Archives du mot-clé démocratie

Coup de gueule : si les médias pouvaient arrêter de prétendre que LaREM est un parti démocratique parce que quelques députés se divisent !

Je ne sais pas si vous avez remarqué que les médias sont friands des divisions qui existent au sein du groupe parlementaire LaREM, et qui soi dit au passage, proviennent toujours des mêmes députés (Sonia KRIMI, Matthieu ORPHELIN, Hugues RENSON, Aurélien TACHÉ), dont je me demande souvent pourquoi ils ne sont pas restés à gauche, et sont allés se faire élire avec MACRON (peut-être parce qu’ils n’auraient alors pas été élus ?)…

Alors déjà, au niveau opposition, les élus LaREM se posent là, parce qu’à l’exception de Jean-Michel CLÉMENT une fois, ils n’ont jamais voté contre quoi que ce soit. C’est toujours l’appel à la menace : attention car je vais voter contre ; mais à la fin, c’est au mieux une abstention, et au pire un vote pour, mais attention car c’est bien la dernière fois qu’ils cèdent au chantage, et même qu’ils pourraient créer un groupe dissident, mais dans la majorité présidentielle !

Et les pompiers de service, du genre de Richard FERRAND ou de Benjamin GRIVEAUX, qui arrivent à la rescousse, et qui nous disent que c’est tout à fait normal dans un groupe qui vit, parce que LaREM est un parti démocratique dans lequel on ne menace absolument pas d’exclure ceux qui voteraient contre, qui d’ailleurs partent avant, au moment où ils devinent qu’ils sont allés trop loin, et que leur exclusion n’est plus qu’une question d’heures…

Et les médias de reprendre ce discours parce qu’il rassure sur l’état de notre démocratie, et évite de nous montrer que nous n’avons presque que des députés godillots qui voteront ce que le parti leur dit de faire. Et dans le genre, on a aussi les médias qui relaient tous les mois l’information d’un groupe de dissidents qui songeraient en fait à tout abandonner ; et aussi les mêmes supports qui comptent les défections ; comme si MACRON pouvait perdre sa majorité !

En attendant, le groupe majoritaire subsiste bel et bien avec des gens qui s’organisent régulièrement un coup de pub° ou un coup de com° en feignant d’être dans une ligne alternative au macronisme… Et pendant ce temps, des lois sont votées qui n’améliorent pas beaucoup la vie des Français. Vit-on mieux en 2019 qu’on vivait en 2014 ? Et on ne comprend pas que des gilets jaunes émergent pour réclamer une vraie démocratie et une vie meilleure…



Publicités

Mon modèle pour demander la communication des grands livres budgétaires à une administration/une collectivité

Depuis 2016, et sur le conseil d’un ancien maire-adjoint aux Finances d’une commune proche de la mienne et sensible à mes combats, je demande chaque année les grands livres budgétaires des différentes collectivités territoriales auxquelles j’appartiens. Puis je les étudie, je les commente, et je les republie !

Les grands livres budgétaires retracent les comptes de l’administration dans le détail, en listant l’ensemble des mandats de dépenses émis, et des titres de recettes perçues par la collectivité. Ils sont la seule solution transparente permettant de pallier l’absence d’une comptabilité analytique, et de connaître notamment le détail des dépenses.


Cette demande peut aussi bien s’effectuer par courrier postal, que par courriel, en application de l’article L.112-8 du code des relations entre le public et l’administration.

Vous pouvez aussi proposer de vous-même à l’administration d’échelonner dans le temps sa réponse, même si c’est normalement à elle de vous le proposer.

Bien penser à joindre un accusé de réception et un accusé de lecture ; à tout le moins une preuve de l’envoi ! Ne pas hésiter à se mettre en copie du courriel !

La demande de publication sur un site internet est un caprice personnel, que vous pouvez imiter, ou pas.


Tout refus de communication peut faire l’objet d’un recours administratif préalable devant la Commission d’accès aux documents administratifs (CADA), dans le délai de deux mois, suivant la décision implicite de refus de communication, qui naît au bout d’un mois, avant recours administratif entre deux et quatre mois après avoir saisi la CADA.

Tout refus de publication peut faire l’objet d’un recours devant le Tribunal administratif entre deux et quatre mois après la communication de la demande.


Jusqu’à présent, j’ai obtenu :

– naturellement, ceux de ma commune de Savigny-sur-Orge, sans que je n’ai besoin d’aller au Tribunal administratif,

– en étant allé au Tribunal administratif, ceux de la Métropole du Grand-Paris, sans qu’elle n’ait besoin d’être condamnée.


À ce jour, me résistent encore, et je suis en contentieux contre eux au Tribunal administratif :

– l’établissement public territorial du Grand-Orly Seine Bièvre,

– la Département de l’Essonne.


Mes prochaines victimes :

– le Conseil régional d’Île-de-France,

– des syndicats intercommunaux (mais je ne vais pas encore écrire lesquels) !


Le modèle à remplacer / compléter


Courriel envoyé avec accusé de réception et accusé de lecture

Objet : Demande de communication [du ou des grands livres budgétaires]


[Ville, le date]

[Madame / Monsieur le …],

Les grands livres budgétaires sont les documents rassemblant tous les titres de dépenses émis, et tous les titres de recettes perçus, par votre collectivité.

Ils retracent les comptes de [nommer l’administration], et sont par conséquent, communicables à toute personne qui en fait la demande ; sous réserve de l’occultation de certains éléments de nature à atteindre à la vie privée des personnes.

Par le présent courriel, j’ai l’honneur de solliciter de votre administration la communication [du ou des grands livres budgétaires] de [citer la collectivité] pour [l’année X ou les années X, Y et Z], en application des articles L.311-1 et suivants du code des relations entre le public et l’administration (CRPA)

De plus, je vous demande aussi de bien vouloir procéder à la publication de [ce ou ces documents] sur le site internet de votre collectivité ([écrire le nom du site de la collectivité]), sitôt que vous me [l’ ou les] aurez communiqué, en application de l’article L.312-1-1 du CRPA.

En vous remerciant de votre attention, [je vous prie de croire, Madame/Monsieur le …, en l’expression de ma très haute considération].

[Prénom NOM]


Un exemple concret :

Savigny-sur-Orge, le 01er février 2019‌

Monsieur le président,

Les grands livres budgétaires sont les documents rassemblant tous les titres de dépenses émis, et tous les titres de recettes perçus, par votre collectivité.

Ils retracent les comptes de la Métropole, et sont par conséquent, communicables à toute personne qui en fait la demande ; sous réserve de l’occultation de certains éléments de nature à atteindre à la vie privée des personnes.

Par le présent courriel, j’ai l’honneur de solliciter de votre administration la communication du grand livre budgétaire de la Métropole du Grand-Paris pour l’année 2018, en application des articles L.311-1 et suivants du code des relations entre le public et l’administration (CRPA)

De plus, je vous demande aussi de bien vouloir procéder à la publication de ce document sur le site internet de votre collectivité (metropolegrandparis.fr), sitôt que vous me l’aurez communiqué, en application de l’article L.312-1-1 du CRPA.

En vous remerciant de votre attention, je vous prie de croire, Monsieur le président, en l’expression de ma très haute considération.

Olivier VAGNEUX




Cette démocratie dans laquelle le Peuple doit voter, mais surtout bien voter !

Des réflexions à poursuivre, que je pose là pour l’instant.

Je ne suis pas satisfait de cet article qui n’est pas abouti, et qui part dans tous les sens…


Sommes-nous encore en démocratie ?

Pendant longtemps, la démocratie a été synonyme de liberté.

C’est à dire que le vote n’était pas obligatoire et qu’on pouvait même défendre intellectuellement son choix de s’abstenir.

Et puis aussi, on pouvait voter pour le candidat de son choix, sans se rendre coupable d’un horrible crime aux yeux d’une majorité de la population.


Aujourd’hui, celui qui ne vote pas ou qui ne vote plus est un salaud !

Toujours le complice des populistes qui veulent ressusciter Adolf HITLER. Jamais le complice d’un système élitiste qui place l’argent au dessus de l’Homme.

Mais pire peut-être encore est celui qui choisit LE PEN, DUPONT-AIGNAN, SALVINI, ORBAN, TRUMP ou BOLSONARO. Celui-là est un con qui vote vraiment très mal.


Dans les écoles, on apprend aux enfants qu’il faut voter.

Mais on ne leur apprend pas pour quoi il faut voter.

Et on leur présente la démocratie comme étant la seule voie du bien.

Disons plutôt la moins pire, toujours en citant CHURCHILL (« la démocratie est le pire des régimes, à l’exception de tous les autres, déjà essayés dans le passé »)…

Ce qui sous-entend qu’on est forcé de l’accepter, et qu’on ne doit pas chercher à la changer, sans forcément revenir aux comportements politiques des heures les plus sombres…

Douter des capacités des régimes actuels en matière de contrôle de l’immigration, de protection de l’environnement, de politique de l’emploi, c’est obligatoirement se situer dans l’entre-deux-guerres, dans les années 1930.

Or, c’est affaiblir le système en place en voulant le présenter comme le seul et unique rempart aux évolutions et bouleversements de la société, c’est empêcher tout débat et tout dialogue, et c’est finalement renforcer l’autre.

Aujourd’hui, contre MACRON, les Français ne votent plus LR ou PS, mais FI ou RN !


On explique aux jeunes gens que la démocratie est le gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple.

Mais en fait, pas vraiment si vous votez pour Marine LE PEN, parce qu’ils ne sont pas le peuple et qu’ils ne travaillent pas pour le peuple.

Alors que MACRON, il est du peuple et il n’agit que dans l’intérêt du peuple.

Et on ne doit plus dire que les deux sont mauvais, parce qu’il faut un gentil et un méchant.

Et on rappelle alors que même HITLER s’est fait démocratiquement élire par le peuple allemand. Ah oui, mais il n’a fait que 33 % (en novembre 1932) puis 44 % des voix (en mars 1933), donc il n’a pas fait 50 %, et puis si on enlève tous ceux qui ne sont pas allés voter…

Et c’est pareil pour tous ceux qui ne sont pas aimés par l’élite intellectuelle. On va toujours trouver à remettre en cause leur élection, comme celle de TRUMP par exemple parce qu’il n’a pas gagné le vote populaire de 3 millions de voix.

Mais quand en Espagne, le pouvoir est aux mains d’un seul parti qui a obtenu 23 % des voix, et qui a obtenu 2,5 millions de voix de moins que son principal rival, personne ne trouve rien à redire…

Je passe sur les cas extrêmes. Ce n’est pas BOLSONARO qui a gagné au Brésil, ou la gauche qui a perdu, mais bien la faute de la droite qui n’a pas réussi à se qualifier pour le deuxième tour…


Berthold BRECHT disait que : « puisque le peuple vote contre le Gouvernement, il faut dissoudre le peuple ».

C’est bien ce à quoi on assiste en certains endroits dans lesquels le Peuple est méprisé. Où l’on fait comme s’il n’existait pas. Où on ne prend pas en compte son refus de la constitution européenne et où on l’a fait ratifier par le Parlement. Où on organise des référendums jusqu’à tant d’obtenir la « bonne » réponse…


L’essence même de notre démocratie, tout aussi imparfaite qu’elle soit, est de contenir en elle les germes de son auto-destruction, tant que le peuple le veut.

Oui, elle doit permettre d’offrir le gouvernement à des personnes mal intentionnées, incompétentes, racistes, xénophobes…

Mais il existe en même temps des lois pour empêcher de candidater des personnes jugées, là encore par qui et au nom de quoi, dangereuses.

Or, nous assistons à une inquiétante évolution de la démocratie qui passe d’une expression globalement libre de la volonté du peuple à une expression contrôlée.

Et paradoxalement, c’est l’extrême-droite qui aujourd’hui prône le plus de libertés de ce point de vue. De la même manière, parce qu’on aime bien les comparaisons avec la seconde guerre mondiale, ce sont aujourd’hui les partis d’extrême-droite qui tiennent officiellement le discours le plus protecteur des juifs face à la montée des islamismes.

Et ce qui est très dangereux est que contre l’ultra-libéralisme des sociétés modernes, les peuples vont se réfugier dans l’illibéralisme des extrêmes.


Aussi, je pense qu’il est temps d’arrêter de culpabiliser les électeurs par rapport à leur vote, ou à leur non-vote.

Avec des arguments à la con, du genre que des gens sont morts pour le droit de vote. Ce qui est toujours amusant venant d’autres gens qui n’ont rien à foutre du droit de grève.

Et si les extrêmes progressent, c’est surtout du fait de l’échec des modérés qui dressent ces premiers en opposants, et leur offre toute la publicité nécessaire.

BOLSONARO n’aurait sûrement pas gagné s’il n’avait pas été poignardé, et pu jouer de cela en s’inventant un destin messianique. On aurait moins parlé de lui si cette jeune femme ne s’était pas auto-mutilé avec des croix gammées pour accuser les partisans de BOLSONARO.

Et accuser TRUMP d’être responsable des colis piégés parce qu’il divise le pays, ou d’être antisémite, parce qu’il y a eu une fusillade dans une synagogue, alors qu’il est le seul à ne pas avoir parlé à des communautés comme le font les démocrates, mais au pays, et qu’il est celui qui a déplacé l’ambassade des États-Unis en Israël. Je pense que tous ses détracteurs lui offre la possibilité d’être conforté pour la fin de son mandat.


Retrouvons donc confiance en notre système.

Acceptons de ne pas toujours avoir la majorité, et travaillons dans l’attente de la reformer.

Et arrêtons d’inventer des ennemis qu’on ne fait que renforcer, selon l’angle d’attaque que l’on utilise pour les atteindre.



Dans l’attente de la « cinglante réponse » de François DUROVRAY…

DURVORAY, président LR du Conseil départemental de l’Essonne a fait une connerie, et maintenant, il fait le mort pour ne pas s’en excuser. On a connu plus courageux. Pour les mêmes documents demandés à Savigny, la Commission d’accès aux documents administratifs a reconnu qu’ils étaient communicables ; donc ce n’est pas possible qu’elle dise le contraire pour une autre collectivité. Donc ils ne peuvent m’opposer aucune réponse…


Envoyé par courriel le 19/02/18 à 08 h 05

Objet : Tandis que le « fou » attend toujours votre « cinglante réponse »

Savigny-sur-Orge, le 19 février 2018

Cher François DUROVRAY,

Dans un mail du 1er février 2018 à 18 h 23, vous ordonniez à votre directeur de cabinet de m’adresser une réponse “circonstanciée”, mais “cinglante, à ma demande de communication de documents administratifs.

Nous sommes le 19 février, et je n’ai toujours rien reçu. Pas même un petit accusé de réception à mes requêtes du 1er et du 10 courant, en infraction avec l’article L.112-3 du Code des relations entre le public et l’administration.

Peut-être que M. Guilhem RICALENS, ou la DAJA, ont-ils besoin que je les aide ? Je me défends quand même ; demandez plutôt à mon affectionné Éric MEHLHORN ce qu’il en pense.

N’est-il d’ailleurs pas paradoxal de vouloir m’apporter une réfutation dont la violence n’appellerait aucune réaction possible de ma part, quand c’est manifestement, et pour l’instant, ma seule question qui vous laisse sans voix ?

Dans l’intérêt de l’Essonne et des Essonniens, il serait donc bon que vous songiez à exorciser ce daïmôn socratique, qui vous aspire et vous entraîne inexorablement de la démocratie vers la tyrannie.

Qui êtes-vous, François DUROVRAY, pour décréter que je suis fou, et ordonner à votre administration de me fouetter de la sorte, parce que j’ose sacrilègement vous adresser une demande de communication de documents administratifs ?

Ça ne vous plaît donc vraiment pas que j’enquête journalistiquement sur des embauches au Département que je présume de complaisance, et qui pourraient même, après enquête préliminaire ou information judiciaire, peut-être obtenir une qualification d’emploi fictif ?

Vous n’étiez pourtant pas aussi affligé, quand il s’agissait de regarder dans les casseroles de la gauche départementale. Du côté de notre très cher (et très coûteux) Jean-Luc MÉLENCHON, du temps où il ne mangeait pas encore de quinoa aux crevettes, et approuvait alors l’Europe de Maastricht pour laquelle il vota OUI en 1992.

Dans tous les cas, je vois mal comment le Département pourrait me refuser des documents, que la CADA a reconnus comme communicables à l’échelle de ma bonne ville de Savigny-sur-Orge…

Je vous souhaite de bien commencer la semaine.

Olivier VAGNEUX