Archives du mot-clé études de droit

Olivier VAGNEUX, étudiant en droit

Ça y est. C’est officiel depuis quelques heures. Je suis redevenu étudiant.

Onze ans après ma première inscription à Paris I pour faire de l’Histoire, je m’y suis officiellement réinscrit, mais cette fois, pour faire du droit, par correspondance.

À la fois une capacité, parce que j’aime bien la facilité mais pour aussi avoir les bases des bases, comme si je n’y connaissais rien de rien, et donc repartir sur de saines bases.

Mais aussi à une troisième année de licence, avec un rattrapage en droit civil et en droit administratif, comme il m’a été proposé en consolation de mon échec à intégrer le Master 1.


De fait, j’aurais beaucoup moins de temps pour la politique et pour écrire sur mon blog, que je ne vais pas pour autant arrêter, mais bien et beaucoup réduire.

À écrire vrai, j’avais d’ailleurs même un projet de refonte du site en partant sur une version payante (pour moi mais aussi pour certains articles) et plus professionnelle.

Mais j’attends toujours quelques précisions de mes amis de la Commission des comptes de campagne avant toute évolution. En attendant, je suis toujours autant bloqué qu’en juillet…


Enfin, vous le savez, mon avenir repose aussi, comme tant d’autres, entre les mains du recours en annulation des élections municipales de David FABRE.

J’aurais vraiment voulu me détacher vraiment plus de la politique à Savigny ; ce que Jean-Marc DEFRÉMONT le haineux m’empêche de faire, en ayant refusé ma proposition de solder à l’amiable les 17 contentieux que j’ai encore contre la Commune. Mais je suis toujours là…

Écrivons donc que je me lance aussi dans cet ambitieux et chronophage projet pour pouvoir définitivement et rapidement passer à autre chose, si la décision sur les élections ne devait pas me convenir, aussi bien en première instance (nous saurons fin janvier 2021) qu’en appel.

Pour le reste, et dans la triple hypothèse où les élections sont annulées, IZARD est inéligible et MEHLHORN est dégagé par son parti, un projet d’union des différentes listes de la droite et du centre qui serait à opposer à l’union de la gauche de DEFRÉMONT progresse bien de mon côté !





Olivier VAGNEUX recalé à intégrer un M1 de droit ; on lui propose une L3 à la place

Pour le coup, ce sera vraiment mon dernier échec de 28 ans.

Il était malgré tout assez déraisonnable d’imaginer que je pourrais intégrer directement une première année de Master sans jamais avoir fait d’études de droit.

Mais grâce à mon ami Éric MEHLHORN, je m’évite quand même les deux premières années. Cœur sur toi.


Je suis aussi accepté pour préparer une capacité de droit ou une première année de licence.

Ce sont des études par correspondance, avec possibilité de les doubler sur deux ans, ce qui me permet de continuer à mener de front mes autres projets.

Avec à la fin le diplôme de Paris I où j’ai déjà fait mon Histoire entre 2009 et 2012.


Il subsiste tout au fond de moi l’idée de devenir avocat, à la fin, probablement vers mes 32 ans, tout en restant journaliste et formateur et tout plein de choses.

Mais je devine par avance que comme avec la presse, j’aurais non seulement des relations de merde avec l’ensemble de la profession, mais qu’en plus je me cantonnerais à des affaires qui ne me feront pas gagner ma vie, sans l’appui de mes autres activités.


Au passage, je relève que le motif de la décision de rejet n’est pas un motif mais que le vrai motif apparaît en commentaire de la décision.

Relevons sinon l’effort de la commission qui me permet quand même avec ce compromis de ne pas y passer trois ans.

Je pense enfin que je vais aussi passer la capacité de droit en parallèle ; pour le plaisir d’une victoire facile et aussi pour voir quelle est la formation dispensée en dessous de la base.


Bref, à 29 ans, j’ai décidé de devenir un mercenaire pour vivre de ce qui me plaît et comme il me plaît, en alternant au choix une large palette de compétences, avec à la fois le besoin que je ressens de toucher-à-tout et de me lancer des défis, et puis aussi, parce que je m’emmerde assez vite, pour éviter de me lancer à fond dans quelque chose dans lequel je ne suis pas forcément bon.