Archives du mot-clé David Fabre

Savigny-sur-Orge : Audience le 29 novembre 2018 contre l’augmentation injustifiée des impôts en 2016

Juste pour dire aux Saviniens que je les invite à l’audience à l’issue de laquelle le Tribunal administratif de Versailles va décider s’il censure partiellement, totalement, à moins que pas du tout l’augmentation des impôts communaux votés en 2016.

L’avantage d’une audience au jeudi 29 novembre 2018 est que je pourrais annoncer le résultat du jugement dans mes vœux 2019, et que mon angle d’attaque est tout trouvé si jamais je réussissais à obtenir quelque chose, même symbolique.

Au pire, si je perdais, j’annonce que je vais en appel ! Même s’il est possible que le résultat de l’appel ne tombe alors qu’après les prochaines municipales… Ou que je n’ai plus l’aide juridictionnelle pour y aller, à voir, j’exprimerai en tout cas ma volonté d’interjeter appel.

Je n’ai cependant aucun doute que les Saviniens ne m’exprimeraient aucune reconnaissance d’une éventuelle victoire, et qu’ils ne voteraient pas plus pour moi la prochaine fois.

Sur cette affaire, l’opposition s’est contentée de gueuler. Seul FABRE a fait part d’un peu d’originalité avec une pétition pour restituer une cagnotte fiscale. Je suis le seul à avoir commis un recours, et à m’être bougé un peu pour obtenir des résultats…

À suivre… Je vous ferai part, deux jours avant le 29 novembre, des conclusions du rapporteur public. Et nous écrirons notre intervention en fonction de cela.




Publicités

Écriture d’invention : La proposition, ou quand David FABRE suggère un ticket à Éric MEHLHORN pour le second tour des municipales 2021

ÉPISODE 1 : La proposition


Nous sommes le dimanche 21 mars 2021, aux alentours de 21 heures 20.

C’est à la fois le premier tour des élections municipales à Savigny-sur-Orge, dans l’Essonne, et en même temps le premier tour des élections départementales.

À l’origine, les municipales devaient se tenir en mars 2020. Mais la popularité du président Emmanuel MACRON ayant brutalement chutée à 19 % à la fin de l’année 2018, celui-ci a décidé en mars 2019 de les repousser d’un an, en espérant qu’elle remonte d’ici là.

Les premiers résultats pour les municipales s’esquissent… MEHLHORN (LR), le maire sortant, et IZARD (LREM) semblent au coude à coude, mais les scores sont beaucoup plus serrés que prévus, et l’ordre d’arrivée apparaît de moins en moins certain.


Minute après minute, la salle des fêtes se remplit progressivement de Saviniens inconnus dont la seule appétence pour la politique se limite aux résultats d’élections ; à ce soir très précis. Pour savoir qui est arrivé en tête. Pour essayer de deviner qui sera le prochain maire. Pour vivre l’Histoire. Pour se faire voir auprès de celui qui aura la puissance municipale pour les prochaines années, en espérant qu’il fasse tomber quelques miettes de sa table.

Les mêmes qui étaient arrivés au second tour de l’élection municipale de 2014 en affirmant que SPICHER allait gagner parce qu’elle était alliée avec FABRE, au sortir d’un raisonnement de comptoir que 21 et 14 font 35…

On sait qu’on reverra ces gens dimanche prochain, et peut-être même le jour de l’élection officielle du maire, puis qu’ils disparaîtront de nouveau ensuite pendant six ans. Curieuse espèce qui mériterait une observation ethnologique poussée.


Les bureaux de vote n°1 et 2 finissent de dépouiller. Un énième dysfonctionnement de l’administration a quelque peu retardé la mise en place des opérations de dépouillement pour la partie municipale.

Audrey GUIBERT (RN), qui participait à la tenue d’un de ces bureaux, s’énerve de l’attroupement qui se fait autour d’elle ; de ces gens qui veulent voir les premiers résultats.

Elle est surtout en colère de ce retard qui l’empêche d’exercer ses fonctions de responsable départementale du RN, alors que les appels se multiplient sur son téléphone, et qu’elle ne peut décemment pas les prendre.


D’autres têtes de liste sont déjà dans la salle : David FABRE, en grande discussion avec ses colistiers, toujours plein d’emphase, avec sa bonhommie, son accent et sa rondeur d’un homme du Sud-Ouest qu’on n’arrive pas réellement à détester. Lui se réjouit de son score qui sera plus haut que ce que tous les sondages pouvaient lui prédire.

Jean-Marc DEFRÉMONT, à la tête de la liste écolo-insoumise, se décompose au fur et à mesure que les résultats se précisent. Il change littéralement de couleur et devient livide.

Et Olivier VAGNEUX fait clairement la gueule parce qu’il a compris que sa vie politique s’arrêterait ce soir, au plus tard dans une semaine… Il a raté sa campagne, l’a sûrement aussi un peu sabordé tant il voulait que tout s’arrête.


Alexis IZARD, tête de liste En marche se trouve dans son QG savinien de la Grande-Rue. Entouré de Bernard BLANCHAUD et de Pierre GUYARD qui l’a rejoint sur sa liste, il se dit confiant mais reste en réalité extrêmement méfiant. Ce soir là, ils sont seulement deux à parfaitement comprendre ce qu’il se passe, et ni BLANCHAUD ni GUYARD ne sont de ces deux là.

Les sondages donnaient pourtant IZARD bien en tête, mais il s’inquiète de ce taux de participation à seulement 54 %. Il faut bien dire que cette élection s’est transformée en référendum anti-MACRON, et que le contexte politique national n’est plus du tout favorable à tous ceux qui se réclament du président.


Éric MEHLHORN, enfin attend péniblement dans son bureau. Il a encore pris une taille et son visage est toujours plus rouge et bouffi, mais sincèrement, plus personne ne voit la différence. Le blond de ses cheveux perd aussi en intensité ; il vieillit tout simplement. Il irait bien s’en griller une, voire même plusieurs. Mais ses proches lui conseillent de ne pas sortir tant que les résultats définitifs ne sont pas connus. Pourtant, il n’a pas réellement à craindre pour sa personne, d’autant qu’il n’a pas rencontré de franches hostilités durant sa campagne. Les gens auraient même plutôt tout oublié, et se montreraient presque compréhensifs.

Il est néanmoins anxieux et regarde frénétiquement sa collection de voitures de course et ses tableaux d’avions de chasse. Les SMS et les notifications défilent sur ses portables. Il sait qu’il joue gros. Les premiers résultats dans le Sud-Essonne ne sont pas super favorables à la droite. Son mandat de conseiller départemental aussi est en jeu ce soir. S’il perd, il devra retrouver un emploi. S’il gagne, il n’a plus qu’à tenir jusqu’à au moins 57 ans pour toucher sa retraite d’élu.

À ses côtés, se tiennent quelques uns de ses fidèles parmi lesquels Véronique, sa femme, dernièrement embauchée au cabinet du maire, Caroline COUTINHO, Alexis TEILLET ou encore Julien MIALLET qui ont fait le pari de miser sur MEHLHORN.

BÉNÉTEAU n’est pas là, mais il n’a pas finalement pas fait dissidence. ACHTERGAËLE non plus. Ils sont encore sur la liste, mais savent qu’on leur fera payer leur manque de soutien, et qu’ils seront très vite écartés.


Aucun sondage officiel n’est paru, même si trois partis en ont commandé un, réalisés fin 2020, qui ne seront dans aucun cas déclarés à la commission des comptes de campagne.

La liste En marche arrive toujours en tête avec 22 à 28 % des voix, suivie de la liste LR entre 18 et 24 %. la liste de gauche est créditée de 15 à 19 %. Celle du RN de 11 à 14 %. Enfin, la liste UDI est créditée de 6 à 9 % tandis que tous les autres sondés ont déclaré soutenir une autre liste. Dans tous les cas, celle de VAGNEUX n’a jamais été testée.


Dans la salle des fêtes, la tension monte. Des soutiens de DEFRÉMONT ont invectivé des colistiers du RN, en réponse à des provocations de ces derniers. La Police municipale, et quelques autres personnes du public, font barrage puis écartent gentiment les plus excités. L’un semble d’ailleurs carrément ivre, il est fermement reconduit dehors.

Un jeune journaliste d’EssonneInfo est là et interviewe Olivier VAGNEUX. Deux dames d’une soixantaine d’années, s’avancent, interrompent le candidat, et disent au journaliste que celui-là, il ne faut pas l’écouter, car il ne raconte que des conneries.

Trois élus de la majorité municipale, que l’on n’a jamais entendu en conseil, viennent aussi voir VAGNEUX, dont le score ne dépassera vraisemblablement pas 13 %, pour se moquer et le provoquer. Tout à coup, ils se sentent en position de force et se vengent et se libèrent de sept ans de vexations.


Entre temps, les premiers résultats par bureaux tombent. MEHLHORN dépasse les 30 % aux Gâtines et aux Marguerites. En Marche fait de bons résultats sur le Plateau, entre 26 et 28. FABRE, un très bon score à Grand-Vaux et aux Prés-saint-Martin. « Quel clientélisme a-t-il encore inventé pour obtenir ces résultats ? », se demande un ancien élu, fin connaisseur de la politique municipale.

L’écran de vidéoprojection de la salle des fêtes sort soudainement de son mode veille, éclairant tout l’espace d’un teinte bleutée.

La première diapo présente une photo de toutes les têtes de liste.

Ultime vengeance d’Armand STEIGER à l’encontre d’Olivier VAGNEUX, la photo de ce dernier est dégueulasse, datée, pixelisée au possible, sorti d’on ne sait où. Comme une vengeance du responsable des services d’information à l’encontre de celui qui a porté plainte contre lui pour détournement de fonds de l’ASLS Musculation ; des faits non établis par la Justice, de toute façon pour partie prescrits…

Le silence se fait, comme s’il se passait quelque chose de vachement important, alors que ce ne sont que les résultats du premier tour, et qu’il apparaît à l’avance que tous les candidats sont qualifiés pour le second tour…


Il est 21 heures 42 lorsque les résultats des municipales s’affichent sur l’écran. Ceux-ci ne sont pas encore officiels, et l’inscription « estimations » est précisée en face de chaque résultat, car il faut attendre que MEHLHORN descende pour les proclamer :

  • La liste LR/Libres/MODEM dissident, DVD et indépendants conduite par Éric MEHLHORN, arrive en tête avec 23 %.
  • La liste LREM/MODEM/PS, conduite par Alexis IZARD obtient 21,5 %.
  • La liste RN/DLF, conduite par Audrey GUIBERT, obtient 17,5 %.
  • La liste UDI, conduite par David FABRE, obtient 14,5 %.
  • La liste EELV/LFI, conduite par Jean-Marc DEFRÉMONT, obtient 13 %.
  • La liste Vivons Savigny autrement, conduite par Olivier VAGNEUX, obtient 10,5 %.

Un tonnerre d’applaudissements résonne quasiment instantanément dans la salle, venant d’un public très clairement acquis à MEHLHORN. Quelques membres du collectif Sauvons l’enfance de Savigny huent les résultats, mais leurs voix sont couvertes. Plus personne ne doute que MEHLHORN, arrivé en tête de ce premier tour, ne soit pas reconduit pour six ans de plus.

C’est alors que David FABRE demande au journaliste d’EssonneInfo présent de le suivre, s’avance jusque devant la scène mais ne monte pas dessus, et fait signe qu’il veut faire une déclaration. Certains lui cherchent un micro, mais FABRE fait signe qu’il n’en a pas besoin. La très grande masse de la foule se tait pour l’écouter ; plusieurs dans le public se moquent de lui sans même savoir ce qu’il va dire. Et en quelques mots bien pesés et bien préparés, il indique qu’il va proposer une union à Éric MEHLHORN pour le second tour, dans l’intérêt de Savigny et des Saviniens, et bla bla bla

Quelques uns sourient nerveusement, d’autres éclatent de rire. Peu comprennent que David FABRE est l’homme le plus sérieux du monde, et que cette alliance a déjà été préparée et actée par les états-majors des partis.

À SUIVRE !



Élections municipales 2020 : quelles listes possibles à Savigny-sur-Orge ?

Avec la rentrée scolaire, les ambitieux commencent à sortir du bois ! Mais qui donc pourrait se présenter aux prochaines élections municipales à Savigny-sur-Orge, à part votre serviteur, qui est en campagne permanente pour 2020 depuis le 09 juin 2013 ? Qui pour tenter de succéder à Éric MEHLHORN à la tête de la Commune de Savigny-sur-Orge ? Voici tous les noms que j’entends circuler au sein de la population savinienne.

– Éric MEHLHORN (LR)

– Sébastien BÉNÉTEAU (LR – Agir)

– David FABRE (UDI)

– Bernard BLANCHAUD (Nous citoyens)

– Alexis IZARD (LaREM)

– Jean-Marc DEFRÉMONT (EELV)

– Pierre GUYARD (PS)

– Vivien REBIÈRE (LFI)

– Jean ESTIVILL (POI)

– Audrey GUIBERT (RN)

– Laurent CURATOLO (indépendant – liste associative)

– Olivier VAGNEUX (DVD)

Je ne vous cache pas qu’il va y avoir un sacré ménage quand LaREM va décider de ce qu’ils font. Et je pense qu’ils vont tenter l’aventure solo, donc qu’il va y avoir de nombreux déçus.

Au fait, y a les anciens spichériens de Savigny-demain qui se cherchent un candidat qui n’ait pas encore déménagé ! Si certains ont pitié d’eux et veulent leur éviter de devoir soutenir FABRE…



Vos questions : Pourquoi les collages, écrits et affichages d’Olivier VAGNEUX sont-ils aussi critiques ?

Vous me l’avez encore beaucoup dit lors du forum des associations : pourquoi je ne fais que critiquer le maire, et que je ne propose rien ? Est-ce que je suis conscient que cela abîme mon image, et décourage de voter pour moi ?


Alors oui, je critique l’action du maire parce qu’en démocratie, c’est le rôle d’une opposition.

J’entends cependant très bien que vous préfériez qu’au lieu de dire NON, j’adopte un discours tiède qui soit OUI SI ou OUI MAIS.

Si vous voulez un opposant qui se félicite des actions de la majorité municipale, tout en restant vigilant à ce qu’il n’y ait pas de dérives, il existe déjà, il s’appelle Pierre GUYARD (PS). Il ne sert à rien, et pire, il donne corps aux fictions politiques mehlhorniennes…

Dans une autre mesure, vous avez les oppositions en carton de GUIBERT (FN), FABRE (UDI) et dans une moindre mesure de BLANCHAUD (Nous citoyens), car il part un peu dans tous les sens et qu’il n’obtient rien. Mais il fait des efforts, qui restent appréciables, et je n’écris pas cela parce qu’il nous lit.

Le seul qui trouve grâce à mes yeux car il tient un peu la route s’appelle DEFRÉMONT (EELV) et il y a encore SÉNICOURT (PS) qui serait bon s’il apprenait à conclure ses interventions.

Bref, est-ce que vous voulez une opposition active comme la mienne, qui préfigure une politique active, ou est-ce que vous préférez le légume étiqueté qui n’aura rien fait du mandat et se remuera neuf mois avant les élections ?

Est-ce que vous ne pensez pas que le malheur de Savigny réside dans la passivité de MEHLHORN, qui n’est pas capable de défendre nos intérêts, parce qu’il passe son temps à d’inutiles réunions ou à se faire photographier sur le terrain (où il ne fait rien) ?

Je remarque à ce propos que les personnes qui me demandent d’être plus positifs dans mes affichages, et de marquer des points d’accord avec le maire, sont généralement incapables de me dire en quoi elles le trouvent formidable. C’est au mieux des trucs bidons du genre que la ville est mieux gérée, mais tu ne sais pas pourquoi.


Sur la véhémence de mes affichages, c’est une politique de communication que j’assume.

Déjà oui, c’est nul de mettre ma gueule en 60 x 30 cm, mais il n’y a que comme cela que vous me reconnaissez, et venez me parler. Et il y a encore des Saviniens, qui habitent la Commune depuis 50 ans, qui ne me connaissent pas, et qui me découvriront à mon prochain tract de vœux.

Oui, j’ai honte de vous prendre pour des cons avec des slogans publicitaires du type « STOP à l’urbanisme » (ce n’est pas NON, c’est STOP) ou « Fibre optique en retard », mais vous lisez plus facilement quatre mots que vingt.

Et les affichages critiques me valent des contacts mails ou téléphoniques, que ne m’apportent pas les affichages objectifs, et c’est une réalité que vous ne pouvez pas constater.

Il y a aussi que je passe 80 minutes pour coller mes affiches, et faire les 15 kilomètres nécessaires pour rallier les 15 panneaux d’affichage. Et que j’y vais tout seul, la nuit, parce que je travaille en journée même si on ne dirait pas…

Je n’ai donc aucun intérêt à perdre mon temps à vous inventer que je serai d’accord sur quelque chose avec MEHLHORN, sinon d’en fait vous dire, qu’il est très bien, et que vous n’avez qu’à continuer avec lui.

Il y a surtout une question de cohérence : je me suis opposé aux fermetures de service et à l’augmentation des impôts. Je ne peux donc logiquement pas approuver (ce qui n’arrive pas) des mesures qui ont été rendues possibles du fait d’actions injustes que je rejette. Et je ne doute pas que MEHLHORN me le renverrait dans la gueule, comme il le fait avec GUYARD.

Quant au risque du vol d’idées, les miennes sont publiques depuis 2013. Certaines sont mêmes communes avec le programme de MEHLHORN ; sauf que comme j’essaie de vous le faire comprendre, le maire n’accomplit pas le programme sur lequel il a été élu (on en est à 27 réalisations sur 110 propositions, et on pourra aller au maximum à 31). Et là, il faut constater que les 38 % de Mehlhorniens ne sont pas très préoccupés qu’il fasse ce pour quoi ils l’ont élu…


Sur mes propositions, il y a une page sur ce blog qui rassemble plus de 300 idées, dont la plupart vous avait déjà été présentées aux élections municipales de 2014.

Il y a aussi des propositions entre les lignes de mes articles, qui ne sont pas forcément mises en exergue, mais que lisent seuls ceux qui y prêtent attention, puisqu’ils m’en parlent après.

C’est très bien de proposer, mais il faut aussi que ce soit crédible. À tout prendre, je préfère ne rien vous proposer et juste dénoncer les errements de la municipalité, comme un garde-fou de la démocratie, que de vous raconter n’importe quoi !

Enfin, nous sommes à 18 mois des élections, et vous n’avez aujourd’hui sincèrement rien à faire de ce qu’on vous propose. Sachant très bien qu’à la fin, vous choisirez en plus le populiste qui vous promettra le cinéma et la piscine, ou le dernier qui passera chez vous au porte-à-porte.


Je critique parce que je fais fonctionner mon esprit critique. Il faut arrêter votre pollution judéo-chrétienne : la critique n’est pas la condamnation, et elle n’est pas mal ou réservée à Dieu.

De toute façon, c’est trop tard, je suis connu comme quelqu’un qui critique. Je ne vais pas arrêter de critiquer. Je vais juste essayer de proposer autant que ce que je critique, sans réduire la critique ; et oui, la communication va évoluer à l’approche des élections, mais sans renoncer à la critique !

Donc mon image est déjà pourrie. Je suis clivant, mais j’en fais une force.

Maintenant, est-ce que vous voulez continuer avec des soumis ou trouver une grande gueule pour porter votre voix, notamment au milieu des 24 maires de l’intercommunalité.

Je suis le seul qui essaie vraiment de vous défendre, y compris des intérêts qui ne sont pas les miens !

Après, étant bébé, je n’ai jamais mangé pour faire plaisir à ma maman. Je ne fais pas les choses pour faire plaisir aux gens. Je souffre de toute façon de troubles insurmontables : jeune, blanc, chrétien pratiquant, de droite mais pas libéral, opposé à une immigration massive (donc nazi), hétérosexuel, cisgenre, grande gueule…

Donc votez pour qui vous voulez. Je propose mes idées avec ma personnalité. Je ne cache rien, et je m’efforce d’être le plus sincère possible. C’est vous qui choisissez, mais effectivement, je vous dis que si je suis élu, je resterai une grande gueule, et il faudra pas compter sur moi pour le clientélisme ou le copinage de cour. Mais si moi, je peux me le permettre, c’est parce que je me suis fait tout seul et qu’encore aujourd’hui, je reste très seul. La vraie indépendance !