Archives du mot-clé électorat

Savigny-sur-Orge : une pétition pour une cantine sans plastique

Des représentants des parents d’élèves de l’école Ferdinand-Buisson ont lancé une pétition existe sur Change.Org pour demander au maire de Savigny-sur-Orge de revenir sur sa décision d’utiliser de la vaisselle plastique dans les cantines et au centre de loisirs.

https://www.change.org/p/pour-une-cantine-sans-plastique-dans-toutes-les-%C3%A9coles


Sachez que je soutiens pleinement cette initiative, avec laquelle je n’ai absolument rien à voir (mais rassurez-vous, j’essaierai quand même d’instrumentaliser les parents d’élèves pour la prochaine campagne municipale afin qu’ils votent pour ma liste).

Je vous invite donc à signer cette pétition et à les relayer au maximum autour de vous.

https://www.change.org/p/pour-une-cantine-sans-plastique-dans-toutes-les-%C3%A9coles


Alors, bien sûr, il se pose les deux problèmes relayés dans la pétition, de la santé des enfants, du fait des molécules contenues dans les plastiques qui peuvent migrer dans la nourriture au moment du réchauffage des plats ; et de l’environnement, avec ces plats qu’il faut régulièrement changer. Rappelons que cette pétition a été lancée symboliquement le jour où l’Union européenne vient enfin d’interdire les plastiques à usage unique pour 2021 !

Mais les parents auraient aussi pu évoquer le confort des enfants avec soit des barquettes qui les brûlent, parce qu’elles conservent trop la chaleur des plats, soit des barquettes qui donnent un goût encore plus dégueulasse à la nourriture, dès lors qu’elles ont attendues et qu’elles sont froides, par exemple parce qu’elles n’ont pas été distribuées de suite après avoir été réchauffées. En fait, c’est une question de timing et donc de chance…

Rajoutons-en dans la gueule de SODEXO, à l’aide de leur dernier rapport annuel d’exploitation : pour un même prix payé par les parents, le coût de conception d’un repas pour les enfants a encore diminué à environ 2,50 euros le repas (qu’est-ce que tu peux faire un repas complet et gustativement intéressant pour 2 euros 50 ?) Mais parce que sinon, ce n’est pas drôle, les repas des séniors ont un coût de fabrication de près du double, aux environs de 5 euros !

Eh ouais, les vieux votent mais pas les gamins. Ce qui est con comme raisonnement, parce que les gamins ont des parents qui votent…

Je voudrais enfin et surtout dénoncer la démagogie du maire, qui pour s’attirer les bonnes grâces électorales de quelques agents (et de leurs familles), s’est saisi d’un avis bidon, d’un CHSCT à sa botte, pour déclarer que porter la vaisselle nuisait à leur santé.

Travailler aussi nuit à la santé… Et comment font-ils dans les autres communes ?

Ok, prenons-les aux mots. Dans ce cas, achetons une vaisselle plus légère !


Les parents d’élèves de Ferdinand-Buisson auront encore à gueuler quand je leur révélerai que les futures et nouvelles cantines de la nouvelle école n’auront que 154 places pour les élémentaires et 72 pour les maternelles, ce qui va sous-entendre 3 services pour faire manger tout le monde ; et entre autres joyeusetés, qu’il n’y a pas de toilettes (donc pas de possibilité de se laver les mains) à proximité immédiate, ni de porte-manteaux pour les enfants, ni même de chemin pour arriver et repartir ! On fait comme si les enfants allaient savoir s’auto-discipliner comme des grands !

Je ne sais pas s’il faut que je dise aussi que l’office réchauffage est situé en face des poubelles, et à côté des toilettes, et que c’est le même chemin par où va arriver la nourriture, et par où sortiront les poubelles.

Promis que je publie bientôt les plans, mais il ne faut pas se plaindre, parce que dans le jury de sélection du projet, il y avait un seul opposant, Jean-Marc DEFRÉMONT, (sur combien de membres ?), donc maintenant il ne faut pas embêter le maire. Cet argument ne vous convainc pas, c’est pourtant celui que MEHLHORN répète à longueur de conseils municipaux…

Je rappelle aussi que je propose aux parents d’élèves la co-organsiation d’une réunion de présentation du projet avec un professionnel de l’éducation qui a étudié les plans, et en a relevé tous les défauts ! Dépêchons-nous avant de gaspiller 11 millions d’euros !


Je finis avec ma pub, j’en avais déjà parlé ici en novembre sur ce blog, après avoir été alerté par Chris DESCHAMPS sur le sujet :

https://oliviervagneux.wordpress.com/2018/11/26/les-exigences-traiteur-de-la-commune-de-savigny-sur-orge-a-comparer-avec-le-traitement-des-cantines/

Et là, en page 7 de mon livret de vœux 2019 :


https://www.change.org/p/pour-une-cantine-sans-plastique-dans-toutes-les-%C3%A9coles



Pourquoi l’hyperpuissance américaine états-unienne perdure encore !

Les médias occidentaux bienpensants avaient annoncé que Donald TRUMP allait mettre un terme à l’hyperpuissance américaine, par ses gaffes et ses emportements. Force est de constater, après ce court voyage d’état du président français, que c’est encore le président des États-Unis d’Amérique qui est le maître du monde. Grâce à la meilleure armée du monde, leur monnaie référence mondiale, et l’absence d’actions des autres nations.

On pourra reprocher à TRUMP beaucoup de choses, c’est encore lui qui fait ce qu’il veut, et les autres nations qui suivent. Il est moteur sur la Syrie, sur l’Iran, sur la Corée-du-Nord, sur l’accord de Paris issu de la COP 21… Alors les autres nations râlent, sans toutefois s’opposer frontalement à lui, d’autant qu’il obtient en plus des résultats. Du coup, les nations font avec les EUA, ou elles ne font pas. Quand on repense que TRUMP s’est fait élire avec un discours isolationniste !

Malgré les bourbiers irakiens et afghans, l’armée américaine est toujours la meilleure du monde (ce qui se comprend vu qu’elle profite de 50 % des dépenses militaires mondiales à son profit). Mais elle est surtout la seule à disposer d’une logistique complète là où les autres armées ne suivent pas. Du coup, quand elle se refuse d’intervenir en Syrie en 2013, personne n’y va. Quand elle a besoin, comme en 2017, elle y va seule ; sinon, ses alliés peuvent l’accompagner (2018)…

Le fait est que les États-Unis peuvent continuer de faire ce qu’ils veulent économiquement avec le dollar comme étalon pour les échanges mondiaux ; ils sont les seuls pays à pouvoir vivre de la planche à billets. Et même si de plus en plus de pays, et notamment les BRICS cherchent à quitter ce système qui leur est défavorable, ils y restent quand même. La fracture se produira-t-elle sous le mandat de TRUMP. On voit mal comment le 45e président laisserait faire cela…

Reste donc à s’étonner que les superpuissances rivales ne se bougent pas plus. L’Europe ne peut rien en tant qu’elle est divisée. La Russie va très mal depuis les sanctions suivant l’annexion de la Crimée. L’Inde n’a pas de revendications. Le Japon qui possède 1/18e de la dette américaine non plus. La Chine qui en possède 1/16e en a, mais ne veut pas se développer trop vite pour ne pas que les « classes moyennes » déstabilisent le régime. TRUMP est tranquille !

En conclusion, parce que personne ne cherche à rivaliser avec les États-Unis, voire que tout le monde, à part la Russie, se plie à ses volontés ; que c’est elle qui fait la diplomatie mondiale, et la guerre, et qu’elle contrôle l’économie mondiale par le dollar, même si la Chine produit et vend désormais plus qu’elle, c’est TRUMP qui gère le monde. On peut donc continuer de le prendre pour un imbécile, mais son bilan est pour l’instant bon en direction de son électorat…



Manifestations contre les prières de rue : le double-jeu dangereux des élus

Ils étaient plusieurs dizaines d’élus à avoir répondu présent ce vendredi 10 novembre 2017 à l’appel du maire LR de Clichy-la-Garenne (Hauts-de-Seine). En cause, l’occupation illégale du domaine public par des musulmans en prière, lesquels se rassemblent devant la mairie tous les vendredis depuis huit mois. Sauf que cette manifestation, loin de résoudre quoi que ce soit, aurait plutôt tendance à aggraver une situation déjà tendue.

Première chose que personne ne dit : la provocation volontaire des musulmans de se réunir devant le symbole de la mairie. À croire que c’est le seul endroit de Clichy qui serait suffisamment grand pour pouvoir les accueillir. Non, il s’agit d’une revendication à but politique ; et le piège dans lequel sont tombés les élus présents, est de prétendre apporter une réponse politique à un problème étatique d’ordre public. C’est à la Police d’intervenir ; en aucun cas aux élus…

Ensuite, il y a ce piège que tendent les musulmans pour obtenir une mosquée, soit en la finançant eux-mêmes ; soit si possible avec l’aide de la mairie et d’un petit bail emphytéotique. Nous sommes dans la rue parce que la salle de prières est trop petite, et que nous tenons à éviter un islam des caves, plus propice à l’intégrisme. Donc aidez-nous ou permettez-nous d’avoir un lieu de culte plus grand, et nous arrêterons de vous embêter. Non mais c’est quoi ce chantage !

Il y a encore cette réaction des élus qui ne proposent aucune solution. Ils sont dehors pour dire qu’il faut faire appliquer la Loi. Sauf que quand on regarde les images de la presse, on y voit que des blancs fachos xénophobes qui n’aiment pas les musulmans, face à des bonnes gens qui ne demandent qu’à prier en paix. Et donc par une communication ratée, au lieu d’apparaître en victimes, ils apparaissent surtout en vilains oppresseurs et inversent les rôles.

11 novembre oblige, il y aura bien quelques gauchistes qui nous diront bien que cela ne nous dérangeait pas quand les troupes coloniales priaient (le mythe des Indigènes qui ont libéré la France collaborationniste), et qu’il y a bien des cathos intégristes qui se baladent derrière la Croix le vendredi saint. Là aussi, on compare des choses incomparables, et on prend prétexte d’exceptions, de plus en plus rares, pour essayer de légaliser des situations récurrentes…

En conclusion, nos élus se trompent de combat. En cherchant à interpeller l’opinion publique, ils ratent leur cible des pouvoirs publics qui n’ont toujours rien à faire d’eux malgré que la presse en parle, et ils se donnent le mauvais rôle. Ce faisant, ils aboutissent à la conclusion qu’il faut bâtir des mosquées pour éviter ces incidents, et s’imaginent justifier quoi que ce soit auprès de leur électorat… Ils ont donc tout faux et renforcent un FN qu’ils disent combattre…

Les manifestations contre les prières de rues sont donc autant choquantes et moralement condamnables que les prières de rue elles-mêmes. Le maire est officier d’ordre public. Il n’a qu’à requérir des compagnies de CRS et faire dégager tout ce monde, qui à l’heure d’internet et sans préjudice de la dimension communautaire, pourrait aussi prier de chez lui. Ne nous trompons donc pas qu’il n’y a d’autre but que de plaire à droite et de justifier plus de mosquées…

Quelles solutions donc à ces revendications de lieux pour pouvoir prier ? Que les musulmans arrêtent leur cinéma médiatique et qu’ils fassent comme ont fait les chrétiens au cours des siècles. Qu’ils se cotisent et achètent des lieux de culte. D’autant qu’ils peuvent encore se les faire financer par le Qatar et l’Arabie-Saoudite. Mais comme certains dans ces pays préfèrent financer NEYMAR ou l’état islamique, difficile effectivement de trouver une aide extérieure…



2012 : année zéro sur la septième

La situation politique à Savigny-sur-Orge et dans la septième circonscription de l’Essonne, au lendemain des différentes élections de 2014, est la conséquence logique des résultats des élections législatives de 2012. Par souci de logique, nous dresserons deux analyses : une par ville et une par parti politique.

Il est impossible de minimiser la vague bleue qui a frappé la France en mars 2014. Toutefois, je considère que le rejet de la gauche a été accentué par des erreurs politiques qui ont été commises lors de cette élection. Même si le votant moyen a la mémoire courte, il en a assez pour avoir catalogué ces différents candidats.

I. Les candidats significatifs en présence en 2012

Éva SAS (PS-EELV) : La mère de la fille de Jean-Vincent PLACÉ est la conséquence de l’accord national PS-EELV de 2011. Une campagne plate avec trois grandes réunions de campagne. Mais un atterrissage soigneusement balisé par Martine DELOFFRE de la fédération locale EELV et des cadres PS trop embrigadés et trop moutons pour désobéir aux consignes du Parti. De fait, elle s’est hissé à la tête des candidats de gauche avec 22 % au premier tour et 53 % au second.

Françoise BRIAND (UMP et apparentés) : Celle qui a succédé à Jean MARSAUDON sans préparation a fait le travail à l’Assemblée. Mais peu charismatique, n’allant pas au-delà de son électorat de droite, elle n’a pas convaincu. Victime des attaques incessantes de Laurence SPICHER-BERNIER, elle s’est laissée marcher dessus et n’a pas taclé la gauche. À son passif, elle a voté un amendement pour délocaliser l’aéroport d’Orly et n’a commencé de campagne de communication qu’en 2011, trop tard pour se faire connaître. Elle était conseillère municipale d’opposition à Viry-Châtillon. Elle a réalisé 18 % au premier tour et 47 % au second.

Laurence SPICHER-BERNIER (DVD) : Objectivement, la meilleure campagne avec sept tracts et beaucoup de réunions. Mais son exclusion de l’UMP, ses attaques incessantes contre Françoise BRIAND et son passif à Savigny de mauvaise gestionnaire lui ont fait défaut. Elle a manqué du soutien d’un grand parti et s’est discréditée comme la traître à droite. Mal entourée, son dynamisme s’est heurté à l’hostilité des habitants de la 7ème contre les sans-partis. Elle a réalisé 10 % (9,99 %) au premier tour.

François GARCIA (DVG) ; le maire d’Athis-Mons s’est présenté, très tard en 2012, en dissident du PS avec son suppléant Étienne CHAUFOUR, alors maire de Juvisy-sur-Orge. Son discours était de dire qu’il était un soutien de HOLLANDE et du PS. Il se reposait sur un bon bilan municipal, partagé avec CHAUFOUR et proposait de faire de même pour la France. Mais sans programme. Il a réalisé 16,11 % au premier tour, ce qui n’était pas suffisant pour dépasser le seuil de maintien au second tour 12,5 % d’inscrits.

Audrey GUIBERT (FN) : une semaine avant le scrutin, un tract national avec la tête de GUIBERT alors blonde pour ressembler à Marine LE PEN. Une dénonciation de l’immigration et du système de l’État-providence. Absente, inexistante, cette participation devait juste capitaliser les 17,9 % du FN à la présidentielle. Pas de campagne, on aurait mis n’importe qui que le score aurait été le même : 15,95 % au premier tour.

Gabriel AMARD (FDG) : le mari de la fille de MÉLENCHON va mener une campagne assez terne sur les thèmes de campagne chers aux communistes. Mais ces thèmes n’étant plus porteurs, il ne réalisera que 11,18 % au premier tour, notamment grâce à son charisme d’ancien maire PS de Viry-Châtillon.

Alain VILLEMEUR (MODEM) : Un programme plutôt cohérent dans la lignée d’une vision centriste pour la France. Mais aussi BAYROU sur 1/4 du tract. L’opération camouflage du Béarnais (on dit alors Le Centre pour la France, plutôt que le MODEM) est un échec. Le candidat se montre et organise quelques réunions, sans succès. Il réalisera 2,32 % des voix au premier tour, payant la position pro-HOLLANDE de son chef.

Daniel JAUGEAS (DLR) : Aucun tract et un candidat relativement absent et inconnu. Il réalise 0,94 % au premier tour tandis que Nicolas DUPONT-AIGNAN réunissait 2 % des voix deux mois plus tôt. Même l’Alliance écologiste indépendante, dont le candidat Emmanuel MERMINOD n’habite pas la circonscription fera mieux que lui avec 1,25 % des voix.

On notera la candidature de Bachir CHEKINI (Rassemblement solidaire, le parti de Dominique DE VILLEPIN), de Marc HOQUET (Lutte Ouvrière), de Claude ALLAIRE (NPA), du divers-droite Olivier ROHO et du candidat du parti qui veut légaliser le cannabis.

II. Analyse des conséquences de 2012 par ville

Savigny-sur-Orge : Laurence SPICHER-BERNIER perd son statut de membre de l’UMP. Elle apparaît comme celle qui a fait perdre la droite. Elle rebondira avec l’UDI mais échouera d’un rien aux municipales de 2014. Éric MEHLHORN a fait loyalement la campagne de Françoise BRIAND. Jean-Michel ZAMPARUTTI a fait la campagne de Laurence SPICHER-BERNIER tout en prétendant soutenir Françoise BRIAND. David FABRE n’est pas intervenu, n’ayant pas reçu l’investiture d’EELV. Éva SAS y vit un jour par semaine.

Viry-Châtillon : Françoise BRIAND sort sur une défaite. Jean-Marie VILAIN a fait la campagne de cette dernière loyalement. Gabriel AMARD sort affecté d’une large défaite, preuve qu’il a perdu de sa superbe dans sa ville. Il reste à la tête de l’agglomération et soutiendra Simone MATHIEU, ancienne opposante au second tour de MARSAUDON aux législatives de 2007. Mais il partira dans l’Est pour les européennes de 2014.

Athis-Mons : François GARCIA est exclu du PS pour dissidence. Il ne tire aucune leçon de la passivité de sa campagne et proposera aux Athgiens de continuer sur la base de son action pour sa commune et l’agglomération. Ces derniers préféreront en 2014 le dynamisme d’une UMP-UDI combattive et désireuse de changer les choses. Christine RODIER (UMP) était engagée aux côtés de Françoise BRIAND.

Juvisy-sur-Orge : Étienne CHAUFOUR est exclu du PS pour dissidence. Il rebondira en 2013 en adhérant au PRG. La gauche juvisienne se divise alors entre partisans de CHAUFOUR, PS et EELV. D’autant que le FDG s’installe durablement. Si les deux premiers PS et partisans de CHAUFOUR se retrouvent facilement, leur unité est cassée et elle fera défaut à la gauche en 2014 qui va perdre son temps à se taper dessus. Robin REDA a fait la campagne de Françoise BRIAND loyalement. Nicolas GONNOT (PS) est suppléant d’Éva SAS.

Paray-Vieille-Poste : Dans cette ville, le FN arrivera en tête mais n’aura pas assez de militants pour constituer une liste aux municipales de 2014. Au cours de cette campagne, le maire Gaston JANKIEWICZ continuera de se disputer avec Alain VÉDÈRE. Pascal PICARD, responsable UMP de la circonscription fera la campagne de Françoise BRIAND et il retentera sa chance aux municipales de 2014, en vain.

III. Analyse des conséquences par personnalités

Gabriel AMARD (FDG) : Il perd de sa popularité et des voix d’électeurs d’années en années, au fur et à mesure que s’éloigne la période de ses responsabilités municipales (l’agglo n’étant pas perçu locale). Beau-Papa MÉLENCHON le parachute dans l’Est pour les européennes, sans succès.

Françoise BRIAND (UMP) : Défaite aux législatives, elle prend du grade à l’UMP en devenant secrétaire nationale. Elle accuse dans le même temps certains de ses soutiens dont votre serviteur, ou encore Jean-Marie VILAIN, d’être responsable de sa défaite. Proche de COPÉ, elle prépare sa liste UMP seule et divise la droite castelviroise. Elle retire sa liste en arrivant derrière l’UDI au premier tour des municipales.

Étienne CHAUFOUR (PRG) : Exclu du PS, il perd en stature et se voit ravir la mairie de Juvisy-sur-Orge au premier tour par Robin REDA. Peut-être ne se serait-il pas présenté, que la gauche juvisienne ne se serait pas présenté, et qu’il serait toujours maire ? Son défaut a aussi été de ne pas faire plus campagne en 2014 qu’en 2012 et de se reposer sur son bilan globalement satisfaisant.

David FABRE (DVG) : Après son exclusion du PS prononcée le 8 janvier 2011 après que le Montpelliérain ait démissionné le 1er janvier 2011, il adhère à EELV en espérant être le candidat de ce parti aux législatives. Mais le parachutage de la maitresse de Jean-Vincent PLACÉ ne lui permettra pas de se présenter.

François GARCIA (DVG) : Exclu du PS, il perd en stature et abandonne pour un malheureux point la mairie d’Athis-Mons. Il perd de fait la présidence de l’agglomération. Comme CHAUFOUR, il n’a pas tenu compte de ses erreurs de campagne de 2012 : trop sûr de lui, trop dans la continuité de son action.

Audrey GUIBERT (FN) : Elle s’implante durablement sur la circonscription et légitime sa place de secrétaire départementale. Elle continue de recopier le programme national du FN et de servir de candidate au FN (cantonale, législative, européenne…)

Daniel JAUGEAS (DLR) : Devant son faible score, il renonce à se présenter seul aux municipales et passe alliance avec l’UMP. Il est élu et devient maire-adjoint de Savigny-sur-Orge en charge de la sécurité et des transports. Il est aussi élu communautaire.

Éric MEHLHORN (UMP) : Sa participation honnête et fidèle a renforcé sa crédibilité auprès de l’UMP et l’a indiqué comme le candidat le plus recommandé pour les municipales. Il profite de la traîtrise de Jean-Michel ZAMPARUTTI pour s’imposer sans rien faire. Il aura 4000 € de frais d’avocats à cause d’un procès intenté par Laurence SPICHER-BERNIER

Robin REDA (UMP) : Son engagement de toujours participe à sa désignation comme tête de liste pour les municipales. Il est élu au premier tour et devient maire de Juvisy. Il est toujours président départemental des Jeunes UMP.

Éva SAS (EELV) : Député active mais sans plus. Un peu bornée sur ses thèmes de prédilection (fiscalité verte, économie et mobilité). Elle est deuxième sur la liste d’union de la gauche à Savigny et devient conseillère municipale et conseillère communautaire d’opposition dans les deux cas.

Laurence SPICHER-BERNIER (UDI) : Décrédibilisée par sa défaite, exclue de l’UMP et honnie par les ennemis qu’elle s’est fait, elle renforce son contrôle sur Savigny. Mais le mal est fait et elle n’est pas réélue en 2014 réalisant malgré tout la performance de 20 % des voix au premier tour.

Jean-Marie VILAIN (UDI) : Sa contribution à la campagne renforce sa position de chef de la droite à Viry. Profitant de la décrédibilisation de Françoise BRIAND défaite, il s’impose en ralliant à lui une partie de l’UMP et il est brillamment élu aux municipales de mars 2014.

Alain VILLEMEUR (PS) : Suite aux évolutions du MODEM qui ne lui conviennent pas, il quitte ce parti et retourne au PS auquel il adhérait précédemment. Il est candidat sur la liste d’Étienne CHAUFOUR aux municipales mais il ne sera pas élu.

Jean-Michel ZAMPARUTTI (UMP) : Son soutien à Laurence BERNIER lui coûtera l’investiture UMP pour les municipales de 2014 à Savigny. Il rejoindra David FABRE pour les municipales puis la liste fusionnée avec Laurence BERNIER. Il ne sera pas élu.

Et moi ? Durant cette campagne, je soutenais publiquement Françoise BRIAND (UMP) et j’ai distribué deux de ses tracts à Grand-Vaux et aux Gâtines. Je lui avais aussi rédigé une synthèse sur une réunion d’Éva SAS. Mais je n’ai pas compris qu’elle ne soit pas plus active, et par la suite son attitude envers moi.

J’étais ouvertement opposé à Laurence SPICHER-BERNIER qui m’a d’ailleurs fait mettre dehors de sa réunion publique le 7 mars 2012 (à moins que ce ne soit son mari Hocine BEN BACHIR ?). Je me suis donc engagé contre elle aux municipales et je suis heureux d’avoir contribué à sa défaite en 2014. Je veillerais également à limiter les dégâts de ses rebonds politiques en m’interposant là où elle se présentera.

J’ai été très déçu par Éric MEHLHORN qui au soir de la présidentielle me dit « C’est pas grave, il y a le troisième tour (les législatives)« . Puis qui ne dit plus rien pour la défaite des législatives. Je pense que tôt ou tard cette passivité et cette nonchalance se retourneront contre lui.

P.-S. : Cet article n’est pas très encourageant pour moi. J’ai clairement l’impression que les habitants de cette circonscription sont trop timorés pour oser massivement voter pour quelqu’un qui n’est pas soutenu par un grand parti. Si seulement, ils savaient comment le système fonctionne de l’intérieur…