Archives du mot-clé famille

L’Église catholique et les jeunes, en France et en 2018

À l’approche du Synode des jeunes, je voudrais réagir par rapport à nombre de lieux communs qu’on peut entendre de part et d’autres.

Bien sûr que les jeunes chrétiens se désintéressent de la religion ; on pourrait même dire les jeunes croyants, à l’exception notable des musulmans, en tant que la religion comprend chez eux un volet culturel et identitaire, qu’il n’y a plus en France du fait de la séparation de l’Église et de l’État, ce qui n’existe pas pareillement en terre d’islam, où le religieux influe le politique.

Mais vouloir se rassurer, en affirmant que si les jeunes chrétiens ne sont pas à la messe, heureusement qu’ils sont aux JMJ (Journées mondiales de la jeunesse) ou au FRAT (Fraternel), ou dans des mouvements et services chrétiens, est encore une excuse pour l’Église, afin d’éviter aux chrétiens de s’intéresser aux jeunes en détournant le regard ailleurs !

De la même manière que dire que si les jeunes ne sont plus chrétiens, c’est uniquement à cause des positions de l’Église sur la sexualité, la contraception, l’avortement, est très réducteur. Et traduit généralement notre propre difficulté à appréhender ces sujets, et à penser qu’on ne peut pas s’opposer à l’Église tout en reconnaissant la valeur de son message.

Non pas que le Christ soit absent des JMJ et autres associations chrétiennes, quoique… Mais il n’est pas possible d’être chrétien sans la messe, en tant qu’elle est le lieu du rassemblement et du partage de la Parole et de ce pain qui matérialise le signe de notre unité. Donc, il est réellement inquiétant que les jeunes n’aient plus le sens de la messe.

Et dans le même temps, on peut parfois les comprendre, quand la messe est pénible. Que le prêtre sermonne de moraline, non sans s’écouter parler pendant parfois 20 minutes. Que les chrétiens ne s’accueillent pas, ne se parlent pas, et sont juste là par peur de la mort, en se disant qu’une heure max pour le Seigneur est la bonne équation pour le salut.

J’entends régulièrement les « vieux » dire qu’ils sont prêts à écouter les jeunes, à se laisser ébranler ou interpeller. C’est faux ! Du moins, je ne l’ai jamais vérifié à l’échelle d’une paroisse. Ce sont toujours ces vieux qui pensent pour les jeunes, et s’étonnent que ça ne fonctionne pas, alors que cela fonctionnait avec eux… il y a des dizaines années.

Pour autant, les jeunes chrétiens sont loin d’être les petits anges qu’on aime à se représenter. Beaucoup, Trop, n’ont pas de réflexion personnelle affutée, et se contentent de défendre un point de vue, en recrachant des arguments, qui tombent plus ou moins juste, et s’inscrivent dans une logique philosophique qui est parfois contradictoire car irréfléchie.

Par exemple, le débat politique récent porte beaucoup sur les question d’éthique et de famille. Or, certaines prises de position tendent à montrer que ces mêmes jeunes n’ont pas conscience du milieu dans lequel la religion les inscrit, et s’arrangent finalement de leur foi, au nom d’un politiquement-médiatiquement correct, qu’ils se refusent trop souvent de défier.

La spiritualité des jeunes doit nous poser question. Pourquoi ce regain d’intérêt pour la prière déresponsabilisante ? Pourquoi cet attrait pour les communautés évangéliques nouvelles ? Non pas là non plus que le Christ y soit absent, mais qu’on s’éloigne toujours plus de l’action évangélique de Jésus, et de cette grande communauté familiale qu’est l’Église.

Alors quelle « Église » attendent-ils ? On pourra employer tous les qualificatifs pour désigner une politique qui évoluera forcément. Mais ne faudrait-il pas plutôt une Église qui laisse libre, tout en proposant le cadre de l’Évangile et les repères que sont la Tradition (à comprendre dans un sens moderne) ? Et les chrétiens actuels s’en défient, et ferment plutôt la porte…

Tant que l’Église prétendra que les jeunes construisent le monde de demain (alors qu’ils bâtissent déjà celui d’aujourd’hui), et qu’on ne leur laissera que l’avenir (alors qu’il faudrait déjà s’occuper du présent), ne nous étonnons pas que nos églises se vident. Car c’est nous qui fermons les portes et empêchons l’inclusion des nouveaux, jeunes et moins jeunes !



Publicités

Marie-Lucie CHOISNARD (LR) : « Je fournis un travail d’au moins 50 heures par semaine à la mairie »

Marie-Lucie CHOISNARD est conseillère municipale (LR) déléguée à l’événementiel. Après le Conseil municipal du vendredi 4 septembre, nous avons eu une petite discussion par rapport à un article dans lequel je donnais son adresse (qui est publique puisque déjà dans les Pages blanches) et dénonçait l’artificialité des conseils de quartier. Cette conversation traduit bien son incompétence et son autosuffisance.

Le 17 janvier 2015, lors des vœux du Maire de Savigny, ils étaient tous Charlie. Non, en vérité, ils étaient tous Charlots. Mme CHOISNARD doit être particulièrement inefficace et improductive pour devoir travailler 50 heures en proposant moins que ce qui existait déjà (36 pages dans le guide culturel 2015-2016 contre 68 dans le guide 2014-2015) ou en se contenant de fabriquer de la communication autour d’événements à cause de sensibilisation…

Prérequis : La majorité municipale est une ennemie de Savigny-sur-Orge

La majorité municipale de Savigny est composée de personnes qui ne respectent pas la démocratie (l’écoute de leurs citoyens mais surtout les droits de l’opposition municipale). Ils ne respectent pas non plus les lois de la République ce pourquoi trois recours sont actuellement en cours contre eux, en instruction auprès du Tribunal administratif de Versailles. Parce qu’ils sont des ennemis de la démocratie et de la République, alors ils sont des ennemis de la France.

Marie-Lucie CHOISNARD, une grande gueule

C’est intéressant car lorsque je la croise dans la rue, elle ne me parle jamais (au moins, elle dit bonjour). Par contre, lorsqu’il y a ses copines de la majorité (notamment PINON et MALGUY), j’ai toujours droit à des petites remarques sympas. Je me rappelle notamment de cette conversation où elle expliquait à deux Saviniennes comment se passaient les conseils municipaux sous le mandat de Mme SPICHER-BERNIER au cours desquelles je ne l’ai JAMAIS vue !


L’extrait audio de 1 minute 16 (appuyer sur le triangle blanc)


La transcription de l’extrait audio (mon analyse point par point en bas d’article)

Marie-Lucie CHOISNARD (MLC) : Je voulais vous voir, mon adresse perso sur votre site, ça ne vous dérange pas ?

Olivier VAGNEUX (OV) : Elle est publique. Elle est sur les pages jaunes. (1)

MLC : Oui mais enfin, elle a pas à être sur un site pour être.. Oui, Je suis désolée.

OV : Dans la mesure où…

MLC : C’est une atteinte à ma vie privée, hein Monsieur.

OV : Ce que vous pouvez faire, c’est porter plainte.

MLC : Non, mais c’est que vous êtes très procédurier. (2) Mais c’est quand même quelque chose. S’il arrive quelque chose à mes enfants, où à ma famille, vous aurez quand même quelque chose. (3)

OV : C’est très bien, Madame.

MLC : Parce que vous n’avez pas à le faire.

OV : C’est sur les pages blanches…

MLC : Ah mais moi, je suis tout à fait pages blanches. Mais je trouve que ça ne se fait pas ce que vous avez fait, c’est tout.

OV : Je ne vois pas en quoi ça ne se fait pas, Madame. (4)

MLC : Ben parce que vous n’avez pas à divulguer mon adresse personnelle.

OV : Vous percevez 227 € par mois et… (5)

MLC : Non, Monsieur, 202 €, vous êtes mal renseigné. Vous voyez déjà. Et puis je fournis un travail d’au moins cinquante heures par semaine à la mairie pour faire ce que j’ai à faire, donc je les mérite bien. (6)

OV : Le rayonnement de la Ville s’en porte bien.

MLC : (s’étant éloigné) Comment ?

OV : Le rayonnement de la Ville s’en porte bien.

MLC : Ah bon, ben vous ne venez pas à ce que je fais alors.

OV : C’est parce que c’est mauvais.

MLC : Ah bon ? Vous trouvez ? Les événements que je fais ne vous conviennent pas ? (7)

OV : Écoutez ce que disent d’une part la population et d’autre part les citoyens hors de Savigny.

MLC : Eh bien, venez à ce qu’on fait au moins… Parce que vous participez pas à grand chose d’intéressant.

OV : Parce que vous savez qui participe à quoi ?

MLC : Comment ?

OV : Parce que vous savez qui participe à quoi ? (8)

MLC : Non, mais enfin de toute façon je vais en rester là avec vous parce que vous enregistrez encore.

OV : Oui, tout à fait. (9)

MLC : Voilà, ça ne sert à rien.


Mon analyse en neuf points

(1) Dans la mesure où l’adresse personnelle de Mme CHOISNARD apparait comme son téléphone sur les pages blanches (accessoirement celle de M. MEHLHORN aussi), elle est publique. Je ne la rends pas plus accessible sur mon site que ce qu’elle est sur l’annuaire. 

(2) Le renversement de situation est intéressant. C’est elle qui commence par me menacer de poursuites s’il devait lui arriver un problème. Et elle me traite de procédurier alors que j’en n’ai rien entrepris contre elle…

(3) Mais qui s’intéresse à Marie-Lucie CHOISNARD et à son action municipale ? tandis que moi, ce blog et mes actions politiques m’ont déjà valu des excréments canins sur la boîte aux lettres, puisqu’elle soit défoncée tout comme le portail de mon jardin…

(4) Mes articles relèvent de la liberté d’expression et de la liberté de la presse. M. MEHLHORN a coupé en deux le quartier des Fleurs pour pouvoir nommer plus légitimement Mme CHOISNARD correspondante de ce quartier. Je le dénonce eu égard aux habitants lésés.

(5) Mme CHOISNARD coûte 228,09 € à la Ville mais elle n’en touche effectivement que 202 € brut. Toutefois, comme elle peut procéder à des déductions de cotisations sociales grâce aux 26 € de prélèvements, elle touche en réalité plus que 202 €… Mais se garde bien de le dire… Remarquez que soit elle est malhonnête intellectuellement soit elle l’ignore parce qu’elle n’est pas formée à l’image de l’incompétente majorité municipale.

Pour en savoir plus :

http://www.cdg87.fr/IMG/pdf/notes_juridiques/elus_locaux/retenue_a_la_source.pdf

http://www.amf43.fr/mod_turbolead/upload//file/NOTE_declaration_des_indemnites_2014.pdf

Voilà ce que je perçois pour autant d’heures de travail (50) sauf que j’ai une activité professionnelle sur 35 (39) heures et une activité politique le reste du temps. J’imagine qu’effectivement elle doit avoir de l’argent pour qu’elle puisse vivre avec 202 € parce que moi sans Papa-Maman et des prêts étudiants, je ne vais pas très loin.

Salaire-Vagnuex-4 001

(6) 50 heures de travail ? Au forum, elle est arrivée tôt pour livrer les photocopies de tracts de certaines associations imprimés par la mairie. Le reste du temps, elle se contente de reprendre à bas coûts ce qui existe déjà. Qu’a-t-elle créée de nouveau ? La seule différence est que lorsque Laurence SPICHER-BERNIER et Catherine LUPI organisait un cinéma en plein air, il y en avait 250 avant et 25 après… Parce qu’ils ne savent pas communiquer non plus…

(7) Ainsi c’est Madame CHOISNARD qui est à la base de tout et qui « fait »les événements. Voilà qui est sympathique pour les services municipaux de la Ville et un bel hommage à tout ce qui avait été lancé par les anciens maire-adjoints à la Culture…

(8) Ainsi, nous sommes fliqués par la majorité municipale. Je deviens donc leur obsession pour qu’il tienne un compte de mes présences et de mes absences. Je comprends mieux où passe le temps investi et pourquoi à côté, tout est si mauvais, indigne d’une ville de 37 700 habitants.

(9) Oui, je porte un micro, Patrick BUISSON n’est-il pas l’ancien conseiller du président des Républicains ? En même temps, je commence à en avoir marre de me faire insulter sans réaction par des petits bourgeois qui ne feront jamais rien car ils n’en sont pas capables.


La démocratie ne se résume pas à se présenter aux électeurs tous les six ans et à faire ce qu’on veut le reste du temps au prétexte qu’on a été élu (surtout que dans le cas de MEHLHORN, c’est par 23 % de la population)… Cette majorité est composée de lâches qui lorsqu’ils sont seuls me disent qu’ils ne sont pas d’accord avec MEHLHORN.

Ils menacent de démissionner parce que selon eux « en réalité, c’est deux personnes qui décident de tout (MEHLHORN et PATAUT) et qu’ils ne sont mis au courant que deux jours avant« . Mais dès qu’ils sont en groupe, la pression collective fait qu’ils rentrent dans le rang et parlent et votent d’un seul homme. Les phénomènes de masse propres aux totalitarismes.

Je terminerai en provoquant : Aux Procès de Nuremberg (1945) où l’on a jugé les criminels nazis, tous les anciens ministres de HITLER ont regretté, dit qu’ils ne savaient pas, qu’ils ne voulaient pas, que seuls ils n’auraient rien fait. Mais ils l’ont tous fait et portent la responsabilité de leurs actes sur leurs consciences et ont fini condamnés pour cela. À bon entendeur !

Une partie de ma jeunesse s’est achevée

Ce dimanche 26 octobre 2014, TF1 diffusait la huitième et dernière partie des films de Harry Potter. Le dévoilement cinématographique de la saga (que je n’avais ni vu au cinéma ni acheté en DVD) et l’achèvement d’une partie de ma jeunesse. Une page donc qui se tourne et qui arrive symboliquement lors de ma dernière année d’études.

La première fois que j’ai entendu parler des livres remonte à ma classe de CE2. De nombreux camarades lisaient les trois premiers tomes sortis, avec les encouragements de la maîtresse. En CM1, traiter de Harry Potter dans une fiche de lecture était assurance d’une bonne note. Alors par esprit de contradiction, je m’étais promis de ne pas les lire. Et de ne pas m’intéresser à cette histoire, que je ne comprenais alors pas. Mais en cours de théâtre, notre animateur Stéphane décida d’adapter le premier tome.

Et puis, un jeu vidéo…

Pour mes 10 ans, mes parents m’offrirent le jeu Playstation « Harry Potter à l’école des sorciers ». Après deux mois d’hésitations, je cédais aux vacances de Noël 2000 et y passais de nombreuses heures qui m’évadaient de mon quotidien et meublaient mes congés. Je venais de plonger dans la folie Harry Potter, et cela n’allait pas s’arrêter. Même si je ne lirais les livres qu’au collège en 6ème puis aux vacances pour la sortie des tomes suivants. (J’ai passé tout mon CM2 à lire Le Seigneur des Anneaux.)

Quel argent j’ai pu dépenser !

Atteint par le virus, je voulus tout ce qui touchait de près ou de loin Harry Potter : des cartes à collectionner, des cartes à jouer, des jeux vidéos, des bonbons comme dans Harry Potter (chocogrenouilles et dragées surprises), des déguisements notamment pour Halloween, des jeux de sociétés… Je résistais cependant aux produits dérivés, sûrement par honte de cette passion : trousse, cartable, cahier de texte, habits… Tel n’était pas le cas de tous les amis avec qui on partageait cette passion.

Quel temps j’ai pu consacrer !

Avec tous les jeux Harry Potter que je possède, notamment vidéos et les romans que j’ai lu plusieurs fois, je dois en être à plusieurs centaines d’heures. J’avais même essayé d’apprendre l’anglais avec le premier tome en version originale, en vain. J’en garde de très bons souvenirs même si je me dis que c’est tant de temps perdu que je n’ai pas passé avec d’autres amis. Je partageais notamment cette passion avec mon meilleur ami Pierre. Mais finalement plus le temps passait et plus les autres s’y désintéressaient. L’engouement aura duré trois ans, de 2000 à 2003.

Même la famille s’y est mise

Harry Potter avait la qualité de réunir toute la famille, soit par les livres, soit par les films. Je me rappelle de mon grand-père nous empruntant les premiers tomes. Ou de ma mère discutant des histoires avec des copains alors que je m’en fichais à cette période. Mon père s’y intéressait presque grâce aux jeux vidéos et aux films. Mes sœurs étaient plus sensibles aux déguisements et aux bonbons. Finalement, tout le monde se sentait concerné d’une manière ou d’une autre.

Marqué par les deux premiers tomes

Pour moi, Harry reste le petit garçon orphelin qui va dans une école spéciale où il apprend des choses incroyables et à qui il arrive des aventures hors du commun. À partir du troisième tome, rien ne fut plus pareil. L’histoire devint plus triste et plus meurtrière. Les jeux vidéos se sont dégradés. Les films n’étaient pas encore tournés et diffusés. Le Seigneur des Anneaux est arrivé et a raflé l’attention des jeunes garçons. En confrontant le parcours scolaire de Harry au mien (6ème, 5ème), je ne pouvais plus rêver de l’imiter et m’éloignais du modèle qu’il pouvait être.

Ce dimanche 26 octobre, j’ai donc confronté une dernière fois mes souvenirs et ma passion de Harry Potter au film. Avec un pincement au cœur, je tourne une page de l’histoire de ma vie. J’imagine que je tenterais prochainement de refaire une dernière fois les jeux vidéos. Merci et bravo J. K. ROWLING pour tous ces moments.

Éric MEHLHORN bientôt démissionnaire ?

Reproduction avec mentions légales vivement conseillée

Courriel adressé à M. Éric MEHLHORN, maire de Savigny-sur-Orge ce mercredi 11 juin 2014 à 00 h 40 sur l’adresse lemaire@savigny.org .

Pièce jointe n°1 : enregistrement du Conseil municipal de Savigny-sur-Orge du mardi 10 juin 2014

Pièce jointe n°2 : extrait des listes électorales de la commune de Savigny-sur-Orge, mars 2013

Pièce jointe n°3 : Annexe 1 de la CCID relative à l’application de l’article 1650 du Code général des impôts

Monsieur le Maire,

Au cours de la campagne des élections municipales de mars 2014, vous avez signé une charte des élus dans laquelle vous vous êtes solennellement engagé.

Le point n°4 de ce document évoquait le « Respect ».

Je vous cite : « L’élu s’engage à ne pas utiliser sa fonction pour favoriser son propre intérêt pour favoriser son propre intérêt ou celui d’un proche. Dans le cas contraire, il devra abandonner son mandat. »

Lors du conseil municipal de ce mardi 10 juin 2014 à 19 heures, votre municipalité a proposé une liste de contribuables susceptibles d’être membres de la commission communale des impôts directs. (cf l’enregistrement du point n°3 de l’ordre du jour en pièce jointe n°1)

PJ n°1 : http://we.tl/FHiOO3gNYp 

Parmi les membres titulaires de cette liste figure Madame Nicole BASSET, qui est membre de votre famille, à en croire les listes électorales de la ville (pièce jointe n°2). Votre mère, à ma connaissance.

BASSET-MEHLHORN

Par ce choix de choisir une de vos proches, vous vous placez en situation de conflit d’intérêt.* Par ce fait, vous enfreignez votre charte des élus et trahissez la confiance des 23 % des Saviniens qui vous ont accordé leur vote le 30 mars 2014.

Vous aurez envie peut-être envie de me répondre que votre mère ne trouvera pas d’intérêt à siéger au sein de cette commission. Vous me permettrez d’en douter à la lecture du rôle de ladite commission (pièce jointe n° 3).

PJ n°3 : annexe1_ccid

En conséquence, je vous saurais gré de bien vouloir justifier ce choix sinon de reprendre cette liste lors d’un prochain conseil municipal. De toute façon, vous avez déjà dépassé le délai légal de deux mois pour produire cette liste, vu l’article 1650-3 du Code général des impôts. Mais peut-être avez-vous déjà reçu une mise en demeure du directeur des services fiscaux ?

Pour mémoire, je vous joins le lien de ladite loi : http://www.legifrance.gouv.fr/affichCode.do;jsessionid=3A73F5535DF212C536D565F38AE52365.tpdjo16v_2?idArticle=LEGIARTI000006306980&idSectionTA=LEGISCTA000006162762&cidTexte=LEGITEXT000006069577&dateTexte=19840723 .

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Maire, mes salutations respectueuses.

Olivier Vagneux

PS : Vous excuserez la qualité de l’enregistrement, on n’est pas au Conseil général. Je n’ai pas les moyens d’un conseiller général. Je ne perçois pas 2718,05 € brut par mois.

*Selon Transparency International, un conflit d’intérêt est une situation dans laquelle une personne physique ayant à accomplir une fonction d’intérêt général voit ses intérêts personnels en concurrence avec la mission qui lui est confiée par son administration ou son entreprise.

Olivier VAGNEUX

Journaliste indépendant
 
75 rue du bicentenaire de la révolution française
91600 Savigny-sur-Orge
01-84-17-71-95 / 01-69-96-42-52
Téléphone professionnel et politique : 06-51-821-870

 

La révolution numérique permet aujourd’hui aux citoyens de pratiquer une réelle transparence à l’égard des informations et des actes publics.
Les questions que je pose sont publiques. Les réponses que je reçois sont publiques.
Je me réserve donc le droit de publier ce courriel et les réponses qu’il engendrerait, conformément à mes convictions.