Archives du mot-clé Eva Sas

Vers l’ultime semaine de vacances d’Éric MEHLHORN ?

C’est ce vendredi 16 août qu’Alexis TEILLET prend le relais d’Anne-Marie GÉRARD à la suppléance du maire de Savigny.

Pour la cinquième et dernière semaine de vacances estivales d’Éric MEHLHORN.

Qui n’est ni la première semaine de vacances de l’année de l’édile.

Ni sa dernière, s’il fait comme les autres années, et reprend encore une pause.

Même si je le vois mal s’arrêter encore une semaine, à trois mois des élections.


Les Saviniens doivent bien savoir que nous avons eu un maire, indemnisé jusqu’au maximum possible, soit 8 272,05 € brut, à son paroxysme de quatre mandats gratifiants, qui a pris chaque année entre cinq et huit semaines de congés !

Le pauvre chéri avait certainement beaucoup besoin de se reposer, tellement il travaille…



Quand le maire de Signes (Var) est décédé, pendant les vacances de notre maire, MEHLHORN s’est identifié à cet homme sur les réseaux sociaux.

Au point de faire mettre les drapeaux en berne le vendredi 09 août 2019 !

Ce qu’il n’avait pas jugé bon de faire quand le conseiller municipal Laurent LIEPCHITZ est brutalement décédé en cours de mandat.

Je ne saurais cependant pas vous dire si c’est parce que Laurent LIEPCHITZ n’était que conseiller municipal, si c’était parce qu’il était dans l’opposition, voire pire parce qu’il était communiste ?

À moins que de décéder lorsque le corps nous lâche, soit moins digne, et nécessite moins le respect, que de mourir du fait d’un homicide possiblement involontaire ?


Alors bien sûr, MEHLHORN s’est identifié parce qu’il est maire, et qu’il a perdu un collègue dans l’exercice de ses fonctions.

Aussi parce qu’il y a des dépôts sauvages à Savigny, comme celui qui a duré près d’un mois l’année dernière sur le Boulevard, devant le Leader Price, et qui a été nettoyé, ô quel hasard, la veille du forum des associations 2018.

Mais surtout à mon avis, et là je me lance dans la grande psychologie de comptoir, et psychanalyse de bazar (ou l’inverse), parce qu’il a pris conscience des violences croissantes qu’il subissait au quotidien.

Et pas seulement celles de votre serviteur, mais désormais celles de son électorat qui croyait avoir élu le fils spirituel de MARSAUDON, et qui a élu le nouveau BOCKELANDT, et celles du reste de la population qui le méprise.

Or, MEHLHORN est incapable de comprendre que ces violences ont été engendrées, voire sont des réponses à ses propres violences, qu’il a initiées, car MEHLHORN est un violent.

Peut-être que VAGNEUX ne serait pas comme cela si MEHLHORN appliquait la Loi et lui communiquait les documents administratifs qu’il demande ? Et aussi si MEHLHORN ne l’avait pas fait condamner pour une chose qu’il savait vraie ?

Peut-être que son électorat ne serait pas comme cela si MEHLHORN ne leur imposait pas, sans concertation, un immeuble de 13 à 17 mètres à côté ou en face de leur pavillon, alors qu’il s’était présenté comme l’anti-bétonneur dans son programme ?

Peut-être que les Saviniens ne seraient pas comme cela si MEHLHORN n’avait pas fait expulser par la Police la députée de la Nation Éva SAS de son Conseil municipal, parce qu’elle s’opposait politiquement à la fermeture de la crèche familiale et de la Savinière ?

C’est MEHLHORN le dangereux violent, et les Saviniens ne font que l’imiter, comme les racistes imiteraient TRUMP aux États-Unis par rapport à ses discours de haine !

Éva SAS expulsée du Conseil municipal de Savigny le 17 juin 2015 – © Rémi POIRIER pour l’Essonnien


Alors, le maire de Signes est un mauvais exemple de comparaison,

non seulement parce que je doute que cet homme était un violent,

mais aussi et surtout parce qu’il n’avait pas pris un jour de vacances en trente ans de mandat, selon son premier adjoint.

Alors certes, Signes n’est qu’une petite commune de 2 800 habitants.

Mais MEHLHORN a encore du travail pour ressembler à son nouveau modèle.




Municipales 2020 à Savigny-sur-Orge : Jean-Marc DEFRÉMONT rompt déjà le pacte de non-agression ; la guerre est déclarée ?

Passé le 25 avril 2019 entre Jean-Marc DEFRÉMONT, Bernard BLANCHAUD, Alexandre LEFEBVRE et Olivier VAGNEUX, ce pacte, qui prévoyait de respecter nos affichages mutuels, le plus longtemps possible, n’aura même pas tenu trois mois…

À défaut d’une alliance entre nos listes, nous souhaitions concentrer nos coups contre la politique de MEHLHORN pour éviter qu’il ne repasse.

Mais je vois, et je déplore, que nous ne pouvons, moi le premier, pas nous empêcher de nous taper dessus…

Et lorsque l’un, et je parle de moi, essaie de publier sur un blog des informations locales pertinentes, pas du genre de cet article, mais par exemple du précédent billet qui indique aux habitants de Chateaubriand quelles seraient les conséquences d’un arrêté de péril, ou délivre un message politique par voie de placards, par exemple sur le coût des travaux de l’école Ferdinand-Buisson – 11 millions € pour créer 9 classes, il s’en trouve toujours un autre, probablement jaloux, pour l’empêcher de s’exprimer.

Surtout sincèrement que pour ce qu’est, à ce jour, le site de Bien vivre à Savigny (BVAS) ; et je ne parle même pas de la qualité des affiches qui sont des verso d’une affiche de campagne d’Éva SAS aux élections législatives de 2017… C’est vraiment juste pour m’emmerder !

Ce qui me fait penser que je n’ai rien dit sur le logo de BVAS, par ailleurs contradictoire avec leur projet, parce qu’ils sont plutôt immeubles que maisons. Quant aux arbres à Savigny, si cela les amuse de les compter, je pense qu’il y a plus important, ne serait-ce que pour éviter justement qu’on perde d’autres arbres…


Pendant ce temps, MEHLHORN doit savourer le spectacle, parce qu’il n’a rien à faire : ses ennemis politiques se neutralisent entre eux, et s’empêchent de communiquer sur ses actions !

Lui est déjà connu en tant que sortant, et n’a donc pas besoin d’afficher. Tant mieux, car il n’a personne que BÉNÉTEAU pour s’y coller, c’est le cas de l’écrire !

Et comme en plus, son allié Jean ESTIVILL, semble même se préparer à entrer dans la valse des collages, à en lire son compte Facebook…

Là encore, pas pour faire un score, mais tant qu’il peut me nuire, et faire perdre la gauche. Au fait, il faudrait que je vois s’il arrive à récupérer l’investiture insoumise…




Mes réactions à la lettre n°2 du député Robin RÉDA (juin 2019)

Du haut de mes 1,14 % obtenu aux législatives de 2017, je voudrais ici gentiment me moquer de la lettre de notre cher député Robin RÉDA.

Je trouve que c’est très léger pour un membre du deuxième groupe parlementaire, même s’il est dans l’opposition.

Et c’est noyé dans la niaiserie, et les lieux communs. À croire que c’est lui qui a besoin de s’auto-persuader qu’il est sur le terrain. C’est clair qu’il y fait surtout de la figuration, parce que les résultats concrets se font quand même attendre…


PAGE 1

  • Deux lettres en deux ans : ça critiquait Éva SAS, mais c’est encore moins transparent… C’est ça le « régulièrement vous rendre compte de mon action » ?
  • En deux ans, il n’a pas changé, c’est toujours la même photo…
  • Que veut dire « Votre député au quotidien ». Y aurait-il des députés à la semaine ?
  • Ah « plus que jamais, proche de vous », ça veut dire qu’il était éloigné de nous avant !
  • Des stats pas ouf pour un député membre du deuxième groupe parlementaire…
  • C’est amusant ce clientélisme électoral : il a semé des mots clés un peu partout pour que chacun y trouve son compte : hôpital de Juvisy, droit des femmes, impôts, logement, santé, transports, Grand débat (la suite en page 2)
  • C’est sympa d’être reçu par RÉDA; Tu deviens un numéro…
  • Les 250 contributions au Grand débat, ce sont les siennes, où celles qu’il a pompé aux habitants de la circonscription ?
  • Merci RÉDA de faire dans le très concret ! Et pour que ma vie quotidienne soit prise en compte. Par contre, la tienne ? Il nous prend vraiment pour des gueux.
  • Il est tellement absent du terrain, qu’il a besoin de nous écrire plusieurs fois qu’il est proche et présent, mots qui reviennent plusieurs fois. Aucune confiance en lui.
  • « Député de l’Essonne ». C’est moche de faire Sciences-Po et de ne rien comprendre à la souveraineté nationale…
  • La justification de son départ de LR ; bien sûr que si les gens l’ont élu pour LR contre LaREM !
  • La mention « Imprimé localement » n’est pas suffisante pour respecter le code de l’environnement.
  • Cet édito est tout sauf concret.

PAGE 2

  • On continue avec les mots clés : Orly, sécurité, justice, environnement, protection animale, pont, collège, emploi, rénovation urbaine, services publics, harcèlement sexiste, dépôts sauvages !
  • Qu’est-ce qu’il est fort ! Il gagne tout, tout seul !
  • Mais kikicé qui a autorisé la fusion des comités de surveillance des hôpitaux de Juvisy et de Longjumeau ?
  • Super d’avoir obtenu le plafonnement des créneaux et le respect du couvre-feu. Mais lorsqu’il n’est régulièrement pas respecté, que fait-on ? Ah ah !
  • Sécurité : je manœuvre pour que le commissariat de circonscription soit à Juvisy, et j’emmerde les autres villes de la circo.
  • La fermeté sur la sécurité. Et pour les élus qui fraudent et qui détournent ? Monsieur RÉDA est toujours visé par une enquête préliminaire pour une fraude électorale pendant sa campagne législative… (N° parquet Évry de la plainte : 17/164/214)
  • Traduisons-le : j’ai voté la ZFE parce qu’elle ne dépasse pas le périmètre de l’A86.
  • Je suis CONTRE le pont sur la Seine parce que les pro sont moins nombreux, et qu’ils font moins chier.
  • Collège : RÉDA est devenu conseiller départemental !
  • Orly : il a été aux rencontres d’Orly. Mais c’est fabuleux ! N’était-ce pas d’ailleurs au moment où il était censé voter la loi PACTE à l’Assemblée ?
  • La rénovation de Grand-Vaux, c’est lui. Élu en juin 2017, c’est lui qui nous a obtenu le projet en décembre 2014…
  • Viry : il est engagé pour les services publics ! C’est bien.
  • Utile mon député, pour faire visiter l’Assemblée nationale !



Ces Saviniens et Nord-Essonniens candidats aux élections européennes 2019

Rapidement vu dans les listes de candidats aux élections européennes 2019 qui en France se tiendra le dimanche 26 mai, sous réserve que je n’ai oublié personne, possiblement non remarqué, notamment dans lesdites « petites listes ».

À noter la présence de deux Wissoussiens (7700 habitants) et d’une paraysienne (7400 habitants)

Toutefois, a priori aucune de ces personnes n’est située en position éligible au vu des derniers sondages…


Audrey GUIBERT, (ex-)Savinienne, secrétaire départemental du RN, 32e de la liste du Rassemblement national,

Éva SAS, ex-Savinienne, ancienne députée élue sur la 7e circonscription, 76e de la liste Europe écologie les Verts,

Aurélie TROUBAT, Viry-Chatillon, maire-adjointe de Viry, collaboratrice du groupe LR/Les Centristes/UDI au GOSB, 40e de la liste LR,

Gabriel AMARD, ex-Castelvirois, ancien maire de Viry, gendre de Jean-Luc MÉLENCHON, 8e de la liste Insoumise

Stéphanie JANKIEWICZ, Paray-Vieille-Poste, fille de l’ancien maire et première colistière de Pascal PICARD, 58e de la liste LR,

Françoise BERNALÈS, Athis-Mons, présidente départementale de l’association du Comité du Souvenir du général DE GAULLE, 30e de la liste Debout-la-France (Nicolas DUPONT-AIGNAN),

Jean-Luc TOULY, Wissous, ancien conseiller régional EELV, 19e de la liste Les Patriotes de Florian PHILIPPOT,

Richard TRINQUIER, Wissous, maire, suppléant d’Éric MEHLHORN au Conseil départemental de l’Essonne, 77e de la liste Debout-la-France (Nicolas DUPONT-AIGNAN).