Archives du mot-clé démocratie participative

Avec Alexis IZARD, la démagogie est en marche…

« Je m’appelle Alexis IZARD et je n’ai aucun programme (parce que je ne connais pas la ville).

Alors je vais organiser une grande consultation pour faire écrire mon programme par les autres.

Puis j’en retiendrai les propositions les plus populaires, et alors j’aurai mon programme… »


Je suis triplement dérangé par ce discours.


Déjà parce que c’est d’une démagogie crasseuse.

On ne se risque rien à proposer, et à la fin, on choisit le plus populaire.

Donc on est dans l’émotion, dans la précipitation, dans le court-termisme, dans l’absence de vision…

Pour un parti qui accuse régulièrement le Rassemblement national (RN) d’être démago, je constate que les En Marche ne font pas beaucoup mieux…


Ensuite, parce que le Nouveau monde fait perdre toute sa saveur à la politique.

Où est la conviction du candidat, qui ne fait plus qu’éponger les idées des autres, pourvu qu’elles lui rapportent un max de voix ?

Où est la satisfaction, voire l’adrénaline, tirée de l’exercice de conversion des électeurs à ses idées et à sa cause ?

Comment le débat devient-il possible, à partir du moment où on défend des idées qui ne sont même pas les siennes ? Et c’est justement ce type d’exercices, appris à l’ENA et dans d’autres grandes écoles, qui rebutent les gens, et éloignent les citoyens de la politique ?


Enfin, ce genre de consultation fait beaucoup de mal à la démocratie participative.

Parce que ce n’est pas cela la démocratie participative, et surtout pas qu’au moment des élections ; avec ce sous-entendu que du fait du mode de réalisation du programme, les électeurs n’auront plus à se plaindre des six ans du mandat puisqu’on ne fera qu’appliquer leur programme.

Et puis qu’on sait comment c’est fait, dans une absence globale de transparence, et qu’à la fin, on ne retient que ce qui intéresse réellement le candidat, et son équipe, et surtout pas ce qui pourrait le mettre en difficultés.


En conclusion, le Nouveau monde n’est pas si différent de l’ancien…

Avec néanmoins encore plus d’hypocrisie !

Et donc encore plus d’éloignement des citoyens de la politique.

C’est bien que Alexis IZARD veuille tout inventer.

Mais la réalité s’imposera bien vite à lui.




Vous avez la parole : Nouvelles pages d’expression libre sur le Savinien libéré

Nouveaux onglets sur le site pour nouvelle catégorie d’articles, le Savinien libéré renforce son orientation « participative ». Les administrations contemporaines fonctionnent de manière archaïque et désordonnée. Aux citoyens, comme nous, d’aller chatouiller les différents mammouths pour ne pas nous retrouver lésé par un système que nous ne pouvons pas maîtriser. C’est ensemble que nous agirons pour la démocratie locale.

Dans son grand populisme (qui est pourtant nécessaire en politique), le Maire de Savigny Éric MEHLHORN a nommé un « conseiller municipal délégué à la démocratie locale » en la personne de mon ancien ami Mathieu FLOWER (dont la lâcheté fait que je ne veux plus avoir affaire avec lui). Cette hâblerie coutumière du Maire n’est qu’un coup d’esbroufe qui n’aboutira sur aucun résultat. Un effet de mode qui ne nous trompe plus !

Vous rappelez-vous en effet la séance au cours de laquelle le Conseil municipal devait voter son règlement intérieur ? Le PS représenté par Jacques SÉNICOURT a présenté neuf amendements pour plus de démocratie locale (relativement fort mal défendu par ce camarade trop passif dans le débat). Aucun n’a été voté. Mais le pire est que Mathieu FLOWER, entre servitude volontaire et obéissance forcée, n’est pas intervenu une seule fois.

À Savigny-sur-Orge (Essonne), l’opacité est donc de mise depuis des années. Mes différents testing citoyens ont souvent abouti sur des échecs auxquels les autorités compétentes de l’État n’ont que rarement donné suite. Les personnels communaux sont les premiers à vous faire comprendre que vous les dérangez ou leur faites perdre leur temps par vos actions. Le pire étant pour consulter tout ce qui attrait aux finances ou aux dépenses publiques !

Souvenons-nous sinon de Laurence SPICHER-BERNIER allant même jusqu’à monopoliser les panneaux d’expression libre pour s’afficher. Et tout cela pour cacher son manque de bilan et l’impéritie de nos élus en général. (Éric MEHLHORN a d’ailleurs diminué les crédits alloués aux formations). Continuons de feindre qu’une minorité peut décider pour la majorité et de ne la consulter que pour le choix des peintures. Les Français ont en décidé autrement depuis 1789.

C’est donc sur Internet que doit s’effectuer la concertation et le débat public. Là où elle est difficilement contrôlable et où elle échappe à la bienpensance maoïste. Mais toujours avec un minimum d’encadrement que je me propose d’assurer lorsque les Saviniens me feront l’honneur de participer au projet de ce site. Ainsi, je vous propose d’agir par le biais des commentaires en bas d’articles ou des onglets dédiés. Vos suggestions d’idées de débats sont aussi les bienvenues.

Discussions proposées le 20 août 2014 :

– les rythmes scolaires à la rentrée 2014-2015 à Savigny-sur-Orge

– le rapport entre les citoyens et les administrations de Savigny quant aux travaux d’urbanisme (ravalement par exemple)

Plus personne ne pourra désormais dire qu’il n’y a pas de lieu de débat à Savigny ! 

Lorsque les thèmes des débats engagés n’auront plus de raison d’être, alors l’onglet disparaîtra, si possible pour céder sa place à un autre. Il sera alors possible de retrouver l’intégralité des discussions qui se sont tenues (ou pas) dans cette nouvelle catégorie dite « Expression libre ».

Pourquoi je n’aime pas le dispositif « Voisins vigilants » ?

Hier soir, je croise Éric MEHLHORN, Maire de Savigny, en me rendant à la salle des fêtes. Il me voit, me salue toujours avec la même condescendance et me demande si je viens à la formation des « Voisins vigilants ». (Lui en étant sorti pour fumer) Non, je n’y vais pas. Ce concept évoque trop de choses négatives pour moi. 

Voici cinq raisons, sous forme de questions, qui justifient que je n’aime pas ce dispositif ou plutôt le déballage qui se construit autour. Laurence BERNIER avait l’année dernière distribué un tract donnant sensiblement les mêmes conseils que ceux prodigués dans cette fameuse formation. Voilà une interrogation sur un possible enfumage de la droite qui joue avec le thème de la sécurité.

1. Les collaborateurs zélés de la France occupée, qui dénonçaient des voisins juifs ou résistants, étaient-ils des voisins vigilants ?

Mon propos vous choquerait-il ? Alors on vous a conditionné à bien penser. Félicitations. Dire qu’il y a eu des résistants en France relève bien entendu du fantasme, à en croire certains médias qui se sont exprimés le 6 juin 2014… Tout cela pour dire qu’il y a quelque chose de malsain dans le fait de trop en connaître sur ses voisins. Personnellement, je n’aimerais pas que l’on en sache trop sur moi, du moins je veux tout filtrer par un blog et une communication toute lisse en ce qui me concerne.

2. Va-t-on faire le travail de notre lâche Police ?

Qui ne connaît pas quelqu’un qui a appelé la Police pour signaler un cambriolage ou un vol en train de se produire et la Police lui dire qu’elle viendrait plus tard (cela m’est arrivé). L’embêtant est de prendre des risques pour pouvoir les appeler… Ou la Police sur place ne pas faire la fière et attendre 20 minutes, le temps de laisser les cambrioleurs déguerpir… Alors oui, ils sont là pour former. Mais dans le fond, sont-ils les meilleurs formateurs ? Ils ont un uniforme, et après ?

3. Ces deux anecdotes vécues dans le Sud de la France se reproduiront-elles ?

J’avais lu cela il y a quelques années sur des sites : deux voisins très vigilants. Trop vigilants. Sous couvert de faire le travail, ils cambriolaient eux-mêmes. Alors si les participants saviniens sont des bons bourgeois sexagénaires, votant UMP ou FN, comme ils ont pu l’affirmer le jour de la première réunion publique, ils sont au dessus de cela. Sinon, il y a l’histoire d’un brave homme qui a voulu vérifier s’il y avait vraiment un cambriolage. Le malheureux en a été quitte pour une petite blessure causé par le cambrioleur effrayé fuyard. En est-il pour autant un héros ? Oui. Cela justifiait-il ces risques ? Non.

4. Un énième conflit d’intérêt pour la municipalité de Savigny ?

À ce jour, tant la mairie que les commissariats partenaires de la formation, n’ont su me dire pourquoi ils avaient choisi la zone 5 pour expérimenter la procédure. Moi, Olivier, je pense qu’elle leur a été suggéré par le maire-adjoint à la sécurité qui y habite. Ainsi, sa demeure est protégé pour tout l’été. Astucieux, n’est-il pas ? Vous avez des informations ? Cette information est fausse ? J’ai écrit aux différentes autorités qui ont refusé de me répondre. Qu’elles saisissent leur droit de réponse si elles peuvent nous prouver le contraire…

5. Mais qui réfléchit dans cette ville ?

J’ai moi-même demandé à Éric MEHLHORN qu’il me donne les chiffres à la fin de l’été du nombre de cambriolages dans les zones 1,2,3,4,6,7 et 8. Parce que si on est un cambrioleur logique, on sait que la zone 5 est un peu mieux protégée et on y va pas. mais on va dans les autres, dont on sait qu’elles ne sont pas protégées. Ou alors on aime le défi et on cambriole surtout la zone 5. D’autant que le dispositif a ses limites et qu’une personne qui voudra vous nuire ne s’arrêtera pas au gentil parcours d’un voisin aimable qui fera 5 minutes chaque soir le tour de votre maison. Donc vous ne serez jamais totalement à l’abri !

Donc pour les résultats d’un dispositif qui n’ont jamais été prouvés et qui ne vont pas dans le sens de la démocratie participative que l’UMP prétend instaurer… Alors que les suspicions vont s’exacerber et les comportements se dévoiler dans leur bassesse, presque animale… Tandis que la droite traditionnelle, à la suite de Thomas Hobbes, est convaincu que c’est l’État seul qui doit assurer la sûreté… Enfin, parce qu’on a toujours pratiqué la surveillance citoyenne sans avoir besoin de toute cette communication, je suis CONTRE une telle formalisation de ce dispositif.

Donnons-nous rendez-vous à Grand-Vaux pour voir l’année prochaine ou un peu après comment Éric MEHLHORN mettra en place ce système, à moins qu’il ne fasse de la préférence territoriale, ce qui serait condamnable par la Loi ! Au fait, MM MEHLHORN et BRUNETTO, votre mode de sélection des voisins vigilants, indiqué dans le bulletin municipal, est-il bien légal ? Qu’est-ce qui vous autorise à juger de la capacité d’une personne à tenir ce rôle ?

P.-S. : Question subsidiaire : Les mouchards en détention sont-ils des voisins vigilants ?