Archives du mot-clé Debout-la-France

Savigny-sur-Orge : la réunion de présentation du budget 2019 est reportée au vendredi 09 mai

Ô surprise, la réunion de présentation du budget 2019 tombe en plein pendant le pont (ou le viaduc) du 08 mai qui est un jeudi cette année !

Est-ce donc qu’il ne faudrait pas que les Saviniens s’interrogent de savoir comment on a pu passer de 8,4 millions € d’investissement en 2014 à une prévision de 17,5 millions € en 2019 ?

Parce que nous savons déjà très bien que c’est grâce à la géniale gestion de MM. MEHLHORN, PATAUT et BÉNÉTEAU que nous pouvons plus que doubler nos investissements !

Grâce à toutes les économies qu’ils nous ont permis de faire en fermant des services qui transformaient les Saviniens en gauchistes !

Et surtout pas grâce aux nouveaux impôts cumulés depuis 2016 (1,9 million € par an), et à l’excédent de fonctionnement de 5 millions € en moyenne savamment entretenu, que l’on a pu suivre et retrouver d’année en année.

Par exemple, en 2019, il y a 1 million € bloqué pour racheter le cinéma que ses propriétaires ne veulent pas vendre. Donc on le retrouvera en 2020 !

Mais peut-être alors et tout simplement est-ce BÉNÉTEAU, qui a peur qu’on s’ennuie devant ses comptes de boutiquiers, et ses énumérations de chiffres balancées dans le vide, qui ne renvoient à aucune politique puisque la municipalité de M. MEHLHORN n’en a pas ? Ce ne sont bien là que des comptables et des gestionnaires et pas des politiques, comme le leur reprochait Pierre GUYARD, car ils n’ont aucune vision ni ambition…


Alors, de vous à moi, je ne comprends pas le motif du report qui serait le décalage du vote du budget.

Et alors ? Et après ? C’est de travailler deux jours de suite qui les fatigue ?

D’autant que la présentation, comme le budget, étaient écrits à l’avance !

Que le budget ait été voté le 21 février ou le 20 mars n’empêche donc pas qu’il puisse être présenté de la même manière le 21 mars… Passons.


Je voudrais m’attarder sur une petite expérience que j’ai menée.

J’ai fait comme si je n’étais pas informé de l’annulation, et j’ai attendu à la salle des fêtes.

Je voulais sinon voir si la réunion n’avait pas été annulée pour prêter la salle à un pote.

Personne d’autre que moi n’en avait parlé, et je n’ai pas la prétention que tout le monde lise mon blog.

Je suis arrivé à 19 h 12.

À 19 h 27, je vois arriver deux personnes dont le responsable de circonscription de Debout la France, Arnaud THION, donc parti allié de la majorité municipale, qui ne sont vraisemblablement pas informés du report.

Bravo MEHLHORN dans son traitement de ses alliés politiques !

Et vers 19 h 50 (je suis resté jusqu’à 20 h 05), deux dames qui avaient lu l’info dans le bulletin municipal.

Au total, quatre personnes.

Est-ce donc que tous les autres sont arrivés très en avance pour avoir une place, puis sont tombés sur l’affiche (que l’on ne lisait plus la nuit tombée) et donc sont repartis ?

Ou est-ce que le public qui vient généralement à ce genre de réunion n’est en fait pas une base de militants ou sympathisants LR que le cabinet du maire va passer la semaine précédente à mobiliser pour meubler et occuper les espaces ?

Ou alors que tout le monde se fout du budget, parce qu’on a compris l’incapacité de l’équipe municipale actuelle ?


Je finirais par une anecdote : MEHLHORN qui quitte la mairie vers 20 h 00. Et quelques minutes plus tard, quelqu’un vient rallumer son bureau.

Il y a une rumeur qui dit que Laurence SPICHER-BERNIER faisait comme Benito MUSSOLINI et laissait son bureau allumé pour donner à penser qu’elle travaille.

Est-ce que MEHLHORN ferait de même ? Ou était-ce tout simplement le ménage ? (que je vois pourtant plutôt fait vers 7 heures du matin quand je pars travailler).




Publicités

Savigny-sur-Orge : Daniel JAUGEAS, une « taupe » chez Debout la France (DLF) selon Nicolas DUPONT-AIGNAN

« Daniel, c’est une taupe chez nous. On en avait parlé, simplement que j’ai hésité à le virer parce que je ne voulais pas faire de drame maintenant, juste avant les élections. Mais c’est une taupe, c’est évident. Il est le vrai représentant de la municipalité chez nous, et pas l’inverse. (…) Moi, je l’invite nulle part. Mais simplement, il faut… Est-ce qu’on ne peut pas le… ? Je ne sais pas ce qu’on fait. On s’est posé la question vingt fois. (…) Mais on fera le ménage. (…) Moi, je veux bien le faire avant mais j’ai peur que ça… On va le faire juste après. Ne vous inquiétez pas. »

Source audio : https://vocaroo.com/i/s0yvLQ9UyJnz (cliquez sur le lien – peut nécessiter d’activer Adobe Flash en cliquant sur le symbole blanc au milieu du rectangle noir)

Nous sommes deux mois avant les élections régionales de décembre 2015. Ces quelques mots sont prononcés devant moi par Nicolas DUPONT-AIGNAN (NDA), président de Debout-la-France (DLF), en présence d’Hélène BRUNG, alors responsable DLF de la 7e circonscription et secrétaire générale adjointe du mouvement. Quelques années après, aucun « ménage » n’a été fait, mais il reste intéressant de voir quels termes emploie NDA concernant Daniel JAUGEAS, du moins devant moi.

Pour ceux qui ne sauraient pas trop qui est JAUGEAS, c’est le maire-adjoint à la Sécurité, étiqueté Debout-la-France, que vous pouvez souvent apercevoir en train de téléphoner, au volant de sa Toyota blanche municipale de fonction parce qu’en bon défenseur des produits français, il a fait acheter japonais. Il est régulièrement entouré de la Police municipale dont il se croît le chef, et c’est lui qui prend souvent des arrêtés liberticides prouvant en fait qu’il ne contrôle rien.

Je l’ai épinglé pour avoir déclaré une agence immobilière avec l’adresse de son voisin en début de mandat ; et aussi pour de détournement de fonds publics quand il utilise la Police municipale pour accompagner sa femme aux courses, ou quand il se sert d’agents des services techniques pour faire des travaux chez lui. J’ai plusieurs photos, et des témoignages concordants des accusations que je porte, y compris de personnels en mairie, mais les publier nuirait à mes sources qui seraient identifiables (et puis, je garde du biscuit, au cas où, même si j’ai choisi de ne pas feuilletonner plus)…

NDA aurait-il donc adapté son discours pour me faire plaisir ? Auquel cas Hélène BRUNG est drôlement bien rentrée dans son jeu quand elle s’est aussi mise à taper sur Daniel ! Pourquoi n’a-t-il pas tenu sa promesse de « faire le ménage » ? Est-ce lié au score de 12 % aux régionales dans la ville qu’il croît pouvoir lui devoir ? Pourquoi garde-t-il JAUGEAS dont il se méfie depuis des années, d’autant plus qu’il y a eu un autre élu DLF à Savigny : Jean-Charles HENRY ?

Électeurs DLF de Savigny-sur-Orge : voyez comment le président, du parti pour lequel vous votez, désavoue son représentant local. Comment pouvez-vous continuer de voter pour eux malgré cela ? Garder un tel homme va à l’encontre de toutes les autres convictions exprimées publiquement par NDA ; qui occupe ses places avec qui il trouve… Mais pourquoi ne lui rappellerait-on pas cette promesse, en vue des prochaines municipales ?

Dans tous les cas, avec l’investiture DLF ou pas, Daniel JAUGEAS, membre de la majorité municipale, n’a aucune crédibilité à incarner le souverainisme patriotique de NDA ! Sérieusement, où a-t-on déjà vu un président de parti défoncer autant un de ses adhérents ? Alors je l’écris : JAUGEAS est juste un opportuniste qui a pris une étiquette DLF pour compléter la jolie collection de MEHLHORN, et obtenir un poste d’adjoint au nom du pourcentage théorique qu’il aura apporté pour la victoire…


Pour écouter l’intégralité de ma conversation de 02 minutes 18 avec Nicolas DUPONT-AIGNAN (je précise que ce n’est pas un enregistrement pirate et que j’avais mon micro à la main ; d’autant que l’on entend dans la conversation NDA dire me fait confiance quand à ce que je vais publier sur mon blog) :

https://vocaroo.com/i/s1VPgFcOxDZo


DSCN99731

Daniel JAUGEAS exflitrant Éric MEHLHORN du forum des associations 2018



Bof convaincu par les vérités de Richard TRINQUIER, suppléant d’Éric MEHLHORN

Avez-vous remarqué qu’il y avait un grand absent lors de la réunion bilan de nos conseillers départementaux, le 31 mai 2018 ? Richard TRINQUIER, maire de Wissous, et suppléant d’Éric MEHLHORN. Et pour cause, l’édile wissoussien se fait relativement discret depuis sa mésaventure du 08 avril 2018, au cours de laquelle il avait tenté, plus ou moins éméché, de s’opposer à l’installation de gens du voyage à l’aide d’un katana


Sorti de garde à vue, le maire de Wissous a fait distribuer un courrier à ses habitants, vers le 20 avril 2018, pour leur livrer « ses » vérités ; les faits ayant été déformés par la vilaine presse macroniste, soumise aux ordres du pouvoir. (On rappellera que Richard TRINQUIER avait appelé à voter Marine LE PEN au deuxième tour de l’élection présidentielle après avoir parrainé Nicolas DUPONT-AIGNAN ; tout en soutenant François FILLON pour le premier tour puis l’UDI aux législatives…)

Lesquelles vérités ne me convainquent pas vraiment, même si  TRINQUIER n’a pas non plus tort dans certains éléments factuels qu’il dénonce (en l’occurrence, qui n’avaient jamais été mis en cause), que la Préfecture et la Police sont complètement larguée et impuissantes dans ces situations, et enfin que Wissous accueille deux aires pour gens du voyage, dont on ne veut pas ailleurs en Essonne, ce qui arrange bien certaines villes voisines ou proches comme Savigny.

TRINQUIER commence par rappeler qu’alors que Wissous possède deux aires d’accueil pour les gens du voyage, ceux-ci ont décidé de s’installer ailleurs, sur le parking d’une crèche. Qu’il y a déjà eu une première installation illégale à l’issue de laquelle il aurait été menacé de mort, et que c’est donc pour se prémunir de nouvelles menaces, voire d’une agression, qu’il a emporté son sabre dont il dit savoir se servir. Pourtant, dans la vidéo, il dit qu’il « n’a pas qu’une (arme) ».

Cette vidéo, qui reste malgré tout partielle et subjective, ne montre cependant ni agression spectaculaire, ni même TRINQUIER sortir son katana ; même si on pense le deviner au bout d’une minute. Pareillement, on ne voit pas le policier municipal sortir son arme pour défendre son maire. On s’étonne alors que TRINQUIER présente dans son courrier une arme saisie par la Police, cran de sécurité relevé, sans faire référence à sa propre arme de poing 9 mm


L’autre vérité qui ne tient pas concerne les 0,29 mg d’alcool par litre d’air expiré. Il faudrait d’abord voir combien de temps après les faits a été réalisé ce contrôle, qui ne tient donc pas compte de l’alcool déjà éliminé. Et de rappeler qu’à 0,29 mg/LAE, TRINQUIER était passible au volant d’une contravention de 4e classe (une amende, une suspension de permis jusqu’à 3 ans et 6 points en moins). Je ne comprends donc pas cette mention qui l’enfonce encore plus…

Car il doit être vachement fort son petit vin dominical pour pouvoir, avec deux verres à midi, lui coller encore 0,6 g d’alcool par litre de sang dans l’après-midi… On n’est plus sur du vin, mais des spiritueux ! Et de vous à moi, je pense qu’on n’en aurait pas voulu à TRINQUIER de dire qu’il avait pris plus que deux verres, parce que c’est dimanche, et qu’on fait tous moins attention ce jour là, surtout s’il y a plusieurs vins, encore plus quant il y a la famille…

L’ébriété est une notion subjective. Chacun tient plus ou moins bien l’alcool ; question de génétique et d’habitude. Ce n’est pas parce que TRINQUIER dit qu’il ne sentait pas ivre, qu’il ne l’était pas. Mais au-delà de ça, je trouve d’autant plus inquiétant que le maire de Wissous, se disant maître de ses moyens, aille menacer des gens avec un sabre ! Certes, TRINQUIER possède le surnom de « shérif », sauf qu’on n’est plus dans la terre sans-loi du Far-West de 1840 !


Notons enfin que le service communication du parti Debout la France est venu à la rescousse de Richard TRINQUIER pour appuyer sa version des faits, et surtout dire que les gens du voyage sont de vilains voleurs, ce qui justifierait qu’on puisse les menacer avec un sabre… Si j’étais complotiste, je trouverais même étrange la coïncidence entre l’altercation avec le jeune homme, et la présence de la caméra ; TRINQUER semblant même porter un micro-cravate…


Le courrier original tient sur deux pages. Il a été fusionné pour gagner de la place. (cliquez pour agrandir)



Pourquoi Nicolas DUPONT-AIGNAN a-t-il eu raison de rejoindre Marine LE PEN ?

Depuis l’annonce de son ralliement à Marine LE PEN, Nicolas DUPONT-AIGNAN est sous le feu des injures et des critiques. Le député-maire de Yerres a même signé un accord de gouvernement avec la candidate frontiste et se retrouverait propulsé Premier ministre si jamais LE PEN l’emportait dimanche. Certains disent que c’est une faute politique ; j’affirme au contraire que DUPONT-AIGNAN a eu raison de saisir cette dernière chance.

Voilà dix ans que Nicolas DUPONT-AIGNAN (NDA) tente de nous convaincre du bien-fondé de sa gestion et de son programme. Dans sa ville, il est réélu à plus de 75 %, au national, il ne dépasse pas 5 %. Faut-il y voir une influence des médias ? Toujours est-il que NDA sait qu’il a atteint son plafond de verre, profitant pour le coup des affaires de FILLON, et qu’il ne sera donc jamais président. S’allier au FN lui offre donc une porte de sortie et la raison de ne plus être candidat.


Une opportunité historique

À quelques heures du premier tour, le FN doutait d’être au second tour. Il n’a pu l’être que parce que les principaux partis se sont décrédibilisés sous ce mandat, sinon il aurait dû être troisième. Parce que NDA sait qu’il ne sera pas au second tour mais qu’il veut gouverner, du moins participer, et que LR ne lui permettra jamais parce qu’il en est issu (il faut regarder ce qui se passe en Essonne), le FN est dans le cas présent sa seule chance d’agir avant très longtemps !


NDA n’est pas DE GAULLE

Pour autant que DE GAULLE soit aussi beaucoup allé à l’instinct, le premier président de la Ve République a su être reconnu par les Français, ce que n’a jamais réussi à faire NDA. On lui a beaucoup reproché son souverainisme, qui effectivement n’est pas une priorité des Français qui ne comprennent pas qu’on ne puissent pas relancer l’Économie à cause de l’Union européenne qui a décidé que les industries polluantes, c’était à l’Est… Ça fait dix ans qu’il le dit.


L’après-élection

Si LE PEN gagne, NDA est Premier ministre. Si elle perd, il tentera de rester député. S’il réussit, il abandonnera probablement son mandat de maire et sera tranquille pendant cinq ans. S’il échoue, il restera maire. S’il n’est pas député et qu’il n’est pas réélu maire (ce qui dans les deux cas m’étonnerait même s’il ne fait plus 70 %), il passera à autre chose. Parce qu’il a 56 ans, et qu’il doit être fatigué de tout faire tout seul, en étant constamment humilié par les médias…


Passer de 1,7 % en 2012 à 4,7 % en 2017, il faut le faire. Les méchantes langues prétendront que ce n’est que grâce à FILLON, ou au Brexit et à TRUMP… Alors même si vous représentez quelque chose, vous ne servez à rien, vous ne pouvez pas apporter votre pierre à l’édifice, et finalement vous vous décevez vous-même parce que vous vous sentez inutile. En prenant la décision radicale de lier son avenir à celui du FN, NDA s’évite cinq ans de déprime en plus…

Je comprends personnellement, parce que je suis engagé en politique en indépendant, le choix de NDA. On peut regretter que ce soit avec le FN, mais LR ne l’aurait jamais repris car ils le jalousent. Il y a un moment où la politique prend beaucoup de place dans la vie, au détriment de beaucoup d’autres choses, et où il n’y a pas des milliers de solutions pour arrêter. Je pense que NDA espère faire du bien à la France, et si LE PEN rate, en profiter pour cesser cette vie.