Archives du mot-clé Grand-Vaux

Mais où ont donc bien pu passer les voix d’Alexis IZARD aux Prés-saint-Martin ?

Au premier tour des municipales 2020, il avait obtenu 43 % sur ce bureau contre une moyenne de 21 % sur la commune. Puis au second tour, il avait atteint 56 % contre une moyenne de 23 % sur la commune. Mais où sont donc passés ces électeurs pour que Alexis retombe à 19 %, ce qui correspond à peu près au score du parti dans le quartier, si l’on prend le résultat des européennes de 2019 comme source de comparaison ?

Alors déjà, on peut relever que dans un contexte de forte abstention, en tout cas plus qu’aux municipales, la gauche réussit à gagner 10 voix. Est-ce lié, selon ce qu’il m’a été témoigné par des musulmans, que Ludovic BRIEY soit récemment venu « faire la pute » à la sortie de la mosquée un jour de prière, pour reprendre l’expression de mon interlocuteur, laquelle aurait pu être de moi. Je n’en suis même pas certain, tant l’électorat des quartiers est mouvant.

Ils ont été avec FABRE et ils ont été déçus. Ils ont été avec IZARD et ils ont été déçus. Ils vont faire un petit tour de manège avec BRIEY, puis ils le lâcheront quand ils en auront marre et qu’ils seront déçus à leur tour. Mais j’ai toujours écrit qu’ils seront avec DEFRÉMONT quand la municipale sera annulée. La grande question étant de savoir s’ils ont déçus parce que les promesses ne sont pas tenues ou parce qu’on leur propose mieux ailleurs ? Là, je ne sais pas.

Enfin, je regarde les scores d’Alexis à Grand-Vaux. Là aussi, on est loin des 37 % de 2020 sur le bureau 14 avec un petit 16,42. C’est bizarre parce qu’on dirait que quand Alexis n’organise pas des distributions de masques et de colis alimentaires, les gens ne votent pas pour lui. En fait, peut-être aussi qu’ils ne se déplacent pas parce qu’il n’y a pas de système de navettes organisé par le candidat pour emmener les gens voter. Je ne sais pas. J’écris cela, je n’écris rien…

Bon ben, c’est malheureux, tous ces gens qui ne voient la politique que sous un angle clientéliste : je vote pour toi pour que tu fasses quelque chose pour moi. Moi, je ne veux pas rentrer dans ce jeu et c’est pour cela que je ne suis pas bon dans ces quartiers. Mais ils sont bien avancés maintenant avec le projet de rénovation bloqué par DEFRÉMONT. En fait, ils n’ont que les élus qu’ils méritent et finalement, je suis peut être le seul à les considérer vraiment…






 

Fun fact : Jean-Marc DEFRÉMONT et « Bien Vivre à Savigny » divorcent aux régionales

DEFRÉMONT : ce nom rime avec trahison et avec abandon.

Je pense notamment à Grand-Vaux.

Jean-Marc avait beau jeu de dénoncer MARSAUDON qui ne s’était pas battu pour faire inscrire ce quartier dans le programme ANRU 1…

[C’est ensuite SPICHER-BERNIER qui obtiendra son inscription dans le programme NPNRU ou ANRU 2, même si la révélation de la liste des quartiers retenus n’aura lieu que le 15 décembre 2014, donc que MEHLHORN se l’attribuera alors qu’il n’y est pour rien.]

Lui ne se bat pas pour que ce projet soit financé. Le projet est du coup toujours bloqué, au stade de l’ « attente de conventionnement », ce qui est à peine gênant quand les relogements ont commencé depuis bientôt 2 ans, pour de banales questions de sécurité juridique.


Bref, je comprends qu’un certain nombre des camarades de DEFRÉMONT commence à avoir marre de ce petit maire tellement haineux de ma personne qu’il va fournir au Tribunal administratif des attestations de témoignage de lui et des agents comme quoi je fais peser de trop lourdes charges sur les services.

En même temps, c’est normal qu’ils n’aient pas le temps de s’occuper de mes demandes puisqu’ils occupent déjà tout leur temps à rédiger des attestations contre ma personne.

La présidente du Tribunal les a d’ailleurs remis à leur place : Bon, c’est la 32e requête de M. VAGNEUX [en réalité, beaucoup plus] qui demande à peu près toujours les mêmes choses dans les mêmes termes. Il faudrait peut être vous adapter pour anticiper ses demandes, leur a-t-elle dit à l’audience du jeudi 27 mai 2021. Ambiance !


Toujours est-il que pour une municipalité en place, je trouve qu’il n’y a pas beaucoup d’élan pour Savigny en général, parce qu’on voit toujours les mêmes élus, donc que c’est quand même le degré zéro du collectif. Sans parler de ceux de sa majorité qui ont arrêté de venir…

Et puis alors qu’il n’y a qu’une seule candidature de gauche aux départementales ; celle de Ludovic BRIEY (EELV), Lydia BERNET (PS) et Thomas BRONES (PCF), je trouve qu’ils ne sont pas actifs, ni présents, ni engagés : tractage, collage, présence… Où sont-ils ? Leur premier tract est un copier-coller de leur propagande, qui est elle-même le texte bateau de tous les candidats de la gauche sur le Département. On dirait qu’ils n’ont pas d’idées.

Et en même temps, quand tu vois que DEFRÉMONT fait la campagne de BAYOU (EELV) aux régionales et que son mouvement « Bien vivre à Savigny » fait la campagne de PULVAR (PS), tu comprends bien des choses. Et sincèrement, cela fait tâche.

Bien Vivre à Savigny, déjà parce qu’il est soi disant un collectif apolitique de la société civile ne devrait relayer aucune campagne. Mais sinon, parce que nous ne sommes pas dupes, il devrait relayer toute la gauche, des socialistes aux Insoumis.

Et en fait, tu comprends que derrière Bien Vivre à Savigny, ce sont des socialistes qui ne peuvent pas voir les écologistes. Comme DEFRÉMONT qui ne peut plus voir les socialistes. Enfin, les deux ne relayent pas des masses leur copain BRIEY qui devrait faire l’union. Que de divergences !

Au fond, ils se détestent tous et ont donc juste fait une alliance de circonstance. Et un an après l’élection, on le ressent, parce que Bien Vivre à Savigny, cela ne fonctionne pas… Une addition d’égo n’a jamais fait une liste municipale. Ce qui compte, c’est le programme, et ces gens n’ont pour seul programme que la politique nationale. Ils se foutent de Savigny.

Mais qu’importe pour eux, car après, au final, tous ces gens se retrouveront au second tour sur une même liste et avec un même programme, un mouchoir sur leurs convictions.






Valérie PÉCRESSE et la loi du béton

Je suis effaré par ce que je peux lire dans le programme régional de la candidate marxiste Valérie PÉCRESSE, qui fait maintenant dans la « lutte des classes », puisqu’elle emprunte ce vocabulaire pour exprimer son prétendu soutien auxdites « classes moyennes ».

Alors, déjà bien gouverner la Région, ce serait commencer par s’occuper des compétences obligatoires de la Région avant d’aller s’intéresser aux compétences optionnelles ou facultatives à la con, qui permettent juste de remplir de vide une page de programme.

L’Habitat est une compétence de la Métropole du Grand-Paris.

Le Logement, dont la construction de logements sociaux, est une compétence de la Commune.

Alors, je passe rapidement sur l’hypocrisie d’une écologie qui consiste à créer des squares au pied des immeubles tout en continuant à ravager les terres agricoles franciliennes.

Je relève la mesure anticonstitutionnelle car discriminatoire d’exclure du logement social ceux qui auront été condamnés pour dégradations de locaux, violences ou trafics, sur laquelle je n’entame pas le débat. Il n’y a pas ni Justice ni rédemption. Tu paies tes fautes toute ta vie. Ce n’est pas Libres ! qu’ils devraient s’appeler. Ce n’est pas la droite mais l’extrême-droite !

Et j’en arrive à la protection des quartiers pavillonnaires et au refus de financement des projets de logements sociaux partout où il y en aurait déjà plus de 30 %.

Alors, moi, dans mon schéma directeur de la Région Île-de-France, ou SDRIF, qui certes a été adopté en 2013 avec l’opposition de Valérie PÉCRESSE, mais qui a été maintenu en vigueur par la même Valérie PÉCRESSE par une délibération du 28 mai 2019 portant bilan de l’évaluation du SDRIF; tandis que ce même document était mis en conformité en vue des JO 2024 donc qu’il y avait la possibilité de le modifier, il est écrit ceci :

Ce qui par exemple dans mon quartier de Grand-Vaux à Savigny-sur-Orge oblige à construire 300 logements supplémentaires, et donc participe au bétonnage.

Surtout que ce n’est pas fini, et qu’à chaque révision, on ira encore plus loin dans la densification pour que Valérie puisse raconter que tant de centaines de milliers trouveront un logement sous le prochain mandat, ce qui ne sera jamais grâce à elle.

Et que la réelle conséquence de ce SDRIF est qu’on augmentera ensuite le taux minimal de logements sociaux à 30 % par commune (mais pas beaucoup plus quand même).

Bref, quand je vois Gonesse (Val d’Oise) pour Europa City ou n’importe quel quartier autour d’une gare (Juvisy, Petit-vaux, Épinay…), et donc que cela bétonne, je pense que Valérie PÉCRESSE est une fausse écolo qui fait juste du greenwashing.

Moi, tant d’hypocrisie m’énerve, et je ne voterai pas pour elle.



Renouvellement urbain de Grand-Vaux : la majorité municipale prise en flagrant délit de trucage et manipulation des chiffres !

DEFRÉMONT et sa clique, pris en flag de réécriture des chiffres dans un sens, qui les arrange ! Toujours le problème de la gauche et du réel. LYSSENKO, nous voilà !

De toute façon, bien cons les Saviniens qui ont voté pour DEFRÉMONT en croyant à l’alternance. Il se contente juste de réaliser le projet de MEHLHORN… Lui ou MEHLHORN, c’est pareil !


Donc DEFRÉMONT écrit dans la note de synthèse préalable au vote de la nouvelle charte inter-bailleur de relogement que 50 % des enquêtés voudraient quitter Savigny.


Sauf que la page 12 du rapport en annexe indique déjà 40 % !


Et que lorsqu’on regarde où les habitants de Grand-Vaux, qui veulent quitter le quartier disent aller vivre, on ne trouve que Paris, le Val-de-Marne et l’Essonne.


Donc c’est amusant de voir comment DEFRÉMONT et sa bande se préparent déjà ouvertement :

  • de première part, à contourner les obligations de l’article 13 bis de la loi du 1er septembre 1948, et donc à se soustraire à la formalité de 3 propositions imposées qui respectent une distance de 5 km, quand bien même la personne veut aller au-delà ;
  • de seconde part, à aller proposer aux habitants de Grand-Vaux qu’ils méprisent, à la fois parce qu’ils n’ont pas voté pour eux et en même temps, parce qu’il les considère comme « sous-éduqués », des logements qui sont très loin de Savigny (Yvelines, ensemble des départements de l’Île-de-France…).

Voilà donc comment on transforme 40 % en une majorité.

Mais en même temps, DEFRÉMONT, c’est déjà une majorité qui pèse 33 % et qui, comme elle a peur de revoter, fait écrire à son avocat qu’il ne s’est rien passé aux Prés-saint-Martin…

Vous relèverez à ce propos que la charte des associations que veut imposer DEFRÉMONT ne concerne pas le prêt d’infrastructures communales aux associations. Comme cela, il peut continuer de prêter les terrains communaux à la section football de l’Association culturelle des musulmans de Savigny.

Et après, cela se dit laïcard, mais c’est une laïcité sélective qui s’écrase justement devant ceux qui menacent la laïcité… Car l’ACMS, lorsqu’elle appelle à voter contre moi au motif de mes écrits, ne respecte ni la laïcité, ni les lois républicaines…