Archives du mot-clé Didier RAOULT

Pourquoi je ne suis pas pressé de me faire vacciner contre le Covid-19…

Je lisais dans Le Figaro du 12 novembre 2020 un sondage qui indique qu’un Français sur deux affirme qu’il ne se fera pas vacciner contre le Covid-19.

Je suis personnellement de ceux-là, n’aimant pas beaucoup pas le principe de rendre obligatoire un vaccin qui a moins d’un an, quand la procédure ordinaire de mise sur le marché d’un vaccin prend cinq à dix ans.

Je me délecte surtout de lire que le président de Pfizer a vendu pour 5,6 millions de dollars d’actions personnelles le jour de l’annonce de son vaccin efficace à 90 % (je n’ai en plus pas l’impression que ce taux d’efficacité soit énorme…) et sa vice-présidente pour 1,8 million de dollars.

Et je ne suis pas plus pour le vaccin russe, dont on a appris le lendemain de l’annonce de l’efficacité du vaccin occidental à 90 % que celui-ci l’était à 92 % ; même si j’ai plus confiance dans la technologie des adénovirus transformés que dans celle de l’ARN messager.

Je précise que je ne crois pas que Bill GATES veuille nous faire vacciner pour nous injecter une puce GPS qui fonctionne à la 5G, surtout qu’il a déjà tout internet pour nous fliquer s’il le veut. Mais d’aucuns me disqualifieront quand même de « rassuriste » voire de « complotiste »


Ma principale réticence vient de l’absence d’observations dans le temps d’éventuels effets secondaires d’un tel vaccin.

Je trouve franchement irresponsable de déjà réfléchir à faire vacciner tout le monde, sur quelque chose dont on ne sait rien, et dont on ne pourra réellement rien savoir avant plusieurs générations. Ah ben, on va pas attendre jusque-là, me dira-t-on…

Que l’on vaccine certaines personnes, notamment les plus âgées, comprendre aussi celles qui ne sont plus en âge de se reproduire et donc de transmettre des conséquences éventuelles de cette vaccination, je le comprends.

Mais jusque-là, je n’ai pas chopé le Covid-19 parce que j’ai fait attention. Je n’ai d’ailleurs pas découvert l’hygiène le 17 mars 2020.

Surtout qu’en plus, nous ne savons toujours pas quelle est la durée de l’immunité de la maladie…

D’autant plus si soudainement, le Covid-19 mute un peu autrement que ses 18 modifications de génomes identifiées depuis son apparition, le vaccin sera-t-il toujours efficace ?

Avez-vous d’ailleurs observé la panique quand on a découvert que les visons d’élevage pouvaient porter une version de la maladie qui serait résistante au vaccin ?


Il y a une hypocrisie hygiéniste terrible en France et à la fois complètement paradoxale.

C’est à dire que d’un côté, on veut créer des immunités artificielles, y compris contre des maladies que l’on ne rencontrera normalement jamais.

C’est bien gentil de vouloir vacciner contre le papillomavirus, mais si tu n’es pas une pute, dans l’idée que tu as des relations sexuelles protégées avec un même partenaire régulier, alors tes risques de souffrir d’un papillomavirus sexuellement transmissibles, voire d’un cancer du col de l’utérus, sont quand même super faibles.

Et le truc qu’il est d’ailleurs interdit d’écrire est que le vaccin contre le papillomavirus semble accélérer le développement du syndrome de GUILLAIN-BARRÉ, chez des gens qui l’auraient quand même eu, mais plus tard dans leur vie.

Il est d’ailleurs très instructif de voir les arguments des campagnes des laboratoires pour essayer de rendre tel vaccin obligatoire, même quand ceux-ci n’existent pas encore comme par exemple contre la chlamydia.

Là encore, si tu n’as pas décidé de transformer ton utérus en banque à MST, tu ne risques normalement pas de l’avoir. Et le pire est que discutant très sérieusement de ce sujet avec un professionnel du milieu, il m’a répondu que oui, mais que si on se faisait violer !!!

Et puis de l’autre côté, les hôpitaux, les cliniques et les obstétriciens et donc les cadres de santé, qui pour rentabiliser les actes, privilégient l’accouchement par césarienne à l’accouchement par les voies naturelles, qui est la meilleure immunisation possible pour un bébé qui dispose encore du système immunitaire de sa mère.


Je ne suis pas pour le tout vaccin, même si je reconnais leurs apports dans la médecine des XIXe et XXe siècles.

Et là aussi, quelle hypocrisie, parce que PASTEUR, tout comme son équivalent allemand KOCH qui s’est décrédibilisé avec sa tuberculine, étaient les RAOULT de leur époque.

PASTEUR a quand même inoculé un vaccin contre la rage, qui n’avait jamais été testé sur l’homme, à un enfant dont on pense de plus en plus qu’il n’avait jamais été malade.

À la relecture, peu importe dans la mesure où il avait établi le principe du vaccin qui s’est révélé efficace, au moins sur les patients dont on est certain qu’ils auraient eu la maladie. Mais ce n’est pas sérieux ni scientifique.

Le même PASTEUR, mais c’est l’époque, qui voulait inoculer des maladies mortelles à des condamnés à mort pour pouvoir essayer de les soigner.

Mais nous ne valons guère mieux aujourd’hui que PASTEUR et KOCH avec les laboratoires comme Gilead qui parce qu’il ne sait pas quoi faire du remdésivir essaie de le fourguer pour lutter contre le premier nouveau virus venu, et réessaiera au prochain.


En conclusion, je passe mon tour pour le vaccin contre le Covid.

Je n’écris pas que je le ferai jamais.

Mais je préfère encore m’astreindre à porter un masque quelques années encore, qui protège les autres du Covid mais également de toutes les autres maladies que je pourrais leur transmettre.

Puis s’il n’y a pas d’effets secondaires immédiats, alors peut-être, on verra…

Car je pense enfin aussi et quand même que plus vous immunisez une population contre une maladie, et plus vous préparez la suivante en forçant cette première à s’adapter.



Coup de gueule sur l’hystérie de l’hydroxychloroquine

Du jour au lendemain, la France s’est mise à compter 69 millions de médecins.

Qui se sont empressés de se trouver un sujet de fracture, une manie bien française, à savoir l’hydroxychloroquine.

Cet anti-paludéen utilisé depuis 65 ans, qui à en croire certains aujourd’hui, serait même plus dangereux que la malaria pour les personnes qui se soignent avec !

Médicament qui a été médiatisé, sur la seule intuition, d’un mec complètement farfelu.

Pas tellement, pour les arguments des gauchistes qui lui reprochent de mal s’habiller, d’avoir une déco moche et surtout d’écrire des trucs qui seraient climato-sceptiques dans Le Point.

Mais plutôt parce que sa rigueur scientifique est largement absente, au-delà de ses seules études sur l’hydroxychloroquine, ne serait-ce qu’à voir son rythme de publication d’une étude par semaine. Je me demande même s’il prend le temps de les lire.

Et donc les Français, qui sont en manque d’un homme providentiel qu’ils voudraient sorti du Peuple, se sont jetés sur lui, avec d’autant plus de ferveur qu’il a fait la nique à MACRON. Et RAOULT est devenu leur héros, voire leur héraut.

Bien arrangé par un talent de communication indéniable, qui en a rendu jaloux plus d’un.

Et dès lors, gilets jaunes et extrême-droite ont sorti toutes les théories du complot imaginables pour tacler tous ceux qui s’opposaient à la solution miracle du célèbre professeur.

Avec ce petit antisémitisme sournois comme on sait bien faire en France que ce seraient les juifs Agnès BUZYN et Yves LÉVY qui seraient jaloux du nouveau Michel CYMÈS.

Et puis cet anti-libéralisme et anti-mondialisme bon teint, que ce serait Big Pharma qui voudrait nous vendre des médicaments à 60 euros parce que le Plaquénil ne coûte que 5 euros.

MACRON s’en est mêlé, parce qu’on découvre qu’il a peur de l’émergence d’une figure populiste qui le reléguerait à la 3e place en 2022, ce qui n’a rien arrangé.

Et puis le temps passe, et on fait des études.

Comme par hasard, les études de RAOULT concluent que cela fonctionne et les études des autres que non. Toutes, de RAOULT et des autres, avec des biais incroyables, à croire que cela les amuse de conclure de la merde. Avec un big up pour les mecs qui testent l’hydroxychloroquine seule sans azythromicine, un autre médicament utilisé pour pallier les conséquences du premier.

Et là, contre-braqué du Gouvernement, et des organismes étatiques de santé, qui décommandent d’en prescrire, à la limite de retirer l’autorité de mise sur le marché du médicament.

Sauf que RAOULT, quand on l’écoute depuis le départ, a toujours dit que l’hydroxychloroquine n’était efficace que dans les dix premiers jours de la maladie.

Et presque toutes les études s’attachent à observer des personnes parties à l’hôpital (celles qui ne le font pas ne sont pas encore sorties), donc pour lesquelles la maladie est bien présente et l’hydroxychloroquine ne sert plus à rien.

Pour le reste, on sait que l’hydroxychloroquine est un cardio-toxique.

Et donc on s’étonne que ce médicament, administré trop tard donc de manière inefficace contre le Covid, fasse alors des dégâts aux cœurs des patients !

Et surtout, il se trouve des médecins pour s’appuyer sur ces études et justifier les restrictions autour de l’hydroxychloroquine, ce qui moi me dépasse.

Et c’est là qu’on se dit que les jalousies professionnelles et l’industrie pharmaceutique ne sont peut-être pas si innocentes que cela… Ça y est. On a enfin atteint le point complot.

Surtout quand RAOULT nous dit, à l’appui de ce qu’on sait sur tous les coronavirus, que le Covid-19 n’est possiblement pas immunisant (en tout cas que l’on ne sait pas encore faire), et donc que cela ne sert pas à grand chose de chercher un vaccin.

Mais là encore deuxième complot, relativement aux vaccins, qui, cocorico héritage pasteurien, ne rendent jamais personne malades ou n’accélèrent pas le développement de certaines maladies. Faites vous vacciner même contre des maladies que vous ne rencontrerez jamais !

Et donc oui, on va peut être trouver quelque chose qui sera à refaire au moins tous les ans, mais cela ne prendra pas plus dans la population que le vaccin contre la grippe.

Pire maintenant, ils veulent même arrêter toutes les études qui utilisent l’hydroxychloroquine (pour qu’on ne connaisse jamais la vérité !)

Bref, cela me saoule qu’il n’y ait aucun bon sens, aucune logique relativement à l’hydroxychloroquine, et que ce soit juste une guerre d’égo.

Alors même qu’on voit que le médicament fonctionne, mais pas pour tout et pour tous, et qu’il y a certainement mieux, mais qu’il n’y a pas de traitement miracle pour l’instant, et que de toute façon certains ont décidé qu’il ne fallait pas que cela fonctionne, donc c’est mort.

C’est à la limite ce comportement bien français qu’on est tellement jaloux que le truc de RAOULT pourrait fonctionner qu’on ne veut donc pas qu’il fonctionne. Et qu’au lieu de se réjouir, tout en cherchant mieux, on défonce celui qui a essayé de trouver…