Archives du mot-clé fraude électorale

Droit de suite : Éric MEHLHORN fait réaliser et imprimer des documents (illégaux) sans souhaiter les distribuer ensuite !

Mais qu’est-ce que c’est nul comme excuse !

Du type oui, j’ai roulé à 210 km/h au lieu de 130 ; mais comme je n’ai tué personne, alors c’est pas grave.

Ici, c’est : « oui, j’ai enfreint l’article L.52-1 du code électoral en réalisant en période électorale un document de promotion d’un autre mandat que je détiens sur le territoire de la commune« .

Mais comme je ne l’ai pas distribué, même si VAGNEUX l’a trouvé, alors ce n’est pas grave, et cela ne porte pas à conséquence.

Bah, on verra l’avis de la CNCCFP sur la question, et puis on aura aussi l’avis du Tribunal administratif puisque je ne doute pas que David FABRE va le rajouter dans son recours qu’il a annoncé dans la presse…


Cette réponse est typique de la déresponsabilisation coutumière d’Éric MEHLHORN.

Ce n’est jamais sa faute ! Ce sont toujours les autres.

Ici, on imagine donc que ce sont VERMILLET ou DUROVRAY qui l’ont forcé à faire ce tract !

Parce que sinon à quoi bon commettre un tel document si ce n’est pas pour le distribuer ensuite ?

Et puis, le ridicule du partage des tâches. Il n’aurait pas la décision pour réaliser le tract mais il aurait la décision pour distribuer le tract. Ce n’est pas très efficient tout cela…



Enfin, ce que je préfère, et qui montre que soit MEHLHORN ne gère pas son compte Facebook, soit qu’il ne connaît pas ses amis (qui le tutoient) est que le même mec (plutôt la même nana) qui lui a dénoncé mon article l’insultait 4 jours avant, et que même Augusto CLARA-SILVERIO qui est un colistier de MEHLHORN, aimait cette publication pourtant hostile à MEHLHORN, qu’il ne devait manifestement pas comprendre ! Des trolls et de leur logique…



Scandale : Brigitte VERMILLET et Éric MEHLHORN font leur campagne municipale aux frais du Département de l’Essonne !

Tiens David FABRE, je t’apporte de la matière pour ton recours visant à faire invalider l’élection municipale à Savigny. Il s’agit d’une infraction à l’article L.52-1 du code électoral, relativement au financement des campagnes électorales, commise par Éric MEHLHORN. Mais tu n’oublieras pas d’écrire à la Commission des comptes de campagne  (CNCCFP) pour t’assurer que notre ami l’a bien inclus dans ses comptes de campagne !


En effet, en droit, le deuxième alinéa de l’article L.52-1 du code électoral dispose que :

« A compter du premier jour du sixième mois précédant le mois au cours duquel il doit être procédé à des élections générales, aucune campagne de promotion publicitaire des réalisations ou de la gestion d’une collectivité ne peut être organisée sur le territoire des collectivités intéressées par le scrutin. »

En l’espèce, la campagne n’est toujours pas terminée, donc l’interdiction de publicité continue de s’appliquer, jusqu’au 28 juin 2020 inclus. Donc il y a fraude électorale.


Ah, ils ne sont vraiment pas malins nos bons amis, dont il convient ici de relever l’indécence d’une communication de bilan de crise, alors même que celle-ci n’est pas finie.

Tout cela parce que cela faisait trop long d’attendre le 29 juin, alors que Orly ré-ouvre le 26 juin, et puis qu’on sait bien que les gens n’ont rien à faire d’une communication envoyée fin août (parce que la pré-campagne électorale en vue des élections départementales doit commencer le 1er septembre).

Ok, vous avez pris 12 mesures d’urgence. Mais ne croyez-vous pas que tout le monde s’en fout ? Que vous feriez mieux d’intensifier la communication à destination des principaux intéressés et de garder notre argent justement pour lutter contre le Covid-19 à votre échelle ?

Puis qu’avaient-ils besoin de mettre leurs noms et leurs photos, comme si c’était eux personnellement qui nous avaient sauvés, alors que n’importe qui à la place aurait fait strictement la même chose ! Et peut-être même mieux.

Pour des gens qui sont dans le sérail depuis 20 ans, ce sont vraiment des amateurs ! On dirait que c’est leur première campagne !





Municipales 2020 à Savigny-sur-Orge : Olivier VAGNEUX accuse Alexis IZARD de fraude électorale

Je l’accuse, mais c’est quand même David FABRE qui fait tout le sale boulot en portant la contestation en Justice, et en requérant l’inéligibilité du candidat En marche, ce qui n’est pas pour me déplaire pour une fois que je n’ai pas à me salir les mains et à cultiver mon aspect procédurier.

On me demande à ce propos de rappeler que déjà en 2008, David FABRE était plus ou moins derrière le recours de François DAMERVAL contre la réélection de Jean MARSAUDON. En tout cas qu’il l’avait encouragé car cela l’arrangeait bien. Mauvais joueur, ai-je écrit ?


Je précise que je vais aussi me concentrer sur le factuel de ce que j’ai pu voir et constater personnellement et pas sur les nombreux on-dits, que je vais quand même citer, qu’il aurait acheter de la publicité sur Facebook ou que le financement de sa campagne, et notamment de son local, ne respecteraient pas les règles du code électoral.

De la même manière, je ne m’interrogerai pas de savoir s’il vit réellement à Savigny, ni de savoir comment il a obtenu son travail à la Banque publique d’investissement, ni quelle est l’activité réelle de sa société civile immobilière. Non, je vais vraiment me concentrer sur ce qui s’est passé le jour du dimanche 15 mars 2020.


Il faut d’abord savoir que Alexis a fait imprimer un bulletin de vote recto/verso. Ce qui est autorisé mais que personne ne fait parce que cela coûte plus cher.

À écrire vrai, je n’en comprenais d’ailleurs pas l’utilité avant de voir l’usage qu’en a fait Alexis, qui est très malin, mais illégal par rapport à la circulaire préfectorale relative à l’organisation du bureau de vote.


Sur une page, il a mis sa gueule et son nom en énorme.

BV-Izard-R


Et sur l’autre page, il a mis sa liste.

BV-Izard-V


Et donc, Alexis, prenant manifestement ses électeurs pour des cons illettrés, a demandé à ce que ses bulletins de vote soient présentés du côté de sa photo pour que les gens le reconnaissent plus facilement.

Le subterfuge a duré deux/trois heures, sur au moins trois bureaux de vote, avec la complicité de quelques présidents, notamment Daniel GUETTO, avant que l’administration municipale et les assesseurs de plusieurs candidats, dont une des miennes, obtiennent que les bulletins soient remis du bon côté, et que cela soit consigné dans le PV.

Les témoignages sont accablants. Il y a quand même eu des pressions de l’équipe du candidat sur des agents de l’administration municipale pour que les bulletins soient volontairement laissés du mauvais côté.


Mais ce n’est pas grand chose à côté de ce qui s’est passé au bureau de vote Châteaubriand plus de la moitié de la journée.

À partir de midi, on a commencé à me signaler un regroupement de jeunes devant ce bureau.

Je n’ai repris ma tournée des bureaux de vote que vers 13 heures 30.

Et c’est en arrivant devant l’école maternelle, à 14 heures 54, que je vois effectivement un groupe de sept jeunes hommes parmi lesquels au moins deux colistiers de IZARD.

Et c’est en faisant mine d’aller vérifier que mon affiche est encore en place, que je tombe sur cette scène surréaliste.

Alors qu’une dame arrive pour voter, un des jeunes lui tend un papier, que j’identifie comme étant un bulletin de vote IZARD, et lui dit :

« Hé Madame, vous pouvez voter pour nous ? Je suis sur la liste. Pour me faire plaisir. »

Par terre, il y a plusieurs bulletins de vote en liasse avec le mien en premier, comme si des enveloppes avaient été ouvertes pour n’en garder que le septième bulletin.

Je finis ma tournée, non sans aller le poucaver (le dénoncer) au bureau centralisateur qui me dit en avoir déjà été informé (par qui ?), et avoir déjà envoyé une patrouille de Police municipale, et j’interpelle ensuite IZARD par SMS.

Screenshot_2020-03-17-08-18-10

Screenshot_2020-03-17-08-18-15


Je reviens vers 18 heures 30. Le groupe est toujours là, cette fois accompagné d’Alexis, d’Arezki MAMERI et même d’un colistier de Bernard BLANCHAUD ! Ce qui ne me semble pas tellement plus légal, parce que pouvant toujours influencer…

Je discute avec Alexis. Ce que je raconte (que j’ai vu un jeune tendre un bulletin à son nom à une dame) est impossible selon lui parce qu’il n’a fait imprimer que les bulletins qu’il a donné à la Commune pour la mise sous pli et les bureaux de vote.

Au passage, prends-moi pour un con. Tu sais quand même que tu dois garder trois bulletins à remettre à la préfecture pour pouvoir te faire rembourser par l’État à la fin ?

J’ai une conversation avec d’autres, pendant laquelle je me fais notamment menacer, pour avoir publié la photo de deux d’entre-eux dans le local de campagne de IZARD en affirmant que Alexis rencontrait alors les frères musulmans de Savigny.

J’y reviendrais dans un prochain article.


Enfin, j’apprends vers 19 heures 55 qu’arrive pour voter un groupe de jeunes qui ne semblent jamais avoir voté de leur vie, et qui sont un peu perdus.

Manifestement qu’un tour des immeubles a été accompli pour qu’un maximum de personnes se déplacent pour voter.

C’est ensuite le dépouillement, et tandis que IZARD obtient son record à Ferdinand-Buisson avec 24,9 %, il fait plus ou moins mystérieusement ici 43 %, soit 205 voix.


Plusieurs questions demeurent désormais :

  • Le jour d’une élection, la place d’un candidat est-elle devant un bureau de vote pendant plusieurs heures ?
  • Le fait de désigner ou de tendre un bulletin de vote à un électeur peut-il orienter son vote ? Les gens ont-ils vraiment si peu de convictions ?
  • La présence du groupe de jeunes a-t-elle pu intimider ou décourager certains d’aller voter ?
  • Dans quelle mesure le scrutin devient-il insincère dès lors que l’on va chercher des gens pour voter ?
  • IZARD était-il informé de tout cela, et a-t-il consciemment fraudé, parce que c’est bien de la fraude ?

Je trouve que La République en marche est tombée bien bas si elle est obligée de s’abaisser à ce genre de pratiques clientélistes et communautaires pour trouver des voix…

Dans tous les cas, mon témoignage n’est pas isolé. Et je sais que certains ont des photos, voire des vidéos ou des enregistrements à ce que j’en aurais compris.

J’imagine qu’on en retrouvera d’ailleurs certains dans le recours de David FABRE qui n’a d’ailleurs pas fait 5 % sur ce bureau…



Municipales 2020 à Savigny-sur-Orge : David FABRE a déposé un recours demandant l’annulation du premier tour

Mauvais joueur, notre David ? Sa non-qualification pour le second tour, pour quelques quarante voix qui lui auront fait défaut, en a effectivement surpris plus d’un ; qui pour beaucoup s’attendaient à une quinquangulaire.

Au lendemain du premier tour, ils étaient trois candidats, avec Bernard BLANCHAUD et Antoine CURATOLO, à vouloir demander l’annulation de l’élection du fait du coronavirus. Finalement, seul David FABRE semble être allé au bout de sa démarche.

Pour autant que David ne m’ait pas laissé lire son mémoire, sachant pertinemment que je ne résisterai pas à l’irrépressible envie de tout partager avec vous, je retiendrai quand même les deux moyens de fraude électorale visant le candidat IZARD et pouvant déboucher sur rien de moins qu’une peine de trois ans d’inéligibilité. Je témoignerai moi-même dans un prochain article de ce que j’ai pu constater, notamment devant le bureau de vote Chateaubriand.

Il y aurait encore de nombreux moyens à soulever, mais j’ai promis à David de ne pas trop en dire : sur les colistiers de CURATOLO qui ont découvert être sur la liste le jour de l’élection (mais qui ont quand même signé l’attestation CERFA et donné une pièce d’identité), sur la prise en compte des bulletins nuls, sur les erreurs de signature à Ferdinand-Buisson, sur la différence d’inscrits entre les chiffres de la préfecture et ceux de la Commune, sur le Covid-19, etc


Maintenant, intéressons-nous plutôt de savoir où David veut en venir avec ce recours.

Je veux dire à part pour dégager IZARD, pas tellement parce que Alexis a triché ce qui lui permet de se retrouver avec 43 % aux PSM, mais davantage parce que l’élève a dépassé le maître, et que le professeur jaloux ne le supporte pas.

David qui avait un sondage qui le donnait à 30 ; et qui tout au long de la journée du premier tour, n’a cessé de me rabaisser, en me rassurant que je devrais juste être au-dessus de 5 %, ce qui me permettrait quand même d’être remboursé.

Et qui raconte aux uns qu’il envisage de ne pas se représenter si une nouvelle municipale devait avoir lieu, et dans le même temps dit aux autres qu’il est déjà parti, et qu’il va tout gagner.

Ce qui est sûrement possible à la condition qu’il dégage SPICHER de ses soutiens ; laquelle n’a cessé pendant toute la campagne de raconter à tout le monde qu’elle ne croyait pas en ses chances…


Je voudrais d’abord réécrire à David que son recours ne sera pas jugé avant neuf mois ; lui qui semble s’imaginer qu’on aura un jugement avant juin.

Bref, s’il gagne, on part pour revoter en mars 2021, en même temps que pour les élections départementales, ce qui permettrait alors d’infliger une double défaite à MEHLHORN !

Ensuite, que même si je l’aime bien parce que c’est le seul à n’avoir jamais arrêté de me parler depuis 2013, il pourra passer de 10 à 15 %, mais qu’il ne dépassera plus 20.

Bref, qu’il est crâmé, et que je ne vois pas l’intérêt pour lui de recommencer une campagne, même s’il a cela en lui et qu’il vit au travers des émotions de la conquête du pouvoir ; de ce respect que tout le monde a pour toi deux semaines avant l’élection juste au cas où tu passerais…

Surtout que l’annulation de l’élection ne remboursera pas plus BLANCHAUD de ses dépenses, et qu’il ne devrait pas pouvoir repartir, sauf peut-être derrière David. Ce qui est peut-être aussi un élément recherché par FABRE ?

Et si jamais elle devait mettre IZARD hors course, nul doute qu’il serait remplacé par un autre bon petit soldat de la Macronnie, qui ferait peu ou prou le même score en fonction des résultats du président.

Au final, même avec mon retrait qui ne se traduirait pas par un report de voix pour David, je ne vois pas bien où il veut en venir, si ce n’est qu’encore une fois, il vise juste une place d’élu, en figurant au second tour, pour servir sa notabilité personnelle et professionnelle. Pour pouvoir avoir une ligne de plus sur son CV et sa carte de visite.


Je répète pour finir que je n’ai pas intérêt à ce qu’il y ait de nouveau un premier tour pour mieux profiter de ce second tour dans lequel je suis la dernière liste citoyenne en course.

Sauf si j’étais élu à l’issue de ce second tour, auquel cas je n’en aurais rien à faire car les nouveaux sortants sont généralement, mais pas toujours, reconduits pour qu’on leur laisse le temps de faire leurs preuves.

La cohérence avec moi-même voudrait aussi que je ne commence pas à faire mon FABRE, mon DEFRÉMONT ou mon GUYARD, et que je me retire aussi si j’ai perdu, donc que je ne participe pas à ce nouveau premier tour.

Et je pense toujours que David ferait une erreur de se représenter si tôt, car dans une dynamique défavorable, c’est dès à présent que ses électeurs le lâcheraient partiellement pour d’autres qui ont plus de chances de victoire, et donc qu’à mon avis, il passerait de 10 à 8…