Archives du mot-clé Gâtines

Municipales 2020 à Savigny-sur-Orge : comment Olivier VAGNEUX vient de perdre les voix du quartier de la Mairie

Je prends un malin plaisir à me montrer puant. C’est un ami, et probablement électeur, de Jean-Marc DEFRÉMONT (mais j’aurais pris la même liberté avec n’importe qui d’autre) qui m’écrit gentiment, à la tête d’un collectif de riverains, qu’il ne veut pas qu’on bétonne son quartier (Mairie) et qu’il souhaiterait qu’on construise un parc autour de la mairie.

Et non content de lui dire que son projet de parc ne m’intéresse pas (plus exactement qu’il n’est pas faisable en l’état pour des questions de droit), je me permets surtout de lui renvoyer dans la gueule qu’il aurait pu être un petit peu plus solidaire du reste de Savigny, et par exemple participer à l’enquête publique sur le projet de modification du Plan local d’urbanisme, ou signer ma pétition contre le bétonnage de TOUT Savigny. Mais qu’il ne l’a pas fait…

Je ne me suis pas engagé en politique pour du clientélisme électoral. Les gens qui ne pensent qu’à leur gueule, parce qu’ils n’ont pas compris que nous étions tous interdépendants, et encore plus quand ils sont de gauche et qu’ils passent leur temps à te faire la morale, type « ils veulent du logement social pour Savigny, mais pas à côté de chez eux… » ; ils n’ont qu’à aller voter pour Jean-Marc DEFRÉMONT. Moi, je me passe de leurs voix !

Et si je perds car il me manque ces quelques suffrages, je m’en fous, parce que je suis à l’abri aux Gâtines, et que surtout je suis le seul qui fera vraiment quelque chose contre le bétonnage. Jean-Marc et Bernard sont mignons, mais ils cèderont à la première remarque du préfet.


Moi, je refuse le bétonnage de TOUT Savigny,

et donc du quartier Mairie aussi !

Mais je ne m’engagerai pas contre le bétonnage

du quartier Mairie spécialement !




Mes mésaventures avec la Poste, ou quand le facteur signe mes recommandés à ma place ou indique faussement qu’il me les a présentés

Si j’étais jusque là plutôt épargné aux Gâtines par les mésaventures de la Poste, je viens d’en vivre trois en un mois pour les moins désagréables.

Ma famille, aussi aux Gâtines, subit également, tout comme mes voisins, entre les courriers qui arrivent avec un mois de retard, et les lettres recommandés livrées chez les voisins…

Sauf que comme il n’y a que moi qui suis assez dingue pour perdre 16 minutes au 3631, il n’y a que moi qui ait des dédommagements, tandis que les autres ont juste des mails d’excuse !


Il y a un mois, le 16 octobre 2019, c’est un recommandé du Conseil d’État qui m’arrive sans liasse de recommandé.

Donc je les appelle au 3631, et ils me demandent le numéro de recommandé que je n’ai pas.

Donc je contacte le greffe de la section du contentieux au Conseil d’État, qui m’avait envoyé le courrier, qui me dit que lui n’est pas capable de me donner le numéro, mais que je l’ai de toute façon bien reçu au 05 octobre 2019.

Donc quelqu’un l’a signé à ma place !!! Et a en plus arraché la liasse du recommandé…

Heureusement donc que ce n’était pas une procédure avec un délai à respecter. Et heureusement que quelqu’un me l’a quand même mis dans ma boîte.

À noter que le greffe, très compréhensif, me l’a ré-adressé pour me le notifier dans les formes du code de procédure civile, comme si cela ne les étonnait pas.


Il y a deux semaines, je reçois un recommandé du Tribunal administratif de Versailles.

Et je ne sais pas pourquoi je vais voir le parcours qu’il a accompli sur le site pro de la Poste.

Et donc là, je découvre que c’est une deuxième présentation, alors que je n’ai jamais reçu la première.


Et alors là encore plus fort, vendredi 08 novembre 2019, je reçois un avis de passage daté du jeudi 07 octobre 2019. Or, il n’y avait rien dans ma boîte jeudi soir.


Et quand je vais suivre le courrier, je découvre, outre qu’il a trainé une semaine dans leurs locaux, qu’il a été sorti, qu’on est censé me l’avoir présenté une fois, puisque je suis en attente de seconde présentation, que le facteur n’a pas inscrit qu’il avait déposé l’avis de passage, et donc qu’ils le sortent puis le rentrent sans me le présenter…


Et quand je vais voir le site de la Poste, il n’y a aucun problème…


Donc j’ai fait une réclamation, et ils devraient m’offrir une lettre suivie 20 g, voire 50 g !

Encore une fois, ce n’est ni la consultation municipale, ni le relais postal communal, qui changera quoi que ce soit.

Comme tant d’autres services publics, la Poste ne fonctionne plus qu’avec la conscience professionnelle de ses agents…

Alors qu’il suffirait d’améliorer un peu leurs conditions de travail pour que l’absentéisme diminue, et que les services repartent fonctionnement.

Après, si la Poste restait sur son cœur de métier qui est la distribution du courrier, plutôt que de faire de la banque et de l’assurance, et maintenant de l’aide à la personne…



SCOOP ! Deux Saviniens garés sur l’aire de covoiturage du cimetière Champagne à Savigny-sur-Orge (Essonne)

Arrêtez tout ce que vous êtes en train de faire !

Notre rédaction a enfin trouvé deux Saviniens qui ont utilisé l’unique aire départementale de covoiturage à Savigny-sur-Orge, située devant le cimetière du Plateau.

Alors démarche écologique sincère, ou opportunité surprise pour sauver la planète ? Sur place, nous les avons rencontrés pour comprendre leurs motivations.


Savigny-sur-Orge, le mercredi 17 juillet 2019. Claire V. 19 ans et Olivier V., 27 ans, sont deux habitants du quartier des Gâtines. (Si, si, représente)

Ils roulent dans une C3 diesel de 2011, d’un adorable bleu ciel, qui est Crit’Air 2, et qui ne pourra plus rentrer dans la Zone à faible émission (ZFE) de la Métropole du Grand-Paris à partir du 1er janvier 2024. Big up au conseiller métropolitain savinien Sébastien BÉNÉTEAU qui a voté l’interdiction, bien que n’étant pas élu dans la zone concernée.

Mais ils s’en foutent, parce que la voiture affichant 110 000 km, ils en auront bien acheté une nouvelle d’ici là pour soutenir l’absolument pas polluante industrie de l’automobile. Rappelant au passage que la pollution automobile ne représente que 15 % des pollutions françaises, mais chut ! Et puis, en Tunisie, 200 000 km, ce sera toujours une première main !


Olivier V. commence : Nous nous rendions au cimetière pour nous recueillir car cela fait un an que notre grand-mère est décédée.

Claire V. poursuit : Quand nous sommes arrivés, les places étaient libres, et mon frère qui me fait la conduite accompagnée (premier soupir) m’a dit : « Gare-toi là, je vais faire un article pour me foutre de la gueule de MEHLHORN. (deuxième soupir) »

Olivier V. réagit, une pointe de xénophobie dans la voix : Pour une fois que ces places ne sont ni squattées par des Roumains, ou des camions qui ne peuvent pas se garer sur l’aire poids-lourds qu’il n’y a pas.

Claire V. très gênée : C’est surtout qu’en se garant à ce niveau-là, on évitait une manœuvre dans l’avenue Charles-Mossler, et on pouvait reprendre directement l’avenue Robert-Leuthreau.

Olivier V. reprend : Ces places sont plutôt une bonne idée. C’est la première fois que je m’en sers, et cela me ferait presque oublier que la majorité départementale de M. MEHLHORN a augmenté de 29 % la part départementale de la taxe foncière en 2016.

Claire V. poursuit : En même temps, nous n’allions pas nous garer dans le cimetière…

Olivier V. rebondit : Il faudrait alors que mon médecin traitant daigne me recevoir en consultation au moins une fois par an afin de me délivrer un certificat médical désormais nécessaire à obtenir l’autorisation d’entrer mon véhicule dans le cimetière, évidemment à renouveler tous les ans, au cas où je sois une personne âgée qui ait soudainement retrouvée ma jeunesse d’une année sur l’autre. Je dis donc Merci MEHLHORN !

Claire V. change de sujet : C’est dommage qu’il n’y ait pas d’autres places de covoiturage ailleurs dans Savigny, parce que franchement au cimetière, cela ne sert pas à grand chose…

Olivier V. ré-intervient : Déjà qu’il n’y a pas de stationnement résidentiel dans Savigny… Et puis on pourrait aussi élargir la durée des zones bleues, et mettre en place un système de stationnement en zone orange sur une demi-journée. Et est-ce qu’on parle des tarifs du parking Davout, et du gâchis de la gare routière, et des bus qui stationnent le moteur allumé…


Notre rédaction, comprenant un peu tard avoir lancé un candidat aux élections municipales, qu’elle ne pourrait plus faire taire, a arrêté là l’entrevue, malgré les propositions qu’il continuait d’égrainer encore plusieurs minutes après.

Mais une rumeur persistante veut qu’un autre candidat aux élections municipales, un certain Bernard B., ait encore plus de propositions, et qu’elles soient encore meilleures, et que même que quand nous les connaîtrons, mais pas trop tôt pour que les autres candidats ne puissent pas les copier, alors nous serons tous ébahis et impressionnés !