Archives du mot-clé Ferdinand-Buisson

Covid-19 : le maire de Savigny-sur-Orge exclut son opposition de l’élaboration du plan de continuité des services municipaux

Soit MEHLHORN est complètement stupide, soit il n’a plus rien à faire de la démocratie et croît qu’il est maire à vie, parce que sa géniale gestion de la crise sanitaire lui apportera au moins 70 % des suffrages à l’issue du futur nouveau premier tour. Surtout des parents d’élèves qui admirent les informations qui se contredisent de jours en jours.

Ainsi l’on apprend opportunément par les réseaux sociaux que MEHLHORN aborde le plan de continuité des services municipaux avec sa seule majorité municipale (et pas que le seul exécutif des adjoints et des délégués), et on a même le droit à une belle capture d’écran de leur conversation sur Zoom pour montrer qu’ils travaillent. Si, c’est possible !

Au passage, on remarquera que Sylvie LAIGNEAU a eu du mal à se connecter. N’ont-ils donc pas tous la fibre ?


En démocratie, au niveau d’un Conseil municipal, cela n’a aucun sens de ne réunir que sa majorité, même si de toute façon avec 25 voix sur 39, et des élus qui ne s’inscriront jamais en contre, ils décident effectivement de tout.

Soit c’est une réunion du groupe « Le bon sens pour Savigny », soit cette réunion n’a pas lieu d’être, et donc il y a encore moins de raison de s’en vanter. Sauf à dire ouvertement que 25 personnes suffisent à décider de l’avenir de Savigny, et qu’on se fout de tous les autres.

Quelle est la plus-value de ne travailler qu’avec sa majorité ? Pourquoi ne pas travailler directement avec tous les élus de tous les groupes ? Pourquoi ce besoin maladif de dire qu’ils ont tout fait tout seul (tout en se déresponsabilisant par avance des futurs ratés) ?

MEHLHORN exprime encore ici tout son mépris de son opposition, car gageons que les informations qui se sont partagées lors de cette réunion n’ont pas été transmises à l’opposition, sans quoi il n’y avait aucune raison qu’elle ne travaille pas dessus avec eux et en même temps.

MEHLHORN assume le choix de travailler en priorité le sujet de la continuité des services publics avec sa majorité. Il écarte volontairement son opposition de cet « abordage » de la question. Donc il enfreint le code général des collectivités territoriales !



Au passage, vous remarquerez que super-MEHLHORN, dans le bilan de sa brillante journée, oublie d’écrire qu’il a attribué le marché public de reconstruction de l’école Ferdinand-Buisson pour 22 % au-dessus des crédits initialement budgétés


Remarquons la mention de Audrey GUIBERT pour dire qu’elle est aussi clientéliste qu’eux. Pauvre Région qui doit mettre à contribution ses élus pour distribuer des masques !



Savigny-sur-Orge : les riverains de l’avenue Carnot devront-ils attendre quatre ans pour voir leur rue refaîte ?

Lors du Conseil municipal du 19 décembre 2019, Éric MEHLHORN, maire de la Commune a tenu les propos suivants : « En raison du projet de reconstruction de l’école Buisson, la réfection de l’avenue Carnot a été décalée par l’EPT Grand-Orly Seine Bièvre de façon à ne pas aggraver les difficultés de circulation dans cette partie de la Commune. Un nouveau calendrier sera très prochainement stabilisé et dans cette attente, cette avenue fait l’objet de reprises partielles. »

Alors personnellement, et même si l’on rouvre l’accès aux trottoirs qui longe le chantier, je suppose qu’on ne pourra quand même pas rouvrir la circulation à deux voies, puisque les éclairages urbains ont été installés sur une partie de la route, même si cela a été fait à la place des parkings, qui ont été neutralisés pour agrandir le seul trottoir restant. Toujours est-il qu’il n’est plus possible de se croiser avec le nouveau système de feux !

Bref, tant qu’il reste une seule voie, il y a un problème de congestion du trafic, et donc une impossibilité de refaire l’avenue Carnot, qui rappelons-le, avait déjà été refaite par SPICHER-BERNIER à l’été 2012, mais tellement mal qu’il faut déjà la refaire sept ans après…

Est-ce à conclure que la réfection de l’avenue Carnot ne pourra pas se faire avant la fin des travaux de l’école Buisson ? Les riverains en auraient donc alors pour presque QUATRE ANS ! C’est personnellement ce que j’en déduis, donc ce que je crains.

Alors qu’il s’agit pour moi ici d’un faux-problème, et que rien ne s’oppose à ce que ces travaux aient lieu en plein milieu de l’été. De même, je ne comprends pas cette organisation du chantier, qui devait quand même à un moment accueillir la base vie des ouvriers sur la rue !

Au fait, n’oubliez pas quand il s’agit de voirie, et que MEHLHORN renvoie la faute sur le Département ou l’intercommunalité, que c’est lui qui est responsable de ce sujet dans les deux assemblées ! J’écris cela, je n’écris rien…


Enfin, en image d’illustration, j’ai mis cette photo d’un bout de l’avenue Carnot le jour où les services ont repeint les bordures de trottoir en jaune, après les avoir peintes en blanc pendant plus d’un mois, ce qui ne correspond à rien dans le code de la route. Pourquoi ne pas avoir directement peint en jaune ? Je ne cherche même plus à comprendre.



Travaux des écoles Ferdinand-Buisson à Savigny-sur-Orge : je demande au maire de rouvrir l’accès des trottoirs

Petit courrier au maire qui ne coûte rien et qui montre que je me préoccupe à ma façon du problème des trottoirs de l’avenue Charles-de-Gaulle et de l’avenue Carnot. Au moins, est-ce que j’essaye quelque chose de concret avec une proposition.

Maintenant, en parfait opportuniste démagogue, si MEHLHORN bouge, je dirais que c’est grâce à moi. Et s’il ne fait rien, je lui taperai quand même dessus en disant qu’il est nul, ce que je ferai de toute façon. En attendant, je ne trouve pas très démocrate de lancer des appels d’offres qui aboutiront le mois précédant l’élection (tant l’école que la maison des associations)…

Blague à part, je ne sais pas si ce courrier sera très productif, mais je pense que ce sera toujours plus utile que d’avoir repeint en blanc criard les bordures des trottoirs, dont je ne sais pas à quoi cela correspond dans le code de la route, sinon à inviter ouvertement l’agence Bouslam Voyages à continuer de faire stationner ses clients sur l’arrêt de bus du 292.

Je devine par contre que dans le code de l’élu en recherche de réélection, cela montre de manière bien visible que MEHLHORN existe encore à cinq mois des élections, juste au cas où on l’aurait oublié en regardant dans la direction de l’énorme trou dans lequel on enterrera la sinistre histoire de son mandat… Quand je pense qu’il ose vouloir le renouveler !





Un an de retard pour les travaux de l’école Ferdinand-Buisson à Savigny-sur-Orge

Génération sacrifiée. Il ne fait vraiment pas bon être scolarisé à Ferdinand-Buisson. Car non seulement ces enfants vont subir les travaux de restructuration de l’école, mais également ceux du collège dès lors qu’ils arriveront à Paul-Bert, lequel réalisera alors son extension au détriment de l’école maternelle, nouvellement déménagée et intégrée au groupe Ferdinand-Buisson. Un projet, qui à la base, ne devait coûter que 4,9 millions €…

Personnellement, je ne comprends toujours pas que le Département ait filé 7,2 millions € sans s’assurer que les appels d’offres étaient béton. Ni même le fait que les appels d’offres pour les phases 2 et 3 aient été passés après le début de la phase 1, soit au début de l’été 2019.

Alors j’écris rentrée 2022-2023, parce que la seule entreprise qui a soumissionné prévoyait déjà 4 mois de retard, et que je pense qu’on serait vraiment vraiment con de tout précipiter pour finir absolument à la rentrée des vacances de Pâques 2022, alors qu’il ne restera que deux mois d’école, quand on peut justement finir les choses bien en prenant en tout 4 mois avec les vacances de l’été 2022. C’est un avis personnel, mais je crains sinon encore plus de retards.


Le calendrier original


Il y a une légende urbaine que véhicule la mairie que les entreprises pourraient en fait ne pas être intéressées à cause de la masse des travaux liées au Grand-Paris et à l’accueil des Jeux Olympiques. Je pense au contraire qu’il y aura toujours des entreprises de BTP prêtes à travailler, y compris dans des conditions contraintes. Sauf que le gros problème de cette fois-ci est la sécurité des ouvriers, qui vont finir avec les enseignants. C’est dire pour celle des enfants.

Bonne nouvelle, les câbles suspendus aux pylônes vont enfin être enterrés pendant les vacances de la Toussaint. Par contre, les parents que je croisais ce matin insistaient pour recouvrer le deuxième trottoir, si besoin en poussant les barrières de chantier, qu’il faut savoir que l’on loue, comme les préfabriqués, et que l’on va donc financer une année de plus…

Que dire de plus, sinon de déplorer une nouvelle preuve de l’incompétence de la mairie qui a vouloir trop concentrer les travaux dans un seul lot, avec des délais irréalistes, et probablement un budget sous-évalué, a tout perdu ? Ce n’est même pas fait exprès, c’est de la bêtise, c’est de la passivité… Ils pensaient certainement que cela passerait tout seul.

En même temps, quand je reprends le dossier, et notamment les questions / réponses, il y a des choses ahurissantes. Par exemple, ils ne demandaient le désamiantage que d’une seule classe parce qu’ils avaient oublié de mettre qu’il y avait de l’amiante dans toutes les classes ! Et ce n’est pas le seul document qui manquait, ou n’était pas à jour. À tel point que l’appel d’offres avait déjà été prolongé de quinze jours… (Il devait d’abord se terminer le 13 septembre !)

Je termine en vous invitant sinon à aller lire le compte-rendu de la réunion d’appel d’offres sur le Facebook de Nous Saviniens, puisque Bernard BLANCHAUD y participait.


Mon tract distribué ce matin.

Je reste à la disposition des parents s’ils veulent médiatiser l’affaire, pour obtenir plus de résultats.