Archives du mot-clé Grand débat national

8 millions € de recettes en plus pour le budget savinien à compter de 2021 ?

C’est trop énorme pour que ce soit vrai !

Et pourtant, les députés ont bien adopté en première lecture le volet recettes du projet de loi de finances pour 2020 qui prévoit que la part départementale de la taxe foncière soit intégralement reversée aux communes à partir de 2021.

Pour Savigny, cela représenterait sur les bases de 2018, un gain annuel de 7,8 millions € !



Il s’agit incontestablement d’une conséquence du Grand débat national, dans lequel ce sont quand même les maires qui sont venus à la rescousse de MACRON, et ont permis d’apaiser la situation en donnant aux idiots aux naïfs le sentiment d’être écoutés voire même entendus. Et donc on les récompense, en leur redonnant du souffle financier.

La bonne nouvelle est que ce transfert n’aura lieu qu’en 2021, ce qui va empêcher les petits comptables aussi peu démocrates que MEHLHORN et BÉNÉTEAU de claquer de suite cet argent en l’enfermant dans un budget primitif 2020 qu’ils veulent absolument voter et commencer à exécuter avant d’être chassés du pouvoir, histoire d’embêter jusqu’au bout du bout.

La mauvaise nouvelle est que même si les Départements recevront une compensation en part de TVA équivalente aux recettes perdues ; de la même manière que les Communes sont intégralement compensées de la taxe d’habitation, on s’avance sur un double-risque :

  • que les Communes connaissent ensuite une diminution progressive de leurs dotations, ou de leurs compensations de taxe d’habitation, ou de la part transférée de taxe foncière.
  • que l’on augmente globalement la TVA pour couvrir la perte de recettes pour l’État liée à la TVA désormais transférée (par exemple en passant le taux normal de 20 à 21 voire 22).

Et ce n’est pas, comme je peux lire, parce que l’État transfère déjà une part de la TVA aux Régions qu’il ne devra pas l’augmenter par la suite. C’est toujours de l’argent qui ne va plus à l’État pour ses missions régaliennes, et donc qui va lui manquer, sauf à ce qu’il en profite pour transférer partie de ces compétences.


Je ne sais donc pas s’il faut réellement se réjouir.

Le Sénat, qui défend davantage le point de vue des Départements, devrait logiquement essayer de s’y opposer, d’autant qu’ils savent aussi bien que moi que les compensations ne seront pas éternelles.

Il est donc encore loin d’être garanti que le volet recettes soit conservé en l’état à la fin du processus législatif.

Quant au reste, si c’est déshabiller l’État pour habiller les collectivités territoriales, attention au renouvellement de la garde-robe qui lui n’est pas pris en compte dans ces transferts, qui ne sont jamais totalement indolores pour le contribuable…

Enfin, pour les Essonniens, je pense maintenant que la majorité départementale qui avait augmenté le taux de taxe de 29 % en janvier 2016, soi disant temporairement, va définitivement renoncer à la diminuer…

Au moins, y aurait-il désormais de l’argent pour à la fois désendetter raisonnablement Savigny et en même temps assumer l’amende SRU…



Sur ma fausse participation au Grand débat national !

Le Grand débat national s’est achevé ce vendredi 15 mars 2019, après trois mois de dégazage vapeur de la cocote minute France : faisons retomber la pression populaire en donnant l’impression que l’État s’intéresse aux citoyens.

Le grand plan de communication présidentiel peut maintenant entamer sa deuxième étape : l’analyse des contributions (de deux millions de Français sur un pays qui en compte soixante-sept millions ; donc c’est un échec), laquelle doit durer un mois.

Puis ce sera la troisième étape avec des annonces immédiates qui, comme par hasard, vont arriver juste avant les élections européennes !

Enfin, la dernière étape consistera à gagner du temps jusqu’aux vacances d’été en saupoudrant par-ci par-là des mesures à longues échéances dont on ne verra jamais l’issue.


Personnellement, je n’ai pas besoin de l’autorisation de Monsieur MACRON pour donner mon avis sur les politiques publiques et le fonctionnement de l’État.

Monsieur MACRON dont j’aimerais toujours savoir où sont passés les 3 millions qu’il s’est fait pour avoir contribué à licencier plusieurs centaines de personnes, et qui a tout claqué en trois ans pour n’avoir plus que 30 000 € de patrimoine au moment de sa déclaration de candidature à la présidentielle !

Moi, j’ai exprimé ma vision dans mon programme aux élections législatives. Il n’a recueilli que 1,14 % parce que seulement 1,14 % des gens pensent comme moi. Je ne vois pas en quoi le Grand débat fera changer les positions.

Donc je n’ai pas participé à remplir les cahiers de doléances, dont je me méfie de toute façon du traitement qui va être accompli par les différents algorithmes et les sociétés missionnées. Et je ne tiens pas à ce qu’on me fasse dire ce que je n’ai pas dit.

Rien que quand tu penses que les politiques se servent des Gilets jaunes pour affirmer qu’il faut revenir sur le cumul des mandats pour avoir des élus plus proches des gens !


Par contre, j’ai participé aux réunions publiques organisées dans ma commune.

Par opportunisme, parce que cela me permettrait de me montrer, et puis de piquer les idées intéressantes des autres pour les ajouter à mon programme municipal de 2020. En quelque sorte, j’ai pris la température.

Mais quand même pas au point de Jean ESTIVILL qui prenait les numéros de téléphone et les adresses mails des profils qui lui semblaient compatibles avec la liste qu’il prépare en 2020.


J’ai entendu les habitants de Grand-Vaux qui ne se sentent plus considérés comme des citoyens.

J’ai ressenti cette obsession de l’argent et du fameux pouvoir d’acheter. Cette volonté de toujours plus d’ultra-libéralisme, perçu comme la seule solution, alors qu’il est la source de nombre de problèmes.

J’ai vu cette partie de la population, méprisante de l’autre, qui propose trop souvent des solutions pour les autres et rarement pour elle. N’allons pas combattre la corruption trop fort au cas où on découvrirait que je fraude… Puis, regardez-vous les mecs !


On prête à CHAMFORT cette maxime : « Tout homme qui, à quarante ans, n’est pas misanthrope, n’a jamais aimé les Hommes ».

À 27 ans, l’estime que j’ai pour les Saviniens n’est pas franchement remontée au moyen de ces débats. À ville-dortoir, population égoïste. Qui plus est manichéenne, persuadée que son mode de vie est le bon, et prête à tout pour le conserver en l’état…

Les mêmes qui vont crier au vivre-ensemble au lendemain des attentats ; mais regarde toi, tu ne vis déjà pas avec les autres. Tu ne vis qu’avec des gens comme toi qui pensent comme toi !


En conclusion, j’ai été là pour faire acte de présence, mais je ne me fais aucune illusion sur la suite. Je pense davantage que MACRON s’en mordra les doigts s’il ne propose pas de solutions concrètes. Déjà qu’il pousse le foutage de gueule très loin à se vanter d’être responsable des premières inflexions que les gilets jaunes lui ont imposés en décembre… (Cf la dernière campagne d’affichage d’En marche !)



Ma proposition volontairement provocante lors du Grand débat national à Savigny-sur-Orge

C’est assez désespérant parce que les Saviniens présents n’ont même pas compris que je m’adressais aussi et surtout à eux…


Thème : Démocratie et citoyenneté


Je voudrais proposer des cours d’éducation civique, morale, juridique et sociale à tous les citoyens français, dès l’école maternelle, et surtout à l’école primaire.

Parce que je suis AFFLIGÉ de constater que les Français (sous-entendu vous tous ici présents) ont besoin d’un grand débat, ou de cahiers de doléances, ou inversement de faire des manifs, pour pouvoir s’exprimer.

Alors que la démocratie, c’est partout et tout le temps ; et pas seulement au moment des élections ni quand le président de la République le décide.

Je vous remercie

(quelques applaudissements ; alors que je n’avais pas spécialement de partisans dans la salle).



Une troisième réunion du Grand débat à Savigny-sur-Orge

Il s’agit d’une réunion publique organisée à l’initiative d’adhérents du parti « La République en marche ».

Elle aura lieu ce lundi 04 mars 2019 de 20 h 00 à 22 h 00 à la maison de quartier de Grand-Vaux.

Elle aura pour thème la démocratie et la citoyenneté.

J’y serai, tout comme je serai à la réunion organisée le samedi 09 mars par Bernard BLANCHAUD et le mercredi 13 mars à la réunion organisée par la municipalité de Savigny.

Je vous invite à y participer aussi.

Je note que le parti n’a pas (encore) jugé bon de déclarer sa manifestation sur le site national dédié.

Je constate que l’information n’est passée qu’à Grand-Vaux pour l’instant, comme si En marche visait surtout un certain public…

Déjà que leur caravane citoyenne n’était venue qu’à Grand-Vaux pour « mobiliser les abstentionnistes ».

J’espère pour eux qu’ils ne comptent pas reprendre la politique électoraliste communautaire de la gauche socialiste qui consistait à s’appuyer sur des voix de citoyens, récemment issus de l’immigration, permettant théoriquement de faire la différence dans un second tour contre les vilains strêmes-droates…