Archives du mot-clé électoralisme religieux

Mais où ont donc bien pu passer les voix d’Alexis IZARD aux Prés-saint-Martin ?

Au premier tour des municipales 2020, il avait obtenu 43 % sur ce bureau contre une moyenne de 21 % sur la commune. Puis au second tour, il avait atteint 56 % contre une moyenne de 23 % sur la commune. Mais où sont donc passés ces électeurs pour que Alexis retombe à 19 %, ce qui correspond à peu près au score du parti dans le quartier, si l’on prend le résultat des européennes de 2019 comme source de comparaison ?

Alors déjà, on peut relever que dans un contexte de forte abstention, en tout cas plus qu’aux municipales, la gauche réussit à gagner 10 voix. Est-ce lié, selon ce qu’il m’a été témoigné par des musulmans, que Ludovic BRIEY soit récemment venu « faire la pute » à la sortie de la mosquée un jour de prière, pour reprendre l’expression de mon interlocuteur, laquelle aurait pu être de moi. Je n’en suis même pas certain, tant l’électorat des quartiers est mouvant.

Ils ont été avec FABRE et ils ont été déçus. Ils ont été avec IZARD et ils ont été déçus. Ils vont faire un petit tour de manège avec BRIEY, puis ils le lâcheront quand ils en auront marre et qu’ils seront déçus à leur tour. Mais j’ai toujours écrit qu’ils seront avec DEFRÉMONT quand la municipale sera annulée. La grande question étant de savoir s’ils ont déçus parce que les promesses ne sont pas tenues ou parce qu’on leur propose mieux ailleurs ? Là, je ne sais pas.

Enfin, je regarde les scores d’Alexis à Grand-Vaux. Là aussi, on est loin des 37 % de 2020 sur le bureau 14 avec un petit 16,42. C’est bizarre parce qu’on dirait que quand Alexis n’organise pas des distributions de masques et de colis alimentaires, les gens ne votent pas pour lui. En fait, peut-être aussi qu’ils ne se déplacent pas parce qu’il n’y a pas de système de navettes organisé par le candidat pour emmener les gens voter. Je ne sais pas. J’écris cela, je n’écris rien…

Bon ben, c’est malheureux, tous ces gens qui ne voient la politique que sous un angle clientéliste : je vote pour toi pour que tu fasses quelque chose pour moi. Moi, je ne veux pas rentrer dans ce jeu et c’est pour cela que je ne suis pas bon dans ces quartiers. Mais ils sont bien avancés maintenant avec le projet de rénovation bloqué par DEFRÉMONT. En fait, ils n’ont que les élus qu’ils méritent et finalement, je suis peut être le seul à les considérer vraiment…






 

Tiens, Éric MEHLHORN ne célèbre plus les fêtes juives maintenant qu’il n’est plus maire…

Des limites par l’exemple du clientélisme électoral et de l’électoralisme religieux…

Depuis plusieurs années, MEHLHORN se vantait chaque année sur ses réseaux sociaux de sa participation aux fêtes juives.

Or, je dresse le constat qu’il n’en dit rien cette année… Pas plus que Brigitte VERMILLET…


Sont-ce donc les juifs de Savigny qui n’en ont plus rien à foutre de MEHLHORN maintenant qu’il n’est plus maire et qu’il ne peut plus rien leur apporter ?

(même si je ne vois honnêtement pas ce qu’il n’a jamais pu leur apporter ;

de la même manière, qu’est-ce que le fait de compter un représentant [Armand BENSIMON] au Conseil municipal aurait changé pour la communauté juive de Savigny ?)


Où est-ce MEHLHORN qui, parce qu’il n’est plus maire et qu’il n’a plus besoin de draguer les suffrages de la synagogue,

(bien qu’il en ait encore besoin s’il espère rester au Département, ce qui induit d’abord qu’il soit réinvesti par son parti, ce qui est loin d’être gagné,)

n’a plus envie de s’emmerder avec le judaïsme ?


Où est-ce encore que MEHLHORN a été invité, voire a participé, mais qu’il n’a pas jugé bon de communiquer dessus ? Peut-être aussi pour ne pas se fâcher avec les musulmans de Savigny dont certains par leur compte Facebook, jusqu’à un certain colistier d’Alexis IZARD, réclament que Jérusalem soit la capitale de la Palestine, ce qui doit vachement faire plaisir aux juifs ?

Et de rappeler ici que le Tribunal administratif a annulé l’illégale extension précaire de la mosquée, accordée par MEHLHORN, permettant de tripler ses capacités.


Je suis à la fois dérangé par le fait qu’une association cultu(r)elle invite un politique pour un temps de prière.

Même s’ils sont dans leur droit et qu’à la limite, ils ont raison de le faire, avec malgré tout ce paradoxe que le judaïsme n’est absolument pas prosélyte et encore plus les juifs orthodoxes de la tendance de la communauté de Savigny.

Et j’écris cela, parce que d’une part, ils ne veulent aucun rapport avec l’assemblée catholique de Savigny mais aussi parce que personnellement, si j’ai déjà été invité aux synagogues de Ris-Orangis, des Ulis, de Massy et de Longjumeau, je n’ai jamais mis un pied ne serait-ce que sur le terrain de la synagogue de Savigny parce qu’ils sont très refermés sur eux-mêmes.

Donc voilà, c’est complètement hypocrite ; les mecs, ils invitent le maire pour prier pour la République. Sauf qu’ils se limitent à accueillir le seul représentant majoritaire du moment en étant par ailleurs déjà complètement fermés à leurs frères de tradition abrahamique, ce qui traduit une conception d’une République sans peuple, en contradiction partielle avec l’application du principe talmudique du dina demalkhouta dina (la loi du Royaume est la loi).

Mais je suis surtout scandalisé par le fait que le fameux politique réponde présent, alors que la République, d’après le principe juridique de laïcité, ne reconnaît pas les religions, et que la prière peut difficilement ne pas être religieuse.