Archives du mot-clé écologiste

Jean-Marc DEFRÉMONT, le nouveau « bouffon vert »

Non, Jean-Marc DEFRÉMONT n’est pas devenu le nouvel Norman OSBORN, ennemi juré de Spider-Man.

Mais pour un mec qui se prétend écolo et humaniste donc « vert », il agit quand même largement comme un bouffon, en tout cas sur les panneaux de libre expression.


Nous sommes trois à coller sur ces panneaux. Nous pourrions nous les partager.

Enfin, pas moi parce que je suis un connard de droite. Ni IZARD parce que c’est un banquier.

Mais Jean-Marc Tempérance DEFRÉMONT devrait être dans cette mentalité, d’autant plus que cet athée aime à me donner des leçons de christianisme, et à m’expliquer que je suis un mauvais chrétien.

Et il est le seul à systématiquement nous recouvrir, avec cette volonté de nous nuire.

Alors qu’il serait tellement plus simple qu’il place toutes ses affiches dans le même coin.

Le truc, c’est qu’il fait cela jusqu’à trois fois par jour.

Et que nous devons donc repasser d’autant.

Donc je ne comprends vraiment pas où est l’écologie dans l’affaire.

Qu’on peut y compris élargir aux émissions de CO2 lors de la production des affiches qu’on doit donc prévoir en masse.

Tout cela, parce qu’on a un candidat, et cela doit nous interroger sur sa psychologie, qui a besoin de recouvrir voire même d’écraser les autres pour exister.


Je ne crois pas un instant que DEFRÉMONT soit écolo pour se comporter comme cela.

Surtout qu’il est devenu écolo non pas par conviction, mais parce qu’il a compris qu’il n’avait aucun avenir au PS après que ses copains en 2013 lui aient préféré le parachuté Pierre GUYARD pour conduire leur liste.

Mais je crois encore moins que DEFRÉMONT respectera ses opposants s’il est élu lorsque l’on voit comment il se comporte sur les panneaux d’affichage, et ce qu’il ne peut pas s’empêcher de faire pendant cette campagne. Pourquoi serait-il différent dès lors qu’il serait élu ?




À trois jours des européennes

On ne dirait vraiment pas que l’Union européenne est à l’origine de près de 80 % de nos lois. Une semaine avant le scrutin, seules trois affiches garnissaient les panneaux électoraux saviniens. Et les médias ne font rien pour y intéresser les citoyens. Car soit ils relayent les campagnes europhiles soit ils présentent des querelles politiques franco-françaises.

On a compris que les partis politiques français étaient trop nuls pour proposer une vision européenne. Aussi la droite demande-t-elle de sanctionner la gauche. Tandis que cette dernière appelle à faire barrage aux extrêmes et à élever le scrutin au-delà des problèmes français. Hypocrisie de circonstance.

La bonne campagne du Front de Gauche

Ils sont les seuls à présenter un programme cohérent et à mettre les moyens au niveau de leurs ambitions, votre serviteur ayant reçu trois documents différents de leur part.  Mais on peut s’attrister de savoir que leur principale motivation est de renflouer les caisses du parti. Enfin, c’est l’occasion pour Jean-Luc Mélenchon d’exister après qu’il ait perdu la guerre des fronts. Mais il est déplorable qu’il ait parachuté Gabriel Amard comme tête de liste pour la région Est.

L’hypocrisie du PS

Ils font campagne contre l’austérité et pour relancer l’économie. Sûrement comme en 1981 ? Outre la médiocrité du programme, leurs candidats ne sont pas très bons. Ils présentent un cumulard en n°2 en Île-de-France. Ou l’idéologue Vincent Peillon, recyclé après avoir raté sa refondation de l’école. Ou encore Édouard Martin qui sera LE député « ouvrier » à Strasbourg. Heureusement que des personnes comme Pervenche Berès relèvent un peu le niveau.

L’insolence de l’UMP

Populaire et populiste, l’UMP condamne une Europe fédérale et américaniste. En réalité, elle veut envoyer à Strasbourg des europhiles convaincus à l’image d’Alain Lamassoure qui se dépêcheront de négocier le TAFTA. Ou les perdants à recycler comme Nadine Morano.  La tribune europhile de Nicolas Sarkozy dans le Point est pitoyable, tout juste bonne à cueillir l’électorat centriste et s’éloignant un peu plus des valeurs de la droite.

L’absence des écologistes

On ne les voit pas. Leur tête de liste régionale Pascal Durand est inexistante. Rappelez-nous la couleur politique d’Éva Sas ? Ce n’est vraiment pas comme si la septième circonscription de l’Essonne avait élu une députée écologiste… À moins qu’elle ne soit revenue à ses premières amours et qu’elle fasse la campagne de « Nouvelle donne », la liste de Pierre Larrouturou. Et puis cette manie de la co-présidence

La sur-représentation du FN

Ils capitalisent sur le rejet de l’UMPS et n’ont toujours pas de vrai programme. Ce qui est problématique car la ligne Marine n’est pas la ligne Jean-Marie. Ils étouffent tous ceux qui se présentent, comme eux, pour modifier l’Union européenne de sa déviance actuelle ultralibérale et américaniste. Sauf qu’ils sont perçus comme « antisémite » et qu’ils sont fuit par les autres groupes européens d’extrême-droite (sauf aux Pays-Bas, en Autriche et en Hongrie). Bref, ils ne pourront pas former de groupe et seront juste là présents et indemnisés 11 000 € par mois.

Aucun des partis ne pouvant réformer l’Europe ne semble réellement vouloir le changement. Ils sont tous atteints par l’idéologie fédéraliste et n’ont pas d’ambition pour arrêter ce bateau ivre. Dans ces conditions, pourquoi voterai-je pour eux, les finançant ainsi ?  Dimanche, mon vote sera probablement blanc.