Archives du mot-clé Jacques CHIRAC

L’étonnante réponse de Julien MIALLET qui admet donc abuser de sa fonction !

J’aime passer pour plus con que je ne suis !

Aussi vais-je feindre de ne pas comprendre la subtile ironie du message du directeur de cabinet du maire de Savigny, pour tout mieux prendre au pied de la lettre.

Donc on a, au calme, MIALLET, à qui je reproche de faire régler (à quel titre ?) ses restaurants par le contribuable, qui me dit qu’il m’aurait bien invité, toujours aux frais du contribuable, si je ne mangeais pas autant ! Encore et toujours de ma faute !


Je ne sais pas qui est le pleutre de nous deux, mais déjà, moi, je n’ai pas besoin de m’excuser ou de me justifier d’aller lire tel ou tel article.

Et puis, il fallait bien un certain courage pour dénoncer un emploi fictif, à tout le moins une embauche de complaisance. Je rappelle que l’affaire Valérie RAGOT est toujours en cours, et que donc s’il y a bien présomption d’innocence, il y a aussi et encore présomption de culpabilité, ceci jusqu’à ce que j’ai épuisé tous les recours judiciaires possibles par rapport aux faits que je continue de dénoncer !


Maintenant que MIALLET ne déjeune pas avec les condamnés est une chose.

Il est juste paradoxal, outre le symbole qu’il « travaille », comme Madame qui est la directrice de cabinet du maire de Chilly, pour un parti (LR) dont le lointain inspirateur (Charles DE GAULLE) a quand même été condamné à mort, qu’il ait accroché dans son bureau un quadryptique pop art façon WARHOL de CHIRAC, condamné dans l’affaire des emplois fictifs du RPR à la mairie de Paris…

Peut-être revenir rapidement sur le mot « travail ». Pour 4000 euros net par mois, on attendrait quand même que MEHLHORN fasse un peu moins de conneries, donc cet argent n’est pas mérité, surtout que je ne vois pas ce qu’il peut foutre pendant 35 heures… Ils sont quand même trois au cabinet du maire ; que font-ils de leurs journées ?


Que MIALLET me voit me gaver est un autre fait.

De vous à moi, je pense que je coûte davantage par l’alcool (dont je n’ai pas besoin pour dire ou écrire des bêtises) et les boissons que je consomme, que par les quelques amuses-gueules proposés par la Commune.

Oh, mais c’est vrai qu’on aurait dépensé 29 250 euros de petits-fours pour la venue du ministre. J’attends toujours les factures qui font la preuve du contraire, quelque soit la véracité du document que j’ai publié.

Et en plus, MIALLET doit être jaloux, parce que malgré tout ce que je bouffe, non seulement je reste à 54-56 kg pour mon mètre 75, mais surtout je ne prends pas de ventre !


Bref, je pense que MIALLET, dont il faut remarquer qu’il n’a pour une fois pas tweeté sur ses heures de travail, aurait encore mieux fait de se taire, et de bosser un peu plus, à défaut de mériter ses 4000 euros net mensuels, pour faire qu’on vive mieux à Savigny.

Et personnellement, quand je vois les impôts qui ont augmenté, les services qui ont fermé et la ville qui se bétonne, je me dis que MIALLET n’est pas très compétent…

Voilà, encore un article diffamatoire à l’encontre du garçon, qui ne va qu’un peu plus pourrir sa réputation numérique, me permet de reparler des repas, et de son salaire ; et dont l’avocat SEBAN pourra se re-servir pour dire que je suis méchant avec les agents, dont j’ose demander que le salaire soit mérité, salaud de contribuable !




Héléna PERROUD, l’avocate de POUTINE qui vous fait détester son client…

Je voudrais ici exprimer mon profond malaise par rapport à des propos entendus lors de la conférence de Madame Hélèna PERROUD au 4e salon du livre d’Histoire de Savigny-sur-Orge.

La dame, qui n’est d’ailleurs pas historienne de formation, donnait une conférence de 50 minutes intitulée « Un regard sur Vladimir POUTINE », visant à faire vendre son livre « Un Russe nommé POUTINE ».

Elle se présentait notamment en qualité d’ancienne collaboratrice à l’Élysée au cabinet du président CHIRAC, ce qui m’interpelle d’autant plus vivement sur la politique russe de la France si elle faite par de telles personnes…

Car ce fut bien une heure de propagande pro-POUTINE ; et quelle mauvaise propagande, remplie de mensonges et de mauvaise foi. Du révisionnisme historique en quelque sorte, si tant est qu’on puisse écrire l’Histoire du présent.

À la fin, agacé par son tour d’horizon soi disant « à 360 degrés », je lui demande si son livre développe un regard critique sur POUTINE, et si le cas échéant elle est capable de formuler une critique contre POUTINE.

Et après avoir essayé de m’endormir, elle me dit juste qu’il apparaît trop brutal, mais que ça va mieux parce qu’il pratique le soft power avec Russia Today et Sputnik News (mais qu’en gros, nous, on a France 24, donc qu’il peut le faire)…

Or, toute la conférence n’a été que démonstration par l’absurde que tout ce qu’on peut reprocher à POUTINE ne serait en fait pas grave, parce que d’autres font aussi des choses contestables… Mais ce n’est pas mieux, et je le dénonce avec autant de force quand il s’agit des États-Unis !

Et elle, d’insister qu’elle n’est pas une agent au service de l’état russe, ce qui sous-entendrait dès lors qu’elle soit objective, mais devrait aussi la préserver d’être, pardonnez-moi l’expression, « une idiote utile », dont la fascination pour POUTINE lui fait perdre toute raison !


En avant-propos, je tiens à préciser les éléments suivants :

– Je suis personnellement favorable à Vladimir POUTINE, non pas parce qu’il serait le meilleur, mais parce qu’il est le moins mauvais, et qu’il défend les intérêts internationaux de son pays, ce qui ne signifie pas non plus qu’il défend les intérêts de son Peuple.

– J’ai connu un homme qui savait défendre POUTINE, et qui le défendait intelligemment : Ivan Michel BLOT, ancien du GRECE, premier président du Club de l’Horloge, député RPR du Pas-de-Calais et député européen FN ; mais lui en plus avait rencontré POUTINE.

– Mes sources sont les documentaires français sur la Russie de France 2, de Arte et de LCP, les écrits de journalistes russes, notamment les amis d’Anna Stepanovna POLITKOVSKAÏA et enfin les témoignages d’amis russes, souvent des scientifiques et donc plutôt des intellectuels qui soutiennent POUTINE par défaut, mais qui ont quand même un regard critique.

– Je sortais d’une conférence de Charles ZORGBIBE qui m’a particulièrement énervée tant elle était mauvaise et fausse en de nombreux points… J’étais donc particulièrement remonté.


Je commencerai par dénoncer la malhonnêteté intellectuelle de la deuxième partie de sa conférence, dans laquelle elle disait décrypter trois malentendus que les Français ont de POUTINE (les guerres caucasiennes, sa politique européenne et son passé au KGB-FSB).

Et donc elle nous expliquait à la fois ce que nous pensions mal, et pourquoi c’était faux, et elle partait du principe qu’il n’y avait plus de malentendu dès lors qu’elle avait donné ses réponses.

Par exemple, que POUTINE soit passé par le KGB ne pose pas de problème parce que George H BUSH a été directeur de la CIA !

Et cela a été tout du long : les Russes peuvent bien avoir truqué les élections américaines de 2016 (elle ne l’a pas dit), ce sont les États-Uniens qui ont truqué l’élection présidentielle russe de 1996 !

Avec à chaque fois des affirmations de l’ordre du divinatoire : par exemple, si les communistes étaient passés aux élections de 1996, alors il y en aurait eu pour 70 ans de socialisme à nouveau. Mais qu’est-ce qu’elle en sait ?

Au final, elle établissait que POUTINE est un bon président parce que l’espérance de vie a augmenté de 7 ans sous son mandat (de 65 ans en 2000 à 72 ans en 2017), que la fécondité a aussi bien augmenté (de 1,16 enfant par femme en 2000 à 1,76 enfant par femme en 2017), et enfin que les attentats islamistes ont cessé (dont on sait pourtant aujourd’hui qu’une partie étaient le fait du FSB…). Donc que la fin justifiait a posteriori les moyens.

Cela ne justifie pas pour autant la manière dont POUTINE est arrivé au pouvoir, pas plus que la manière dont il conserve le pouvoir.

Pour le reste, elle a dit d’autres choses qui sont vraies, mais sans les compléter d’arguments plus forts ni en plus les étayer, et à la limite complotiste (l’Occident contre l’Orient).

Ainsi, tout opposant à POUTINE est une créature manipulée par l’Occident, et tous les anciens dissidents de l’URSS trouvaient POUTINE formidable.


C’étaient aussi des excuses ou des disculpations pour tout les faits reprochés à POUTINE :

– Les guerres dans le Caucase ? La faute aux musulmans qui veulent faire de la Russie un califat.

– L’assassinat de la journaliste Anna Stepanovna POLITKOVSKAÏA ? Mais POUTINE a eu des mots très bien après sa mort pour dire que ce n’était pas lui, et qu’il déplorait son assassinat.

– Le naufrage du Koursk ? POUTINE n’a pas été assez bien informé du problème, sinon il serait intervenu.

– La Crimée ? Mais les habitants ont fait un référendum remporté à 95 % (ce qui n’est pas possible, je l’ai déjà évoqué ici). Et puis, c’est l’OTAN qui n’a pas respecté les accords secrets de 1990 !

– Ses propos sur Boris BÉRÉZOVSKY ? La faute à un mauvais montage qui ne le laisse pas s’exprimer.

– La gestion de l’attentat de 2002 dans une école ? Les islamistes.

– Sa modification de la Constitution pour rester au pouvoir ? C’est parce que les Russes ont le sens du temps long !

Et puis du jour au lendemain, la Russie est entrée dans une ère de paix de prospérité. Le tableau était magnifique : la corruption a disparu et le pays s’est développé.

Et puis la démocratie russe peut être imparfaite parce qu’elle est jeune ; et POUTINE est de toute façon mieux que ELTSINE ; et il est de mieux en mieux réélu à chaque fois parce qu’il fait du bon travail ; et il n’y a pas de problème économiques et financiers en Russie ; et les embargos européens ont permis au pays de devenir autonome… Et cela pendant une heure…

Et puisque la dame avait déconstruit notre désinformation, aucune contestation possible sur l’état des libertés publiques, l’indépendance politique des anciennes républiques soviétiques (avec la légitimation pour la Russie qu’elle serait chez elle sur les territoires qui ont pu être russes par le passé), la réalité économique du pays… Si nous pensons mal, c’est à cause de l’Occident qui déteste la Russie et nous manipule, alors que la Russie nous aime !


Alors sans me risquer dans une analyse psychologique de la dame, elle m’a donné l’impression de ces Russes blancs qui soutiennent tout ce qui n’est pas soviétique, tout en étant animé par la crainte propre aux orthodoxes qui ont connu les Mongols et les Ottomans, d’une guerre de civilisation (elle a d’ailleurs cité BRZEZINSKI en semblant persuadé que c’est lui qui avait théorisé le Heartland (MACKINDER) et le Rimland (SPYKMAN)).

Et donc ils sont profondément anti-islam, tenants de l’analyse d’Hélène CARRÈRE-D’ENCAUSSE qui s’est quand même plantée sur toute la ligne : la dislocation de l’URSS était politique, elle n’est pas venue d’une subversion démographique des musulmans du Sud… Je suis en train d’écrire sur le sujet, un article qui devrait paraître vers la fin de l’année 2019.


Je terminerai quand même en déplorant l’attitude du public qui ne connaît vraisemblablement pas l’Histoire de la Russie, et qui était littéralement fasciné, prenant tout pour argent comptant. Sans compter les quelques complotistes présents dans le public qui affirment sans savoir qu’ils aimeraient bien avoir un président comme POUTINE…

Je trouve donc que cette conférence n’avait clairement pas sa place dans un salon du livre d’Histoire, et surtout qu’elle manquait tellement de nuance qu’elle en devenait ridicule. Vraiment, que l’auteur assume d’être poutinienne ; et tant qu’à faire, qu’elle se concentre sur du factuel plutôt que de vouloir brosser un panégyrique qui est faux !

Car oui, l’Occident véhicule des conneries sur POUTINE, mais les déconstruire n’est pas une raison pour en rajouter, ou en créer de nouvelles !



Sur le voyage d’Emmanuel MACRON en Afrique, et son discours de Ouagadougou

Mes amis, comme j’ai honte de notre président néocolonialiste qui tutoie les Africains, les appelle « ses amis » et dit que leur président s’en va réparer la climatisation lorsqu’il part aux toilettes ! Imaginez donc un peu le tollé que cela aurait provoqué si cela avait été Nicolas SARKOZY voire Marine LE PEN qui avaient tenu ces propos. Enfin, tous les moyens sont bons pour ne pas parler des problèmes ! Remarquable communication !

À part cela, quand est-ce qu’on discute du terrorisme islamiste et du coûteux maintien de l’armée française, de l’immigration en tant que fuite des cerveaux, du nouvel esclavage qui se fait avec la complicité de chefs d’états corrompus, des régimes dictatoriaux et des atteintes quotidiennes aux droits de l’Homme, du franc CFA, du développement de l’Afrique par elle-même, du fait que 40 % des Africains de l’Ouest ont entre 18 et 24 ans, des contrats économiques…

Parce que c’est bien gentil de nous dire comme avant lui, déjà MITTERRAND puis CHIRAC puis SARKOZY puis HOLLANDE que la Françafrique est morte et enterrée, quand elle n’a jamais été aussi vivante ; Vincent BOLLORÉ étant d’ailleurs surnommé le « roi de l’Afrique de l’Ouest ». C’est toujours la France qui maintient les dictatures puis l’armée qui exfiltre les dictateurs quand ils deviennent gênants. C’est elle qui construit les infrastructures et exploite les ressources…

Un document qui circule sur internet pour dénoncer la « spontanéité » des questions posées au président français.

Finalement, MACRON ne s’embête même plus à se contraindre aux usages de la diplomatie. Il s’invite à l’université, crache sur ses hôtes parce que c’est démagogue et que lui peut se le permettre car les contrats continueront, sait qu’on ne retiendra que cela de son voyage donc qu’on va parler de lui et dire qu’il est allé en Afrique. Et voilà ! Puis c’est pratique l’étranger pour cracher sur la France et la colonisation européenne, parce que c’est loin et qu’on va oublier.

À l’issue de ce voyage, je vous invite à vous demander à quoi il aura servi. On va encore annuler quelques dettes. On va inaugurer le métro d’Abidjan, largement financé par la France. On va faire la première visite d’un chef d’État français au Ghana. On va dire encourager la Francophonie. On va prolonger les contrats d’exploitation des ressources. Et on va donner de l’argent aux dictateurs pour qu’ils régulent l’immigration africaine vers la France… Comme d’habitude !


Les trois meilleures macronneries du discours :

« Qui sont les trafiquants ? Mais ce sont des Africains, mon ami ! Ce sont des Africains! »

« Mais moi je n’veux pas m’occuper de l’électricité au Burkina Faso ! C’est l’travail du président !

« Il s’en va. Reste là ! » (…) « Du coup, il est parti réparer la climatisation ! »



Casier judiciaire vierge pour les élus : une mesure essentiellement démagogique

Moraliser la vie politique, tel est le grand enjeu de la campagne présidentielle française de 2017 marquée par de nombreuses affaires. Alors, plutôt que de moraliser les électeurs, qui n’ont qu’à pas élire des corrompus, il est plus facile de faire preuve de démagogie et de répéter partout et à l’envi qu’il faut exiger un casier judiciaire vierge aux personnes politiques, comme si cela allait être la solution à tous nos problèmes…

« Un peuple qui élit des corrompus, des renégats, des imposteurs, des voleurs et des traîtres n’est pas victime, il est complice » (George ORWELL)

Je voudrais prendre trois exemples qui montrent l’absurdité de cette proposition qui contrevient de toute façon à la démocratie. Les citoyens ont le droit de choisir des pourris qui vont les rançonner d’une manière ou d’une autre. Je ne suis pas d’accord avec le fait qu’une loi permette ou interdise telle chose. D’autant que selon les condamnations du casier judiciaire, celles-ci s’effacent avec le temps, donc certains pourront quand même se présenter et se faire élire.


1er exemple : Jacques CHIRAC

Il ne fait aujourd’hui guère plus de doutes sur la responsabilité de Jacques CHIRAC dans l’affaire des emplois fictifs de la mairie de Paris. Et malgré cela, nous savons que c’est notamment Alain JUPPÉ qui a pris à la place du successeur de François MITTERRAND, tandis que lui-même ne sera finalement condamné qu’après son mandat à deux ans de sursis. Il est toujours possible de retarder ses procès (regardez le cas BALKANY) ; un tel comportement n’en est pas plus moral…


2e exemple : le candidat journaliste et lanceur d’alerte

Connaissez-vous Antoine DELTOUR et Raphaël HALET ? Ces deux Français ont été condamnés pour avoir dénoncé le scandale d’évasion fiscale du Luxleaks. Je suis journaliste, parfois lanceur d’alerte ; je peux être condamné dans le cadre de mon travail, tout en ayant agi dans l’intérêt national. Cela ne présume en rien de mon honnêteté dans le cadre d’une fonction élective. La moralité d’un candidat serait-elle donc de se taire pour ne pas risquer d’ennuis judiciaires ?


3e exemple : le candidat responsable associatif ou le chef d’entreprise

2014, j’accepte de rendre service à un ami en prenant une responsabilité associative provisoire, pour un an. Fin 2016, une banque m’appelle en me disant que le compte courant de l’association est à découvert de 1000 euros. Oui, mais je n’étais plus responsable et j’avais laissé les comptes dans le positif. Sauf que comme les formalités n’avaient pas été faites, j’étais responsable devant la Loi. Comme un chef d’entreprise qui peut prendre par la faute de ses salariés…


On pourrait multiplier les exemples, ou encore parler de ces politiques qui gèrent à distance en plaçant leurs familles quand ils sont condamnés (type Jean-Marie LE PEN qui, inéligible entre 1998 et 2000, avait mis en tête de liste sa femme Jany). Mieux vaut donc soit interdire de pouvoir se présenter selon la gravité du délit commis, soit plutôt responsabiliser les électeurs pour qu’ils préfèrent des candidats honnêtes. Et là encore, mis en examen ne signifie pas coupable !

Donc on peut être une pourriture et se présenter librement parce qu’on n’a pas été condamné. Ou inversement ne pas pouvoir être élu, à cause de condamnations privées qui n’ont rien à voir avec la politique, même s’il est probable qu’un salaud dans le privé se comporte pareillement dans le public ; quoique ? Que c’est nul tous ces candidats à la présidentielle qui vendent la proposition du casier judiciaire vierge juste pour qu’on regarde ailleurs. Quelle est leur morale ?