Archives du mot-clé concertation

Cinq éléments à retenir des pleurnicheries de Bernard BLANCHAUD dans Le Parisien

Je trouve que Bernard BLANCHAUD n’a vraiment aucune décence. Il a fait perdre leur emploi à 97 personnes (dont 59 licenciés sèchement), il a fermé le centre de vacances de la Savinière ainsi que deux crèches. Il a supprimé les Sports-vacances… Je pense que rien ne l’obligeait à étaler, en plus, ses états d’âme dans la presse d’autant que l’article de Marie D’ORNELLAS du 30 septembre 2015 ne laisse aucune place à d’éventuels regrets.

Alors que retenir de la lecture de cet article : j’y vois cinq éléments qui présentent un intérêt pour les Saviniens. Ils confirment tant certaines annonces que j’ai commencé véritablement d’émettre en juin 2014. Tantôt, ils permettent de comprendre la psychologie des « soumis de MEHLHORN » qui ont abdiqué toute forme de conscience morale et de réflexion pour suivre une certaine consigne. Chronologiquement, dans l’article :

  • C’est dur d’assumer ses choix

Bienvenue en politique Bernard BLANCHAUD. Soit vous êtes un cynique comme moi et vous assumez vos choix soit vous êtes un naïf et vous passerez le reste du mandat à vous lamenter d’avoir misé sur le mauvais cheval. Votre problème de conscience est celui du créateur qui voit sa créature lui échapper. Votre problème d’orgueil est celui du type qui s’est fait avoir dans les grandes largeurs. Mais maintenant que faites-vous pour éviter que cela se reproduise ?


  • Bernard BLANCHAUD a adhéré à Nous Citoyens (NC)

L’homme n’a manifestement rien compris à son éviction. Il n’était plus dans la ligne MEHLHORN qui est en réalité la ligne du parti des Républicains. Aussi se dépêche-t-il, tel un serviteur esseulé, de courir rechercher un nouveau parti à servir. Si M. BLANCHAUD défendait réellement l’intérêt général des citoyens comme il le prétend, il s’engagerait indépendamment. Car à moins qu’il gagne à la tête d’une liste NC, il devra se soumettre dans le cadre d’alliances…


  • La manière dont agit Éric MEHLHORN

Les mots de BLANCHAUD sont explicites : « sans communication », « sans concertation » et « des promesses électorales non tenues« . Je le dénonce depuis de nombreux mois sur ce site, mais au moins pour une fois, c’est dit par quelqu’un d’autre qui a pourtant collaboré à ce système. Et cela se dit de droite républicaine, c’est bien une dictature reposant sur la médiocrité républicaine. De toute façon, ils ne sont pas libres donc ils ne sont pas de droite.


  • MEHLHORN est un communiste stalinien qui pratique le centralisme démocratique

Donc parce que BLANCHAUD s’est abstenu sur deux délibérations alors il est nuisible. Soyons sérieux, c’est quoi BLANCHAUD ? Une voix sur 28 au Conseil municipal. Une voix sur 13 à l’agglomération. En réalité, Éric MEHLHORN ne se sent légitime que s’il réalise l’unanimité autour de lui. Georges MARCHAIS (PCF) avait appelé cela le « centralisme démocratique ». Donc MEHLHORN confirme qu’il est un gauchiste qui se dit à droite parce qu’avide d’argent.


  • Éric MEHLHORN met 16 mois à réaliser qu’il commet un doublon

Un adjoint à la Sécurité et aux Transports et un conseiller délégué au Déplacement et à la Circulation. Oui, c’est un doublon, depuis avril 2014. De plus, le maire de Savigny est réellement ignorant. Le Grand Paris ne connaîtra de transfert de compétences qu’au plus tôt au 1er janvier 2017. Nous étions à la date de parution de l’article le 30 septembre 2015… Donc BLANCHAUD pouvait encore faire (semblant de faire) le travail de l’agglo pendant 15 mois.


Mais comment les Saviniens ont-ils pu voter pour cela ? BLANCHAUD fait un caprice parce qu’on lui a retiré sa délégation qui lui rapportait prestige et fins de mois. Il peut bien dire qu’il n’a pas fait cela à ces fins. Seize mois pour ouvrir les yeux, c’est long. Mais mieux vaut tard que jamais.

SCOOP : Éric MEHLHORN déjà en campagne pour les prochaines cantonales !

Depuis plus de quatre mois, Éric MEHLHORN mène une action de campagne électorale anonyme mais discrète dans le but d’assurer sa réélection en tant que Conseiller général. Au fait, les gars (et les filles), vous n’êtes pas chouette avec notre ami, vous auriez pu lui dire qu’il avait été élu Maire de la commune. (#maireinforme)

MEHLHORN-candidat-cantonales-VAGNEUXOlivier

Page d’accueil du site web savignynoscantons.blogspot.com, consultée le 18 août 2014 à 23 h 50 ; on appréciera, que sur mon conseil, M. MEHLHORN ait corrigé la faute à DUSSART qu’il écrivait avec un D.  Droits réservés au directeur de publication du blog savignynoscantons.blogspot.com inexistant au 22 août 2014 .

 

 

À ma connaissance, Éric MEHLHORN n’est pas très familier avec le numérique et les réseaux sociaux. Depuis quatre ans que je le côtoie vraiment, il m’a envoyé deux courriels. Notre homme possède sinon Facebook et Twitter qu’il alimente occasionnellement par de belles perles que je ressortirai tôt ou tard. L’avantage avec lui est qu’il a tellement d’amis que tout ce qu’il publie est public sans droits réservés ! Jusque-là, il avait aussi ce site pour « essayer » de rendre compte de son action générale. (#mairecommuniquant)

Petit rappel chronologique :

30 mars 2014 : la liste UMP-DLR-MODEM remporte les élections municipales, élue par 23 % des citoyens Saviniens.

1er avril 2014 : Non, ce n’est pas une blague. À Savigny, on peut gagner une élection sans faire campagne et avec un site comptant 16 articles.

6 avril 2014 : Éric MEHLHORN est élu par le Conseil municipal Maire de la ville de Savigny-sur-Orge, succédant à Laurence SPICHER-BERNIER.

15 avril 2014 : un article apparaît sur le blog du Conseiller général MEHLHORN annonçant la mise en sommeil du site à cause de la campagne cantonale.

MEHLHORN-candidat-cantonales

Capture d’écran réalisée sur le blog savignynoscantons.blogspot.com le 18 août 2014 à 23 h 50. Droits réservés au directeur de publication du blog savignynoscantons.blogspot.com, inexistant au 22 août 2014.

 

Hypothèses (je penche pour la troisième)

1. Éric MEHLHORN est déphasé suite à l’intensité de sa campagne électorale. Il faut dire que l’homme est élu depuis 1995 « 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 » (enregistrement audio des débats du Conseil Municipal du 10 juin 2014). Il souhaite alors écrire sur son blog qu’il va utiliser tout le temps qu’il consacrait à ce site (en moyenne 1 article toutes les 6 semaines) pour son rôle de Maire, et de futur 1er vice-Président de la CALPE. Mais les mots se mélangent dans sa tête et il écrit cette phrase, que dis-je cet article plus court qu’un tweet : 131 signes. (#maireconcis)

2. Des ennemis politiques de Éric MEHLHORN se transforment en terribles hackers informatiques et piratent son site afin d’inscrire cette phrase qui devra le décrédibiliser. Manque de chance pour eux, personne ne va jamais sur ce blog, et ce n’est que le 18 août 2014 qu’un commun du nom de Olivier VAGNEUX s’apercevra de la méprise. Alors Olivier aurait pu prévenir Éric MEHLHORN de cet article. Mais ce jeune impatient rancunier attend toujours que son Conseiller général lui réponde à son mail du 30 juillet 2014 pour lui dire combien ont coûté les festivités des 50 ans du Conseil général… (#maireenvacances)

3. Il y a plusieurs années de cela, Éric MEHLHORN avait programmé une annonce automatique en prévision de l’application de la loi de réforme territoriale du 16 février 2010 et du 16 décembre 2010. Cette loi devait alors renouveler les conseillers généraux et régionaux en une assemblée territoriale unique. Mais les socialistes l’ont abrogé le 17 mai 2013 pour re-proposer quelque chose de moins consensuel et qui ne soit pas très différent de 2010 en 2020 ou 2021 ! Et Éric MEHLHORN a oublié de supprimer cet article planifié. (#maireteteenlair)

4. Éric MEHLHORN possède des informations que personne d’autre n’a encore. Alors qu’aucune loi n’est promulguée mais que les élections cantonales de 2015 ont déjà été repoussées de mars à décembre par l’Assemblée nationale le 23 juillet 2014, il est au courant d’un retournement de situation, et il fait face SEUL. (#maireisole)

 

Questions découlant de la troisième hypothèse

A. Dès le départ, les nouvelles élections générales ont été renommées « élections territoriales ». Pourtant, notre ami reprend les termes de « élections cantonales ». Faut-il mettre cela sur le compte de la précipitation et de la volonté d’agir vite pour ses administrés ? Oui, sûrement. (« maireserieux)

B. Pourquoi la date du 15 avril ? Alors que Éric MEHLHORN commence ses campagnes électorales au plus tôt quatre mois avant la date de l’élection ? La Loi ne prescrivait pas d’annonce de calendrier. D’autant que les dates des européennes 2014 étaient déjà fixées et que a priori les municipales resteraient en mars 2014. Parce que notre génial précurseur MEHLHORN prend en compte le délai de six mois de silence avant l’élection, qu’il prévoyait alors pour le 15 octobre 2014. Bravo ! (#maireprevoyant)

C. Toutefois, l’État a besoin de temps entre les sénatoriales de fin septembre 2014 et d’éventuelles élections. Quatre élections la même année, n’est-ce pas énorme ? Et comme on ne fait pas voter l’hiver car les gens ne se déplacent pas, ce serait étonnant pour ne pas dire incohérent ? Enfin, pas tellement plus que l’appartenance d’Éric MEHLHORN à une majorité départementale qui conteste le redécoupage des cantons électoraux. Mais qui n’est fichue de tailler 22 zones de 55 000 habitants sur le département… (Et qui en plus ne répond pas à mes mails et n’est jamais là au téléphone – UMPA , t’es nulle !).

 

En fait, ce doit donc être la deuxième hypothèse qui est la vraie… D’autant que des caciques du Conseil régional m’ont déjà confié que ces élections pourraient être repoussées à mars 2016… Mais on constate en tout cas que Éric MEHLHORN est déjà déclaré puisqu’il met son site en silence. (#mairecandidat)

 

Il faudrait penser à lui dire qu’il a été élu

Dans le bloc à droite, de couleur verte, Éric MEHLHORN écrit continuer participer au développement de la ville « en concertation avec Madame le Maire« . Si notre camarade a bien écrit sa petite brève, alors il n’est vraiment pas précautionneux car neuf jours après, il aurait pu penser à modifier sa présentation d’accueil. Une preuve de plus qu’il n’entretiendrait pas bien son site ou que le message du 15 avril n’est pas de lui. Mais alors, les autres articles sont-ils de lui ? Ou d’un autre rédacteur ? (#maireredacteur)

Toujours est-il que Éric MEHLHORN ne semble pas encore avoir compris l’importance du numérique et d’une bonne réputation sur Internet. (Christophe GUILPAIN du MODEM, conseiller municipal délégué au numérique, va lui expliquer! ) Alors même s’il y a du progrès, il va sérieusement falloir qu’il se mette au niveau de la communication de Laurence SPICHER-BERNIER pour se mettre un peu en valeur. Déjà qu’il se rende compte de cette bévue sur son site et qu’il la corrige. Ensuite, qu’il fasse un peu de ménage sur tous ses supports de communication. Enfin, qu’il s’exprime sur un vrai site s’il a des choses intéressantes à dire (#maireinteressant ?)

Alors combien de temps le Maire de Savigny mettra-t-il pour se rendre compte de cette erreur ? Presque 130 jours sont déjà passés depuis le 15 avril !!! 

Je terminerai en précisant que, pour autant que j’ai quelques difficultés avec Éric MEHLHORN, je le préfère malgré tout à la tête de la commune de Savigny, avec tous les défauts qu’on lui connaît.  Plutôt que la vigie du PS Pierre GUYARD (Oui, oui, nous serons vigilants pour les quartiers de Grand-Vaux et des Prés-saint-Martin et surtout sur les questions d’efficacité énergétique). Ou Audrey GUIBERT du FN dont il n’y a rien à dire puisqu’elle ne fait rien.

P.-S. : Il est temps que je me calme un peu dans la critique du Maire de ma commune, il pourrait prendre cela comme du harcèlement outrageux. Prochain article le concernant directement le vendredi 5 septembre 2014 : Éric MEHLHORN qui est agacé par son parti l’UMP, sauf sur les photos. (#maire hypocrite ?)

Cet article sera à savourer après vision de la vidéo suivante : Mon maire sur BFM TV et de cette savoureuse photo de trois de nos élus en photo avec M. Jean-François COPÉ et M. Jérôme LAVRILLEUX. Eh oui, M. MEHLHORN, cela sert aussi à cela de faire le ménage sur ses sites !

Diable ! Écrire des articles sur les politiques de ma ville est une drogue plus récréative que je ne le pensais. Vais-je me retrouver avec une nouvelle addiction, en plus de celle dont je souffre déjà pour la LSB (Langue des signes pour bébé) ?

Vous avez la parole : Nouvelles pages d’expression libre sur le Savinien libéré

Nouveaux onglets sur le site pour nouvelle catégorie d’articles, le Savinien libéré renforce son orientation « participative ». Les administrations contemporaines fonctionnent de manière archaïque et désordonnée. Aux citoyens, comme nous, d’aller chatouiller les différents mammouths pour ne pas nous retrouver lésé par un système que nous ne pouvons pas maîtriser. C’est ensemble que nous agirons pour la démocratie locale.

Dans son grand populisme (qui est pourtant nécessaire en politique), le Maire de Savigny Éric MEHLHORN a nommé un « conseiller municipal délégué à la démocratie locale » en la personne de mon ancien ami Mathieu FLOWER (dont la lâcheté fait que je ne veux plus avoir affaire avec lui). Cette hâblerie coutumière du Maire n’est qu’un coup d’esbroufe qui n’aboutira sur aucun résultat. Un effet de mode qui ne nous trompe plus !

Vous rappelez-vous en effet la séance au cours de laquelle le Conseil municipal devait voter son règlement intérieur ? Le PS représenté par Jacques SÉNICOURT a présenté neuf amendements pour plus de démocratie locale (relativement fort mal défendu par ce camarade trop passif dans le débat). Aucun n’a été voté. Mais le pire est que Mathieu FLOWER, entre servitude volontaire et obéissance forcée, n’est pas intervenu une seule fois.

À Savigny-sur-Orge (Essonne), l’opacité est donc de mise depuis des années. Mes différents testing citoyens ont souvent abouti sur des échecs auxquels les autorités compétentes de l’État n’ont que rarement donné suite. Les personnels communaux sont les premiers à vous faire comprendre que vous les dérangez ou leur faites perdre leur temps par vos actions. Le pire étant pour consulter tout ce qui attrait aux finances ou aux dépenses publiques !

Souvenons-nous sinon de Laurence SPICHER-BERNIER allant même jusqu’à monopoliser les panneaux d’expression libre pour s’afficher. Et tout cela pour cacher son manque de bilan et l’impéritie de nos élus en général. (Éric MEHLHORN a d’ailleurs diminué les crédits alloués aux formations). Continuons de feindre qu’une minorité peut décider pour la majorité et de ne la consulter que pour le choix des peintures. Les Français ont en décidé autrement depuis 1789.

C’est donc sur Internet que doit s’effectuer la concertation et le débat public. Là où elle est difficilement contrôlable et où elle échappe à la bienpensance maoïste. Mais toujours avec un minimum d’encadrement que je me propose d’assurer lorsque les Saviniens me feront l’honneur de participer au projet de ce site. Ainsi, je vous propose d’agir par le biais des commentaires en bas d’articles ou des onglets dédiés. Vos suggestions d’idées de débats sont aussi les bienvenues.

Discussions proposées le 20 août 2014 :

– les rythmes scolaires à la rentrée 2014-2015 à Savigny-sur-Orge

– le rapport entre les citoyens et les administrations de Savigny quant aux travaux d’urbanisme (ravalement par exemple)

Plus personne ne pourra désormais dire qu’il n’y a pas de lieu de débat à Savigny ! 

Lorsque les thèmes des débats engagés n’auront plus de raison d’être, alors l’onglet disparaîtra, si possible pour céder sa place à un autre. Il sera alors possible de retrouver l’intégralité des discussions qui se sont tenues (ou pas) dans cette nouvelle catégorie dite « Expression libre ».

Archives (décembre 2013) : éditorial sur la réforme des rythmes scolaires

Il y a huit mois, j’étais rédacteur en chef d’un magazine uniquement consacré à la question des rythmes scolaires. Pour les besoins de ce media qui me permettent de pouvoir traiter du sujet, j’ai rencontré divers acteurs de la réforme et réalisé plusieurs interviews. Je retiendrais notamment deux rencontres : Georges FOTINOS, ancien inspecteur de l’Éducation nationale (grâce à la FCPE de Savigny) et Pierre JACQUEMARD, ancien Maire-adjoint aux Affaires scolaires de 1971 à 1977 à Savigny. J’ai enfin toute une littérature chez moi des pro et des anti-réforme qui ne demande qu’à être utilisée.

En édito, j’écrivais ceci, qui est encore assez vrai aujourd’hui et me paraît avoir encore le mérite de poser certaines questions :

La réforme des rythmes scolaires, stop ou encore ?

La réforme des rythmes scolaires, thème de notre magazine, confronte plusieurs acteurs aux intérêts radicalement différents pour ne pas dire contradictoires. On peut en identifier plusieurs, qui n’ ont pas l’habitude de se parler et qui ont chacun une opinion tranchée :
– le ministre Vincent PEILLON qui veut rester dans l’Histoire comme celui qui aura permis la refondation de l’école. Il serait aussi déshonoré de ne pas avoir accompli de réforme durant son mandat.
– les syndicats d’enseignants composés de parents qui voudraient caler leurs horaires sur ceux de leurs enfants.
– les parents qui veulent profiter de leurs jours de repos avec leurs enfants. Le cas des parents divorcés est important.
– les psycho-pédagogues dont l’avis se heurte souvent à la dure réalité.
– un certain nombre de groupes de pression qui ont tout intérêt à ce qu’il y ait le plus de vacances possibles.
– les collectivités sur qui l’État se décharge du périscolaire au prétexte de mieux se recentrer sur le scolaire, mais qui sacrifie l’éducation sur l’autel des économies.
En interrogeant individuellement les citoyens, la majorité est favorable à cette réforme. 83 % des villes qui l’ont mise en place en 2013 sont convaincues. Mais elle passe mal car elle n’est pas bien expliquée et que le Gouvernement demande de l’appliquer dans des délais courts et avec des moyens limités. Au travers de ce magazine, vous pourrez découvrir les avis de chacun et vous faire votre propre idée sur la réforme des rythmes scolaires.
Olivier Vagneux

Nota Bene : La taille de cet édito correspond à la norme journalistique apprise en vigueur. Toute la difficulté est d’être intéressant en peu de mots et de poser objectivement les bonnes questions. Toutefois, encourager la paresse des lecteurs me désole au même titre que le nivellement par le bas de la culture des Français.