Archives du mot-clé Danielle HUGUET

Municipales 2020 à Savigny-sur-Orge : la liste Une ambition durable à Savigny a une moyenne d’âge de 53,2 ans

Mais pourquoi donc tous ces candidats vous cachent-ils l’âge de leurs colistiers ?

Or, contre toute attente, la liste LR, avec 53,2 ans en moyenne, n’est pas si âgée.

En tout cas moins que celle de DEFRÉMONT (56,5 ans en moyenne).

Mais 9 ans de plus que la mienne, et 12 ans de plus que celle de IZARD.

C’est vrai qu’il y a 8 personnes de plus de 70 ans, pour un total de 11 retraités.

Et qu’il n’y a pas beaucoup de jeunes.

Or, vu qu’on a surtout vu les vieux pendant la campagne, on sait vers qui tendra la politique…

Et les jeunes de l’équipe de 2020 s’écraseront tout comme ceux de l’équipe de 2014…


L’honnêteté m’oblige à vous dire que je ne suis pas certain de l’âge de Armand BENSIMON qui n’existe pas dans la liste électorale, donc dans laquelle je pense qu’il est inscrit sous son nom religieux de David Moshe si c’est bien le père.


1- Éric MEHLHORN : 54 ans

2 – Anne-Marie GÉRARD : 71 ans

3 – Daniel GUETTO : 70 ans

4 – Catherine CHEVALIER : 57 ans

5 – Pascal LEGRAND : 59 ans

6 – Emmanuelle DA CUNHA : 33 ans

7 – Alexis TEILLET : 29 ans

8 – Joëlle EUGÈNE : 63 ans

9 – Mathieu FLOWER : 41 ans

10 – Dominique LABORIALLE : 62 ans

11 – Jérôme DUEZ : 56 ans

12 – Agnès DUPUIS : 51 ans

13 – Daniel JAUGEAS : 75 ans

14 – Sandrine VIEZZI : 53 ans

15 – Fabien PROUST : 44 ans

16 – Angélique DE OLIVEIRA PINTO : 36 ans

17 – Nicolas FROGER : 41 ans

18 – Danielle HUGUET : 78 ans

19 – Samuel BAROUKH : 42 ans

20 – Sylvie LAIGNEAU : 59 ans

21 – Jean-Charles HENRY : 60 ans

22 – Marcelle LECOURT : 62 ans

23 – Georges DURAND : 66 ans

24 – Isabelle AUFFRET : 56 ans

25 – Stéphane TARAGON : 39 ans

26 – Marie-France BELLIARD : 73 ans

27 – Lambert ABATAN : 52 ans

28 – Roxane NÉE : 29 ans

29 – Augusto CLARA SILVERIO : 74 ans

30 – Réjane MALGUY : 73 ans

31 – Armand BENSIMON : 59 ans ?

32 – Véronique LABBÉ : 69 ans

33 – Luther SARAGA-MORAIS : 24 ans

34 – Aurélie GUEGUEN : 38 ans

35 – Jean-Marc ALOUMON : 34 ans

36 – Claude FERREIRA : 45 ans

37 – Romain PICON : 33 ans

38 – Nathalie CAILLEAU : 53 ans

39 – Abdelhak LARTIK : 53 ans

40 – Maryse BESACE :  70 ans

41 – Charles DARMON : 47 ans



Municipales 2020 à Savigny-sur-Orge : des limites de la durabilité de l’ambition des colistiers d’Éric MEHLHORN de 2014

Si j’étais vulgaire, je parlerais de « liste poubelle ».

C’est ce qui a fait défaut à Laurence SPICHER-BERNIER en 2014, et c’est aujourd’hui le drame qui frappe Éric MEHLHORN.

Cela se caractérise notamment par deux éléments : le fait de mettre dans les premières places des vieux de la vieille (GERARD élue depuis 2008 et GUETTO élu depuis 1989) et de boucler sa liste avec des personnes qui en privé promettaient qu’elles arrêtaient à cause de ce qu’elles avaient vécues sous le mandat écoulé (BELLIARD, MALGUY et LABBÉ).

Le pire étant quand même d’avoir mis Romain PICON à la 37e place, qui était déjà sur la liste en 2014, et qui a démissionné du Conseil municipal parce qu’il déménageait de Savigny. Or, quand je lis son adresse sur la liste électorale, je confirme qu’il n’y habite plus.

Mais c’est toujours moins insultant que pour Abdelhak LARTIK, qui à la 39e place a vraiment le rôle de l’ « arabe de service ». Je l’ai personnellement beaucoup plus croisé sur le terrain que d’autres, mais je pense qu’il paie d’être un transfuge de la liste FABRE de 2014.


Commençons par regarder les départs importants, traduisant une ambition qui n’était pas très partagée…

La n°2, Nadège ACHTERGAËLE, 1ère maire-adjointe sortante,

Le n°3, Jacques PATAUT, qui avait fait dissidence en cours de mandat,

Le n°7, Christophe GUILPAIN, parti en dissidence avec Bernard BLANCHAUD,

Le n°9, Sébastien BÉNÉTEAU, parti à Juvisy devenir le futur 1er adjoint,

La n°10, Laurence PINON-CHEVALLIER, qui avait perdu sa délégation au SIREDOM, pour s’être montrée trop proche de Bernard BLANCHAUD,

Le n°11, Bernard BLANCHAUD, qui a monté sa liste concurrente,

La n°12, Marie-Lucie CHOISNARD, parce que professionnellement, on lui reprochait l’ambition de la majorité sortante, et puis c’était compliqué de cumuler avec ses 50 heures de travail par semaine pour sa délégation de conseillère municipale à l’évènementiel !


Puis les départs des musclés (ils ont levé la main 800 fois toujours dans le même sens)

Le n°15, Cyrille GEORGES, dont on se demande s’il n’a jamais su ce qu’il faisait là…

Le n°25, Franck BOUZIN, qui voulait casser la gueule de ceux qui n’étaient pas d’accord avec lui,

La n°26, Guilène DÉSIRÉE, partie évangéliser d’autres communes,

Le n°29, Bruno CHERONET, qui ne voulait pas que j’écrive sur lui,

Le n°31, Raymond GUILLARD, qui n’était pas d’accord sur le PLU qu’il a voté,


Enfin, les départs minimes

Le n°33, Daniel VIARD, probablement pour l’âge,

La n°36, Michèle MILLAUD, inconnue au bataillon,

La n°38, Élodie RENAUDEAU, inconnue au bataillon,

Le n°39, Jean-Pierre LUBAT, caution MoDem, qui n’avait d’autre rôle que d’acheter la place de FLOWER et de GUILPAIN.


Regardons maintenant combien il y a de nouveaux dans les 30 premières places éligibles.

Pascal LEGRAND

Emmanuelle DA CUNHA

Dominique LABORIALLE

Jérôme DUEZ

Agnès DUPUIS

Angélique DE OLIVEIRA PINTO

Danielle HUGUET

Samuel BAROUKH

Georges DURAND

Stéphane TARAGON

Lambert ABATAN

Roxane NÉE

Augusto CLARA-SILVERIO

Soit 13 nouvelles personnes, ou 43 %, pour constituer le nouveau Conseil municipal.


Au final, 39 % de renouvellement avec 16 départs et 43 % de novices au Conseil.

7 personnes qui ont eu des responsabilités qui s’en vont, dont la 1ère maire-adjointe et le 6e adjoint aux Finances ! Et 6 colistiers sortants qui vont se mettre en fin de liste…

Pour une liste qui prétend porter une ambition durable, c’est quand même étrange d’avoir un aussi fort taux de renouvellement des colistiers, et notamment de ceux qui sont en place éligible, cela traduit quelque chose qu’il faudrait interroger…

Pourquoi Nadège ne veut-elle plus être élue ? Pourquoi Sébastien préfère-t-il partir à Juvisy ?

Moi, je pense que c’est parce qu’ils savent que MEHLHORN n’a d’autre ambition, qu’une ambition personnelle de se faire de l’argent facile et de vivre entouré d’une cour de soumis qui trouve que tout ce qu’il fait est génial… Et on renouvelle ceux qui ne pensent pas pareils !

À moins que l’on soit en train de nous expliquer que la politique ne dépend pas de ceux qui la font, lesquels peuvent alors être interchangeables à souhait, auquel cas cette politique n’a pas grand chose d’humain, de concret et d’incarné… Ce qui pose aussi la question de savoir pourquoi d’autres ont rejoint la liste, après tout ce qui s’est passé sous ce mandat.




Hassan MANSOUR (IFAC) ne connaît manifestement pas le sens du mot « conformément »…

Je trouve personnellement affligeant que les maisons de quartiers de Savigny-sur-Orge soient placées sous la responsabilité d’une personne qui maîtrise aussi peu la langue française. J’avais déjà personnellement souffert de son animation du Grand débat national à Savigny. Vraisemblablement, il n’y a pas qu’avec le troisième livre du code des relations entre le public et l’administration que cet homme rencontre des difficultés…

Je vous vois déjà, tous autant que vous êtes, penser que je suis raciste (prouvez-moi d’abord qu’il existe des races humaines) parce que je me scandalise d’une mauvaise grammaire d’un représentant d’une administration condamnée pour ne pas avoir respecté la Loi.

Je me demande plutôt et surtout comment les jeunes qui fréquentent les maisons de quartier pour l’emploi peuvent sortir un CV correct quand le directeur de la structure ne m’apparaît pas capable de rédiger correctement un courriel…

J’avais écrit dans mon programme de 2014 qu’il fallait dégager l’IFAC. Je l’ai remis dans mon programme de 2020. Et je suis bien content que le marché public (750 000 € par an) se termine définitivement en décembre parce qu’ils partiront tous seuls, et qu’on pourra retrouver une gestion humaine et non-marchande de la question sociale dans les quartiers. Et donc au conseil citoyen, les faire remplacer par des adultes relais qui eux ne seront pas politisés.


« Objet : Remise des documents administratifs relatifs au CC de Grand Vaux

Monsieur,

Conformément au jugement  du tribunal administratif de Versailles  en date du 10 octobre 2019, je vous prie de bien vouloir vous présenter à la Maison de quartier de Grand Vaux –  5 allée Georges Clémenceau 91600 Savigny-sur-Orge,  afin que je vous remette  copie des documents cités ci-dessus en objet le  Mercredi  8 janvier 2020 à 17h30

Je vous informe que je vous inviterai à signer, en présence de deux conseillers citoyens , une attestation de remise en main propre   de ces   documents administratifs.

Je reste  évidemment à votre disposition avant notre rencontre, en cas de besoin.

Cordialement »


Si l’administration n’est pas tenue de répondre à une demande qui n’est pas exercée en français, il ne devrait pas être concevable qu’une administration puisse répondre dans une autre langue que le français. Et cela passe par la grammaire !


Je m’étonne qu’il soit question d’un jugement du 10 octobre, alors que la lecture publique a eu lieu le 18 octobre, et je ne comprends pas non plus que le courriel ne me soit pas adressé par le représentant du centre social de Savigny-sur-Orge, qui est l’administration condamnée.

Je passe sur les nombreuses erreurs typographiques, l’usage approximatif du graissage des caractères, le pléonasme du « ci-dessus en objet » et surtout le petit ton méprisant d’une administration qui a été condamnée à accomplir une chose qu’elle ne voulait pas.


Je voudrais juste m’arrêter sur ce « conformément ». Sur lequel je reviendrai ensuite.

Parce que le jugement ne dit pas que JE dois me présenter à la maison de quartier pour aller chercher les documents, mais que LUI doit me les communiquer.

Mais je ne vais pas le faire chier avec cela, parce qu’on ne tire pas sur une ambulance.

N’empêche que ces documents existent sous forme électronique, au moins en partie, donc qu’ils devrait me les communiquer sous forme électronique ; enfin s’il connaissait, et agissait « conformément » à la loi.


Il y a la petite sortie qu’il va me faire signer une attestation, sous le contrôle de deux conseillers citoyens. (C’est en fait pour qu’il puisse faire la preuve au Tribunal qu’il a exécuté le jugement.)

D’une part, il conviendra d’expliquer à M. MANSOUR que c’est une affaire qui ne regarde que le centre social de Savigny-sur-Orge, et pas le conseil citoyen de Grand-Vaux (combien on parie qu’il y aura Danielle HUGUET sur les deux présents ?)

D’autre part, moi je m’en fous, s’il ne me communique pas tout, mais que d’autres conseillers citoyens font la preuve qu’il n’y a pas tout, c’est lui qui sera dans la merde et pas moi. Et je retournerai alors au Tribunal.


Enfin, et j’en reviens au conformément.

La conformité est de respecter la Loi.

C’est notamment de me communiquer, et de publier TOUS les documents, et pas seulement ceux produits à la date de ma requête.

C’est de tout faire pour éviter d’en arriver à l’extrémité où j’ai dû en arriver, avec un directeur général de l’IFAC dont je vous ferai prochainement lire la pitoyable défense…

Non, MANSOUR applique, fait suite ou exécute le jugement.

Mais en aucun cas, il ne me convoque « conformément au jugement ».


Enfin bon, c’est toujours moins pire que Éric MEHLHORN, qui nous révèle sur Facebook qu’il n’était en fait pas parti en vacances puisqu’il ne « décroche jamais vraiment », et qui s’étale, ou plutôt qui étale sa méconnaissance du mot « étal », au pluriel « étals » parce qu’à trois mois des élections, il se met à aimer les commerçants et à faire leurs courses chez eux…


Il ne connaît pas plus le code postal de Savigny…




Sur la vidéo soviétique de propagande du ministère des territoires et des collectivités annonçant le lancement du renouvellement urbain de Grand-Vaux

L’image d’illustration que j’ai choisi présente un des nombreux faux-raccords présents dans cette courte vidéo de 2 minutes 10. En l’occurrence, il s’agit ici du moment où le maire explique que le pôle des services publics sera situé sur la place des commerces… Donc soit il n’a pas les mêmes plans que nous, soit il ne connaît pas son projet, et j’opterai personnellement plutôt pour la deuxième hypothèse…


Avant donc de commenter la vidéo avec vous, je voudrais d’abord déplorer que la parole n’ait à aucun moment été donné aux locataires du quartier (ceux qui vont dégager).

En effet sur quatre habitants du quartier interrogés, dont trois sont conseillers citoyens, il y a deux copropriétaires des Sables (Marie-Claude FRICAULT et Danielle HUGUET) et un du groupement immobilier de l’Yvette, Yacine BALIT, qui comme Rayana GAYE, intervient ici en tant que commerçant.


La vidéo commence donc par l’intervention de Marie-Claude FRICAULT qui nous dit qu’il faut « changer l’image du quartier » parce qu’il a une mauvaise image.

Ben, c’est clair qu’au travers de la vidéo, et d’un point de vue tout à fait subjectif, on semble surtout voir des copropriétaires qui aimeraient que les locataires dégagent pour rehausser la valeur immobilière de leurs biens, et des commerçants qui attendent la rénovation pour faire du fric, même s’il faudrait déjà voir à quel prix on va les exproprier, et là, ça commence mal sur le seul principe de gagner de l’argent…


Ensuite, il y a MEHLHORN qui nous raconte que la maison du projet (223 000 euros) est « une interface entre les sociétés qui œuvrent au projet et la population« .

Et donc on voit deux habitantes, au hasard des conseillères citoyennes : Marie-Claude FRICAULT et Danielle HUGUET, qui se font expliquer le projet.

Et MEHLHORN de préciser que c’est un lieu d’échange et d’information sur l’évolution du projet…

Je ne veux donc pas le décevoir, mais absolument rien n’a changé ou évolué depuis le 18 avril 2018, sinon que des éléments dont nous ne sommes pas informés (comme la localisation du type de nouveaux logements)…


À ce propos, ils sont vachement salauds avec MEHLHORN parce qu’ils auraient pu tourner à nouveau la scène dans laquelle il dit :

« On va détruire à peu près 580 logements ce qui corresponde à trois barres et deux tours qui vont être détruites« .

Je passe sur le moment où tu as MEHLHORN qui explique donc qu’ils vont détruire deux tours, et le film qui montre alors pile à ce moment la tour Monet du 1, rue Van-Gogh, qui est la seule qui ne va pas être déconstruite…

Je ne m’attarde pas plus sur le moment où MEHLHORN vante l’accession à la propriété, alors qu’on sait déjà que l’actuelle population des locataires de Grand-Vaux n’a pas les revenus pour ce type d’accession là.

Et aussi, qu’est-ce que change que les hauteurs soient limitées, quand tu conserves Monet qui est sur la partie la plus haute du quartier, et le GI de l’Yvette, qui est sur la plus basse…


Puis on a la brillante intervention de la militante LR Danielle HUGUET qui se réjouit que les tours soient détruites (et l’image remontre la tour rose).

C’est vrai que c’est bien connu que ce sont les tours qui posent les problèmes économiques et sociaux. Ce n’est pas qu’on est logé dedans, parce qu’on est pauvre, mais ça doit être les tours qui appauvrissent…

Et la dame insiste qu’il faut que « chacun s’ouvre aux autres » (mais pas les copropriétaires avec les locataires parce que ces derniers sont sales, moches, pauvres et qui puent), et aussi « qu’on soit plus tous enfermés parce qu’il y a trop de grandes tours et trop de choses qui nous conviennent plus quoi »…

Outre que nous n’en saurons pas plus sur le trop de choses qui ne conviennent plus, pour avoir déjà entendu Mme HUGUET, complètement apolitique, mais soutien ouvert de Robin RÉDA et de la majorité municipale LR, je me demande si ce ne sont pas les jeunes, les noirs et les Arabes qui la dérangent ; et ce propos est d’autant plus savoureux quand elle propose son aide à la toute fin de la vidéo : « C’est un grand grand espoir, et on fera tout pour, enfin moi personnellement, je vais œuvrer pour cela. » Limite, j’ai l’impression qu’elle veut œuvrer à la réémigration…


Enfin, ce sont des propos minables du maire qui dénonce la « dalle commerciale qui tombe complètement en désuétude ». Et j’ai envie de demander à qui est-ce la faute ? Parce que qui pourrait proposer des baux commerciaux précaires, et qui ne va rien faire avant 2024 ?

Ou encore, qui, comme le dit Mme GAYE, ferait redémarrer le commerce sans attendre ? Qui est responsable de la propreté, et de la sécurité ? Le même maire, qui se dit, que tout redeviendra propre, lorsque les vilains locataires seront partis… Moi, j’en doute, et je pense que le quartier ni tellement plus propre ni plus sécurisé vers 2030…


C’est donc une vidéo promotionnelle complètement déconnectée de la réalité, qui créé le discours fictionnel que ce sera mieux après parce qu’il y aura moins de tours et plus de commerces. Oui, mais comme il y aura plus d’habitants, et pas plus de politique sociale…


Tiens, c’est étrange ce placement des mains, voilà à quoi cela me fait penser…