Archives du mot-clé emprunts

Savigny-sur-Orge : trois questions sur l’emprunt de 3 millions € à 1,18 % fixe

Enfin ! Alors que les taux des prêts aux collectivités ont connu leurs records de faiblesse en 2015, Savigny se met à emprunter 3 millions € à 1,18 %, après n’avoir rien emprunté en 2016 (alors que les taux étaient autour de 0,8 à 1 %) ; et au taux exorbitant de 3,25 % en 2015 parce qu’on rachetait nos emprunts toxiques plutôt que de les attaquer en Justice. Mais paradoxal pour une municipalité qui voulait réduire l’emprunt au strict nécessaire !

Alors ne vous laissez pas avoir ! La municipalité va vous dire que c’est grâce à sa fabuleuse gestion qu’elle peut désormais emprunter à ce taux-là. C’est parfaitement faux, elle aurait pu le faire dès 2014 sauf qu’elle n’avait alors aucun autre projet idéologique que de désendetter massivement la Ville en vue d’une annonce dans son bilan en 2020. Moyennant quoi, nous étions à 38,7 M € de dette en 2014 pour arriver à 32,9 M € en 2017, et nous repartons à 35,9 M €…


Première question : Le plan pluriannuel d’investissement (PPI) de Savigny est-il viable ?

Ils ont fermé des services publics en 2015. Ils ont décidé d’augmenter les impôts en 2016. Ils veulent dépenser 6 M € par an à partir de 2017. Mais dès la première année, ils sont obligés d’emprunter pour trouver la moitié de la somme… Même si nous aurons plus de 9 millions € dans les recettes d’investissements en 2017, le PPI ne se maintient que parce qu’il y aura une reprise des sommes inscrites mais dont les dépenses restent à réaliser d’une année sur l’autre.


Deuxième question : La politique de désendettement du maire est-elle utile ?

Non parce que personne ne rembourse ses dettes. En fait, ils espéraient revenir à 25 millions € de dette en 2020 pour dire avoir désendetté la ville d’1/3 de ses créances donc ils ont chargé la mule par idéologie en choisissant de rembourser au-delà des capacités. Mais à ne pas investir dans des outils créateurs de richesses, ce désendettement ne sert à rien puisqu’on doit réemprunter, et nous pénalise puisqu’il nous coûte plus cher à court terme sans gains à long terme.


Troisième question : Ne retrouvons-nous pas les mauvaises pratiques du précédent mandat ?

En 2010, Laurence SPICHER augmentait fortement les impôts, et pouvait le faire grâce à l’abstention d’Éric MEHLHORN et de sa bande. Puis à partir de 2011, elle accomplissait en moyenne 3 millions € d’emprunts tous les ans, passant la dette de 26 M € à 38 M €. Éric MEHLHORN, du fait de la baisse des dotations, repart dans un tel cycle dispendieux, et le prochain maire, quel qu’il soit devra réaugmenter les impôts en 2022 pour stabiliser son budget.


Je ne comprends pas ce qu’il y a de droite à refuser le libéralisme, et à utiliser toutes nos ressources pour désendetter des emprunts hauts, plutôt que de financer tous nos autres investissements par des taux très bas, en utilisant cet argent pour créer de la richesse ; pour qu’une fois que l’économie générale soit rétablie et que des gains productifs soient attendus chaque année, on puisse effectivement désendetter. En fait, ils ont fait l’inverse de la logique économique.




Publicités

Les mensonges d’Éric MEHLHORN dans sa Lettre du Maire n°1

Lorsqu’on a besoin de réaliser des économies dans sa Ville, peut-être est-il plus intelligent de ne pas publier une lettre démagogique pour mentir en affirmant qu’on fait bien son travail, alors que l’on s’est refusé à étudier en profondeur son budget et les pistes d’économie qui étaient réalisables… Là, je suis en colère, d’autant qu’il n’y a toujours aucune proposition de débat et de concertation…

Donc les propositions mehlhorniennes sont actées et on écrit pour rassurer les retraités et l’électorat traditionnel de la droite UMP pour dire que c’est ce qu’il y avait de mieux à faire, qu’on sait ce qu’on fait (sauf que les conseillers municipaux n’étaient pas au courant l’avant-veille…) et que la mobilisation des Saviniens n’a pas lieu d’être parce qu’il n’y a aucun problème à Savigny-sur-Orge. Au fait, combien a coûté cette blague sur 4 pages ?

Je m’attacherai à relever quelques éléments de désinformation ou quelques éléments de la rhétorique mehlhornienne que l’on peut résumer ainsi :  « Je peux me permettre d’être médiocre parce que d’autres le sont tout autant sinon plus que moi« .  Peut-être que les Saviniens m’auraient élu, qu’on n’en serait pas là aujourd’hui… J’écris cela, je n’écris rien… Et je précise, je ne touche pas 8460 € brut par mois pour savoir tout cela…

Indemnités mensuelles de Éric MEHLHORN (montants brut) au 1er avril 2015

– Maire de Savigny-sur-Orge : 3041,17 €

– vice-président de la CALPE : 1960 €

– vice-président du Conseil départemental de l’Essonne : 3459 €


 Page 1 :

– La communication en période pré-électorale fut réglementée à partir du 1er septembre 2014 et non du 1er octobre (article L.52-1 du Code électoral). En conséquence, je veillerai à ce que Éric MEHLHORN déclare dans ses comptes de campagne les guides municipaux de septembre 2014, les cartons d’invitations aux conférences culturelles ou l’invitation pour la cérémonie de vœux 2015 ou encore le coût de diffusion de ses photos sur les écrans télé de la Ville…

– « N’ayant pas vocation à constituer un encart réservé uniquement à la parole du Maire » : peut-être faut-il rappeler à M. MEHLHORN qu’il s’agit là d’une obligation légale et que Mme SPICHER-BERNIER fut condamnée en 2013 pour avoir refuser de laisser son opposition s’exprimer…

– Je ne fais pas, comme d’autres villes,  29 % de hausses d’impôts pour Savigny… Faut-il remercier le Maire de raisonner par l’absurde ? Ces hausses ne sont pas nécessaires dans le cas de Savigny si on coupe aux bons endroits et que l’on emprunte un peu plus…

– La blague du compte Twitter qui n’est plus actif depuis le 8 janvier 2014 parce qu’entre-temps, ils se sont rendus compte qu’ils fonctionnaient avec un autre compte… Si le deuxième a fermé, c’est un peu grâce à moi car MEHLHORN y faisait sa communication électorale pro-UMP et anti-FN, et que je lui ai demandé s’il voulait le compter dans ses comptes de campagne…


Page 2 :

– 56 % du personnel communal est intégré au budget au service de l’Enfance ? Nous ne devons pas avoir les mêmes sources parce que je ne trouve pas 508 personnes travaillant directement pour l’enfance de Savigny…

J’ai : 907 effectifs budgétaires dont 4 direction générale, 171 filière administrative, 390 filière technique, 87 filière sociale, 57 médico-social, 12 secteur sportif, 57 secteur animation, 122 secteur culturel, 8 police municipale, 3 emplois non cités + 40 non-titulaires dont Cabinet (+ toutes les délégations de service à l’IFAC ou à SODEXO)

Si Savigny consacre 13 millions d’euros à l’enfance, alors on ne dépense que 10,21 millions d’euros pour le reste de notre fonction publique territoriale. Puisque Savigny dépense 23,21 millions de son budget pour son personnel, alors elle utilise 48 % de son budget total pour son personnel dont en effet 55 % de son budget de fonctionnement (42 500 341 €). Mais tous ces chiffres ne prennent pas en compte toutes les délégations de service public et tous les emplois non salariés directement par la Ville…

Mais un instant, comment se fait-il qu’en 2013, nous n’avions que 860 effectifs budgétaires, et que nous nous retrouvons avec 907 en en ayant transféré 90 à la CALPE au 1er janvier ? Ah, les rythmes scolaires… Et les embauches de copinage…

– 29 % de hausses d’impôts. À Savigny, on est dans l’absolu. ce n’est pas emprunter 2 millions supplémentaires et une petite hausse d’impôts. c’est soit 29 % de hausse d’un coup et rien à côté. Soit que des coupes et pas de hausses d’impôts. Soit que de l’emprunt. Quelle étroitesse d’esprit ! Un Savinien me suggère qu’on se jumelle avec Cugnaux…

– La Ville rembourse davantage qu’elle n’emprunte. Savigny en effet emprunte 2 millions d’euros quand elle en rembourse 2,9. Où est l’intérêt ? Sinon de raisonner selon une idéologie toxique pour pouvoir affirmer cet écrit. Les taux d’intérêts sont au plus bas. On pourrait même emprunter plus pour réduire nos emprunts, tout en les renégociant… Mais il faut travailler…

– 500 000 € pour les rythmes scolaires ? Voilà la sixième ou septième estimation du coût de la réforme… Nous nageons en plein délire.

– Quelle malhonnêteté intellectuelle : nulle part, PATAUT n’écrit qu’il a emprunté 2 millions € pour 2015 et surtout pas 799 000 € pour faire du logement social, au cas où l’électorat de droite l’apprendrait…


Page 3 :

– Un audit réalisé par les copains du MODEM tandis qu’on a détruit l’audit indépendant de 2010 (cabinet KLOPFER). Beau travail, monsieur MEHLHORN.

– Quels effets en 2016 ? Alors que les dotations diminueront d’encore 3 millions € ? Quelles bouffées d’oxygène ?

– MEHLHORN avoue qu’il n’évaluait pas systématiquement en 2014 les marchés publics à renouveler… Je ne vois qu’un mot : tocard…

– Des priorités pour préserver les services publics ? Lesquelles ? Palabres.

– Savinière : si la fréquentation est en perte de vitesse, tu te bouges pour faire venir des enfants des autres villes… Voire tu requalifies un fonctionnaire pour qu’il se charge de cela…

– MJC : Si Nadège ACHTERGAËLE, vice-présidente de la CALPE à la Culture, était compétente, elle se bougerait pour obtenir des aides, par exemple du pacte financier de la CALPE de solidarité avec les communes… Rappelles-nous combien Savigny a versé pour y contribuer ?

– Le sport au quotidien ? C’est le même raisonnement que la France et la lutte contre le terrorisme. On réduit l’armée mais on vous envoie partout pour combattre Daech. Ici, on réduit les subventions et le temps de pratique des sports (à cause de la réforme des rythmes scolaires) mais on vous demande d’en faire plus en vous substituant aux Sports-vacances…

– « aider à appréhender » : du bon verbiage alors que la Ville n’est même pas foutu d’aller chercher l’argent des enveloppes du Conseil départemental, régional et toutes les aides dont on aurait besoin et que nous sommes légitimes à recevoir. Le comble alors que nos conseillers départementaux sont vice-présidents… Ils sont sûrement timides…

– Et la maison de quartier Éole, à quel moment est-ce qu’on en parle ?


Page 4 :

– Si le budget événementiel rapporte à la Ville, pourquoi le diminuer ? Au contraire, il faut l’intensifier s’il permet des recettes supplémentaires ! Car est-ce 50 % de budget en moins signifie 50 % de recettes en moins ?

– 30 % de réduction des indemnités (de grâce, Saviniens, arrêtez de parler de « salaires » car ce terme serait impropre même si MEHLHORN et son équipe accomplissaient le moindre travail). Oui, elles ont été votées le 19 décembre 2014 après une augmentation de 75 % de l’indemnité des adjoints votée le 16 avril 2014.


Pour simplifier, sous SPICHER-BERNIER (2008-2014) :

Maire : 3872,19 € brut

Maire-adjoint (onze) : 1419,80 € brut

Conseiller municipal délégué : 0 €

TOTAL : 19 489,99 € brut

Sous MEHLHORN (16 avril 2014 -19 décembre 2014)

Maire : 3934,51 € brut

Maire-adjoint (sept) : 2097,27 € brut

Conseiller municipal délégué (cinq) : 237,64 € brut

TOTAL : 19 803 € brut

Sous MEHLHORN (post 19 décembre 2014)

Maire : 3 041,17 € brut

Maire-adjoint (huit) : 1187,95 € brut

Conseiller municipal délégué (quatre) : 228,09 € brut

TOTAL : 13457,13 € brut – 60 000 € d’économies annuelles (après avoir goinfré les copains le temps qu’ils se remboursent d’avoir acheté leur place d’adjoint sur la liste Le bon sens pour Savigny en finançant ladite campagne municipale).

À noter que Joëlle EUGÈNE qui était Conseillère municipale déléguée à la Culture est devenue adjointe à la Culture (passant d’une indemnité de 237,64 € à 1187,95 € alors que la culture devenait une compétence de l’agglomération, donc concernait moins Savigny…)


– Suppression des emplois saisonniers : qui va faire le travail ?

– La modernisation de l’éclairage et de la signalisation relève de la CALPE. Fais-le toi payer !

– 274 000 € de frais d’étude pour trois projets faits sans consultation et pour lesquels on demande au Conseil citoyen de Grand-Vaux de choisir lequel des trois il préfère…

Je ne m’attarde pas sur la platitude des expressions libres des élus de l’opposition…


Edit : le texte du groupe d’opposition « Agir pour vous, Savigny ensemble » envoyé par David FABRE

NON sur la forme, NON sur le fond !

Rien n’a été annoncé, envisagé, étudié lors du débat d’orientation budgétaire du 10 mars. C’est en lisant le Parisien que nous apprenons la fermeture de la Savinière, de la MJC, de 2 crèches, l’arrêt des sports vacances… Que restera-t-il à nos jeunes ? Nous avons demandé un débat public en salle des fêtes. Vous l’avez refusé. Nous vous avons demandé d’accorder à vos propres conseillers un vote à bulletin secret, libre. Vous l’avez refusé.

Côté « recettes », sont prévus en 2015 une augmentation du taux de Taxe Foncière Ville + CALPE de 12.97% et de 5.34% du taux de TEOM (Ordures Ménagères). C’est donc la double peine pour les familles !

Nous avons fait recours auprès du Préfet. Un autre budget est possible. Construisons-le ensemble.

Savigny l’exige !

Les élus du groupe UDI  « Agir Pour vous, Savigny Ensemble ».

LM-EM-01 001 LM-0415-2 001 LM-0415-3 001

LM-0415-4 001

En PDF : LM-EM-SSO-0415