Archives du mot-clé éducation

Le vade-mecum de la laïcité à l’école, contre l’islam dans les écoles

La France a-t-elle un problème avec la laïcité ? Non, la France a un problème avec l’islam. En lisant les 80 pages du nouveau guide de la laïcité à l’école, je n’y ai vu que des cas de situations conflictuelles posées par une application rigoureuse d’un certain islam. Malgré l’hypocrisie des vieux gauchistes du fameux Conseil des sages de la laïcité qui essaie quand même de faire croire que toutes les religions posent problème ; bof crédible…

Je m’intéresse assez à l’actualité, et ça doit bien faire dix à quinze ans que je n’ai plus entendu de problèmes posés par des chrétiens qui porteraient un croix trop évidente, ou des juifs qui refuseraient de manger à la cantine. En revanche, j’entends de plus en plus de problèmes avec des musulmans, relativement au voile, au sport ou aux absences pendant le Ramadan, aux repas différenciés, et désormais au refus de certains enseignements, et de certains enseignants !

Pour autant, nous sommes bien d’accord que s’il n’y a plus trop de problèmes dans les écoles avec les juifs et les chrétiens, c’est parce que ceux-là (du moins les intégristes pour qui le vade-mecum doit rappeler l’interdiction d’une « croix de dimension manifestement trop imposante ») sont tous partis dans le privé ! Or, si les musulmans intégristes sont dans le public, c’est soit qu’ils n’ont pas les moyens d’aller dans le privé, soit que « leurs » écoles n’existent pas !

Je rappelle une évidence que l’on entend fort peu, mais sur laquelle j’ai déjà écrit : aucune religion n’est réellement compatible avec la République ! On peut dialoguer autant qu’on veut ; tant qu’on méconnaît les religions, qu’on les oppose frontalement aux sciences, alors que les textes religieux n’ont pas vocation à être scientifique mais théologique, et qu’on nie la dimension politique et identitaire des cultes, alors tout cela ne sert à strictement rien d’autre que se rassurer.

Au prétexte de vouloir libérer l’Homme, on a cassé le catholicisme en France, et parce que les catholiques se sont résignés, alors on s’imagine que l’islam fera de même. Ce vademecum cite de nombreux arrêts du Conseil d’État qui se multiplient ces dernières années sur les questions de religion dans l’espace public. Mais aucun texte, ne voulant affirmer la laïcité, ne répond en fait à cette question de savoir pourquoi les revendications religieuses se multiplient ainsi…


SOMMAIRE

Fiche 1. Promouvoir et faire respecter le principe de laïcité

Fiche 2. Mobiliser la communauté éducative

Les élèves

Port de signes ou tenues manifestant ostensiblement une appartenance religieuse

Fiche 3. Identification des signes et tenues par lesquels les élèves manifestent ostensiblement une appartenance religieuse

Fiche 4. Qui est concerné par l’application de l’article L.141-5-1 du Code de l’éducation ?

Fiche 5. Où et quand l’article L. 141-5- 1 du Code de l’éducation s’applique-t-il ?

Fiche 6. Respect de la laïcité pendant les examens

Fiche 7. Laïcité et stage en entreprise en période de formation professionnelle

Remise en cause des programmes d’enseignement

Fiche 8. Contestation des contenus d’enseignement

Fiche 9. Refus de l’élève de participer à une activité scolaire

Vie scolaire et pratique d’un culte

Fiche 10. Demande d’autorisation d’absence ou de dispense d’activité en raison de la pratique d’un culte

Fiche 11. Repas différenciés

Fiche 12. Remise d’ordre pour non fréquentation prolongée du service de restauration scolaire

liée à la pratique d’un culte

Fiche 13. Régime alimentaire et santé de l’élève

Fiche 14. Demande de mise à disposition d’un lieu de prière

Fiche 15. Aumônerie

École et établissement

Fiche 16. Célébration de fêtes sécularisées

Fiche 17. A l’école maternelle et élémentaire

Les personnels

Fiche 18. Devoir de neutralité des personnels du service public

Fiche 19. Devoir de neutralité des enseignants

Fiche 20. Absence pour motif religieux

Les parents d’élèves

Fiche 21. Port de signes religieux par les parents d’élèves

Les intervenants extérieurs

Fiche 22. Port de signes religieux par les intervenants extérieurs non membres de la communauté scolaire



Les « nouveaux intolérants »

Les « nouveaux intolérants » sont des personnes qui défendent le principe de tolérance mais qui ne le pratiquent pas. En cela, ce sont des idéologues dangereux, qui ont perdu un certain sens de la réalité ; et qui sont à la limite plus néfastes que les idéologies qu’ils prétendent combattre, et dont ils font finalement le lit. Car finalement, ces gens combattent-ils l’intolérance, ou aggravent-ils l’intolérance globale en France ?

Moi, je suis intolérant, et je le revendique, mais c’est normal parce que je suis un connard de droite. Oui je réfute le relativisme culturel, et je pense qu’une civilisation cannibale est inférieure à une civilisation non-anthropophage. Mais la gauche, si parfaite, élevée dans les idées de VOLTAIRE et de ROUSSEAU ne peut pas être cela !

Quelle différence donc entre les intolérants et les « nouveaux intolérants » ? L’hypocrisie, essentiellement venant de gens à qui trop longtemps, on s’est interdit de dire qu’ils étaient intolérants, au nom du politiquement-médiatiquement correct et au prétexte qu’ils combattaient (faussement) l’intolérance. Mais tout cela est bel et bien fini !

Aujourd’hui, et malgré nos propres intolérances que nous connaissons, et que nous ne nous cachons pas, nous ne tairons plus et nous allons dénoncer toutes les intolérances quelles qu’elles soient ! D’autant plus dangereuses quand elles viennent de personnes qui auto-justifient leur intolérance par un quelconque combat politique et associatif.


Qui sont les « nouveaux intolérants » ?

Par exemple, ce sont les antiracistes, qui affirment qu’il n’existe pas d’inégalités entre les races, donc qui en fait justifient qu’il existe des races, alors que c’est faux parce qu’il n’existe pas de races humaines.

Ou ce sont les antifas qui dénoncent les violences quand elles sont commises par la Police, mais qui s’autorisent à tout casser en manifs, ou lorsque ça paraît ressembler à l’extrême-droite.

Dans un autre genre, ce sont des personnes qui sont prêtes à accueillir un inconnu chez elle, pour la raison qu’il est migrant, mais qui refusent de serrer la main de leur voisin s’il exprime une sympathie pour le Front national.

Ou ce sont des personnes qui prônent le multiculturalisme mais uniquement quand c’est la culture de l’autre qui vient prendre la place de la culture d’origine. Qui vont accepter un « camp d’été décolonial interdit aux blancs » mais s’offusquer d’une fête du cochon.



Je voudrais raconter trois histoires qui me sont arrivées sur deux semaines d’octobre 2017 avec une Savinienne sur Facebook (1), avec une conseillère municipale PS d’Athis-Mons (2) et l’association Amnesty international de ma commune de Savigny-sur-Orge (3) et qui sont la preuve du développement de cette « nouvelle intolérance ».


(1) C’est une conversation qui démarre sur une injustice que je dénonce, à savoir que depuis les attentats, les juifs ont une protection gratuite de l’État qui s’appelle Sentinelle (Vigipirate) tandis que les chrétiens doivent parfois, et pour certaines cérémonies à risques, payer de leurs poches pour un service de sécurité (à la cathédrale en tout cas).

En face, la personne me répond que l’Église peut payer parce que le Vatican a de l’argent, et puis qu’il y a la banque du Vatican dans laquelle le Pape peut piocher quand il a besoin.

Je sors alors les chiffres de Wikipédia et différents autres documents de preuves, qui montrent que l’Église n’est pas si riche que cela, malgré effectivement toutes les dorures du Vatican.

Et la personne n’ayant rien d’autre à répondre me dit que je suis intolérant, qu’on ne peut pas discuter avec moi, et elle casse notre amitié Facebook.


(2) C’est à une conférence de l’association « Ouvrir le débat » sur le thème du rôle, de la place et de la représentation des femmes dans le judaïsme, le christianisme et l’islam.

Tout au long de la conférence, j’entends dans la salle les gens qui font des remarques quand on évoque la misogynie dans les textes chrétiens, puis qui sont brusquement silencieux quand il est question de l’islam (en cela, ils trouvent donc normal que l’islam soit misogyne).

Dans ma tête, je me dis surtout : « Merde, mais qu’est-ce qui pose problème aujourd’hui en France ? La misogynie de saint Paul ou l’application littérale du Coran par des intégristes ? Pourquoi ces gens ne sont pas choqués par la misogynie de l’islam ? ».

Puis vient le tour des questions et je demande si c’est réellement la religion qui pose problème dans la société française, ou si elle n’est juste pas utilisée comme prétexte par des gens qui ne la connaissent pas forcément. Et je prends l’exemple du café-bar-PMU de Sevran.

Ma voisine, la conseillère PS d’Athis Maryse LABBÉ, commence par me dire que ce n’est pas vrai, qu c’est une rumeur. Puis d’un coup, elle s’énerve et devient méchante, et elle me dit qu’il n’y a pas de bar interdits aux femmes, et qu’elle l’a vue car elle y est allée !

Je lui réponds que Clémentine AUTAIN aussi y est allée, que ça ne prouve rien et elle arrête alors la conversation.


(3) C’est une bourse aux livres organisée par l’ONG Amnesty international qui lutte pour les droits humains et contre les violences institutionnelles.

Mais alors que je salue un homme (qui me bloque le champ de vision), j’entends derrière lui une femme qui dit : « Ah non, celui-ci, je ne peux pas le voir ». Et je vois le groupe de femmes avec qui elle parle qui se retourne pour ne pas que je puisse les saluer.

Où est le respect de mon droit humain ? Quelle est cette violence qui m’est faite de m’exclure parce que j’ai une pensée et des propos qui ne plaisent pas ?


Les trois exemples que j’ai pris ne s’appliquent qu’à des adultes, « pollués » par une certaine éducation et certaines convictions. Mais l’intolérance est encore pire chez les jeunes, élevés dans un prétendu « culte de la tolérance », en réalité une ignorance crasse des choses. On leur dit ainsi dans les programmes scolaires que HITLER est méchant mais on ne leur dit pas totalement pourquoi HITLER est méchant et on hiérarchise en plus les motifs d’intolérance.

Ainsi HITLER est méchant parce qu’il tue des juifs, mais pas parce qu’il met en place une structure totalitaire qui place l’individu sous coupe réglée. Mais a contrario quand un Palestinien tue des juifs, ce n’est pas parce qu’il est HITLER, mais parce que Israël colonise la Palestine… Comment voulez-vous donc qu’on s’y retrouve quand la définition du bien et du mal ne répond plus à une définition généraliste, mais à des appréciations subjectives variant d’un cas à l’autre…



Un pacte de fraternité signé par les principaux monothéismes essonniens

À l’issue du colloque « Liberté de pensée et liberté religieuse : la place des croyants dans la cité« , les trois principaux monothéismes présents en Essonne (juifs, chrétiens et musulmans) ont signé un « pacte de fraternité » pour « construire la paix« . La signature interreligieuse a eu lieu le dimanche 17 avril 2016 au Conseil départemental de l’Essonne, en présence des représentants officiels des croyants du Département.

Alors je devrais être heureux de la signature de ce pacte, mais en réalité, je n’y crois pas. Non pas parce que je pense que les signataires ne sont pas sincères dans leurs démarches. Mais plutôt parce que beaucoup de croyants ne se reconnaissent pas dans les autorités religieuses qui ont procédé à cette signature. Ensuite, ce n’est pas de dire et de répéter qu’on veut faire la paix en sautant sur sa chaise, qui va réellement provoquer la paix…


Sur la représentativité des autorités

Pour les chrétiens, c’est structuré donc c’est la parole de l’évêque qui fait loi. Pour les juifs, Michel SERFATY est reconnu par les modérés. Mais je pense que vous ne ferez pas admettre aux juifs orthodoxes qu’il est leur rabbin (par exemple à ceux de Savigny). Quant aux musulmans, Khalil MERROUN a autorité sur les mosquées essonniennes et ceux qui les fréquentent. Mais juridiquement pas, par exemple, sur les musulmans de Savigny.


Sur la sémantique de ce pacte d’avenir (et le présent ?)

Je découvre le « racisme anti-musulman » ; je ne savais pas qu’être musulman était une race. Je déplore encoure une fois qu’on mette au même niveau l’antisémitisme, le racisme et la haine. Je suis gêné par l’emploi du mot « éducation » parce que même en connaissant l’histoire joyeuse ou douloureuse des liens interreligieux, cela ne change pas la relation nouvelle qui existe et s’invente en 2016 en Essonne, avec des références comme celle du conflit israélo-palestinien.


Sur la vision des religions

C’est bien de vouloir donner une belle image à la société. Mais peut-être devrions nous commencer par former nos croyants ? Et pas aux religions théoriques, mais aux religions telles qu’elles se pratiquent effectivement. Par exemple, sur l’islam, arrêtons dès lors de toujours crier que l’islamisme n’est pas l’islam quand c’est malheureusement une forme d’islam que nous savons présente en Essonne avec notamment des salafistes dont des Frères musulmans.


Provoquer le dialogue

J’adhère pleinement à l’esprit de ce pacte. Toutefois, je constate dès que je veux dialoguer, soit que je ne trouve pas d’interlocuteurs, soit que nous nous connaissons si bien ou si mal que nous n’avons rien à nous dire sinon des banalités. Et généralement, ça finit qu’on arrête avant de se disputer sur une controverse théologique qui ne peut que nous séparer. Une résolution peut être de créer des lieux de dialogue, qui soient par exemple numériques notamment !


Je n’aime pas la politisation du pacte

Si la République était réellement laïque, elle ne prendrait pas part dans la signature de ce pacte, ou alors, elle le ferait par l’intermédiaire du Préfet. Est-ce de l’action sociale ; je ne vois pas quelle compétence de François DUROVRAY, comme président du Département, cela vient-il chatouiller pour nécessiter son graffiti personnel. De là à penser qu’il a accepté pour faire des photos et dire qu’il agit pour la paix, il n’y a qu’un pas que je franchis d’un bond.


Pour retrouver le texte du pacte sur un plus grand format :

Pacte-fraternité-2016

Cliquez dessus pour agrandir


Maintenant, il ne nous reste plus qu’à vivre ce pacte, sans pour autant croire que tout va aller mieux parce qu’il a été signé. Car ce n’est pas le premier ni le dernier à être passé entre trois bons copains religieux qui eux, n’ont aucun problème à vivre ensemble. Non, la vraie difficulté peut exister à la base, surtout quand la politique vient s’y mêler. Montrons nous optimistes et commençons donc par parler de ce (ou Celui) qui nous rassemble : Dieu ?

Détestable politisation de la contestation savinienne anti-budget

Dans un contexte où les citoyens se désintéressent de plus en plus de la politique (qu’ils ne comprennent d’ailleurs souvent pas dans sa vraie acception : la chose publique), toute mobilisation citoyenne est un vaste marché pour les partis politiques. Preuve en est que trois d’entre eux, de gauche, ont eu besoin d’éditer trois tracts différents en trois jours. Oui, mais ils ne font pas de politique. En effet, ils font du clientélisme démagogique…

Alors VAGNEUX qui craches dans cette soupe qui ne t’en nourris pas encore (attends seulement d’y goûter avant de dire que tu ne l’aimes pas et que tu ne veux pas t’en servir un bol), pourquoi toi aussi tu ne cherches pas à récupérer les mobilisés ? Est-ce ton élitisme méprisant qui t’empêche de travailler avec des gens qui ne se mobilisent que sur une seule cause ? Ou une vengeance personnelle vis-à-vis de ceux qui ont ignoré tes annonces ? Ou autre chose ?


Ces menteurs du PS qui inventent des citations de JAURÈS pour justifier que tout est de la faute de SARKOZY

Sérieusement, qui s’imagine qu’on parlait de « services publics » du temps de Jean JAURÈS (mort en 1914) ? Comme j’ai lu MARX ou LÉNINE, j’ai aussi lu JAURÈS et je me rends compte assez vite que ce n’est pas son style. Je fais alors une recherche Google sur cette citation : « les services publics sont la première richesse de ceux qui n’en ont pas« . Or, grand mystère, le plus célèbre moteur de recherche ne connaît pas. Sûrement alors un truc d’initiés socialistes.

Je voudrais ensuite rappeler au PS que l’Éducation nationale continue de payer 20 000 profs à se tourner les pouces (du genre de Jean ESTIVILL qui n’a longtemps pas travaillé avant d’être à MERMOZ) tandis que plusieurs milliers font défaut en France (300 en Seine-saint-Denis). Qu’il manque à l’heure actuelle 25 000 candidats dans les concours de professeurs de collèges, qui sont réussis avec 4/20 de moyenne générale… À chacun ses priorités.

Enfin, peut-être faut-il dire au PS que les dotations budgétaires au département n’ont diminué qu’à partir de 2010. À ce propos, ce n’était pas GUYARD le candidat du PS aux élections départementales ? Parce qu’il n’a pas dû trop bien bosser ses dossiers. Enfin, il nous dira qu’on a supprimé des dotations. Oui, mais on les a remplacé par d’autres qui ont, jusqu’en 2010, amené toujours plus d’argent dans les départements…

PS-recup-150415 001


Le PCF en plein déni de réalité, pour qui tout est de la faute du gouvernement de gauche (qui ne rembourse pas encore la dette de Savigny)

Michèle PLOTTU-GROSSAIN ne connaît pas non plus ses dossiers et invente pour meubler son absence d’idées. Là aussi que de mensonges dans le premier paragraphe :

1.  La Ville de Savigny n’a jusqu’à présent pas beaucoup bradé son patrimoine. Quoi donc autrement ? Elle n’a même pas vendu les serres communales qui ne lui servent plus à rien…

2. Les Gâtines sont une ZAC (Zone d’activité commerciale) et non une ZI. Qu’est-ce que la droite a fait pour la casser alors qu’elle n’existait pas il y a trente ans et que c’est elle qui l’a créée ?

3. Privilégier le logement social et collectif aurait d’une part appauvri la Ville en la privant de tous les revenus des méchants imposables dans mon genre qui habite dans des pavillons. Déjà qu’en 2013, il n’y avait que 69 % de contribuables pour 15,96 % de logements sociaux…

4. Le cinéma est un bien privé qui appartient à Daoud CHEMCHAM en personne. Il ne saurait donc appartenir au patrimoine de la Ville.

PC-recup-150415 001

Ils sont vachement forts les staliniens pour savoir ce que regrette MEHLHORN. En attendant, ils ne proposent rien d’autre que de réunir la population. Moi, quand je prépare une réunion, je fais un ordre du jour avec des bases de travail comme mes pistes d’économies et de financements. Parce que faire parler les gens pour ensuite ne pas les écouter et faire à sa sauce, il y a un moment où les bénévoles se lassent…


Le Parti de gauche (pardon Place aux Savinien-ne-s, leur association d’influence) et son vocabulaire sensationnaliste qui veut masquer la vacuité de leurs propositions

Se réunir pour dire que nous ne nous sommes pas d’accord et voter (par référendum) pour confirmer que nous ne sommes pas d’accords, c’est ainsi que je résumerai l’absence de solutions du Parti de gauche, dont l’inflation vocabulariale ne cache que le rejet du système démocratique imparfait duquel est issu Éric MEHLHORN. Celui-la même qui lui permet de faire voter ce qu’il veut sans concerter la population (ce qui n’est pas bien non plus).

Poussons l’analyse : combien de jeunes profitent des Sports-vacances avant d’écrire qu’ils occupent « nos jeunes » ? Que représentent les 500 Saviniens (environ) présents lundi soir au Conseil municipal sur une population de 37 700 habitants ? Oui, 1,3 % de la population montre qu’elle n’est pas d’accord avec Éric MEHLHORN. Ce qui laisse un confortable 98,7 % qui soit le soutient soit plutôt ne s’en soucie pas assez pour aller le contrer ?

Il est donc parfaitement populiste de parler de « dérives autoritaires » alors qu’elles sont encadrées par la Loi et que MEHLHORN aurait même pu réunir le Conseil municipal à huis clos (y’a que VAGNEUX qui aurait pu rentrer pour filmer). Cela m’attriste aussi mais MEHLHORN a été élu tandis qu’en face, le Parti de gauche n’était pas en mesure de réunir 39 personnes pour former sa liste donc n’avait déjà pas de base électorale préalablement d’accord avec lui…

PG-150415-recup 001


J’aime vraiment casser du gauchiste surtout quand ce sont des sales menteurs qui refusent leur propre défaite et vont chercher des coupables ailleurs (attends, c’est comme moi, sauf que je ne suis pas de gauche et que je ne mens pas !). Ce sont ces personnes qui sont les politiques pourris et qui dégoutent, à coup de mensonges, les honnêtes gens de la vraie politique. Je dis donc : attention aux tentatives de récupération (sans oublier FABRE), moi, je vous réinforme.