Éducation nationale. Oui, c’est vrai qu’entre son temps d’attaché parlementaire, de directeur de cabinet de Philippe SCHMIT, maire de Longjumeau, et de permanent à la FCPE, je ne sais pas trop quand il a pu enseigner. Cher Jean, le jeune rat vous salue bien et a hâte de lire votre fable !

Et puis, on a Georges DURAND, ancien employé municipal de Savigny-sur-Orge, aujourd’hui en retraite, qui ne réclame rien de moins que l’usage par MEHLHORN d’une prérogative de puissance publique pour me faire interner. Juste parce qu’il n’a pas dû apprécier que je mette en doute sa probité au CHSCT de Savigny en tant qu’il avait besoin de s’aplatir sur Facebook devant le maire et les élus. Peut-être donc un des derniers et très rares électeurs d’ESTIVILL ?

La liste est non exhaustive. On la complètera au fur et à mesure…




Droit de suite : le square capitaine Danjou de Savigny-sur-Orge existe depuis 2005

En ce jour de la fête de la Légion étrangère, jour anniversaire de la bataille de Camerone, je publie ici la délibération retrouvée, datant de 2005, et dénommant le square du capitaine Danjou à Grand-Vaux. Donc cet acte a bien été accompli conformément à la Loi. Je rappelle cependant que ce qu’une délibération a fait, une autre délibération peut le défaire. Même si en l’occurrence, il n’y a donc pas ou plus de raison de revenir sur ce nom…

Je me permettrais néanmoins quelques petits commentaires relativement à cette délibération :

  • Je remarque que mis à part les anciens légionnaires qui se souvenaient à raison du vote de cette délibération, la Ville semblait l’avoir oubliée puisqu’il lui a fallu un mois pour me la communiquer. Peut-être que j’aurais fini par la trouver tout seul, à la condition que les recueils des actes administratifs soient un peu mieux organisés et un peu plus accessibles ?
  • Je constate que Jean ESTIVILL a voté CONTRE cette délibération. Je m’interroge de savoir si c’est par anti-militarisme, ou si le même élu aurait effectivement refusé de voter la dénomination d’un square savinien du nom d’un(e) républicain(e) espagnol(e)…
  • Je maintiens mes reproches quant au fait que nos parcs et squares pourraient porter d’autres noms que ceux de militaires, surtout quand ils n’ont rien à voir avec la Ville. Je trouve dommage que chaque association ait son espace à Savigny, plutôt que nous ayons un seul espace qui nous rassemble tous, quelque soit nos différences. Surtout qu’il n’y a même pas de monument aux morts, ou dédié à la République, à l’intérieur de ce square.

Je conclus en expliquant que si je suis méfiant à l’encontre des légionnaires, c’est parce que quand j’ai commencé mon engagement politique, il y avait des Saviniens pour me raconter que MARSAUDON était un porteur de valises d’argent africain servant à financer les campagnes électorales du RPR de CHIRAC. Et que l’ancien député-maire était alors accompagné ou escorté par des légionnaires, dont il aurait acheté le silence en leur proposant des emplois à Savigny…

Or, cette situation créerait des injustices ne correspondant pas à mon idéal républicain. Je réécris à nouveau que je n’ai rien contre les légionnaires, mais qu’à partir du moment où ils se constitueraient en groupe de pression, ou obtiendraient des avantages indus, et malgré tout ce qu’ils ont pu faire avant ou pour la République, alors je m’opposerai à tout ce qui pourrait déséquilibrer l’égalité des chances. Et je termine en citant l’article 6 de la Déclaration de 1789 :

Tous les Citoyens étant égaux à ses yeux [de la Loi] sont également admissibles à toutes dignités, places et emplois publics, selon leur capacité, et sans autre distinction que celle de leurs vertus et de leurs talents.



Par ailleurs, on retrouvait bien le nom de ce square (mal orthographié) sur un plan de la Ville :