Archives du mot-clé FN

Sur la mauvaise idée du changement de nom du Front National

Ce sera donc le « Rassemblement national » ; un nom qui continuera intentionnellement de faire penser au Front national, avec cependant trois défauts : au lieu de « F haine », ce sera le « R haine » ; au lieu du RN, certains écriront RNP (Rassemblement national populaire, un parti collaborationniste sous l’Occupation dont vient un des fondateurs du FN) ; et question nouveauté, c’était le nom des listes de LE PEN aux législatives de 1986…

Ce changement de nom est de toute façon un faux problème, ce parti va rester un organe personnel, au service d’une famille, qui continuera de ne pas tolérer les ambitions autres que celles de ceux qui ne s’appellent pas LE PEN. En témoigne PHILIPPOT. qui s’est fait mettre dehors parce qu’après la présidentielle de 2017, il apparaissait plus capable que Marine LE PEN pour exercer le pouvoir ; pire qu’on s’est rendu compte qu’il était le vrai cerveau du duo.

Par ailleurs, le choix du mot « rassemblement », est un aveu de faiblesse. Les idées du Front ne pourront donc jamais être majoritaires, et LE PEN, pour gouverner devra donc rassembler des gens qui ne partagent pas ses idées. Mais qui veut encore faire le rassemblement autour d’une perdante ? LE PEN pourrait-elle donc participer à une coalition dans laquelle elle n’est pas majoritaire ? Et s’allier officiellement à la droite, signifie perdre toutes les voix de la gauche.

Le risque d’un nouveau nom est aussi la normalisation, et la perte de la légitimité et de la reconnaissance historique. Bien sûr, le rassemblement est un terme appuyé qui fait référence au RPF de DE GAULLE, et au RPR de CHIRAC. Mais le FN historique avait une identité, qu’il a perdu dans le fourre-tout marinien, lequel n’a pas été capable d’exposer son programme lors du débat d’entre-deux tours. A-t-on besoin d’un énième nouveau (petit) parti eurosceptique ?

Est-il donc si compliqué de comprendre que les électeurs du FN rejettent le système, les dérives de l’ultra-libéralisme, l’Union européenne et surtout l’immigration ? Il ne sert à rien de leur écrire un programme outre-mesure, ou de modifier la façade, alors qu’un développement encore plus poussé de la critique de ces thèmes finirait à terme par payer, de la même manière qu’en quinze ans, le FN a doublé ses voix de 17 % à 33 % au second tour d’une présidentielle…



Publicités

Quand Éric MEHLHORN menace un de ses administrés (Olivier VAGNEUX)

Il y a quelques jours, j’avais écrit, à tort, qu’Éric MEHLHORN, maire LR de Savigny-sur-Orge, n’était « pas un lion rugissant, mais un bon gros chat » .

Or, il n’en est rien, parce qu’Éric MEHLHORN est en fait UN SPHINX qui parle par énigmes, en plus de ne pas parler français. Visez plutôt :

« Comme d’accoutumée, vous avez pu constater que ce soir, pour garantir la confidentialité des votes, ce Conseil municipal n’est pas filmé. Comme d’accoutumée, même si je m’attends à cette réaction habituelle, je demanderais aux personnes qui sont dans le public et qui filment*, a minima de baisser la caméra pour garantir la confidentialité. Eh bien là aussi, on saura quoi en faire pour la prochaine fois. Je vous remercie. Aucun respect. »

* J’ai scrupule à préciser qu’il n’y avait que 5 personnes dans le public, gardées par 2 policiers municipaux, et que j’étais le seul à utiliser une caméra pour filmer ; je ne sais donc pas où MEHLHORN a-t-il vu DES PERSONNES qui filmaient, puisqu’il n’y avait que moi et mon 0,4 policier municipal (1,4 restant un chiffre singulier).


En premier lieu, il faudrait vraiment qu’Éric MEHLHORN arrête de faire l’enfant. Nous payons suffisamment cher un cabinet de conseil juridique qui est en capacité de dire si filmer des opérations électorales est (il)légal. Qu’il le saisisse et obtienne un avis, dont je tiendrai compte (ou pas), tout en assumant les risques de continuer si ce n’est pas légal. Le Conseil municipal a sinon un règlement intérieur. Rien n’interdit donc à MEHLHORN de le modifier. Mais ce ne sera plus pareil pour lui, car il ne pourra plus s’opposer frontalement à moi de la sorte…

En deuxième lieu, je pense que MEHLHORN ne comprend pas le sens du mot « accoutumée », du moins l’emploie ici à mauvais escient. Effectivement, le Conseil du 30 juin 2017, pour l’élection des grands électeurs aux sénatoriales n’a pas été filmé, malgré l’emploi d’un isoloir ! Mais celui du 08 février 2018 l’a quand même été, avec toutefois une interruption vidéo au moment des votes.

En troisième lieu, et vu la qualité des images issues de la caméra que j’utilise, je défie quiconque de prouver le vote de telle personne. Surtout que je fais justement un plan large au moment du vote, pour qu’effectivement, l’esprit du scrutin secret soit préservé.

En quatrième lieu, j’aime les leçons du professeur MEHLHORN en matière de respect. Là aussi, il faudrait sérieusement et définitivement qu’il ouvre un dictionnaire ! Quelle hypocrisie venant du mec qui a licencié 59 personnes, et qui passe son mandat à renier sa parole et ses promesses de campagne ! En respect, comme en matière de foutage de ma gueule, il se pose là, le camarade.

En cinquième lieu, il faut regarder la réaction épidermique que je provoque à MEHLHORN, quand je lui résiste. J’en ai d’ailleurs commis un gif (mon premier ; pour la journée internationale du gif). Regardez le jeu des mains, des épaules, la tête, le regard et un très léger rictus.

En sixième et dernier lieu, intéressons-nous à la menace (petite menace mais menace quand même) ! Qui en droit, désigne le fait d’exprimer le projet de nuire à autrui. Il s’agit d’un acte d’intimidation visant à susciter de la crainte chez la personne visée. Or, c’est raté, parce que MEHLHORN ne me fait pas peur.

Que va-t-il d’ailleurs faire ?

  • Venir salir ma boîte aux lettres avec des excréments canins, ou essayer de la faire exploser avec un pétard ? Déjà fait.
  • Venir défoncer le portail de mon jardin ? Fait.
  • Venir casser la base de ma gouttière, à un niveau que seul le pied peut atteindre (c’est pas une voiture qui a pu rentrer dedans) ? Encore fait.
  • Arracher ou dégrader mes affiches ? Il y en a déjà d’autres qui le font.
  • M’appeler sur mon téléphone au milieu de la nuit et me laisser des messages de ricanements ? Fait aussi
  • M’envoyer des mails d’insulte ? Je connais aussi.
  • Me renvoyer en poste restante des exemplaires de mes tracts passés, avec des insultes ? Pareil…
  • Mettre ma maison en vente sur Seloger.com ? Bis repetita placent
  • Me menacer de s’en prendre à moi physiquement ? Jean-Marie CORBIN m’en soit témoin ; les seuls trois mecs qui ont jamais menacé d’agir ainsi (et de me casser la gueule) étaient des militants de LR (tendance FN Jean-Marie)

« Eh bien là aussi, on saura quoi en faire pour la prochaine fois. » (Éric MEHLHORN)

Eh bien ==> C’est du parler oral. C’est populaire.

Là aussi ==> J’ai beau relire l’intervention complète ; je ne la comprends pas. C’est le tout premier, et le seul reproche que m’adresse MEHLHORN. C’est aussi con que de commencer une intervention par DONC.

On saura ==> Je suis ravi de l’aider à élargir son champ des savoirs.

quoi en faire ==> Plait-il ? Le « quoi » est populaire. Le « en » ne correspond à rien. Le « faire » signifierait-il que MEHLHORN va enfin faire quelque chose, ce qui nous changerait ?

pour la prochaine fois ==> Faut-il comprendre qu’on va revoter une troisième fois pour élire un conseiller territorial ? Quand doit avoir lieu cette prochaine fois ?

Donc je demande solennellement à MEHLHORN ce qu’il va faire la prochaine fois, parce que personnellement, je ne l’ai pas compris !


En conclusion, qu’est-ce que MEHLHORN a eu besoin de faire une telle réflexion, si ce n’est de jouer l’intéressant ? Il savait ce qui s’était passé le 08 février 2018 et anticipait ma réaction, ce qu’il admet sans problème. Il n’a même pas travaillé son dossier, parce qu’il n’avait aucune référence juridique à m’opposer. Mais il a gagné un article de blog (ce qu’il recherchait ?), et certainement des complaintes de ses soutiens pour le consoler, et lui dire qu’il est beau et qu’il a raison.


La vidéo du Conseil municipal dans son intégralité



Alexandre LEFEBVRE, l’élu « fragile » du Front national de Savigny-sur-Orge

Après les démissions de Tony ROLLAND puis de Jany-Alice MATHY, nous obtenons confirmation de la fragilité de la section communale du Front national (FN) avec un élu, quatrième de liste, dont le premier acte politique est de se désolidariser du FN, de crier haut et fort qu’il est divers-droite (DVD) et de faire changer le nom du groupe de « Savigny Bleu marine » en « Ensemble, défendons Savigny ». Quelle faiblesse de ne pas s’assumer ainsi !

Si les électeurs du Front national n’étaient pas que des consommateurs aveugles d’une marque qui passe son temps à les trahir, ils se rendraient compte que le FN ne fait rien pour Savigny. Ils élisent des personnes qui une fois installés au Conseil municipal, se dépêchent de dire qu’ils ne sont en fait pas du FN et donc qu’ils ne feront pas la politique FN. Mais les mecs élus, les 97 % de vos voix, vous les avez obtenus à cause de cette étiquette du FN ; c’est pas pour vos talents !

Et Audrey GUIBERT qui laisse faire. Une permanente politique du FN dont les revenus sont donc constitués de ce que le parti la paye ! Il faut reconnaitre que depuis qu’elle a sa place de conseillère régionale, et l’indemnité qui va avec, elle se moque de beaucoup de sujets saviniens. Et sa gestion départementale du FN est minable, expliquant aussi les revers électoraux de ce parti, à force de placer ses copains et d’écarter les gens un peu intelligents du département…

Enfin, ça me fait bien rire de voir que le FN dit vouloir défendre Savigny, en tant qu’ils sont des soutiens du maire. Bien sûr, le FN vote contre les délibérations de la majorité. Mais en dehors des conseils, vous les verriez s’embrasser, se palper, se tutoyer. Blanc bonnet et bonnet blanc. Et je pense plutôt que c’est parce que la liste du Bon sens pour Savigny contient un certain nombre de factieux qui ne s’assument pas ; même si les élus FN sont aussi des LR opportunistes…

Quel est donc l’intérêt pour le FN de continuer à présenter des candidats fantaisistes aux municipales ? L’argent uniquement, avec l’histoire du micro-parti Jeanne. GUIBERT emprunte à ce micro-parti à un taux de 6,25 % pour acheter un kit de campagne, ce qui créé des intérêts de remboursement, lesquels sont inclus dans le compte de campagne et remboursés par l’État si les candidats font plus de 5 %. Du coup, pour 1400 euros de kit, Jeanne en gagne 80 par ville où il fait plus de 5 % des voix.



Pourquoi élire un nouveau président des républicains (LR) en 2017 ?

Je ne sas pas pour vous, mais personnellement, j’ai cette impression que LR au niveau national est en élection permanente ; un sentiment certainement entretenu par les médias : d’abord le psychodrame de 2012 avec l’élection de COPÉ. Puis l’élection du président en 2015 (SARKOZY). Puis la primaire de la droite et du centre en 2016 (FILLON). Et maintenant la nouvelle présidence de LR en 2017… Mais à part cela, que font-ils ?

J’ai beau n’avoir que 26 ans, j’ai une vision constitutionnelle un peu datée ; celle de 1958. Les partis politiques doivent contribuer à l’organisation de la vie politique. Or, que fait LR depuis 2012 ? Ils attendent que ça se passe, en jouant sur l’histoire de la droite, qui traditionnellement est meilleure gestionnaire que la gauche. Moyennant quoi, ils ont réussi à gagner aux municipales, aux départementales et aux régionales puis ils se sont fait laminer par En marche…

Alors pourquoi ce soudain recul, et surtout pourquoi alors qu’ils font plus que MÉLENCHON, on ne les entend pas ? Non pas parce que leur programme a changé, mais parce qu’ils n’ont plus rien à proposer, et qu’en tant qu’alternative par défaut à l’existant ; En marche est plus neuf donc plus sexy. Or, seul FASQUELLE, candidat à la présidence LR prévoyait de refonder le parti, tandis que les trois autres candidats de 2017 veulent s’en servir comme tremplin électoral.

C’est bien le troisième tour de la primaire de la droite. Le sarkozyste WAUQUIEZ va s’opposer à la filloniste PORTELLI et au juppéiste Maël DE CALAN. Or, en caricaturant, mais à peine le dernier propose de soutenir MACRON tandis que les deux autres veulent d’une droite dure sur les questions régaliennes, ce qui les assimile au FN. Or, Marine LE PEN est très affaiblie mais n’a pas disparu, gardant son socle électoral d’extrême-droite : LR est donc entre le fer et l’enclume.

À quoi bon donc continuer une élection qui va dans le mur, avec des candidats qui se moquent du parti. Car un parti n’est efficace que quand il est structuré départementalement pour diffuser la bonne parole, et qu’il est une boîte à idées pouvant attirer de nouvelles personnes. Mais dans le cas présent, nous voyons juste un LR refermé sur soi, qui mise sur son socle électoral historique en brassant les mêmes idées qui l’ont sorties dès le premier tour de 2017…

Quand bien même WAUQUIEZ gagnera dès le premier tour, sa légitimité sera immédiatement contestée, en tant que tous les courants de la droite n’auront pas été représentés à cette élection, et que tous s’acharneront à le faire tomber pour ne pas qu’il soit le prochain éliminé du premier tour de 2022. En attendant, tout le problème pour LR reste de se faire entendre pour autre chose que ses élections internes, par exemple en proposant à l’Assemblée…

Où sont les gaullistes ? Où sont les vrais libéraux ? (partis chez MACRON). LR aurait tort de s’imaginer reparti en force, parce qu’ils ont gagné les sénatoriales, et que MÉLENCHON s’essouffle, même s’il reste fort à gauche. Ils tiennent parce qu’ils ont une base de gens qui y voient les successeurs du parti du général DE GAULLE. Mais cet électorat disparaît tous les jours, et LR ne recrute quasiment plus chez les jeunes… Finalement, quel  nouvel échec de SARKOZY…