Archives du mot-clé droite

Municipales 2020 à Savigny-sur-Orge : découvrez qui est arrivé en tête dans votre bureau de vote au premier tour

Vous votez au bureau n°1 qui est à la salle des fêtes ?

C’est Jean-Marc DEFRÉMONT qui est arrivé en tête avec 27,31 % des voix.

Pour mémoire, en 2014, c’était déjà Éric MEHLHORN qui était arrivé en tête avec 25,37 %.

Bilan : la gauche a pris ce bureau à la droite.


Vous votez au bureau n°2 qui est à la salle des fêtes ?

C’est Jean-Marc DEFRÉMONT qui est arrivé en tête avec 25,87 % des voix.

Pour mémoire, en 2014, c’était Pierre GUYARD qui était arrivé en tête avec 24,90%.

Bilan : le bureau reste à gauche.


Vous votez au bureau n°3 qui est à l’école Ferdinand-Buisson ?

C’est Jean-Marc DEFRÉMONT qui est arrivé en tête avec 32,64 % des voix.

Pour mémoire, en 2014, c’était Pierre GUYARD qui était arrivé en tête avec 29,13 %.

Bilan : le bureau reste à gauche.


Vous votez au bureau n°4 qui est à l’école Ferdinand-Buisson ?

C’est Jean-Marc DEFRÉMONT qui est arrivé en tête avec 32,58 % des voix.

Pour mémoire, en 2014, c’était Pierre GUYARD qui était arrivé en tête avec 27,06 %.

Bilan : le bureau reste à gauche.


Vous votez au bureau n°5 qui est à l’école Aristide-Briand ?

C’est Jean-Marc DEFRÉMONT qui est arrivé en tête avec 25,11 % des voix.

Pour mémoire, en 2014, c’était Pierre GUYARD qui était arrivé en tête avec 21,26 %.

Bilan : le bureau reste à gauche.


Vous votez au bureau n°6 qui est à l’école Aristide-Briand ?

C’est Jean-Marc DEFRÉMONT qui est arrivé en tête avec 28,31 % des voix.

Pour mémoire, en 2014, c’était Laurence SPICHER-BERNIER qui était arrivé en tête avec 24,00 %.

Bilan : la gauche a pris ce bureau à la droite.


Vous votez au bureau n°7 qui est à l’école Aristide-Briand ?

C’est Éric MEHLHORN qui est arrivé en tête avec 26,18 % des voix.

Pour mémoire, en 2014, c’était Laurence SPICHER-BERNIER qui était arrivé en tête avec 24,46 %.

Bilan : le bureau reste à droite.


Vous votez au bureau n°8 qui est à l’école maternelle Jules-Ferry ?

C’est Éric MEHLHORN qui est arrivé en tête avec 26,18 % des voix.

Pour mémoire, en 2014, c’était déjà Éric MEHLHORN qui était arrivé en tête avec 26,32 %.

Bilan : le bureau reste à droite.


Vous votez au bureau n°9 qui est à l’école maternelle Jules-Ferry ?

C’est Éric MEHLHORN qui est arrivé en tête avec 29,62 % des voix.

Pour mémoire, en 2014, c’était déjà Éric MEHLHORN qui était arrivé en tête avec 25,28 %.

Bilan : le bureau reste à droite.


Vous votez au bureau n°10 qui est au Mille-Club ?

C’est Éric MEHLHORN qui est arrivé en tête avec 29,95 % des voix.

Pour mémoire, en 2014, c’était Pierre GUYARD qui était arrivé en tête avec 22,29 %.

Bilan : la droite a pris ce bureau à la gauche.


Vous votez au bureau n°11 qui est à l’école Louise-Michel ?

C’est Olivier VAGNEUX qui est arrivé en tête avec 25,42 % des voix.

Pour mémoire, en 2014, c’était Éric MEHLHORN qui était arrivé en tête avec 21,56 %.

Bilan : le bureau reste à droite.


Vous votez au bureau n°12 qui est à l’école maternelle des Marguerites ?

C’est Éric MEHLHORN qui est arrivé en tête avec 29,23 % des voix.

Pour mémoire, en 2014, c’était déjà Éric MEHLHORN qui était arrivé en tête avec 23,69 %.

Bilan : le bureau reste à droite.


Vous votez au bureau n°13 qui est à l’école saint-Exupéry ?

C’est David FABRE qui est arrivé en tête avec 23,16 % des voix.

Pour mémoire, en 2014, c’était Laurence SPICHER-BERNIER qui était arrivée en tête avec 25,43 %.

Bilan : la gauche a pris ce bureau à la droite.


Vous votez au bureau n°14 qui est à l’école saint-Exupéry ?

C’est David FABRE qui est arrivé en tête avec 32,26 % des voix.

Pour mémoire, en 2014, c’était déjà David FABRE qui était déjà arrivé en tête avec 26,05 %.

Bilan : le bureau reste à gauche.


Vous votez au bureau n°15 qui est à l’école Kennedy ?

C’est Jean-Marc DEFRÉMONT qui est arrivé en tête avec 32,25 % des voix.

Pour mémoire, en 2014, c’était Pierre GUYARD qui était arrivé en tête avec 23,51 %.

Bilan : le bureau reste à gauche.


Vous votez au bureau n°16 qui est à l’école maternelle Chateaubriand ?

C’est Alexis IZARD qui est arrivé en tête avec 43,43 % des voix.

Pour mémoire, en 2014, c’était David FABRE qui était arrivé en tête avec 27,82 %.

Bilan : le bureau reste à gauche.


Vous votez au bureau n°17 qui est à l’école Louise-Michel ?

C’est Jean-Marc DEFRÉMONT qui est arrivé en tête avec 26,28 % des voix.

Pour mémoire, en 2014, c’était Éric MEHLHORN qui était arrivé en tête avec 24,78 %.

Bilan : la gauche a pris ce bureau à la droite.


Vous votez au bureau n°18 qui est à l’école Ferry ?

C’est Éric MEHLHORN qui est arrivé en tête avec 26,69 % des voix.

Pour mémoire, en 2014, c’était Pierre GUYARD qui était arrivé en tête avec 23,65 %.

Bilan : la droite a pris ce bureau à la gauche.


BILAN GÉNÉRAL

Bureaux de gauche : 11

Bureaux de droite : 7

Conquêtes de la gauche : 4

Restent à gauche : 7

Restent à droite : 5

Conquêtes de la droite : 2

À nuancer du fait de la très faible participation.


Pour mémoire enfin, du temps de Jean MARSAUDON (2008)

le bureau 03 était à droite en relatif mais à gauche en absolu,

le bureau 04 était à gauche en relatif et en absolu,

le bureau 13 était à droite en relatif mais à gauche en absolu,

le bureau 14 était à gauche en relatif et en absolu,

le bureau 16 était à gauche en relatif et en absolu,

le bureau 17 était à droite en relatif mais à gauche en absolu.

Tous les autres bureaux étaient à droite dont 12 en absolu et 15 en relatif.



Le candidat arrivé en tête par bureau de vote au premier tour des municipales de 2020


Le candidat arrivé en tête par bureau de vote au premier tour des municipales de 2014



Libertés publiques à Savigny-sur-Orge : le rapporteur public soutient ma demande d’annulation de l’arrêté interdisant la consommation d’alcool en certains lieux de la commune

La fausse droite de MEHLHORN bientôt démasquée par la Justice administrative ?

Dans ses conclusions en vue de l’audience au Tribunal administratif de jeudi, le rapporteur public soutient ma demande d’annulation de l’arrêté par lequel le maire a interdit la consommation de boissons alcoolisées dans certains lieux publics de la commune, en tant que la mesure d’interdiction prononcée n’est ni nécessaire ni proportionnée aux buts recherchés !


À la base, c’était un arrêté pour lutter contre l’alcoolisme notoire de certains.

Mais plutôt que d’essayer de proposer une politique sociale pour leur venir en aide, les aider à arrêter, les réinsérer dans la société,

MEHLHORN et JAUGEAS n’ont rien trouvé de mieux que de décréter des zones ou des quartiers dans lesquels ces gens n’auraient plus le droit de consommer.

D’ailleurs, MARSAUDON avait déjà pris un arrêté de ce genre en 2000 qui n’était absolument pas respecté. La faillite de ce système était écrite d’avance !


Ce n’est pas une politique de droite !

La droite, ma droite, défend les libertés publiques !

Pour neutraliser quelques dizaines de personnes, elle se refuse de réduire les libertés de milliers d’autres !


Cet arrêté m’emmerdait personnellement donc pour deux raisons :

  • la première est qu’elle interdisait aux chrétiens d’offrir des verres de l’amitié avec alcool à la sortie de la messe des églises sainte-Thérèse et saint-Martin, sans autorisation du maire,
  • la seconde est donc la question de libertés publiques. J’ai le droit de me bourrer la gueule dans la limite où je suis responsable de mes actes à partir du moment où je serai ivre sur la voie publique. Comme je l’écris souvent pour moi, je n’ai pas besoin d’être saoul pour écrire des conneries sur ce blog !

De toute façon, qu’est-ce qu’on aurait fait après cet arrêté en constatant qu’il ne fonctionnait pas ? On en aurait pris un autre pour élargir les zones, et encore un autre…


Éric MEHLHORN, ce n’est vraiment que de la gueule !

Moi, quand je serai maire, on aura un service communal d’hygiène et de santé, et on s’en servira aussi bien pour faire fermer les mauvais kébabs que pour lutter contre l’alcoolisme.

Mais en parallèle, on aura une politique sociale, pour ne pas faire que de la répression, qui ne résout absolument rien. La preuve par les Capverdiens de la Place Davout et de la Grande rue !

Et donc par exemple, on remettra les bains-douches à disposition des personnes sans domicile fixe pour qu’elles puissent y dormir ; et que l’alcool ne soit pas dans certains cas, un moyen de lutter contre le froid.

De la même manière, cela leur évitera de se faire extorquer par des personnes qui leur font payer cher l’endroit où ils les laissent dormir ! Parce que le logement insalubre, et les marchands de sommeil ne manquent pas à Savigny.


Je termine en vous disant que le jugement sera rendu le 18 juillet 2019, et en vous présentant le nouvel arrêté réglementant la vente de boissons alcoolisées interdite après 20 heures pour la seule épicerie de l’avenue Henri-Dunant.

MEHLHORN prend vraiment les personnes alcoolo-dépendantes pour des connes. Moi, je serai à leur place, j’achèterai mes packs à 19 heures 55, et je les consommerai pendant la soirée, sur deux à trois heures.

Et là, MEHLHORN, tu vas faire quoi ? Rien, parce que ce n’est que de la communication électoraliste, pour satisfaire quelques riverains. Et moi, je dis qu’on peut résoudre autrement ces problèmes, qu’il faut solutionner, mais pas de cette manière là !



UMP/LR : pour un électeur de droite forte gagné, combien d’électeurs du centre-droit perdus ?

Qu’on le veuille ou pas, la sociologie électorale des Français n’a pas évolué en soixante ans.

Il y a toujours 44 % de Français à droite, 47 % de Français à gauche et 9 % de Français, pas forcément au centre, mais qui font balancer l’élection d’un côté ou de l’autre. On appelle ces derniers le « marais » (ou la Plaine comme sous la Révolution française).


En 2007, SARKOZY menait une campagne de centre-droit, il a gagné.

En 2010, SARKOZY a axé sa campagne à droite, il a perdu en 2012.

En 2014-2015, l’UMP s’est allié avec le centre, ils ont gagné.

En 2017, les militants LR ont préféré FILLON à JUPPÉ, ils ont perdu (et ils auraient perdus dans une second tour FILLON/MACRON).

En 2019, WAUQUIEZ a axé la campagne des européennes à droite, ils ont perdu…

À croire qu’ils ne retiennent pas les leçons de l’Histoire !


Dans l’histoire politique de la Ve République, la droite n’a toujours gagné qu’avec le centre.

C’est le « Oui mais » de GISCARD qui a fait chuter DE GAULLE en 1969.

C’est CHIRAC qui fait perdre GISCARD en 1981.

C’est l’UPF (l’union du RPR et de l’UDF) qui l’emporte en 1993…


La grande erreur de nos politiques est de penser que le FN/RN est de droite !

Alors que la vraie extrême-droite, raciste et xénophobe, ne représente que 1 à 2 % du corps électoral français.

Sans donc dire que tous les électeurs du RN sont les anciens communistes des années 1970, il n’est pas possible d’additionner les voix des électeurs de l’extrême-droite, plus ceux de droite, plus deux du centre en un seul bloc cohérent.

D’abord parce que centre et extrême-droite ne peuvent pas se voir, malgré les alliances qu’il y a eu au moment des régionales dans les années 1990.

Mais surtout parce que dans les électeurs de l’extrême-droite et du centre, il y a des gens qui ne font pas partie des 44 % de Français à droite, ni même forcément des 9 % du marais.


Ainsi donc, plus la droite va se droitiser, et plus elle fera fuir le centre, sans gagner les gauchistes de l’extrême-droite.

Et ses militants ne le comprennent désespérément pas, parce qu’ils refusent de voir qu’il n’existe pas un électorat de droite qui est majoritaire dans le pays, mais que la droite est une construction politique rassemblant des extrêmes, des modérés et des centristes…

Et à l’heure où la composante dite extrémiste, et la composante dite centriste n’ont jamais été aussi fortes, les électeurs ont tendance à choisir le camp des vainqueurs, et à partir d’un côté ou de l’autre.

Et copier tel camp ne peut qu’encourager la désertion de ceux qui préféreront toujours l’original à la copie.

En clair, la droite ne peut revivre qu’en retrouvant les fondamentaux de la modération républicaine, même si cela sera très compliqué en tant qu’elle s’est volontairement enfermée entre deux forces puissantes qu’elle a elle-même favorisée, en allant à chaque fois dans les extrêmes pour pouvoir rassembler le plus de monde.

Alors que la droite gagne lorsqu’elle est un centre de gravité, qui attire finalement tous ceux qui veulent d’un statu quo un peu mou… Et c’est à ce moment là, et sans que cela ne gêne trop personne qu’on retrouve des ministres d’ouverture clairement de gauche, et un ministère de l’Identité nationale, et qu’on fait passer ce qu’on veut, tant que cela reste subtil.

Et si la droite perd, c’est donc bien parce qu’elle n’arrive plus à être subtile, et qu’elle veut notamment s’afficher à droite, avec des valeurs dite de droite, et donc qu’elle effraie tous ceux qui veulent bien voter à droite, mais pas pour la droite, et notamment contre la gauche…



Alexis TEILLET, futur avocat, malhonnête intellectuellement, méconnaissant en droit, incompétent dans son adjoinat…

Combien de temps encore accepterez-vous que la majorité municipale de Savigny-sur-Orge se foute de votre gueule ? Ce « très cher » Alexis TEILLET (c’est comme cela qu’on appelle les maçons), soit ne comprend rien à rien et serait vraiment nul en droit administratif, en gestion des collectivités (il n’est qu’adjoint et a remplacé le maire cet été) et sur le sujet du compteur Linky (sa délégation), soit il nous prend tous pour des cons !

Comme la Justice administrative tend désormais à dire qu’il est possible de refuser le Linky, dans certaines conditions qui ne sont pas respectées à Savigny, alors l’opportuniste TEILLET se ramène et commence à vouloir nous faire croire que la majorité municipale souhaite laisser le choix aux habitants. Puis c’est écrit avec tellement de condescendance, comme si on avait devancé la décision du Tribunal, parce qu’on savait déjà, avant l’été, ce qui allait se passer !


MAIS C’EST TOTALEMENT FAUX !!!

À commencer par le seul fait que M. TEILLET, comme l’ensemble des élus de la majorité municipale, a voté CONTRE ce vœu accordant la liberté de choix pour les habitants !!!

Et donc, non, le sens de la délibération votée en mai 2018 est bien de refuser la liberté de choix aux Saviniens, donc TEILLET ne sait même pas ce qu’il vote… En même temps, s’il jouait un peu moins avec son portable pendant les réunions du conseils, et s’intéressait un peu plus au sujet du Linky qui relève de son adjoinat… Force est de constater qu’il ne le maîtrise pas…


Mais quand bien même, TEILLET aurait voté ce vœu, ce dernier n’est pas opposable du point de vue du droit, en tant qu’il n’est pas décisoire. C’est à dire qu’il faut bien un arrêté du maire ou une délibération du Conseil municipal modifiant l’ordonnancement juridique pour permettre l’exercice du refus au Linky. Et comme j’ai peine à croire qu’un futur avocat ignore cela, je pense que c’est malhonnête et minable de vouloir nous faire croire le contraire ! #récupération

Je ne sais pas où TEILLET a fait son droit, mais dans mes manuels universitaires de l’option Droit que je suivais dans le cadre de ma licence d’Histoire à Paris I Panthéon Sorbonne, il était quand même expliqué la différence entre les actes décisoires et les actes non décisoires…

Pas besoin d’être un grand juriste pour analyser le jugement rendu par le Tribunal administratif de Toulouse : on peut s’opposer au Linky QUAND un acte décisoire a été pris par la Commune, propriétaire des compteurs. Ce n’est pas le cas à Savigny !


Je terminerai par une lamentation. Moi, je suis de droite parce que je suis attaché au respect des libertés individuelles. Et normalement, les LR TEILLET et MEHLHORN devraient me rejoindre là-dessus. Et en fait, ce sont les pires des gauchistes parce qu’ils veulent empêcher à tous les habitants d’avoir cette liberté de choisir. Est-ce à croire qu’ils auraient été arrosés par Enedis pour fermer leur gueule ? Ou juste parce qu’ils n’ont aucune conviction politique sincère ?