Archives du mot-clé DLR

Présidentielle : pourquoi le retrait de FILLON sera fatal à la droite !

Malgré la manifestation de cet après-midi, le candidat FILLON semble bien mal parti, lâché de toute part. Mais s’il n’est déjà pas garanti qu’il arrive à se qualifier pour le second tour, un candidat de remplacement pourrait faire pire que le score promis à l’ancien Premier ministre de Nicolas SARKOZY. En cause des différends irréconciliables entre les grands courants de la droite, matérialisés et bloqués par les résultats de la primaire…

Patrick STÉFANINI, l’ancien directeur de campagne de François FILLON, l’a aidé à gagner en lui donnant l’image du candidat de la vraie droite, tandis que JUPPÉ était le centriste et SARKOZY le droitiste extrême. Les 44 % d’électeurs du premier tour de la primaire veulent un programme de droite ! Si FILLON se retire, une partie ira vers Nicolas DUPONT-AIGNAN et une autre vers Marine LE PEN. Ce sera sûrement négligeable mais suffisant pour éliminer le candidat LR.


Un renforcement du vote extrême

Depuis cinq jours, les Français assistent à l’infidélité d’une partie de leur classe politique, au candidat qui a été légitimement et largement élu. Comment peut-on être fidèle à ses idées et à son programme quand on abandonne son candidat sitôt qu’il perd quelques points dans les sondages ? C’est pour contester ce système putassier dans lequel on retourne sa veste dès qu’on est minoritaire dans l’opinion, qu’une partie des militants LR iront voter Marine LE PEN.


Un centre aspiré par MACRON

La très grosse majorité de l’UDI a soutenu Alain JUPPÉ (28 %), quelques uns Nicolas SARKOZY (21 %) et enfin un peu Bruno LE MAIRE (3 %). François FILLON n’a pas été élu sur des idées centristes parce que la droite veut une politique vraiment à droite sans ambiguïtés possibles avec la gauche. Les centristes, pas plus que BAYROU, ne peuvent pas s’ils veulent exister aller avec la droite. MACRON est une opportunité historique de recréer le centre ; ils vont le suivre !


Une droite divisée

J’aurais voté FILLON mais je ne pense pas que je voterai JUPPÉ ou SARKOZY si c’est eux, donc ce sera blanc. Les Français ne veulent pas d’une alternance à n’importe quel prix et il serait faux de croire, que parce qu’une partie non négligeable pense que l’alternance ne peut se faire que par LR, que tous raisonnent comme cela (j’en ai des exemples partout autour de moi). LR va rester le principal parti de droite, mais il sera troisième parce qu’il ne saura plus rassembler.


Oui, FILLON était inaudible alors que présumé innocent jusqu’à preuve du contraire. Je ne vaux cependant pas mieux qu’un militant républicain car j’ai aussi davantage parlé de ses affaires que de son programme. Les médias pareillement parce que les Français sont plus intéressés par le scandale que par le programme ; et qu’ils ne voteront pas pour les idées mais pour provoquer l’alternance de la gauche. Or, à cause de ce jeu dangereux, on va continuer cinq ans…



Les candidats potentiels de LR aux législatives de 2017 sur la 7e circonscription de l’Essonne

Comme le parti des Républicains ne semble pas assez divisé avec l’organisation de sa primaire présidentielle, c’est un autre conflit latent qui lui donne à nouveau l’occasion de s’étriper dans la presse : les investitures aux législatives. SARKOZY veut que les choix soient faits avant l’été quand les autres veulent attendre la primaire pour limiter les soutiens de circonstance à l’ancien chef de l’État. 

Toutefois, sur les 577 circonscriptions, près de 400 possèdent un candidat naturel qui devrait monter au front quelque soit ses accointances avec les différents caciques en campagne présidentielle. Ce n’est pas le cas de la 7e circonscription de l’Essonne, et je vous propose un rapide tour d’horizon des différentes candidatures possibles, en fonction des soutiens affichés des personnes possiblement en concurrence.


Les deux challengers

  • Robin RÉDA (lemairiste)

Sa force : ses victoires

Sa faiblesse : son carriérisme qui insupporte

  • Laurent SAUERBACH (sarkozyste et juppéiste – en bons termes avec le vainqueur)

Sa force : sa connaissance du Parlement comme ancien assistant parlementaire

Sa faiblesse : sa trop faible notoriété (il n’est connu que dans son parti et à Viry)


Les autres candidats potentiels

  • Julie CREUSEVEAU (juppéiste)

Sa force : son soutien de la première heure et sa fidélité à Alain JUPPÉ

Sa faiblesse : elle est inconnue

  • Christine RODIER (sarkozyste)

Sa force : son expérience électorale

Sa faiblesse : ses premiers résultats sur Athis

  • Éric MEHLHORN (juppéiste) 

Sa force : être le maire de la plus grande commune

Sa faiblesse : il n’a pas la carrure et assume avec difficultés ses autres mandats


Les candidats qui rêveraient d’y aller

  • Nadège ACHTERGAËLE (filloniste)

Sa force : sa fraicheur

Sa faiblesse : le temps qui lui manque

  • Antoine GIUSEPPONE (sarkozyste)

Sa force : son expérience

Sa faiblesse : son âge

  • Pascal PICARD (sarkozyste)

Sa force : le secrétariat de circonscription de LR

Sa faiblesse : sa notoriété hors de Paray

  • Julien DUMAINE (souverainiste donc non représenté à LR)

Sa force : sa réflexion

Sa faiblesse : sa jeunesse


L’hypothèse UDI (en cas d’alliance électorale)

  • Jean-Marie VILAIN (UDI – Nouveau Centre)

Sa force : ses réussites sur Viry

Sa faiblesse : son parti

  • Julienne GEOFFROY (UDI – Nouveau Centre)

Sa force : sa jeunesse et sa maîtrise des finances

Sa faiblesse : son parti

  • Xavier-Roger DUGOIN (UDI – Parti radical)

Sa force : son expérience électorale

Sa faiblesse : son parti (et son nom)

J’ai hésité à rajouter dans ces noms Laurence SPICHER et David FABRE qui rêvent d’envie d’y aller, mais ne sont pas considérés dans leur parti comme des vrais UDI.


Mon analyse

RÉDA, selon le score de son champion, peut espérer bloquer une place par le fait de la proportionnelle (les soutiens à LE MAIRE ne sont pas si nombreux). SAUERBACH miserait plutôt sur une fidélité aux autres poids lourds du parti, et à profiter de leur victoire pour s’imposer. Je pense que l’UDI demandera une place de suppléant à LR et que Julienne GEOFFROY obtiendra le rôle de la « potiche centriste » qui présente bien sur les photos.

La logique de notre circonscription est de prendre un membre issu de Savigny/Viry et un autre de Athis/Juvisy/Paray. Mais cette disposition n’est pas toujours respectée. Dans le premier cas, j’imagine que RÉDA aurait l’investiture avec GEOFFROY en suppléante. Dans le cas contraire, comme je ne pense pas que RÉDA puisse s’appuyer pour la parité sur Aurélie TROUBAT ou Arielle MERRINA, il prendrait ACHTERGAËLE (pourtant LR) en remplaçante.


Il courait à un moment la rumeur que M. TRON, s’il était resté président départemental de LR, aurait bien parachuté Aurélie GROS car il réservait la circonscription à une femme. Mais Stéphane BEAUDET semble avoir accepté l’idée que cela puisse être un homme qui soit candidat. Et tant pis s’il faut payer une amende à LR pour avoir présenté trop d’hommes. Le parti DLR a bien payé une amende pour avoir présenté trop de femmes…

 

Quand Savigny-sur-Orge s’aplatit et s’écrase devant Marine LE PEN

Quelle ne fut pas ma surprise lorsqu’un ami savinien me dit avoir vu ce mercredi 11 février 2015 un document demandant aux voitures garées avenue de la Liberté de dégager pour Marine LE PEN. Quelle ne fut pas ma tristesse de vérifier ce matin que cela était vrai et qu’à Savigny-sur-Orge, on s’efface devant les ennemis de la vraie France.

Le lendemain de la libération de Savigny, DE GAULLE clamait : Paris, Paris outragé, Paris brisé, Paris martyrisé mais Paris libéré ! Libéré par lui-même, libéré par son peuple avec le concours des armées de la France, avec l’appui et le concours de la France tout entière : c’est-à-dire de la France qui se bat. C’est-à-dire de la seule France, de la vraie France, de la France éternelle.« 

L’union nationale, je pouvais y croire dans le travail du Conseil national de la résistance. Au sein duquel se trouvaient des militants d’extrême-droite, de celle qui aimait la France. Aujourd’hui, je dis que toute la France n’était pas avec DE GAULLE et que des fachos qui étaient dans le camp de l’Allemagne nazie se sont retrouvés en 1972 pour fonder le Front national.

DSC_0055

M. JAUGEAS est zélé dans son travail

Cinq questions se posent à la lecture de ce torchon vert :

1. Quelle délibération municipale, que je n’ai pas encore vu affichée ni devant la mairie ni dans la rue nommée, justifie une telle interdiction de stationnement ?

2. Pourquoi interdit-on le stationnement lorsque Mme LE PEN vient à Savigny, mais ne bouge-t-on quand M. LE MAIRE est en campagne pour la présidence de l’UMP ?

3. Quels arguments permettent de bloquer une rue dès 07 h 30 alors que Marine LE PEN n’arrive que 12 heures plus tard ?

4. M. JAUGEAS, militant du parti Debout-la-France, agit-il simplement au nom de l’intérêt public savinien ? Ou le souverainiste tendrait-il à se rapprocher de l’extrême-droite comme à Draveil ?

Note : À Draveil, le beau-frère de Marine LE PEN Philippe OLIVIER, a rejoint DLF pour les élections départementales de mars 2015 après avoir reçu le soutien du FN en mars 2014.

5. Le papier est signé par le « Maire-adjoint chargé de la Sécurité ». C’est donc qu’il craint des problèmes d’insécurité. Donc il est du devoir du Maire et du Préfet, d’interdire cette réunion. (Comme pour Dieudonné – même application de la Loi républicaine).

DSC_0054

Madame LE PEN, vous êtes chez vous ici à Savigny !

Je ne souhaite pas le bienvenue au Front national et à Marine LE PEN à Savigny-sur-Orge.

Quels candidats aux cantonales-départementales de 2015 ? (Essonne : Savigny-sur-Orge, Morangis, Wissous)

Personne ne peut encore affirmer avec certitude à quelle date auront lieu les élections départementales de 2015 ? Probablement les 22 et 29 mars, même si le calendrier électoral n’est pas encore voté. Mais alors que l’on voit les premiers candidats s’activer, je vous propose un petit tour prospectif et imaginaire des dix binômes qui pourraient s’opposer afin d’intégrer le Conseil général de l’Essonne.

Les candidats présentés ici s’opposeraient sur le canton de Savigny-Morangis-Wissous.

1. UMP : Brigitte VERMILLET / Eric MEHLHORN (surpris ensemble aux Savigny games ce dimanche, donc en campagne). Ils ont les plus grandes chances dans cette élection car ce sont les électeurs de droite qui se déplaceront. Dommage que Eric MEHLHORN n’ait pas pu faire valoir son bilan. Suis-je bête : il est vide ! (savignynoscantons.blogspot.com/)

2. PS : Lydia BERNET / Pascal NOURY : Dehors Pierre GUYARD qui a raté son atterrissage à Savigny pour les municipales. La secrétaire de section de Savigny et le Maire de Morangis pourraient défendre le bilan de gauche du Conseil général emmené par Jérôme GUEDJ. Leur principale difficulté sera de mobiliser dans un canton qui vote localement à droite.

3. FN : Audrey GUIBERT / … : Faire acte de présence, tel sera le but de la candidature d’Audrey GUIBERT qui revient après son excellent score aux cantonales de 2011 à Athis-Mons. Ils capteront 15 % des voix. Honte aux ennemis de la vraie France qui soutiendront ce parti et ses candidats antirépublicains et anti-patriotes.

4. EELV : … / Henrique PINTO : L’attaché parlementaire de Eva SAS se tournera probabelment vers Wissous pour constituer son binôme, puisque les écologistes y sont nombreux. N’oublions pas que c’est de cette ville de 6000 habitants qu’est issu le conseiller régional Jean-Luc TOULY, ancien EELV. Une campagne pour sauver les meubles et se prouver qu’on existe encore.

5. PRG : Chirinne ARDAKANI / José de SOUSA : Permettre au PRG d’avoir suffisamment de candidats en France pour pouvoir obtenir remboursements et dotations. 1 % en perspective avec un objectif à 2 %, le PRG paie ses liens avec le PS.

6. UDI : … / David FABRE : Notre ami n’aurait pas adhéré à l’UDI si ce n’était pour se présenter à cette élection, ainsi qu’il a commencé à la raconter à plusieurs habitants de Grand-Vaux. Mais qui voudra de lui, qui n’a jamais été à gauche tout en conduisant une liste PS ?

7. Divers-droite : Laurence SPICHER-BERNIER / Richard TRINQUIER : L’ancienne Maire de Savigny et l’actuel de Wissous. Ils se retrouvent sur des positions communes que l’on peut lire en tapant leurs noms sur des moteurs de recherche.

8. Communistes : Michèle PLOTTU-GROSSAIN / … : Parce qu’il en faut qui montent au front et portent la bonne parole. On dirait qu’eux-mêmes n’y croient plus, c’est assez déséspérant.

9. DLF (anciennement DLR) : Hélène BRUNG / … : Nicolas DUPONT-AIGNAN veut des candidats dans chaque canton ? On ne s’étonnera pas qu’ils renoncent, faute de militants et que Daniel JAUGEAS soit finalement le suppléant d’Eric MEHLHORN. A suivre.

10. Indépendants :  … / Olivier VAGNEUX : Nous reparlerons de cette candidature très prochainement. Peut-être dans un autre cadre ? Peut-être avec d’autres moyens ? Qui sait ?

Rappelons que tout cela n’est qu’hypothétique.