Archives du mot-clé EPT GOSB

Gag : l’EPT Grand-Orly Seine Bièvre admet enfin avoir approuvé en double le protocole de relogement des habitants du quartier de Grand-Vaux à Savigny-sur-Orge

À neuf mois d’intervalle, ils ont voté deux fois le même texte, exactement dans les mêmes termes, sans jamais s’en rendre compte ! C’est vous dire combien le sujet de la rénovation urbaine de Grand-Vaux, et plus généralement la politique intercommunale, intéressent les cinq conseillers territoriaux LR de Savigny-sur-Orge : Éric MEHLHORN, Nadège ACHTERGAËLE, Anne-Marie GÉRARD, Sébastien BÉNÉTEAU et Daniel GUETTO.

Mais en face, vous remarquerez aussi qu’aucun autre des candidats à la mairie de Savigny, si ce n’est votre serviteur, ne l’a plus observé, parce qu’ils s’en foutent tous. Les DEFRÉMONT, IZARD et même FABRE, BLANCHAUD et CURATOLO veulent juste la place. Ils n’ont aucun regard sur ce qui est voté en dehors de la Commune, et ne s’y intéressent actuellement pas parce qu’ils n’y sont pas élus. Alors, j’ai peut-être plein de défauts mais moi seul, je l’ai constaté, dénoncé et je suis en passe d’obtenir l’abrogation du doublon.

Une question légitime de lecteur, qui pourrait aussi être un reproche de mes concurrents, serait de demander l’utilité de cette démarche, d’autant qu’en droit administratif, le deuxième acte s’il est identique au premier n’est pas censé pouvoir s’appliquer. La réponse en est le principe de substitution qui considère alors que le protocole ne commence réellement à s’appliquer qu’à la publication du second acte, et qui place dans l’insécurité juridique tous les habitants relogés avant la publication du second protocole. D’où d’ailleurs que l’EPT abroge l’acte !

Déjà l’année dernière, j’avais aussi été le seul à remarquer que MEHLHORN s’était approprié les voiries privées de la Commune pour les transférer à l’intercommunalité. Et en plus, il ne l’avait même pas fait volontairement. C’est juste que nos services techniques, gérés par l’excellente et talentueuse Valérie RAGOT, avaient fourni à l’interco une mauvaise liste intégrant toutes les rues, et non pas les seules voies communales. Là encore, c’est sur ma seule action qu’une correction a été effectuée.

Par ailleurs, je ne peux que déplorer que j’ai dû en arriver à devoir déposer un recours gracieux pour obtenir ce résultat. J’ai essayé d’expliquer à l’EPT qu’ils avaient commis une erreur en janvier et en février. Mais ils s’en foutaient. Et c’est uniquement parce que j’ai menacé d’aller au Tribunal qu’ils ont cédé. Comme quoi, je suis peut-être un procédurier mais il n’y a malheureusement que cela que les administrations comprennent. Tous les autres, qui n’ont rien essayé, n’auraient rien obtenu avec leurs bons sentiments.

Preuve en est, encore une fois, que je suis le seul à défendre véritablement les intérêts des habitants de Grand-Vaux, notamment en proposant un droit au retour qui permette à chaque habitant déplacé par la rénovation de pouvoir revenir, s’il le veut, avec un déménagement qui soit intégralement pris en charge. Je me permets enfin d’espérer que les habitants du quartier sauront s’en souvenir au deuxième tour de l’élection municipale. Après dans le fond, je m’en fous, car si je perds, je ne m’y intéresserai plus et je les laisserai se débrouiller…


Une « erreur matérielle » : la bonne excuse !



Absentéisme au GOSB : Éric MEHLHORN aurait mieux fait de se taire !

Mardi soir (17 décembre 2019), défaut de quorum (il manque au moins la moitié des élus). Le Conseil territorial est annulé et reporté.

Éric MEHLHORN, chopé ce soir-là avec sa voiture de fonction de maire, alors qu’il était là en tant que conseiller territorial, fanfaronne sur Facebook.

Ce qu’il oublie de dire est que Nadège ACHTERGAËLE était absente aussi. Donc même si 4 élus saviniens sur 5 sont présents, il en manque quand même une.

Et puis, ce n’est pas la grève qui a découragé les élus de venir siéger. C’est plutôt le fait qu’ils ne soient pas indemnisés pour ce mandat, lorsqu’ils ne font pas partie de l’exécutif (président et vice-président), car les territoires ont un statut de syndicats de communes.



Et puis le conseil territorial est reporté à ce samedi matin (21 décembre 2019).

Et il n’y a aucun élu de Savigny.

Parce que MEHLHRN est déjà barré en vacances.

Et que les autres (Anne-Marie GÉRARD, Nadège ACHTERGAËLE, Daniel GUETTO et Sébastien BÉNÉTEAU) ne valent pas mieux que lui.

Pas non plus de Robin RÉDA, qui n’était d’ailleurs (encore) pas à l’Assemblée pour voter le projet de loi relatif à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire…



Bref, MEHLHORN aurait mieux fait de se taire.

Parce que ses leçons, il ferait mieux de commencer à se les appliquer à lui-même.

Et de venir siéger même quand le quorum n’est pas obligatoire.

Pour se foutre des autres, il y a du monde, mais pour assumer, plus personne…

Et moi, j’étais tout seul dans le public, avant d’être rejoint par deux membres de la famille d’élus.



Vidéo-protection à Savigny-sur-Orge : si on rappelait que la mise à jour des panneaux d’informations est due à l’action d’Olivier VAGNEUX ?

Je lis MEHLHORN, je lis BLANCHAUD, je lis ce qui se dit sur le sujet sur les réseaux sociaux… J’ai d’ailleurs hâte d’entendre la réponse du premier à la question du deuxième au conseil municipal du 28 novembre 2019.

Et je voudrais simplement rappeler ici que c’est quand même grâce à ma plainte auprès de la CNIL en 2017, que l’EPT GOSB a été contraint de mettre à jour les panneaux d’informations de la vidéoprotection pratiquée à Savigny. Et j’en veux pour preuve les courriers qui suivent.

Au passage, les panneaux n’ont changé que dans le seul village gaulois de Savigny, parce qu’il y a là-bas un résistant, enfin plutôt un emmerdeur. C’est quand même bizarre pour un Territoire qui fait des devis qu’il n’y ait pas les mêmes panneaux dans les communes voisines… j’écris cela, je n’écris rien….

Et normalement, ces dits panneaux devraient même être installés à proximité des caméras, pour respecter pleinement l’article R.253-3 du code de la sécurité intérieure !

Et quand je serai maire, ils le seront, malgré l’avis défavorable des forces de l’ordre et du centre de supervision urbain.

Allez, gros bisous les rageux, et n’oubliez pas de me rendre ce que vous me devez ! Le seul qui défend vraiment les libertés publiques dans cette commune, c’est ouam. Vous n’êtes absolument pas crédibles à vous réveiller à six mois des élections !

Et vous, vous êtes des collabos du système qui ne connaissaient même pas ni les caméras qui fonctionnent, ni la résolution des images qui fait qu’il n’y a aucune sûreté supplémentaire. Je me rappelle le sketch quand je me suis fait agressé à Grand-Vaux. Et j’ai d’autres histoires !