Archives du mot-clé Conseil municipal

Archives : le discours d’au revoir de Pierre GUYARD au Conseil municipal de Savigny-sur-Orge

La Commune n’ayant pas daigné enregistré le message d’au revoir de Pierre GUYARD, je le retranscris ici, accompagné de la vidéo de ce passage, au support d’un futur article. Dans un souci de place et de fluidité, il m’est apparu nécessaire de commencer par cette étape avant de pouvoir dresser ensuite mon commentaire critique. Je rajoute également la réaction du maire à ce discours, éclairante en de nombreux aspects…


[Pierre GUYARD] : Mes chers collègues,

Un petit mot effectivement ce soir après ce conseil fin 2019 pour vous dire à la fois au revoir et pour vous dire merci.

Au revoir parce qu’un certain nombre d’entre vous le savent, j’ai, nous avons, avec ma compagne qui est là, décidé de quitter Savigny.

Cela ne se fait pas facilement pour l’homme que je suis, mais c’est un choix de vie, c’est un choix qui est né de cette difficulté que je ressens aujourd’hui d’être des femmes et des hommes d’engagement face à des exigences de population qui sont de plus en plus importantes, qui sont parfois de plus en plus violentes.

Et au-delà du fait que je suis un socialiste, que je reste un socialiste et un homme engagé, je suis d’abord et avant tout un républicain et un démocrate.

Et je pense que cette démocratie, cette République ne vivra que par le respect qu’on se doit à soi-même, et qu’on doit aux autres.

Et voilà, je voulais exprimer et vous demander de continuer d’agir, tous autour de cette table, et celles et ceux qui sont dans la salle, et qui peut-être seront autour de cette table après mars 2020 dans le respect de la République, de faire vôtre – je perds un peu mes mots, fatigué ce soir – la devise de la République.

La liberté, c’est la liberté de parole. Alors effectivement, en début de mandat, cela n’a pas été toujours facile de laisser la parole aux uns et aux autres par des choix très durs que vous avez pu faire. Mais je dois constater que cette liberté de parole a, ce soir encore, été respectée.

L’égalité, c’est l’égalité de traitement entre toutes celles et tous ceux qui sont autour de cette table, mais aussi, et je pense que c’est encore une attente, en tout cas pour nous, une égalité de traitement de l’ensemble des Saviniens, quelque soit leur quartier, quelque soit leur histoire, quelques soient leurs opinions bien évidemment et leurs cultures, et origines diverses et variées.

Et enfin, et c’est pour moi un élément essentiel, et ce qui va amener à la petite séance qui va suivre, la fraternité parce que effectivement l’engagement, la passion sont importantes. Mais encore une fois, ce qui fait le sel des Français, c’est de pouvoir se retrouver. Cela devient de plus en plus difficile. Mais de pouvoir se retrouver à partager des moments de fraternité, c’est comme cela qu’on fait société, c’est comme cela qu’on avance. Pas dans la confrontation, pas dans la violence.

Et donc pour toutes ces raisons, à la fois merci, à la fois au revoir, et si vous me permettez de vous offrir un petit pot de l’amitié avant cette fin d’année.

Merci.


[Éric MEHLHORN] : Mon cher Pierre,

Maintenant, on peut reprendre certaines habitudes.

La séance étant levée, je peux t’appeler Pierre, et plus Monsieur GUYARD.

En tous les cas, merci pour ce mot. J’imagine ô combien ce passage a pu être particulier, en tous les cas quitter la commune de Savigny peut être une chose particulière.

Tu évoques la fatigue, je pense qu’il y a néanmoins aussi une partie d’émotion.

Sache qu’en tous les cas, j’aurais particulièrement apprécié l’ensemble des échanges que nous avons pu avoir autour de cette table, en commissions, en conseil municipal, et dans d’autres lieux, étant donné que nous fréquentons des régions par des attaches bien différentes où l’on a de temps en temps l’occasion de se croiser.

En tous les cas, je voulais simplement te remercier pour ta contribution pendant ces 5 années 3/4 parce qu’il en reste encore 3 mois.

Voilà, et je vous renouvelle mes vœux pour d’excellentes fêtes de fin d’année.

Et bonne soirée.



Des enjeux du Conseil municipal de Savigny-sur-Orge du 19 décembre 2019

Normalement le dernier Conseil municipal de la mandature, avec comme point central le vote du budget primitif 2020, dont MEHLHORN ne veut pas laisser la primeur à l’équipe qui lui succédera. Qu’à cela ne tienne, nous le corrigerons par un budget supplémentaire.

Appréciez ce dernier spectacle, et jaugez de la cohésion de la majorité municipale. Des tractations sont en cours, et il devrait y avoir plusieurs transfuges au moment des élections. Quelques uns des alliés de MEHLHORN d’aujourd’hui seront bientôt contre lui…

Ce jeudi 19 décembre 2019 à 20 h 30 en salle des mariages.

Avec une pensée souvenir pour le premier et unique Conseil municipal à huis clos de l’Histoire de Savigny. Sous le mandat de ce maire. Je n’oublie pas le 17 juin 2015.


RESSOURCES HUMAINES

01 – Modification du tableau des emplois permanents

==> Un tableau qui aura beaucoup bougé sous ce mandat… Savigny manque d’un service de Formation. Nous y pourvoirons.

02 – Rapport de situation en matière d’égalité femmes hommes


AFFAIRES JURIDIQUES 

03 – Rapport annuel d’exploitation 2017-2018 Service public de restauration collective – SODEXO

==> Un an et demi de retard. 2,478 M € pour bouffer des saletés. Il est temps de reprendre en main le dossier de la cantine.

04 – Rapport annuel d’exploitation La Maison Bleue délégation de service public – multi-accueil les Petits Fripons – année 2018             

==> Avec presque un an de retard… Il leur a fallu onze mois pour rédiger le dossier. Avec mon équipe, on les pressera pour qu’ils respectent la réglementation.


ARCHIVES – DONNÉES – DOCUMENTATION

05 – Adhésion à l’association française des correspondants à la protection des données à caractère personnel (AFCDP)             

==> Qu’est-ce que cela va nous apporter ?


COMMERCE

06 – Dérogation au repos dominical au titre de l’année 2020        

==> Comme si les gens n’avaient pas d’autres jours pour faire leurs courses…


AFFAIRES GÉNÉRALES

07 – Organisation des opérations de mise sous pli de la propagande électorale pour les élections municipales des 15 et 22 mars 2020                        


FINANCES

08 – Autorisation de programme et de crédits de paiement 2020 nommée BUISSON restructuration du groupe scolaire Buisson

==> Payer pour quoi à ce stade ? L’appel d’offres ne sera pas attribué avant février…

09 – Autorisation de programme et de crédits de paiement – Création Maison des Associations

==> Idem      

10 – Fiscalité année 2020 : taux des trois taxes communales              

==> Le pire est qu’ils se vantent de les maintenir à leur niveau de 2017. C’est clair qu’après tout ce qu’ils les ont augmentées en 2016… Et encore heureux qu’il n’y ait pas une baisse symbolique de circonstance. 

11 – Budget Primitif 2020 – Ville de Savigny-sur-Orge              

 ==> Conforme aux orientations budgétaires. Ils ont réduit les prévisions d’endettement et les investissements du plan pluriannuel pour pouvoir dire qu’ils ont mieux géré, et assaini 1/4 de la dette. Ils sont juste dans la communication…      

12 – Budget Primitif 2020 – régie de transport municipale


ENFANCE – VIE SCOLAIRE

13 – Convention pour la prise en charge des dépenses de fonctionnement des enfants saviniens scolarisés à l’école du Sacré-Coeur – Exercice 2020

==> On va encore avoir droit au speech laïcard de Jean-Marc DEFRÉMONT qui fait semblant de ne rien comprendre au dossier pour le plaisir de taper sur l’école libre. L’intolérance d’un homme qui veut faire croire qu’il est le plus tolérant.   

14 – Modification du règlement relatif à l’organisation des séjours en classes de découverte

==> Cela ne nous rendra pas la Savinière… Les séjours des Saviniens sont en moyenne moins chers, mais trois fois moins d’enfants Saviniens partent désormais en classe de découverte…

15 – Signature d’une convention d’attribution d’une subvention supérieure à 23.000 euros au profit de l’association « Les P’tits Sucres d’Orge »             


SPORTS

16 – Convention d’attribution d’une subvention supérieure à 23.000 euros au club Olympique de Savigny Football pour l’année 2020

17 – Convention d’attribution d’une subvention supérieure à 23.000 euros au Club Olympique de Savigny pour l’année 2020

18 – Convention d’attribution d’une subvention supérieure à 23.000 euros au Club de Baseball et Softball « Les Lions de Savigny » pour l’année 2020

==> Ceux-là se seront bien gavés sous ce mandat. Je ne leur ferai pas payer, mais il est entendu qu’ils laisseront les autres se rattraper.

19 – Convention d’attribution d’une subvention supérieure à 23.000 euros au club de Savigny Athlétisme 91 pour l’année 2020

20 – Convention d’attribution d’une subvention supérieure à 23.000 euros au club de Savigny Handball 91 pour l’année 2020



Des enjeux du Conseil municipal de Savigny-sur-Orge du 24 janvier 2019

Une séance du Conseil municipal qui s’annonce un peu plus courte que d’habitude, du fait qu’elle ne comporte que quatre points à son ordre du jour.

Il y aura malgré tout environ une heure de débat consacré aux orientations budgétaires, ainsi que de nombreuses questions orales, qui devraient pousser la durée à deux heures.

Un seul point capital : le débat d’orientations budgétaires avec MEHLHORN qui pour préparer sa réélection, va programmer 23 millions € d’investissements pour la période 2019-2023, lesquels, au moins pour l’année 2019, sont en contradiction flagrante avec ce qui figurait dans le plan pluriannuel d’investissements 2017-2020…


Approbation de la liste des décisions prises en vertu des articles L.2122-22 et L.2122-23 du code général des collectivités territoriales


RESSOURCES HUMAINES

01 – Personnel communal : Ralliement à la procédure de passation d’une convention de participation 2020-2025 relative au risque santé

==> Une obligation règlementaire.


FINANCES

02 – Débat d’orientation budgétaire sur la base du rapport sur les orientations budgétaires de la ville pour l’exercice 2019

==> 11,3 M € pour le centre culturel communal dont plus de 2 millions € pour les études qui vont commencer au 1er semestre 2019,

==> 4,5 M € pour refaire la voirie,

==> 2,5 M € pour déménager la crèche des Moussaillons à Grand-Vaux ; une somme qui nous sera ensuite normalement remboursée dans le cadre de l’ANRU,

==> 120 000 € en 2019 (et 200 000 € annuels à partir de 2020) au centre communal d’action sociale pour le marché d’un service de nuit par une société privée pour les trois foyers logements de Savigny. (Ce qui est étrange est qu’il n’y avait pas de problèmes jusque-là avec les systèmes mis en place en interne)


ENFANCE – VIE SCOLAIRE

03 – Nouveau règlement de fonctionnement des structures petite enfance (crèches les Moussaillons, les Lutins, les Dauphins et la halte-garderie)

==> Pas de changement majeur…

04 – Sectorisation des écoles élémentaires  Jules Ferry 1 et Jules Ferry 2

==> il s’agit de mieux répartir géographiquement les écoles dont dépendent les enfants, ce qui est la conséquence de l’urbanisme. On tente d’équilibrer mais ça ressemble à un déshabillage de Pierre pour habiller Martin…



Des obstacles à l’adoption de la charte du relogement de Grand-Vaux

« Vite fait, mal fait », dit l’expression. Sauf que nous parlons de l’avenir de 600 familles, sur lesquelles le Conseil municipal de Savigny-sur-Orge spécule qu’ils auront les habitations nécessaires pour les reloger ! Mais au jour de l’adoption de ce protocole, la réalité est tout autre ! Au risque d’avoir à terme un tri entre les habitants qui vont bénéficier d’un droit au relogement, et les autres qui auront « jusqu’à » trois propositions de relogement…


Il serait d’abord étonnant que cette charte puisse être sérieusement adoptée pour les raisons suivantes :

elle n’est pas réellement le fruit d’une concertation puisque sa version finale, qui doit cependant et en plus être encore amendée pendant la réunion du Conseil municipal, ainsi que cela a été promis aux conseillers citoyens ; a été achevée au cours d’une réunion illégalement convoquée et n’ayant réunie que trois conseillers citoyens sur trente-huit,

(Précisons qu’il a été dit aux conseillers citoyens que c’est Daniel GUETTO qui présenterait les modifications. Sauf que mardi soir, à la réunion du Conseil territorial, il a fait savoir qu’il était malade. Ce serait vraiment dommage que les engagements ne soient pas tenus parce que ce n’est pas la personne de GUETTO qui les propose !)

– elle a été étudiée en commissions municipales « Solidarités et devoir de mémoire » et « Transitions urbaines, déplacements et cadre de vie » dans une version antérieure à celle proposée au vote des élus, et avec des annexes, notamment l’annexe 5, qui étaient erronées par rapport à la part d’engagement des réservataires. Et personne des élus et de l’administration ne s’en est rendu compte, jusqu’à ce que des membres du collège habitants du conseil citoyen, plus particulièrement des locataires, ne le signalent !

la note de synthèse communiquée aux élus est mensongère ! Le droit d’information des élus est bafoué !

* La solidarité inter-bailleurs est présentée comme acquise alors que si, dans les mois à venir, les bailleurs envoient les partenaires se faire voir en disant qu’ils ne veulent pas reloger les habitants de Grand-Vaux, on a plusieurs dizaines de familles, voire même plus d’une centaine, qu’on ne sait plus où loger, en attendant hypothétiquement que 143 logements se libèrent tous les ans, dont on ne pourra réserver qu’une petite part !

* Il n’est pas mentionné que la rencontre inter-bailleurs organisée avant l’été a échoué (deux présents sur huit invités) ni que la conférence intercommunale du logement n’est toujours pas mise en place !

* Quant à la Commune, elle est bien gentille, mais elle ne peut pas se présenter comme réservataire puisque c’est la Préfecture qui l’est pour elle depuis l’arrêté de carence du 19 décembre 2017 ! Donc elle peut s’engager à ce qu’elle veut, cela reste le Préfet qui dira 10, 25 ou 50 !

* Enfin, la charte du relogement indique que le bailleur relogera sur Grand-Vaux un minimum de 110 ménages, et là nous avons dans la présentation succincte aux élus un objectif de 50 % !

– le dernier gros problème reste surtout que le relogement n’est pas acquis, parce que l’objectif des 583 relogements est conditionné à la participation des autres bailleurs sociaux présents sur le territoire de la Commune !

Qu’au Conseil municipal, des partenaires vont donc prendre des engagements pour des personnes qui ne se sont pas prononcés sur ce choix, et qu’on ne peut pas parler de solidarité inter-bailleurs si à la fin, ils refusent. Et qu’est-ce que cette solidarité qu’on impose aux personnes !

À partir de là, et s’il n’y a pas le compte, il faudra inévitablement trier les habitants, les prioriser, mettre en place une critérisation… Donc cela va revenir à chasser des habitants de leur quartier, eux qui n’avaient rien demandé, mais dont on a pris prétexte pour justifier la rénovation. Il y aurait des raisons que cela énerve.

Mais le relogement va bien pouvoir commencer, dans des conditions telles qu’il n’est pas assuré qu’il ne bloque pas assez vite… On aurait pourtant pu espérer a minima un accord de principe des bailleurs, que la Commune n’a même pas été capable d’obtenir…


Pour terminer, une petite réflexion sur le rôle de l’association de consommateur de la CLCV, en tant qu’amicale des locataires de Grand-Vaux, dont le maire-adjoint Mathieu FLOWER, habitant du quartier, est l’ancien président de la section locale.

Alors que cette association est minoritaire depuis décembre 2014 en terme de représentation des habitants au conseil de surveillance du bailleur pour le quartier, celle-ci était pourtant représentée par deux personnes au sein du conseil citoyen (Christiane PAYET et Fidèle ONOMO NGO NKENG MATIP, alors que la CNL, amicale des locataires majoritaire depuis cette date, et récemment reconduite aux élections du 11 décembre 2018 avec plus de 11 points d’avance, n’a toujours eu droit qu’à un seul représentant.

La grosse erreur de la CLCV, qu’elle se refuse de reconnaître, alors que c’est cela qui lui a coûté son élection est d’avoir voulu négocier avec le bailleur pour imposer aux locataires le paiement de charges indues, que Coopération-et-Famille ne pouvait légalement plus récupérer, ce qui a endetté de nombreux ménages. Alors que leur gestion était plus que discutable, par exemple lorsqu’ils acceptaient l’emploi de 7 gardiens notamment chargés de travaux de ménage, lesquels sous-traitaient cette tâche, ce qui revenait à payer deux fois.

Pourtant, force est de constater que la CLCV ne s’est pas impliqué sur la rédaction de la charte, et les amendements de la phase finale, comme s’ils poussaient à ce que le texte soit adopté le plus vite possible, pour servir les intérêts politiques de FLOWER et du maire, qui veut juste une rénovation la plus avancée possible pour son agenda électoral.

Dans ces conditions, on ne peut que douter du sérieux de la rénovation, et comprendre la déception du conseil citoyen qui, par exemple, n’est pas dupe que si les réunions ont toujours été organisées à 18 h 30, ce n’est pas parce que cet horaire arrangeait un maximum de conseillers, mais parce que les fonctionnaires de la Commune de Savigny, organisant le conseil, terminant à 18 heures 00, pouvaient venir directement après…