Archives du mot-clé Grand Orly Seine Bièvre

Gag : l’EPT Grand-Orly Seine Bièvre admet enfin avoir approuvé en double le protocole de relogement des habitants du quartier de Grand-Vaux à Savigny-sur-Orge

À neuf mois d’intervalle, ils ont voté deux fois le même texte, exactement dans les mêmes termes, sans jamais s’en rendre compte ! C’est vous dire combien le sujet de la rénovation urbaine de Grand-Vaux, et plus généralement la politique intercommunale, intéressent les cinq conseillers territoriaux LR de Savigny-sur-Orge : Éric MEHLHORN, Nadège ACHTERGAËLE, Anne-Marie GÉRARD, Sébastien BÉNÉTEAU et Daniel GUETTO.

Mais en face, vous remarquerez aussi qu’aucun autre des candidats à la mairie de Savigny, si ce n’est votre serviteur, ne l’a plus observé, parce qu’ils s’en foutent tous. Les DEFRÉMONT, IZARD et même FABRE, BLANCHAUD et CURATOLO veulent juste la place. Ils n’ont aucun regard sur ce qui est voté en dehors de la Commune, et ne s’y intéressent actuellement pas parce qu’ils n’y sont pas élus. Alors, j’ai peut-être plein de défauts mais moi seul, je l’ai constaté, dénoncé et je suis en passe d’obtenir l’abrogation du doublon.

Une question légitime de lecteur, qui pourrait aussi être un reproche de mes concurrents, serait de demander l’utilité de cette démarche, d’autant qu’en droit administratif, le deuxième acte s’il est identique au premier n’est pas censé pouvoir s’appliquer. La réponse en est le principe de substitution qui considère alors que le protocole ne commence réellement à s’appliquer qu’à la publication du second acte, et qui place dans l’insécurité juridique tous les habitants relogés avant la publication du second protocole. D’où d’ailleurs que l’EPT abroge l’acte !

Déjà l’année dernière, j’avais aussi été le seul à remarquer que MEHLHORN s’était approprié les voiries privées de la Commune pour les transférer à l’intercommunalité. Et en plus, il ne l’avait même pas fait volontairement. C’est juste que nos services techniques, gérés par l’excellente et talentueuse Valérie RAGOT, avaient fourni à l’interco une mauvaise liste intégrant toutes les rues, et non pas les seules voies communales. Là encore, c’est sur ma seule action qu’une correction a été effectuée.

Par ailleurs, je ne peux que déplorer que j’ai dû en arriver à devoir déposer un recours gracieux pour obtenir ce résultat. J’ai essayé d’expliquer à l’EPT qu’ils avaient commis une erreur en janvier et en février. Mais ils s’en foutaient. Et c’est uniquement parce que j’ai menacé d’aller au Tribunal qu’ils ont cédé. Comme quoi, je suis peut-être un procédurier mais il n’y a malheureusement que cela que les administrations comprennent. Tous les autres, qui n’ont rien essayé, n’auraient rien obtenu avec leurs bons sentiments.

Preuve en est, encore une fois, que je suis le seul à défendre véritablement les intérêts des habitants de Grand-Vaux, notamment en proposant un droit au retour qui permette à chaque habitant déplacé par la rénovation de pouvoir revenir, s’il le veut, avec un déménagement qui soit intégralement pris en charge. Je me permets enfin d’espérer que les habitants du quartier sauront s’en souvenir au deuxième tour de l’élection municipale. Après dans le fond, je m’en fous, car si je perds, je ne m’y intéresserai plus et je les laisserai se débrouiller…


Une « erreur matérielle » : la bonne excuse !



Municipales 2020 : quels résultats pour les équipes et maires sortants du Grand-Orly Seine Bièvre ?

Un classement des meilleurs résultats aux plus mauvais pour voir qui sont les maires de l’intercommunalité les plus appréciés.

Un tiers (8 sur 24) ont été réélus dès le premier tour.

Seuls cinq d’entre eux ne parviennent pas à se classer premier.

Éric MEHLHORN est le maire essonnien le moins apprécié de ses électeurs.

Il arrive en 22e position des scores (sur 24) pour un maire sortant.

En italique, lorsque le maire sortant ne se représentait pas mais représente la municipalité sortante.


1) 75,56 % : Éric GRILLON (Ablon-sur-Seine)

2) 64,7 % :  Jean-Marie VILAIN (Viry-Châtillon)

3) 62,6 % : Nathalie LALLIER (Paray-Vieille-Poste)

4) 61,86 % : Hélène DE COMARMOND (Cachan)

5) 60,98 % : Richard DELL’AGNOLA (Thiais)

6) 59,16 % : Didier GONZALES (Villeneuve-le-Roi)

7) 58,81 % : Stéphanie DAUMIN (Chevilly-Larue)

8) 54,26 % : Vincent JEANBRUN (L’Haÿ-les-Roses)

9) 48,65 % : Philippe BOUYSSOU (Ivry-sur-Seine)

10) 47,82 % : Lamia BENSARSA REDA (Juvisy-sur-Orge)

11) 46 % : Jean-Claude KENNEDY (Vitry-sur-Seine)

12) 45,47 % : Christian METAIRIE (Arcueil)

13) 43,71 % : Marie CHAVANON (Fresnes)

14) 42,94 % : Franck LE BOHELLEC (Villejuif)

15) 43,43 % : Christine JANODET (Orly)

16) 42,52 % : Béatrice WILLEM (Rungis)

17) 39,1 % : Laurent PÉRICHON (Valenton)

18) 36,71 % : Patricia TORDJMAN (Gentilly)

19) 31,35 % (2e) : Christine RODIER (Athis-Mons)

20) 30,79 % (2e) : Grégory MÈCHE (Morangis)

21) 29,48 % (2e) : Didier GUILLAUME (Choisy-le-Roi)

22) 23,8 % (2e) : Éric MEHLHORN (Savigny-sur-Orge)

23) 22,52 % : Jean-Marc NICOLLE (Le Kremlin-Bicêtre)

24) 19,69 % (2e) : Sylvie ALTMAN (Villeneuve-saint-Georges)



Grand-Orly Seine Bièvre : la part territoriale de la collecte et du traitement des eaux usées a TRIPLÉ au 1er janvier 2020

J’exagère encore une fois parce qu’elle ne fait que réellement que plus que doubler.

J’en profite pour remercier mon ami Jean-Marie CORBIN qui me l’a signalé.

Ainsi, au 1er janvier 2020, la part territoriale du Grand-Orly Seine Bièvre pour la collecte et le traitement des eaux usées est passé de 0,2674 € le m3 à 0,6129 € le m3, sans que je ne parvienne à trouver aucune délibération, ni aucun acte administratif, l’expliquant ou le justifiant…


J’ai téléphoné au Grand-Orly Seine Bièvre, j’ai envoyé des mails, j’ai appelé le service client de Suez. J’ai même écrit à MEHLHORN, qui est chargé de l’assainissement au Territoire… Il devra nous rendre des comptes ; j’y veillerai personnellement et je le rappellerai !

Mais le Covid-19 a fait que personne ne peut me répondre, mais que tous doivent m’apporter des explications dès que la crise sanitaire se sera calmée. La bonne excuse !

Bref, il y aura un droit de suite dès que nous en saurons plus ! Toujours est-il qu’ils ne s’embêtent pas au Territoire. Ils vont chercher l’argent là où il est…

Il faut bien dire aussi que si l’on attendait pas deux ans pour approuver les rapport sur la qualité et le prix de l’eau, mais quand on a vu comment les communistes du GOSB ont accepté de se faire les complices de VILAIN pour liquider la régie publique des Lacs de l’Essonne (qui était effectivement mal gérée), et en mettre plein les poches de Véolia et de Suez !




Le Grand-Orly Seine Bièvre reconnaît des erreurs matérielles sur sa délibération listant les voiries communales transférées

En droit, les voies privées n’appartiennent pas aux communes, lesquelles ne peuvent gérer et intervenir que sur les voies publiques.

Il y a trois mois, je dénonçais la politique du maire de Savigny-sur-Orge qui avait transféré en douce les voiries privées à l’intercommunalité, ce qu’il ne pouvait d’ailleurs légalement pas faire sauf à se les être appropriées entre temps…

Aujourd’hui, le Grand-Orly Seine Bièvre (GOSB) m’écrit pour reconnaître qu’il y a bien des erreurs matérielles dans sa délibération, et qui s’engage à les corriger lors du conseil territorial du 08 octobre 2019.


Mais au fait, rappelez-moi, qui est le 9e vice-président du Grand-Orly Seine Bièvre en charge de la voirie et des réseaux ?

Qui a rapporté, et présenté le point relatif à l’établissement de la liste des voiries communales transférées au GOSB ?

En gros, quel vice-président ne connaît pas suffisamment sa commune pour en avoir transféré les voies privées ? Qui a bien pu commettre cette erreur ?

Ben oui, c’est encore Éric MEHLHORN…

Celui qui connaît pourtant par cœur « chaque quartier, chaque rue…« 

Ben pas assez manifestement, va falloir aller réviser tout cela !

https://oliviervagneux.files.wordpress.com/2014/10/annonce-cand-mehlhorn-0011.jpg


Je passe sur le fait qu’il faille six mois au GOSB pour corriger. Deux mois pour admettre l’erreur, et quatre pour procéder à la correction (même s’il y a deux mois d’été)…

Je souris d’avoir deux mois pour contester la décision devant le Tribunal administratif ; vu qu’elle m’arrange, je n’ai aucun intérêt à cela.

De toute façon, ils peuvent très bien ne rien faire le 08 octobre 2019, je serai eu car je ne pourrais plus contester ma demande, sauf si pour faire durer le plaisir, et m’assurer qu’ils le fassent, je dépose un recours hiérarchique devant le préfet. Mais à quoi bon ? Je reprendrai le temps de faire de nouvelles procédures s’ils se foutent de moi. En attendant, c’est priorité aux municipales !

Bref, courrier personnalisé et lettre recommandé parce qu’ils savent que je suis un emmerdeur.

Et petite satisfaction d’avoir obtenu un résultat, aussi ridicule soit-il. C’est le symbole !

Heureusement quand même que je suis là pour relire leurs délibérations, et leur signaler le cas échéant, qu’ils ont écrit de grosses conneries…