Archives du mot-clé Conseiller général

Et REBSAMEN acheva de compléter son CV politique

Ainsi va la vie. François REBSAMEN (PS) est réélu maire de Dijon et président de la communauté urbaine du Grand Dijon. Il quitte donc le Gouvernement où il occupait le poste pourri de ministre du Chômage (pardon du Travail). Il n’aura rien fait. Il n’avait pas d’ambitions. Il retourne finir sa carrière politique bien au calme.

Rebs était déjà ancien sénateur, ancien conseiller général… Le voilà ancien ministre. Cumulé à ses indemnités de maire d’une ville de plus de 100 000 habitants (151 000) et de président de communauté urbaine, je pense que l’homme connaîtra une retraite mensuelle à cinq chiffres. D’ici à ce qu’on lui rajoute ensuite une commission théodule : le Conseil constitutionnel ?

Ministre oui, mais à l’Intérieur

Rebs voulait l’Intérieur et il aurait certainement été bon. C’est en plus un ministère qui réussit quand on vise le premier ministrat voire la présidence. Il faut dire qu’il s’y connaît avec Dijon qu’il a bien quadrillé de caméras de « vidéo-protection » (c’est le terme de gauche et quand on est à droite, on parle de « vidéosurveillance »). Mais HOLLANDE avait choisi VALLS en 2012.

Source : Le miroir (www.miroir-mag.fr)

Source : Le miroir (www.miroir-mag.fr)

Puis VALLS pas fou n’allait pas mettre une personne comme Rebs pour lui succéder au cas où qu’il se montre bon. Pire imaginons qu’il ait été en première ligne au moment des attentats de janvier, on en faisait un président en 2017. Non, il fallait s’en débarrasser alors on l’a mis au ministère dont on ne peut rien tirer et où on ne peut rien faire : le Travail…

Le Travail plutôt que le Sénat à droite

Jean-Pierre BEL, président du Sénat de 2011 à 2014 l’avait dit dès le départ : il ne ferait qu’un mandat. Donc il lui fallait un successeur qui soit de gauche si le Sénat restait à gauche. Mais comme il est passé à droite, Rebs a préféré éviter de se ramasser face au candidat de la droite et partir quêter un ministère. Il ne restait alors que le Travail pour calmer ses ardeurs.

Le ministère impossible

Dépendant de la santé économique de la France, nos socialistes détestés ont malgré tout compris que le keynésianisme n’avait jamais fonctionné et qu’il ne servait à rien de créer de « faux » emplois publics. Donc on ne fait rien et on se retrouve tous les 26 ou 27 du mois pour annoncer la hausse. J’exagère bien sûr. Entre cela, on visite des entreprises et Pôle emploi.

Qui pour lui succéder au Travail ?

Forcément quelqu’un qu’on déteste pour qu’il s’y casse la gueule. Donc un aubryste sinon un frondeur. Alain VIDALIES semble bien parti. Mais comme la rumeur veut que Anne HIDALGO ait accepté l’organisation des JO à Paris en échange de l’entrée de son mari au Gouvernement, je pense fort à l’aubryste Jean-Marc GERMAIN.


Loi du non-cumul oblige, Rebs est obligé de démissionner. Enfin, cela ne semble pas trop difficile pour lui. Ce que je trouve dommage est la résignation (ou la lucidité) dont a fait preuve Rebs jusqu’au bout : je ne peux rien faire, je ne fais rien. Son successeur fera-t-il autrement ?

Oui, l’eau doit revenir en gestion publique

Une Savinienne me demande mon avis après avoir reçu ce tract et si je vais rejoindre cette association, et/ou signer cette lettre ouverte. Ceux qui n’ont pas la mémoire courte se rappelleront que j’ai défendu pendant la campagne des élections municipales la municipalisation de l’eau sur le territoire communal voire intercommunal.

Ma vision des services publics est claire : ils doivent être gérés par des entreprises d’État (si possible qui ne soit pas soumis à des actionnaires qui spéculeraient sur leurs activités). Les partenariats publics-privés ne fonctionnent pas et sont à exclure. Il faut municipaliser (en agglomération) sinon re-nationaliser nos services publics.

Pour moi, les services publics (SP) ne doivent pas être mis en concurrence (ce que je dénonçais dans mon article précédent sur La Poste) car cela ne sert à rien d’autre qu’à augmenter les coûts pour des services qui se dégradent. Et ce sont les impôts qui payent… Donc je refuse aussi le TAFTA (TransAtlantic Free Trade Agreement) qui tuerait nos SP.

Concernant l’eau de Savigny-sur-Orge, il faut en effet la municipaliser pour baisser le prix du mètre cube de près de 1/3 de son coût actuel. Rappelez-vous d’ailleurs le scandale, sous le mandat de Jean MARSAUDON, qui cède la gestion de l’eau à La Lyonnaise des Eaux en 2002 pour 20 ans. Or, moins de deux ans après, le prix du mètre cube augmente…

Je pense que la gestion de l’eau est une activité qui permet la corruption, vu les sommes que ce secteur brasse. Autre question : comment expliquer la différence de coût qui existe entre Morangis et Savigny ? Rappelez-vous d’ailleurs ce conseil de la CALPE de 2013 au cours duquel Pascal NOURY, Maire de Morangis, s’était opposé à une harmonisation des prix. Pourquoi ?

De fait, il existe des différences allant jusqu’à 2 € d’écart au mètre cube entre des villes de l’agglomération. Alors, OUI, il faut créer une régie intercommunale de l’eau mais peut-être pas celle des communistes castelvirois. Rappelons encore que la gestion de Gabriel AMARD, même si elle était mieux que la précédente, a aussi été interrogée.

Casser le contrat en 2016 ou en 2022 coûtera toujours aux Saviniens la somme de 1 million € environ selon l’estimation que j’avais demandé en 2013. Mais elle ne pourra être que bénéfique pour nos porte-feuilles. Je propose que nous organisions un débat public sur cette question, et que nous invitions Jean-Luc TOULY, conseiller régional vivant sur le canton pour nous en parler.

Une lettre ouverte au Maire de Savigny-sur-Orge n’obtiendra pas de réponse. Éric MEHLHORN se fout de cette problématique alors que plusieurs Saviniens lui ont écrit pour le solliciter en tant que Maire-adjoint au Cadre de vie ou en tant que Conseiller général. (En même temps, qu’a-t-il fait en 9 ans sinon percevoir plus de 2000 € par mois ?)

De toute façon, le « bon sens » pour cet homme est celui du vent. Telle une girouette, il tourne là où le vent l’emporte. Manifestement, il n’y a pas eu beaucoup de vent ces derniers mois sur la Ville ni ces dernières années sur le canton. Enfin, si cela peut aider le camarade à se réveiller un peu… (Mais votez pour lui en mars, et continuez à espérer qu’il s’active…)

Eua-CADLE-1 001

Eau-CADLE-2 001

 

SCOOP : Éric MEHLHORN déjà en campagne pour les prochaines cantonales !

Depuis plus de quatre mois, Éric MEHLHORN mène une action de campagne électorale anonyme mais discrète dans le but d’assurer sa réélection en tant que Conseiller général. Au fait, les gars (et les filles), vous n’êtes pas chouette avec notre ami, vous auriez pu lui dire qu’il avait été élu Maire de la commune. (#maireinforme)

MEHLHORN-candidat-cantonales-VAGNEUXOlivier

Page d’accueil du site web savignynoscantons.blogspot.com, consultée le 18 août 2014 à 23 h 50 ; on appréciera, que sur mon conseil, M. MEHLHORN ait corrigé la faute à DUSSART qu’il écrivait avec un D.  Droits réservés au directeur de publication du blog savignynoscantons.blogspot.com inexistant au 22 août 2014 .

 

 

À ma connaissance, Éric MEHLHORN n’est pas très familier avec le numérique et les réseaux sociaux. Depuis quatre ans que je le côtoie vraiment, il m’a envoyé deux courriels. Notre homme possède sinon Facebook et Twitter qu’il alimente occasionnellement par de belles perles que je ressortirai tôt ou tard. L’avantage avec lui est qu’il a tellement d’amis que tout ce qu’il publie est public sans droits réservés ! Jusque-là, il avait aussi ce site pour « essayer » de rendre compte de son action générale. (#mairecommuniquant)

Petit rappel chronologique :

30 mars 2014 : la liste UMP-DLR-MODEM remporte les élections municipales, élue par 23 % des citoyens Saviniens.

1er avril 2014 : Non, ce n’est pas une blague. À Savigny, on peut gagner une élection sans faire campagne et avec un site comptant 16 articles.

6 avril 2014 : Éric MEHLHORN est élu par le Conseil municipal Maire de la ville de Savigny-sur-Orge, succédant à Laurence SPICHER-BERNIER.

15 avril 2014 : un article apparaît sur le blog du Conseiller général MEHLHORN annonçant la mise en sommeil du site à cause de la campagne cantonale.

MEHLHORN-candidat-cantonales

Capture d’écran réalisée sur le blog savignynoscantons.blogspot.com le 18 août 2014 à 23 h 50. Droits réservés au directeur de publication du blog savignynoscantons.blogspot.com, inexistant au 22 août 2014.

 

Hypothèses (je penche pour la troisième)

1. Éric MEHLHORN est déphasé suite à l’intensité de sa campagne électorale. Il faut dire que l’homme est élu depuis 1995 « 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 » (enregistrement audio des débats du Conseil Municipal du 10 juin 2014). Il souhaite alors écrire sur son blog qu’il va utiliser tout le temps qu’il consacrait à ce site (en moyenne 1 article toutes les 6 semaines) pour son rôle de Maire, et de futur 1er vice-Président de la CALPE. Mais les mots se mélangent dans sa tête et il écrit cette phrase, que dis-je cet article plus court qu’un tweet : 131 signes. (#maireconcis)

2. Des ennemis politiques de Éric MEHLHORN se transforment en terribles hackers informatiques et piratent son site afin d’inscrire cette phrase qui devra le décrédibiliser. Manque de chance pour eux, personne ne va jamais sur ce blog, et ce n’est que le 18 août 2014 qu’un commun du nom de Olivier VAGNEUX s’apercevra de la méprise. Alors Olivier aurait pu prévenir Éric MEHLHORN de cet article. Mais ce jeune impatient rancunier attend toujours que son Conseiller général lui réponde à son mail du 30 juillet 2014 pour lui dire combien ont coûté les festivités des 50 ans du Conseil général… (#maireenvacances)

3. Il y a plusieurs années de cela, Éric MEHLHORN avait programmé une annonce automatique en prévision de l’application de la loi de réforme territoriale du 16 février 2010 et du 16 décembre 2010. Cette loi devait alors renouveler les conseillers généraux et régionaux en une assemblée territoriale unique. Mais les socialistes l’ont abrogé le 17 mai 2013 pour re-proposer quelque chose de moins consensuel et qui ne soit pas très différent de 2010 en 2020 ou 2021 ! Et Éric MEHLHORN a oublié de supprimer cet article planifié. (#maireteteenlair)

4. Éric MEHLHORN possède des informations que personne d’autre n’a encore. Alors qu’aucune loi n’est promulguée mais que les élections cantonales de 2015 ont déjà été repoussées de mars à décembre par l’Assemblée nationale le 23 juillet 2014, il est au courant d’un retournement de situation, et il fait face SEUL. (#maireisole)

 

Questions découlant de la troisième hypothèse

A. Dès le départ, les nouvelles élections générales ont été renommées « élections territoriales ». Pourtant, notre ami reprend les termes de « élections cantonales ». Faut-il mettre cela sur le compte de la précipitation et de la volonté d’agir vite pour ses administrés ? Oui, sûrement. (« maireserieux)

B. Pourquoi la date du 15 avril ? Alors que Éric MEHLHORN commence ses campagnes électorales au plus tôt quatre mois avant la date de l’élection ? La Loi ne prescrivait pas d’annonce de calendrier. D’autant que les dates des européennes 2014 étaient déjà fixées et que a priori les municipales resteraient en mars 2014. Parce que notre génial précurseur MEHLHORN prend en compte le délai de six mois de silence avant l’élection, qu’il prévoyait alors pour le 15 octobre 2014. Bravo ! (#maireprevoyant)

C. Toutefois, l’État a besoin de temps entre les sénatoriales de fin septembre 2014 et d’éventuelles élections. Quatre élections la même année, n’est-ce pas énorme ? Et comme on ne fait pas voter l’hiver car les gens ne se déplacent pas, ce serait étonnant pour ne pas dire incohérent ? Enfin, pas tellement plus que l’appartenance d’Éric MEHLHORN à une majorité départementale qui conteste le redécoupage des cantons électoraux. Mais qui n’est fichue de tailler 22 zones de 55 000 habitants sur le département… (Et qui en plus ne répond pas à mes mails et n’est jamais là au téléphone – UMPA , t’es nulle !).

 

En fait, ce doit donc être la deuxième hypothèse qui est la vraie… D’autant que des caciques du Conseil régional m’ont déjà confié que ces élections pourraient être repoussées à mars 2016… Mais on constate en tout cas que Éric MEHLHORN est déjà déclaré puisqu’il met son site en silence. (#mairecandidat)

 

Il faudrait penser à lui dire qu’il a été élu

Dans le bloc à droite, de couleur verte, Éric MEHLHORN écrit continuer participer au développement de la ville « en concertation avec Madame le Maire« . Si notre camarade a bien écrit sa petite brève, alors il n’est vraiment pas précautionneux car neuf jours après, il aurait pu penser à modifier sa présentation d’accueil. Une preuve de plus qu’il n’entretiendrait pas bien son site ou que le message du 15 avril n’est pas de lui. Mais alors, les autres articles sont-ils de lui ? Ou d’un autre rédacteur ? (#maireredacteur)

Toujours est-il que Éric MEHLHORN ne semble pas encore avoir compris l’importance du numérique et d’une bonne réputation sur Internet. (Christophe GUILPAIN du MODEM, conseiller municipal délégué au numérique, va lui expliquer! ) Alors même s’il y a du progrès, il va sérieusement falloir qu’il se mette au niveau de la communication de Laurence SPICHER-BERNIER pour se mettre un peu en valeur. Déjà qu’il se rende compte de cette bévue sur son site et qu’il la corrige. Ensuite, qu’il fasse un peu de ménage sur tous ses supports de communication. Enfin, qu’il s’exprime sur un vrai site s’il a des choses intéressantes à dire (#maireinteressant ?)

Alors combien de temps le Maire de Savigny mettra-t-il pour se rendre compte de cette erreur ? Presque 130 jours sont déjà passés depuis le 15 avril !!! 

Je terminerai en précisant que, pour autant que j’ai quelques difficultés avec Éric MEHLHORN, je le préfère malgré tout à la tête de la commune de Savigny, avec tous les défauts qu’on lui connaît.  Plutôt que la vigie du PS Pierre GUYARD (Oui, oui, nous serons vigilants pour les quartiers de Grand-Vaux et des Prés-saint-Martin et surtout sur les questions d’efficacité énergétique). Ou Audrey GUIBERT du FN dont il n’y a rien à dire puisqu’elle ne fait rien.

P.-S. : Il est temps que je me calme un peu dans la critique du Maire de ma commune, il pourrait prendre cela comme du harcèlement outrageux. Prochain article le concernant directement le vendredi 5 septembre 2014 : Éric MEHLHORN qui est agacé par son parti l’UMP, sauf sur les photos. (#maire hypocrite ?)

Cet article sera à savourer après vision de la vidéo suivante : Mon maire sur BFM TV et de cette savoureuse photo de trois de nos élus en photo avec M. Jean-François COPÉ et M. Jérôme LAVRILLEUX. Eh oui, M. MEHLHORN, cela sert aussi à cela de faire le ménage sur ses sites !

Diable ! Écrire des articles sur les politiques de ma ville est une drogue plus récréative que je ne le pensais. Vais-je me retrouver avec une nouvelle addiction, en plus de celle dont je souffre déjà pour la LSB (Langue des signes pour bébé) ?