Archives du mot-clé giroflées

À Savigny-sur-Orge, ce n’est pas le maire qui délivre les autorisations de permis de construire ; ce sont les promoteurs immobiliers qui se les octroient !

Je n’avais pas lu à fond le dernier bulletin municipal (été 2018). Mais MEHLHORN vous prend réellement pour des cons ! Certes, il y a une annonce clientéliste à la suite des recours qu’il s’est pris dans la gueule en voulant notamment imposer un immeuble de 12,49 mètres de haut dans la rue des Giroflées. Mais il y a surtout une insulte terrible à notre intelligence, dont j’ai fait une nouvelle campagne d’affichage. Qu’en pensez-vous ?

Extrait d’un affichage réalisé le 20 août 2018


Non, quelques soient les transferts de compétence, et les raisons de droit qui sont invoquées par les voisins dans leur recours, le maire pouvait effectivement s’opposer à la construction d’un tel immeuble, ce que faisait notamment MARSAUDON, pour tous ceux qui le regrettent ! Il lui suffisait de refuser de signer le permis de construire, sinon de le rejeter pour des motifs tenant à la mauvaise insertion du projet dans le quartier.

Mais MEHLHORN, qui avoue enfin ce faisant que son premier PLU a été bâclé et irréfléchi (merci le cabinet CODRA), est un fragile, un soumis, une victime.

Il prostitue notre ville aux promoteurs immobiliers, puis s’étonne qu’elle soit violée, tout en accusant les promoteurs de l’avoir mise sur le trottoir et d’avoir eu des rapports sexuels avec !

Non seulement, c’est un menteur, mais en plus c’est un lâche qui rejette la faute sur les autres. Tant qu’à faire, il m’étonne qu’il n’ait pas encore accusé Nadège ACHTERGAËLE…

Qui a écrit le Plan local d’urbanisme ? C’est sa municipalité qui refuse encore d’en communiquer tous les documents et qui n’a pas tenu compte des prescriptions du commissaire enquêteur.

Que dit le règlement du PLU pour la zone UG ? 13 mètres 00 maximum au faîtage, et 10 mètres MINIMUM au faîtage ! C’est à dire que vous ne pouviez légalement pas faire moins !

Extrait du règlement du PLU de Savigny

Ah mais oui, mais il ne voulait que des immeubles de 10 mètres ! Ben, il l’écrivait dans le PLU au lieu de le dire aux promoteurs, une fois qu’ils se ramenaient avec leur projet clé en main. C’est du droit, c’est pour cela qu’on fait un règlement !

Et notez bien le comportement totalitaire de MEHLHORN sur ce sujet : si un Savinien comme moi vais faire une autre remarque sur un autre sujet de son projet de révision du PLU, il me dira que c’est que je ne veux pas que la hauteur des immeubles en zone UG soit ramenée à 10 mètres !

Comme si mon accord avec ce point (et j’aurais été plus sévère que lui), qui devrait quand même permettre qu’il y ait un étage au niveau des combles, m’obligeait à accepter toutes les autres merdes qu’il va nous imposer avec, comme 70 % de logements sociaux dans toutes les OAP…


Donc la bonne nouvelle, c’est que désormais, les immeubles construits en zone UG (toutes les rues derrières les grandes artères de Savigny dont le côté dont les jardins donnent sur l’artère ont vocation à accueillir des immeubles, tout en gardant des pavillons en face) ne pourront pas dépasser 10 mètres de haut. Enfin, quand le PLU sera révisé, ce qui reste la possibilité d’accorder encore quelques permis de construire supérieurs à 10 mètres dans les deux prochaines années.


Et donc nous avons notre génial édile qui nous explique doctement que ce n’est absolument pas le PLU qui autorisait des constructions à 13 mètres au faîtage en zone UG, mais qu’en fait, c’était la Ville qui disait aux promoteurs qu’elle ne voulait pas que cela dépasse 10 mètres, et puis que les promoteurs proposaient 12,49 mètres, et que c’est pas vraiment le maire qui signait l’arrêté autorisant le permis de construire. On va regarder l’exemple Giroflées.


Alors, à qui appartient la signature en troisième page du document qui AUTORISE et qui aurait pu REFUSER le permis ? Au maire. Lequel en deuxième page n’émet aucune réserve, ou aucune prescription sur la hauteur de l’immeuble ! Ils sont vraiment forts les promoteurs pour le contraindre ainsi à signer, et à transmettre au représentant de l’État. Ce n’est pas un flingue qu’ils devaient avoir, c’est un bazooka pointé sur tous les gens que MEHLHORN aime !


En conclusion, on relèvera que MEHLHORN a entendu son électorat de la rue des Perdrix, de la rue Joyeuse, de la rue Chamberlin, de la rue du Mail et de la rue Vigier, et qu’il fait semblant de faire quelque chose. Quelque chose d’inefficace parce qu’à 10 mètres de haut, vous verrez toujours ce qui se passe dans le jardin du pavillon d’à côté, quand ce n’est pas carrément dans la salle de bains de la voisine d’en face, qui ne pourra plus ouvrir ses fenêtres quand elle y est.


En page 9 du magazine municipal de Savigny-sur-Orge, été 2018



Mon recours gracieux contre le projet immobilier du 10/12 rue des Giroflées

Voici le texte de mon recours gracieux contre le projet immobilier d’un immeuble de 12,49 m dans la rue des Giroflées. Je redis mon opposition à la construction de logement social, surtout lorsqu’elle est aussi stupide. J’écris surtout ma crainte que tout le côté pair de la rue devienne des immeubles… Je le fais pour la forme, et je pense que si 36 000 Saviniens faisaient de même, alors peut-être que le projet ne se ferait pas…


Courrier remis au secrétariat général contre une preuve de dépôt (tampon)

Objet : Recours gracieux contre le permis de construire n° PC 91589 17 10065

Savigny-sur-Orge, le 18 mai 2018

Monsieur le maire,

Par le présent recours gracieux, je sollicite que vous annuliez le dossier de permis de construire n° PC 91589 17 10065, autorisant la construction de 22 logements dont 9 sociaux sur deux terrains situés au 10-12 rue des Giroflées à Savigny, pour les raisons suivantes :

– La construction doit atteindre 12,49 mètres de hauteur, ce qui va défigurer le quartier des Fleurs, essentiellement pavillonnaire. Elle va créer un déficit d’ensoleillement sur les propriétés situées à proximité de l’immeuble, et une situation de vis-à-vis, insupportable pour les pavillons de la rue qui vont perdre en intimité.

– Une telle construction nécessite de solides fondations. Or, le forage réalisé en un seul point du terrain, entre seulement 2 et 3 mètres de profondeur, révèle une perméabilité qui se dégrade brutalement, sur la fin du test, donnant à craindre pour la stabilité générale du bâtiment en cas de fortes pluies. Par ailleurs, il est de notoriété publique qu’il y a des sources dans le quartier, et notamment un ancien puits sur ce terrain, lui-même situé à l’entrée à droite de la parcelle du 10.

– Le projet architectural semble négliger la déclivité de la rue, pourtant très en pente. Le bâtiment, par sa forme très rectiligne, rompt avec les autres immeubles que l’on peut trouver ailleurs dans Savigny, en tant qu’il n’accepte pas de décalage, que pourrait notamment être des balcons. La rétrocession de la bande de deux mètres pose enfin des questions d’intérêt et de légalité.

– La sortie de parking, comprenant un nombre insuffisant de places dès lors que les résidents auront plusieurs voitures, donne sur la rue des giroflées, ce qui va compliquer une circulation déjà difficile. Vous n’ignorez pas que la rue est déjà bombée et difficilement praticable à double-sens lorsque deux voitures veulent s’y croiser, sans parler de la raideur des angles droits au carrefour des rues. Au-delà de la rue des Giroflées, la circulation à double-sens est déjà difficile dans les rues voisines des Œillets et des Camélias… Les camions de travaux risquent donc d’achever de la bloquer pendant plusieurs mois. Précisons au demeurant que votre excellence l’ambassadeur du GOSB à Savigny n’a d’ailleurs pas prévu de refaire cette rue… Par ailleurs, vous savez que la circulation dans le quartier est régulièrement interrompue aux heures de pointe, du fait d’un feu rouge mal réglé qui est au bout de la rue des Coquelicots. Vous allez donc aggraver une situation que vous ne maîtrisez déjà pas, avec plus de sorties de voitures qui vont créer plus de ralentissements.

– Les terrains se situent possiblement sur une zone protégée du fait de la proximité d’un monument historique ; une information invérifiable en tant que vous en dissimulez illégalement la carte du PPMH des documents du Plan local d’urbanisme

– Enfin, la construction de cet immeuble préfigure la construction d’autres immeubles de rapport sur tout le côté pair de la rue des giroflées. Dans votre délire idéologique d’atteindre un quota de 25 % de logements sociaux, vous faites perdre son âme pavillonnaire à notre ville, même si vous le contestez publiquement, preuve que vous n’avez ni lu ni compris le PLU que vous avez fait voter.

C’est donc pour toutes ces raisons, que je vous demande, Monsieur le maire, de bien vouloir revenir sur votre décision et d’annuler le permis de construire n° PC 91589 17 10065.

En vous remerciant de votre attention, je vous prie d’agréer Monsieur le maire, l’expression de ma considération distinguée.

Olivier VAGNEUX