Archives du mot-clé intercommunalité

“Osons Savigny”, ou la liste LaREM d’Alexis IZARD et des « courageux des sept derniers mois »

Oser, c’est littéralement avoir le courage de faire ou de dire quelque chose.

Oser, c’est un jour porter ses couilles et les poser sur la table pour dénoncer une embauche de complaisance et un emploi fictif en mairie de Savigny, et le payer du titre de gloire d’une condamnation en diffamation qui fera de vous un délinquant et vous poursuivra 40 ans dans le premier bulletin de votre casier judiciaire (5 ans dans le deuxième qui sert un peu plus…).

Alors, si un célèbre proverbe dit “Mieux vaut tard que jamais”, je ne peux pas m’empêcher de penser que les entreprises relativement tardives d’IZARD & Co, une société du groupe MACRON, sont insincères et opportunistes. En un mot électoraliste !


Déjà parce qu’il est plus facile de passer à table quand un autre a déjà fait la cuisine et mis la table. Ou bien de cultiver un champ, après qu’un tiers l’ait préalablement déblayé et labouré.

Je vais être franc avec vous. Je ne sais pas exactement ce qu’a fait Alexis IZARD entre mars 2014 et ce mois d’août 2019. Vivait-il toujours à Savigny ? J’en doute sincèrement puisque je ne le voyais plus, mais je pense qu’il n’en était pas bien loin. En même temps, Paris n’est qu’à 19 kilomètres…

Avec donc ce double paradoxe que IZARD prétend en même temps incarner un renouveau ; alors qu’il n’est qu’un bébé FABRE, déjà candidat aux précédentes élections municipales de 2014, puis aux élections législatives de 2017.

Mais aussi qu’il nous vend une filiation, une historicité, un attachement avec une ville, qu’il n’a quand même pas hésité à quitter, et dans laquelle s’il y avait peut-être toujours son adresse légale, n’y avait-il pas forcément son adresse physique…

Toujours est-il que quand, avec Alexis et sur nos listes respectives, nous avons perdu les élections municipales de mars 2014, moi, j’ai continué, et Alexis a abandonné !


Alors ok, Alexis est revenu dans le jeu au moment des législatives, c’est à dire qu’à partir de là, il a commencé à venir assister aux séances du Conseil municipal, à organiser des réunions locales (d’En marche), et même à proposer une rencontre du Grand débat national, alors même que Bernard BLANCHAUD m’avait dit qu’il avait été demandé aux animateurs LaREM de ne pas en tenir !

Mais ce n’est pas cela faire ; ce n’est pas cela dire !

Qui peut démonter en quoi IZARD a-t-il eu une action politique ? En quoi a-t-il influencé les actes de la municipalité ? Ou fait évoluer le discours du maire sur tel point ?

Nous le verrons dans un prochain article d’analyse de sa vidéo d’annonce de candidature : tout est creux !

Son programme, c’est uniquement d’avoir une équipe d’horizons divers, dirigée par l’audace et l’ambition (personnelle ?)… Soit rien de concret !

D’ailleurs en fait, son programme, c’est celui que vous allez lui écrire, et qu’il ira ensuite défendre, parce qu’il n’a pas de programme du fait qu’il ne connaisse pas la ville.

À croire qu’il n’a pas non plus de convictions, s’il est réellement capable de tout éponger (tout, et peut-être n’importe quoi ?)…

Ou alors qu’il se prend déjà pour MACRON qui organise un débat, dont l’issue est déjà connue, pour nous apporter les réponses aux questions que nous n’avons pas encore formulées.

Les méchantes langues disent de lui qu’il veut juste faire une carrière à la RÉDA. Maire en 2020 et député en 2022…


Alors, pour terminer, je n’aurais plus qu’une série de questions, sous la forme d’une anaphore :

Où étaient IZARD et ses courageux colistiers, qu’on ne connaît pas encore, lorsque MEHLHORN a fermé la Savinière et la crèche familiale ?

Où étaient-ils lorsque MEHLHORN a choisi de rejoindre la Métropole du Grand-Paris ?

Où étaient-ils, lorsque MEHLHORN a lourdement augmenté les impôts en 2016 ?

Où étaient-ils lorsque MEHLHORN a échangé le réseau câblé savinien contre la déclaration d’intention de SFR de fibrer tout Savigny avant juin 2019 ?

Où étaient-ils lorsque MEHLHORN a bradé la Savinière ?

Où étaient-ils lorsque MEHLHORN a entrepris la rénovation urbaine de Grand-Vaux ?

Où étaient-ils lorsque MEHLHORN a commencé à dénaturer notre ville en la bétonnant à outrance ?

Où étaient-ils lorsque MEHLHORN a élaboré son Plan local d’urbanisme ?

Où étaient-ils lorsque MEHLHORN a dépensé deux fois plus qu’Athis pour refaire sa piste d’athlétisme ?

Où étaient-ils lorsque MEHLHORN a engagé un million d’euros pour les façades de l’école Kennedy, sans rien faire pour protéger l’école d’une nouvelle inondation ?

Où étaient-ils lorsque MEHLHORN s’est mis martel en tête, de refaire les parcs saviniens pour des centaines de milliers d’euros ?

Où étaient-ils lorsque MEHLHORN a initié son projet de centre culturel communal ?

Où étaient-ils lorsque MEHLHORN a lancé son projet de ZAC Gare – Centre-Ville ?

Où étaient-ils lorsque MEHLHORN a décidé de rénover l’école Ferdinand-Buisson ?


Moi, je ne les voyais pas, mais je n’ai pas la prétention d’affirmer que je vois tout.

Peut-être étaient-ils là, mais comme je ne les entendais pas non plus ?

Est-ce peut-être parce que dans le fond, ils étaient d’accord avec la politique de MEHLHORN ?

Ou plus vraisemblablement parce qu’ils s’en foutaient comme 99 % des Saviniens ?

Alors pourquoi s’y intéresseraient-ils plus aujourd’hui ?

Auraient-ils été subitement touchés par la grâce démocratique ?


Alors, non, il n’y a aucun courage à commencer à faire, à dire, à s’intéresser à la vie politique savinienne, à seulement sept mois des élections, après n’avoir rien fait, et pire avoir fermé sa gueule pendant soixante-cinq mois !

Et comme la greffe de couilles n’existe pas encore, des gens qui n’ont rien branlé pendant cinq ans, je ne vois pas comment ils pourraient tout d’un coup devenir courageux…

Oser, tout le monde va le faire, parce que ce sont désormais les élections.

Mais oser proposer du vrai, et dire la vérité, là, j’ai encore quelques doutes…

Enfin, c’est facile de se réclamer courageux, quand tu bénéficies du soutien du parti présidentiel qui t’assure minimum 20 % des voix, quelques soient les conneries que tu vas faire, et surtout quand il y a un mec qui a sapé tout le travail du maire en place depuis des années.

Aujourd’hui, critiquer la politique de MEHLHORN, ce n’est pas avoir du courage, c’est juste tirer sur une ambulance… Et ce n’est franchement pas très glorieux !




Publicités

Vos questions : pourquoi le COSOM, les gymnases, la MJC et la salle des fêtes n’ont pas été transférés au Territoire du GOSB ?

Pourquoi les équipements culturels et sportifs de Savigny-sur-Orge n’ont pas été transférés au GOSB ?


Question reçue le 31 juillet 2019

Salut Olivier,

Tu as écrit dans un précédent article que les établissements culturels et sportifs étaient de compétence territoriale.

Dans ces conditions, pourquoi la Commune n’a-t-elle pas transférée au GOSB le COSOM, les gymnases, la MJC et la salle des fêtes ?

Je te remercie par avance pour ta réponse.


Le 31 juillet 2019,

Bonjour, et merci de ta question.

En application de l’article L.5219-5 du code général des collectivités territoriales, seuls les équipements sportifs et culturels d’intérêt territorial ont été transférés.

La définition de l’intérêt territorial a été adoptée lors du conseil territorial du 07 novembre 2017, dans un sens très restrictif afin de limiter ces transferts. Au contraire de la voirie, par exemple, qui est intégralement devenue territoriale.

L’entretien de ces équipements reste indirectement à la charge des communes au moyen du fonds de compensation des charges territoriales (FCCT), dont le montant est fixé et réévalué chaque année par par la commission locale d’évaluation des charges transférées (CLECT). Ainsi chaque commune verse une somme compensatoire au GOSB pour qu’il la dépense.

Pour Savigny, seul le conservatoire de la Grande-Rue a ainsi été transféré, alors qu’il doit pourtant et paradoxalement accueillir une plus grande part de Saviniens que ce que la salle des fêtes reçoit d’habitants du Territoire…

Un enjeu en vue des élections est de savoir si le centre culturel voulu par MEHLHORN doit être communal, auquel cas il appartiendra à la ville de le construire et de l’entretenir, ou s’il doit être intercommunal, et financé puis géré par l’intercommunalité. J’organiserai une consultation en ce sens si je suis élu.

Bien à toi.



Désintox : Non, Sébastien BÉNÉTEAU, Savigny-sur-Orge a intégré la CALPE en 2013

« Le contexte en 2014, à l’arrivée de notre nouvelle majorité, c’est que Savigny-sur-Orge, contrairement à beaucoup d’autres villes, notamment toutes les autres villes périphériques, n’a pas intégré d’intercommunalité. » FAUX !

Sébastien BÉNÉTEAU, maire-adjoint aux Finances de Savigny, le 09 mai 2019

Source : extrait audio de 12 secondes : https://vocaroo.com/i/s0QsCKW5sroe

Et c’est moi que vous entendez dire juste après « La CALPE, c’était 2013″.


Je vais commettre deux articles sur ce sujet de l’intégration intercommunale de Savigny.

Ce premier, à l’appui de l’arrêté préfectoral du 20 décembre 2012, en bas d’article, vainement contesté par Laurence SPICHER-BERNIER, qui institue l’intégration forcée de Savigny à la communauté d’agglomération des Portes de l’Essonne (CALPE) ; juste pour dire que Sébastien a dit quelque chose de factuellement faux.

Mais j’en rédigerai aussi un deuxième parce que Sébastien (je me permets de l’appeler par son prénom parce qu’on se tutoie dans la vraie vie, qui n’est pas celle de Twitter dans laquelle on se vouvoie pour les apparences), a ensuite maladroitement tenté de se rattraper par un propos, qui est également à désintoxiquer.


Sans m’étendre plus, il a sous-entendu que l’intégration intercommunale de Savigny n’avait pas été très avancée avant 2015, du fait que SPICHER ait effectivement bloqué le maximum de transferts non obligatoires.

Pour autant, je veux quand même rappeler que plusieurs millions d’euros d’argent des Saviniens partaient à la CALPE,

composés pour une part de dotations jusque-là versées à la Commune et ensuite versées à l’intercommunalité (et il faut que j’épingle Sébastien sur ce sujet par rapport à la diminution des dotations de l’État pour Savigny quand il fait croire que tout est le fait de HOLLANDE, alors que l’intégration intercommunale a sa part ! Et que nous ne sommes pas passés de 12 millions à 6 millions du seul fait des vilains socialistes).

Et d’autre part, d’une partie du produit des différentes taxes locales, jusque-là perçues par Savigny, et alors transférées à la CALPE, à hauteur de taux, représentant pour leur part intercommunale :

– 2,91 % de la taxe d’habitation,

– 2,26 % en 2013, 4,52 % en 2014 et 6,79 % en 2015 de la taxe foncière sur les propriétés bâties,

– 1,61 % de la taxe foncière sur les propriétés non bâties.

DSC_0939

Rappelons également le transfert de la taxe d’enlèvement des ordures ménagères !

Et cet argent des Saviniens était quand même utilisé, pour une grosse part, pour Savigny !

Je vais développer tout cela dans ce deuxième article, mais non Sébastien, on ne peut donc pas dire qu’il n’y avait pas d’intégration, ou une intégration très faible, avant ton élection ! Même si cela peut apparaître faible par rapport aux montants des transferts intervenus en 2015 et surtout en 2016 avec l’EPT.




Tandis que Robin RÉDA privatise ADP, Éric MEHLHORN collectivise les voies privées saviniennes et les offre au GOSB…

Mais qu’il est nul ! Ce n’est désespérément pas possible d’être aussi mauvais, même en le faisant exprès !

Savez-vous qu’il n’y a plus de voies privées dans Savigny depuis le 04 juillet 2018, quand Monsieur le maire de Savigny a outrepassé ses droits pour filer nos voies privées (qui ne sont pas à lui mais aux copropriétés) au Territoire ?

Il nous a dépossédés, alors qu’il n’en a pas le droit, parce qu’il ne défend pas les intérêts des Saviniens.

Tout comme la droite nationale qui feint de croire que contrôler les migrations va nous rendre la maîtrise de notre souveraineté, alors que nous l’avons perdu en 1992 avec Maastricht qui a donné le pas au droit européen, MEHLHORN et la pseudo-droite locale combattent pour garder la salle des fêtes sous contrôle communal, mais offre nos rues à l’intercommunalité. Quelle cohérence ?

Dans ma rue, les avis sont surprenants, car les gens ne comprennent pas ce que cela incombe. Ils s’imaginent qu’on va venir déneiger ou refaire leur rue dans deux ans. Dans soixante ans, vous voulez dire ?


Tout a commencé dans le cadre de mon recours administratif contre la définition de l’intérêt territorial donné par le GOSB à la voirie.

Je m’étonnais, entre autres, que la délibération litigieuse ne précise pas le sort des parkings et ne distingue pas la voirie privée du domaine communal.

Et l’avocate du Territoire qui me prend de haut et m’explique (enfin me confirme) de manière très condescendante que bien sûr que non, la voirie privée ne peut pas faire l’objet de la compétence territoriale.


Sauf qu’en allant relire la liste des voies transférées par la délibération, laquelle était rapportée par Éric MEHLHORN en personne, qui s’il ne connaît pas toutes les rues de l’intercommunalité, devrait a minima connaître celles de la Commune, du moins c’est ce qu’il écrivait…

Je me suis aperçu que justement, toutes les voies privées de Savigny, dont les nôtres, avaient été transférées à l’EPT par le maire, qui n’en a bien sûr, pas le droit parce que ce n’est pas à lui… (pages 135 à 142 du document)

http://www.grandorlyseinebievre.fr/wp-content/uploads/2018/07/1059-%C3%A0-1078.pdf

J’ai donc accompli une demande au président du Territoire afin qu’il retire nos rues de la liste des voiries transférées, et j’irai au Tribunal administratif s’il refuse.

De la même manière que j’ai saisi la Commune qui ne manquera pas de nous expliquer qu’il ne s’agit en fait pas de voies privées, ou une bêtise du genre, alors qu’habitant une voie privée, j’ai les documents qui attestent du caractère privée de ma rue !


Il faut enfin rappeler que notre intercommunalité dépense 2,3 millions € par an (chiffre arrêté par convention) pour refaire les voiries saviniennes.

Alors qu’avec cette même somme, nous refaisions près de 4 kilomètres de routes il y a vingt ans, nous n’en faisons désormais plus que 2,6 !

Et parce que c’est une année pré-électorale, et que Monsieur MEHLHORN veut nous éblouir, il a décidé de mettre le paquet sur la voirie, et il a donc demandé au territoire (qui sera cette année en déficit de 3 millions €) de faire un emprunt (donc à un taux élevé) que nous Saviniens, auront à rembourser avec les intérêts.

Mais j’espère quand même que mon premier recours va suffire, et mécaniquement annuler l’acte découlant de ce premier !


Ainsi donc le communisme des élus du GOSB déteint sur notre bon maire qui se met à collectiviser les voies privées saviniennes…

Ben non, ce n’est pas comme cela que ça fonctionne, et je ne me laisserai pas déposséder sans réagir !