Archives du mot-clé Gilead

Hydroxychloroquine et remdesivir

Complotisme toujours. Comment voulez-vous encore avoir confiance dans les institutions de santé, après ce nouveau scandale sanitairo-économique du remdesivir ?

Et quelle conne que cette Commission européenne qui en a acheté 500 000 doses début octobre, alors que nous savons (enfin moi qui lis France Info), depuis au moins cinq mois, comme tous les gens qui lisent la presse, y compris la presse mainstream, que le remdesivir ne fonctionne pas plus que l’hydroxychloroquine, avec en plus le fait qu’il provoque des problèmes rénaux aigus !

Je pense que les citoyens sont de plus en plus nombreux à ne plus faire confiance, et à douter de leurs institutions, parce qu’on les prend pour des cons, et que les intérêts financiers des uns et des autres, comme les manœuvres d’influence, sont de plus en plus visibles, en tout cas de moins en moins dissimulées, avec ce sentiment puant qu’on se fout de notre avis et que leurs intrigues aboutiront quand même.


  • Pourquoi The Lancet n’a-t-il pas autant remis en cause l’efficacité du remdesivir que de l’hydroxychloroquine ?
  • Pourquoi les articles doutant de l’efficacité du remdesivir n’ont-ils pas obtenu le même succès dans la presse que ceux contre l’hydroxychloroquine ?
  • Pourquoi la Commission européenne a-t-elle quand même acheté ce médicament alors que les résultats préliminaires de Discovery (interrompus avant la fin au motif qu’il n’y avait plus assez de personnes malades pour promouvoir des résultats sérieux) montrent que les gens qui en prenaient, guérissaient autant que ceux qui n’en prenaient pas ?

Moi, je pense qu’une partie de ces réponses réside dans le fait, à la fois que le patron de Gilead, était un « proche » de TRUMP, qui en président patriote, soutient l’industrie américaine, quitte à faire fabriquer un produit américain qui ne fonctionne pas. Et même si on le déteste, quand la président de la première puissance mondiale parle, on le craint.

Et puis maintenant que TRUMP dégage, enfin l’OMS ose dire quelque chose de contradictoire, avec ce paradoxe que TRUMP les détestait et donc qu’ils n’avaient pas besoin d’attendre tout ce temps. Comme si TRUMP avait eu raison de les accuser de faire le jeu de la Chine, ce qui n’est pas faux puisque le docteur Tedros a été élu avec le soutien des Chinois.

Enfin, complotisme suprême : BlackRock. Ce n’est que 2 à 4 % du capital, mais ils sont à la fois derrière Gilead qui fabrique le remdesivir mais aussi derrière le groupe éditorial néerlandais qui publie The Lancet.


Bref, je pense que RAOULT et l’hydroxychloroquine ont juste payé de ne pas être soutenu par BlackRock ou un grand groupe financier international.

Avec cette hypocrisie qu’on a bien voulu tester d’autres médicaments qui ne fonctionnaient pas plus, mais qu’il ne fallait surtout pas expérimenter l’hydroxychloroquine.

Et puis Gilead, qui depuis Ébola, pour lequel virus on a créé le remdesivir, essaie de le fourguer comme solution à chaque nouveau virus…

Oui, j’ai moins confiance.



Pourquoi je ne suis pas pressé de me faire vacciner contre le Covid-19…

Je lisais dans Le Figaro du 12 novembre 2020 un sondage qui indique qu’un Français sur deux affirme qu’il ne se fera pas vacciner contre le Covid-19.

Je suis personnellement de ceux-là, n’aimant pas beaucoup pas le principe de rendre obligatoire un vaccin qui a moins d’un an, quand la procédure ordinaire de mise sur le marché d’un vaccin prend cinq à dix ans.

Je me délecte surtout de lire que le président de Pfizer a vendu pour 5,6 millions de dollars d’actions personnelles le jour de l’annonce de son vaccin efficace à 90 % (je n’ai en plus pas l’impression que ce taux d’efficacité soit énorme…) et sa vice-présidente pour 1,8 million de dollars.

Et je ne suis pas plus pour le vaccin russe, dont on a appris le lendemain de l’annonce de l’efficacité du vaccin occidental à 90 % que celui-ci l’était à 92 % ; même si j’ai plus confiance dans la technologie des adénovirus transformés que dans celle de l’ARN messager.

Je précise que je ne crois pas que Bill GATES veuille nous faire vacciner pour nous injecter une puce GPS qui fonctionne à la 5G, surtout qu’il a déjà tout internet pour nous fliquer s’il le veut. Mais d’aucuns me disqualifieront quand même de « rassuriste » voire de « complotiste »


Ma principale réticence vient de l’absence d’observations dans le temps d’éventuels effets secondaires d’un tel vaccin.

Je trouve franchement irresponsable de déjà réfléchir à faire vacciner tout le monde, sur quelque chose dont on ne sait rien, et dont on ne pourra réellement rien savoir avant plusieurs générations. Ah ben, on va pas attendre jusque-là, me dira-t-on…

Que l’on vaccine certaines personnes, notamment les plus âgées, comprendre aussi celles qui ne sont plus en âge de se reproduire et donc de transmettre des conséquences éventuelles de cette vaccination, je le comprends.

Mais jusque-là, je n’ai pas chopé le Covid-19 parce que j’ai fait attention. Je n’ai d’ailleurs pas découvert l’hygiène le 17 mars 2020.

Surtout qu’en plus, nous ne savons toujours pas quelle est la durée de l’immunité de la maladie…

D’autant plus si soudainement, le Covid-19 mute un peu autrement que ses 18 modifications de génomes identifiées depuis son apparition, le vaccin sera-t-il toujours efficace ?

Avez-vous d’ailleurs observé la panique quand on a découvert que les visons d’élevage pouvaient porter une version de la maladie qui serait résistante au vaccin ?


Il y a une hypocrisie hygiéniste terrible en France et à la fois complètement paradoxale.

C’est à dire que d’un côté, on veut créer des immunités artificielles, y compris contre des maladies que l’on ne rencontrera normalement jamais.

C’est bien gentil de vouloir vacciner contre le papillomavirus, mais si tu n’es pas une pute, dans l’idée que tu as des relations sexuelles protégées avec un même partenaire régulier, alors tes risques de souffrir d’un papillomavirus sexuellement transmissibles, voire d’un cancer du col de l’utérus, sont quand même super faibles.

Et le truc qu’il est d’ailleurs interdit d’écrire est que le vaccin contre le papillomavirus semble accélérer le développement du syndrome de GUILLAIN-BARRÉ, chez des gens qui l’auraient quand même eu, mais plus tard dans leur vie.

Il est d’ailleurs très instructif de voir les arguments des campagnes des laboratoires pour essayer de rendre tel vaccin obligatoire, même quand ceux-ci n’existent pas encore comme par exemple contre la chlamydia.

Là encore, si tu n’as pas décidé de transformer ton utérus en banque à MST, tu ne risques normalement pas de l’avoir. Et le pire est que discutant très sérieusement de ce sujet avec un professionnel du milieu, il m’a répondu que oui, mais que si on se faisait violer !!!

Et puis de l’autre côté, les hôpitaux, les cliniques et les obstétriciens et donc les cadres de santé, qui pour rentabiliser les actes, privilégient l’accouchement par césarienne à l’accouchement par les voies naturelles, qui est la meilleure immunisation possible pour un bébé qui dispose encore du système immunitaire de sa mère.


Je ne suis pas pour le tout vaccin, même si je reconnais leurs apports dans la médecine des XIXe et XXe siècles.

Et là aussi, quelle hypocrisie, parce que PASTEUR, tout comme son équivalent allemand KOCH qui s’est décrédibilisé avec sa tuberculine, étaient les RAOULT de leur époque.

PASTEUR a quand même inoculé un vaccin contre la rage, qui n’avait jamais été testé sur l’homme, à un enfant dont on pense de plus en plus qu’il n’avait jamais été malade.

À la relecture, peu importe dans la mesure où il avait établi le principe du vaccin qui s’est révélé efficace, au moins sur les patients dont on est certain qu’ils auraient eu la maladie. Mais ce n’est pas sérieux ni scientifique.

Le même PASTEUR, mais c’est l’époque, qui voulait inoculer des maladies mortelles à des condamnés à mort pour pouvoir essayer de les soigner.

Mais nous ne valons guère mieux aujourd’hui que PASTEUR et KOCH avec les laboratoires comme Gilead qui parce qu’il ne sait pas quoi faire du remdésivir essaie de le fourguer pour lutter contre le premier nouveau virus venu, et réessaiera au prochain.


En conclusion, je passe mon tour pour le vaccin contre le Covid.

Je n’écris pas que je le ferai jamais.

Mais je préfère encore m’astreindre à porter un masque quelques années encore, qui protège les autres du Covid mais également de toutes les autres maladies que je pourrais leur transmettre.

Puis s’il n’y a pas d’effets secondaires immédiats, alors peut-être, on verra…

Car je pense enfin aussi et quand même que plus vous immunisez une population contre une maladie, et plus vous préparez la suivante en forçant cette première à s’adapter.