Archives du mot-clé Éric Mehlhorn

Mon recours gracieux contre le projet des Giroflées rejeté ; Olivier CARETTE sait lire !

Waouh, il leur aura fallu attendre trois semaines pour me répondre ce que j’avais écrit le 24 mai 2018 en commentaire d’un article : oui, mon recours gracieux est irrecevable en tant que je n’ai effectivement pas intérêt à agir. Du coup, j’ai fait une réponse salée à MEHLHORN, comme j’aime bien en faire, que je vous invite à lire. J’y écris, avec mépris, que les électeurs de MEHLHORN sont des cons ; pour tous ceux qui me lisent…

Vous remarquerez néanmoins deux choses : c’est TEILLET qui me répond, alors qu’il s’agit d’une question d’urbanisme, et que c’est donc ACHTERGAËLE qui aurait dû me répondre (mais peut-être que son stylo n’a plus d’encre ou qu’il est fatigué d’avoir trop travaillé). Et aussi que je n’avais jamais remarqué ces trois petits points sous la signature de TEILLET, comme s’il veut me dire : je suis franc-maçon et je t’emmerde. Il ne serait pas le seul élu du Conseil municipal à en être…

Je le reconnais franchement : oui, j’ai fait un recours, tout comme cet article pour la communication, pour pouvoir écrire un truc sur mon blog. Mais c’est aussi ma vision active de la politique que de dire ou d’écrire aux responsables politiques QUAND je ne suis pas d’accord avec eux et POURQUOI je ne suis pas d’accord avec eux. J’ai maintenant hâte que les vrais recours des riverains aboutissent, et qu’on annule ce projet tout pourri d’immeuble de 12,5 m de haut !


Vos références : DSU/2018-919

‌‌Affaire suivie par M. Olivier CARETTE

‌Monsieur le maire,

Je vous remercie pour l’effort de votre réponse, d’ordinaire si rare et donc si précieuse, valant rejet de mon recours gracieux contre le permis de construire n°PC 91 589 17 1 0065 au 10/12 rue des Giroflées.

Il montre que M. CARETTE sait au moins lire les commentaires de mon blog, sur lequel j’annonçais déjà le 24 mai 2018 à 11 h 08 que ma requête ne pourrait prospérer en tant que je n’avais effectivement pas d’intérêt à agir !

Mais vous êtes un homme intelligent et un fin politique, et vous aviez de toute façon compris que je vous adressais ce recours, non pas pour obtenir l’annulation du permis de construire que je savais ne pas pouvoir obtenir, mais bien dans le cadre d’une posture communicationnel et de l’expression de convictions politiques, pour vous rappeler à vos engagements de campagne, que vos cons d’électeurs soumis ne vous tiendront de toute façon pas rigueur de ne pas respecter (et j’insulte d’autant plus facilement vos suffragants qu’aussi bien ma famille, qu’une grande partie de ma liste municipale ont voté pour vous, ou plutôt contre les autres, au deuxième tour de l’élection municipale de mars 2014).

Moi, je suis (vraiment) de droite. Je ne me fais pas élire en promettant un urbanisme raisonné et respectueux du caractère pavillonnaire de Savigny, contre les vilains gauchos, puis en faisant plus qu’ils n’auraient jamais faits. Je ne crois pas aux discours de mixité sociale qui n’ont jamais fonctionné. Je pense que c’est une connerie de se mettre à pondre des immeubles de 12 mètres 50 de hauteur, d’autant plus quand votre PLU minable, que vous n’avez apparemment même pas lu eu égard à certains propos que vous pouvez publiquement tenir, ne prévoit même pas les équipements nécessaires à la nouvelle population.

Mais vous ne serez de toute façon plus aux affaires quand les conséquences de ces projets verront le jour, ou vous arriverez sinon bien à en reporter la faute sur vos prédécesseurs (hein, la faute à qui s’il n’y a pas eu de construction de logements sociaux entre 1972 et 1983 ?). Donc ça vous oblige à faire n’importe quoi pour rattraper, mais comme personne ne connait les lois et que tout le monde s’en fout… C’est comme à Grand-Vaux, les objectifs du SDRIF disent 260 logements supplémentaires à Grand-Vaux à l’horizon 2030, donc vous en faîtes 400 ! Parce que vous prévoyez déjà à l’horizon 2050, même si vous savez très bien que le problème de Grand-Vaux est que la densité de logement est déjà 4 fois supérieure au reste de Savigny…

Or, moi, je sais bien que vous n’êtes pour rien dans tout cela ; que le PLU est du fait des vilains socialos-communistes du GOSB, et que c’est sinon l’État macronien qui est responsable du quota de 25 % de logements sociaux, que votre député, pour lequel vous avez fait « compagne », ne semble pas très décidé à vouloir modifier…

C’est Véronique MEHLHORN qui ne va pas être contente… Sur mon clavier, le O et la A sont pourtant assez éloignés…

C’est donc pour cela, pour la com° populiste et électoraliste, et aussi longtemps que je le pourrais sous ce mandat, que je vous adresserai des recours gracieux contre vos projets urbanistiques les plus farfelus ; pour vous redire que personnellement, je ne veux pas d’une construction de logement social immodérée ; et que le vrai courage politique, ce serait d’assumer de payer l’amende SRU, tout en vous dépêchant d’aller trouver les autres maires, qui comme à Savigny ne pourront jamais atteindre ce quota, pour trouver un dispositif législatif d’exception (par exemple modifier le mode de calcul en prenant pour base un quota intercommunal et non plus communal).

Dans tous les cas, j’userai de tous les moyens qui me sont donnés pour limiter les dégâts de votre désastreuse politique. Et si ma liste est élue aux prochaines élections, nous stopperons tous les projets encore arrêtables, nous reverrons le PLU à horizon 2022, et nous assumerons une politique urbanistique qui sans s’opposer par principe à toute nouvelle construction de logement social, ne visera pas idéologiquement les 25 %, et se fera toujours en concertation avec les riverains.

Alors d’ici là, je me permets de vous suggérer de limiter vos nouvelles constructions, ou plus exactement de ne pas bâtir trop vite, parce que cela fâche quand même les riverains directs de ces projets, et qu’ils pourraient même finir par ne plus voter pour vous. Mais en gérant bien, ils ne devraient pas prendre la mesure avant mars 2020, donc ils pourraient vous faire confiance encore jusque-là… Ils ne réalisent pas encore ; y a toujours des riverains pour me dire que ce projet aux Giroflées ne se fera pas… C’est exceptionnel !

En vous remerciant de votre attention, je vous prie d’agréer, Monsieur le maire, l’expression de ma considération distinguée.

Olivier Vagneux


On relèvera le copier/coller de Légifrance ; les polices ne sont pas les mêmes sur le courrier. J’espère que ce n’est pas notre futur avocat TEILLET qui s’est chargé de la rédaction…



Publicités

Le Parquet général confirme le classement d’une de mes plaintes contre MEHLHORN pour prise illégale d’intérêts lors du vote de la protection fonctionnelle

Comme je savais que c’est ce qui allait arriver, je n’ai pas attendu de recevoir ce papier pour porter plainte en me constituant partie civile. Sauf que ça fait quatre mois que les mecs étudient mes revenus pour me fixer le montant de ma consignation, comme si ça emmerdait la Justice en Essonne de devoir poursuivre un élu, avec possiblement l’obligation de demander une peine d’inéligibilité… Au pire, on demandera le dépaysement !

Donc la Loi dit qu’un élu n’a pas le droit de voter une délibération qui l’intéresse personnellement, et que c’est susceptible d’annuler l’acte administratif, et de valoir des poursuites pénales à l’élu. À Savigny, MEHLHORN a présenté le point, a mené les débats et a voté la délibération. Mais prenant conscience de son erreur, il a finalement annulé la délibération, ce qui ne devrait pourtant pas être motif à annuler les poursuites, en tant que la Loi a bien été enfreinte !

Or, je constate que la Justice est plutôt frileuse à s’attaquer à un élu, et qu’elle me dira que MEHLHORN n’a pas pris illégalement des intérêts parce qu’il a retiré la délibération. Sauf qu’il s’est quand même servi du principe de cette dernière pour régler deux factures pour un peu plus de 1000 euros ! Donc je ne lâcherai pas, et si ma constitution de partie civile devait être rejetée, alors j’irai devant la Chambre de l’instruction pour réellement avoir tout tenter !




Sur la communication des élus pendant les inondations

Avez-vous vu Éric MEHLHORN à la télévision, à la suite des inondations qui ont frappé Savigny ? C’était sur BFM Paris ce mardi 12 juin 2018. Et entre-nous, c’est quand même la honte qu’on vienne t’interviewer à la suite d’une crue, parce que ça veut surtout dire que tu n’as même pas été capable de la prévoir, et d’en limiter les dégâts. D’autant qu’en quoi est-ce utile de se trouver sur le terrain, à part pour faire semblant d’être investi ?

Il y a deux types d’élus : il y a des maires actifs qui agissent sur les causes des inondations en amont au moyen d’une politique volontariste. Relisons à ce propos les bonnes intentions de notre cher Daniel GUETTO, qui a manifestement foiré sa mission au Syndicat de l’Orge.

Et puis, il y a les maires passifs, comme MEHLHORN, qui sont des spectateurs de leur mandat, et qui viennent inutilement errer sur les zones inondées pour constater les dégâts, et écouter les rapports des différentes autorités qui disent « attention, ça va remonter », ou « c’est bon, vous ne risquez plus rien ». Un chien ou un sac à patates estampillé « maire » ne pourrait pas faire plus. Marre de cette communication improductive, qui malheureusement trouve son public !


Être sur le terrain permet la démagogie, et par exemple de remercier tous les agents qu’on trouve géniaux de ne faire que leur travail (je ne parle pas de ceux qui sont d’astreinte, ou qui font un travail supplémentaire pour l’occasion, et qui donc méritent d’être valorisés de leurs efforts). Dans quel autre « métier » que la politique s’applaudit-on, et se remercie-t-on, pour ce que l’on fait ? C’est vrai que personnellement, je ne remercie que trop peu mon boulanger ou mon médecin…

Le maire se donne aussi à voir comme un super-héros qui vont nous sauver, et je pense que c’est surtout cette reconnaissance que nos élus aiment à chercher dans ce genre de moments. Quel dommage qu’on ne les voit parfois sur le terrain qu’à ce moment là ? Car ce n’est bien qu’un prétexte pour dire : je suis là présent sur le terrain ! Surtout que s’ils pouvaient aider, mais ce n’est pas avec son costume, que MEHLHORN ou un autre, irait se salir dans la boue !

Un mot encore sur tous les soumis qui soit voudraient que le maire vienne voir leurs dégâts chez eux, ce qui ne va rien changer à leur situation mais leur permettra de côtoyer un puissant pendant quelques minutes. Ou sur tous ceux qui se félicitent d’avoir un tel héros, sans regarder que c’est lui qui est en partie responsable de ces inondations, parce qu’il continue d’urbaniser à fond des zones inondables ! Au contraire, c’est de sa faute si ça va de plus en plus mal !




Vos questions : Guilène DÉSIRÉE et la Cité des vainqueurs par la foi à Savigny-sur-Orge

Courriel anonymisé reçu le samedi 02 juin 2018

« Bonjour Monsieur Vagneux,

J’habite dans la rue Vigier, et je voudrais déjà vous dire que j’aime beaucoup lire votre site. À chaque fois, on pense que vous avez trouvé ce qu’il y a de pire à la mairie. Et puis vous trouvez encore plus !

Une nouvelle église africaine s’est installée dans la rue du billoir, juste à côté du parc Séron. Nous avions déjà eu des ennuis avec une de ces églises il y a une dizaine d’années, dont les occupants jouaient du tam-tam une partie de la nuit.

J’ai lu sur votre blog que la conseillère municipale Guilaine Désirée était pasteure protestante. Est-elle liée à ce groupe ? Est-ce qu’ils n’ont pas profité de sa place de conseillère municipale pour venir à Savigny ? Peut-être un conflit d’intérêts, matière à un prochain article ?

Surtout, ne lâchez rien et ne vous découragez pas ! Si vous ne passez pas cette foi[s], vous passerez la suivante.

Je vous prie de croire, cher Monsieur Vagneux, en l’expression de mes meilleurs sentiments. »


Madame,

Vous avez bien raison de m’écrire qu’une nouvelle église s’est récemment installée dans votre quartier. Ce nouveau lieu de culte, qui s’appelle « La Montagne de la foi », a ouvert ses portes début mars 2018, au 78, rue du Billoir, très précisément. Il sera prochainement inauguré, le 21 juin prochain. Par ailleurs, il a déjà accueilli, rien de moins qu’une convention internationale, à cheval sur fin mars et début avril !

Il s’agit d’une association, recréée en 2016 et qui a pour nom « La Cité des Vainqueurs par la Foi » ou CVF ; et qui se décrit sur son site internet comme étant « une église protestante évangélique et pentecôtiste, membre du Centre Évangélique et Missionnaire Ouvriers avec Dieu ». Son siège social est à Neuilly-Plaisance. Je vous joins son objet, tel que déclaré en sous-préfecture à sa création.

Je me permets de vous préciser que ce lieu de culte ne respecte pas les dispositions du Plan local d’urbanisme, en tant que, tout comme la salle de prière musulmane de Savigny, il est bâti sur un terrain à vocation pavillonnaire. Cela m’interroge sur la sécurité au sein de ce bâtiment, et sachant cela la responsabilité de le laisser ouvert. Mais la municipalité doit forcément en être informée, puisque cette association a déjà été reçue par le maire ; laquelle lui a proposé de s’impliquer dans la vie sociale et associative locale.

Alors même si Mme DÉSIRÉE et la CVF sont tous les deux chrétiens protestants, employant sur leurs réseaux sociaux un vocabulaire très similaire (de conquête des nations, de leaders, de prophètes, de bâtisseurs, et d’Esprit saint), je n’ai, à ce jour, rien trouvé de probant qui me permette d’affirmer un lien ou une pratique commune entre Mme DÉSIRÉE et la CVF, et donc l’existence d’un conflit d’intérêts dans l’installation de cette église à Savigny.

Ainsi, je ne pense pas que Guilène DÉSIRÉE soit intervenue pour faciliter l’installation de cette église, qui ne serait pas de son culte. Laquelle église ne doit donc pas avoir demandé les autorisations nécessaires à son installation, dont je doute autrement qu’elles auraient raisonnablement pu lui avoir été accordées. De là à y voir une mesure clientéliste, ou électoraliste…

Je suis enfin sensible à votre reconnaissance de mes efforts, et à vos encouragements, même si je pense que je vais arrêter la politique en 2020 ; trop conscient que les Saviniens ne partagent ni mes idées ni mes convictions.

En vous remerciant de votre lecture régulière, que je vous invite à continuer, et de votre question. Je reste à votre écoute.

Olivier VAGNEUX