Archives du mot-clé complotisme

Hydroxychloroquine et remdesivir

Complotisme toujours. Comment voulez-vous encore avoir confiance dans les institutions de santé, après ce nouveau scandale sanitairo-économique du remdesivir ?

Et quelle conne que cette Commission européenne qui en a acheté 500 000 doses début octobre, alors que nous savons (enfin moi qui lis France Info), depuis au moins cinq mois, comme tous les gens qui lisent la presse, y compris la presse mainstream, que le remdesivir ne fonctionne pas plus que l’hydroxychloroquine, avec en plus le fait qu’il provoque des problèmes rénaux aigus !

Je pense que les citoyens sont de plus en plus nombreux à ne plus faire confiance, et à douter de leurs institutions, parce qu’on les prend pour des cons, et que les intérêts financiers des uns et des autres, comme les manœuvres d’influence, sont de plus en plus visibles, en tout cas de moins en moins dissimulées, avec ce sentiment puant qu’on se fout de notre avis et que leurs intrigues aboutiront quand même.


  • Pourquoi The Lancet n’a-t-il pas autant remis en cause l’efficacité du remdesivir que de l’hydroxychloroquine ?
  • Pourquoi les articles doutant de l’efficacité du remdesivir n’ont-ils pas obtenu le même succès dans la presse que ceux contre l’hydroxychloroquine ?
  • Pourquoi la Commission européenne a-t-elle quand même acheté ce médicament alors que les résultats préliminaires de Discovery (interrompus avant la fin au motif qu’il n’y avait plus assez de personnes malades pour promouvoir des résultats sérieux) montrent que les gens qui en prenaient, guérissaient autant que ceux qui n’en prenaient pas ?

Moi, je pense qu’une partie de ces réponses réside dans le fait, à la fois que le patron de Gilead, était un « proche » de TRUMP, qui en président patriote, soutient l’industrie américaine, quitte à faire fabriquer un produit américain qui ne fonctionne pas. Et même si on le déteste, quand la président de la première puissance mondiale parle, on le craint.

Et puis maintenant que TRUMP dégage, enfin l’OMS ose dire quelque chose de contradictoire, avec ce paradoxe que TRUMP les détestait et donc qu’ils n’avaient pas besoin d’attendre tout ce temps. Comme si TRUMP avait eu raison de les accuser de faire le jeu de la Chine, ce qui n’est pas faux puisque le docteur Tedros a été élu avec le soutien des Chinois.

Enfin, complotisme suprême : BlackRock. Ce n’est que 2 à 4 % du capital, mais ils sont à la fois derrière Gilead qui fabrique le remdesivir mais aussi derrière le groupe éditorial néerlandais qui publie The Lancet.


Bref, je pense que RAOULT et l’hydroxychloroquine ont juste payé de ne pas être soutenu par BlackRock ou un grand groupe financier international.

Avec cette hypocrisie qu’on a bien voulu tester d’autres médicaments qui ne fonctionnaient pas plus, mais qu’il ne fallait surtout pas expérimenter l’hydroxychloroquine.

Et puis Gilead, qui depuis Ébola, pour lequel virus on a créé le remdesivir, essaie de le fourguer comme solution à chaque nouveau virus…

Oui, j’ai moins confiance.



Héléna PERROUD, l’avocate de POUTINE qui vous fait détester son client…

Je voudrais ici exprimer mon profond malaise par rapport à des propos entendus lors de la conférence de Madame Hélèna PERROUD au 4e salon du livre d’Histoire de Savigny-sur-Orge.

La dame, qui n’est d’ailleurs pas historienne de formation, donnait une conférence de 50 minutes intitulée « Un regard sur Vladimir POUTINE », visant à faire vendre son livre « Un Russe nommé POUTINE ».

Elle se présentait notamment en qualité d’ancienne collaboratrice à l’Élysée au cabinet du président CHIRAC, ce qui m’interpelle d’autant plus vivement sur la politique russe de la France si elle faite par de telles personnes…

Car ce fut bien une heure de propagande pro-POUTINE ; et quelle mauvaise propagande, remplie de mensonges et de mauvaise foi. Du révisionnisme historique en quelque sorte, si tant est qu’on puisse écrire l’Histoire du présent.

À la fin, agacé par son tour d’horizon soi disant « à 360 degrés », je lui demande si son livre développe un regard critique sur POUTINE, et si le cas échéant elle est capable de formuler une critique contre POUTINE.

Et après avoir essayé de m’endormir, elle me dit juste qu’il apparaît trop brutal, mais que ça va mieux parce qu’il pratique le soft power avec Russia Today et Sputnik News (mais qu’en gros, nous, on a France 24, donc qu’il peut le faire)…

Or, toute la conférence n’a été que démonstration par l’absurde que tout ce qu’on peut reprocher à POUTINE ne serait en fait pas grave, parce que d’autres font aussi des choses contestables… Mais ce n’est pas mieux, et je le dénonce avec autant de force quand il s’agit des États-Unis !

Et elle, d’insister qu’elle n’est pas une agent au service de l’état russe, ce qui sous-entendrait dès lors qu’elle soit objective, mais devrait aussi la préserver d’être, pardonnez-moi l’expression, « une idiote utile », dont la fascination pour POUTINE lui fait perdre toute raison !


En avant-propos, je tiens à préciser les éléments suivants :

– Je suis personnellement favorable à Vladimir POUTINE, non pas parce qu’il serait le meilleur, mais parce qu’il est le moins mauvais, et qu’il défend les intérêts internationaux de son pays, ce qui ne signifie pas non plus qu’il défend les intérêts de son Peuple.

– J’ai connu un homme qui savait défendre POUTINE, et qui le défendait intelligemment : Ivan Michel BLOT, ancien du GRECE, premier président du Club de l’Horloge, député RPR du Pas-de-Calais et député européen FN ; mais lui en plus avait rencontré POUTINE.

– Mes sources sont les documentaires français sur la Russie de France 2, de Arte et de LCP, les écrits de journalistes russes, notamment les amis d’Anna Stepanovna POLITKOVSKAÏA et enfin les témoignages d’amis russes, souvent des scientifiques et donc plutôt des intellectuels qui soutiennent POUTINE par défaut, mais qui ont quand même un regard critique.

– Je sortais d’une conférence de Charles ZORGBIBE qui m’a particulièrement énervée tant elle était mauvaise et fausse en de nombreux points… J’étais donc particulièrement remonté.


Je commencerai par dénoncer la malhonnêteté intellectuelle de la deuxième partie de sa conférence, dans laquelle elle disait décrypter trois malentendus que les Français ont de POUTINE (les guerres caucasiennes, sa politique européenne et son passé au KGB-FSB).

Et donc elle nous expliquait à la fois ce que nous pensions mal, et pourquoi c’était faux, et elle partait du principe qu’il n’y avait plus de malentendu dès lors qu’elle avait donné ses réponses.

Par exemple, que POUTINE soit passé par le KGB ne pose pas de problème parce que George H BUSH a été directeur de la CIA !

Et cela a été tout du long : les Russes peuvent bien avoir truqué les élections américaines de 2016 (elle ne l’a pas dit), ce sont les États-Uniens qui ont truqué l’élection présidentielle russe de 1996 !

Avec à chaque fois des affirmations de l’ordre du divinatoire : par exemple, si les communistes étaient passés aux élections de 1996, alors il y en aurait eu pour 70 ans de socialisme à nouveau. Mais qu’est-ce qu’elle en sait ?

Au final, elle établissait que POUTINE est un bon président parce que l’espérance de vie a augmenté de 7 ans sous son mandat (de 65 ans en 2000 à 72 ans en 2017), que la fécondité a aussi bien augmenté (de 1,16 enfant par femme en 2000 à 1,76 enfant par femme en 2017), et enfin que les attentats islamistes ont cessé (dont on sait pourtant aujourd’hui qu’une partie étaient le fait du FSB…). Donc que la fin justifiait a posteriori les moyens.

Cela ne justifie pas pour autant la manière dont POUTINE est arrivé au pouvoir, pas plus que la manière dont il conserve le pouvoir.

Pour le reste, elle a dit d’autres choses qui sont vraies, mais sans les compléter d’arguments plus forts ni en plus les étayer, et à la limite complotiste (l’Occident contre l’Orient).

Ainsi, tout opposant à POUTINE est une créature manipulée par l’Occident, et tous les anciens dissidents de l’URSS trouvaient POUTINE formidable.


C’étaient aussi des excuses ou des disculpations pour tout les faits reprochés à POUTINE :

– Les guerres dans le Caucase ? La faute aux musulmans qui veulent faire de la Russie un califat.

– L’assassinat de la journaliste Anna Stepanovna POLITKOVSKAÏA ? Mais POUTINE a eu des mots très bien après sa mort pour dire que ce n’était pas lui, et qu’il déplorait son assassinat.

– Le naufrage du Koursk ? POUTINE n’a pas été assez bien informé du problème, sinon il serait intervenu.

– La Crimée ? Mais les habitants ont fait un référendum remporté à 95 % (ce qui n’est pas possible, je l’ai déjà évoqué ici). Et puis, c’est l’OTAN qui n’a pas respecté les accords secrets de 1990 !

– Ses propos sur Boris BÉRÉZOVSKY ? La faute à un mauvais montage qui ne le laisse pas s’exprimer.

– La gestion de l’attentat de 2002 dans une école ? Les islamistes.

– Sa modification de la Constitution pour rester au pouvoir ? C’est parce que les Russes ont le sens du temps long !

Et puis du jour au lendemain, la Russie est entrée dans une ère de paix de prospérité. Le tableau était magnifique : la corruption a disparu et le pays s’est développé.

Et puis la démocratie russe peut être imparfaite parce qu’elle est jeune ; et POUTINE est de toute façon mieux que ELTSINE ; et il est de mieux en mieux réélu à chaque fois parce qu’il fait du bon travail ; et il n’y a pas de problème économiques et financiers en Russie ; et les embargos européens ont permis au pays de devenir autonome… Et cela pendant une heure…

Et puisque la dame avait déconstruit notre désinformation, aucune contestation possible sur l’état des libertés publiques, l’indépendance politique des anciennes républiques soviétiques (avec la légitimation pour la Russie qu’elle serait chez elle sur les territoires qui ont pu être russes par le passé), la réalité économique du pays… Si nous pensons mal, c’est à cause de l’Occident qui déteste la Russie et nous manipule, alors que la Russie nous aime !


Alors sans me risquer dans une analyse psychologique de la dame, elle m’a donné l’impression de ces Russes blancs qui soutiennent tout ce qui n’est pas soviétique, tout en étant animé par la crainte propre aux orthodoxes qui ont connu les Mongols et les Ottomans, d’une guerre de civilisation (elle a d’ailleurs cité BRZEZINSKI en semblant persuadé que c’est lui qui avait théorisé le Heartland (MACKINDER) et le Rimland (SPYKMAN)).

Et donc ils sont profondément anti-islam, tenants de l’analyse d’Hélène CARRÈRE-D’ENCAUSSE qui s’est quand même plantée sur toute la ligne : la dislocation de l’URSS était politique, elle n’est pas venue d’une subversion démographique des musulmans du Sud… Je suis en train d’écrire sur le sujet, un article qui devrait paraître vers la fin de l’année 2019.


Je terminerai quand même en déplorant l’attitude du public qui ne connaît vraisemblablement pas l’Histoire de la Russie, et qui était littéralement fasciné, prenant tout pour argent comptant. Sans compter les quelques complotistes présents dans le public qui affirment sans savoir qu’ils aimeraient bien avoir un président comme POUTINE…

Je trouve donc que cette conférence n’avait clairement pas sa place dans un salon du livre d’Histoire, et surtout qu’elle manquait tellement de nuance qu’elle en devenait ridicule. Vraiment, que l’auteur assume d’être poutinienne ; et tant qu’à faire, qu’elle se concentre sur du factuel plutôt que de vouloir brosser un panégyrique qui est faux !

Car oui, l’Occident véhicule des conneries sur POUTINE, mais les déconstruire n’est pas une raison pour en rajouter, ou en créer de nouvelles !



Budget 2017 du GOSB : Alain VEDÈRE et Raymond CHARRESSON se désolidarisent du groupe LR de Robin RÉDA

Au cours du Conseil territorial du GOSB du 15 avril 2017, et à la suite de la parution d’un communiqué de presse mensonger envoyé par Robin RÉDA, président du groupe des élus d’opposition, Alain VEDÈRE, maire de Paray-Vieille-Poste, et Raymond CHARRESSON, maire de Rungis, ont fait le choix de se désolidariser, sur ce point uniquement, du groupe auquel ils sont rattachés pour faire valoir leur version des faits et leur liberté de vote !

L’intervention qui va suivre est le fait d’Alain VEDÈRE. Elle est un témoignage de l’intérieur du groupe LR – UDI et apparentés qui nous montre que Robin RÉDA est autoritaire, hypocrite et complotiste ! À noter que le maire de Paray n’enfonce pas le maire de Juvisy alors qu’il pourrait aussi dire que RÉDA est dans une posture électoraliste, et que plus que d’une augmentation de fiscalité dont il n’a pas mesure, il veut juste faire le beau et parler de lui en tapant sur la gauche.

Rappelons encore que c’est Robin RÉDA qui a fait rentrer les communes de la CALPE dans le Grand-Paris (juste pour au final avoir la présidence d’une commission métropolitaine ; qui s’est fait épinglée en séance publique en janvier parce qu’elle n’avait rien foutu !). Et maintenant, il s’en plaint, alors il pratique la politique de la chaise vide sans refuser son indemnité, et seulement ici parce que ça ne l’arrange pas ! Voulez-vous sérieusement de ce type à l’Assemblée ?


Extrait de l’intervention d’Alain VEDÈRE à 16 minutes 40 du Conseil

(intégralité retranscrite en bas d’article)

Alain VEDÈRE : Donc j’ai été vraiment très surpris quand j’ai appris le report de ce conseil. Et j’ai vu passer depuis des communiqués de presse dans lesquels c’était le groupe LR, UDI et assimilés, donc qui s’opposaient.

Les assimilés en l’occurrence, c’est Raymond (CHARESSON) et moi dans notre groupe.

Je voulais dire qu’on se désolidarisait de cette position, de façon à ce que ce soit très clair. (1)

Pourquoi ai-je été surpris de ce report ? C’est parce qu’on a eu pas mal de réunions, je parle de l’ex-CALPE parce que j’en fais partie, dans laquelle il y a pas mal de LR, et jamais, nous n’avons eu de contradictions sur le point de la CFE ; de l’augmentation de la CFE, donc je pensais que c’était quelque chose d’acquis (2), qui ne poserait aucun problème. Je ne sais pas pourquoi, mais apparemment les positions ont changé.

Alors nous connaissons tous les difficultés en plus à équilibrer le budget, et c’est vrai qu’on a beaucoup travaillé là dessus, et Pascal (NOURY) en particulier, et nous sommes vraiment tous d’accord pour rechercher des économies à condition effectivement que notre service public soit préservé.

Et là, on sous-entendrait, parce que j’ai aussi vu passer des courriers qu’il y a des trésors cachés qu’il faut peut-être allé rechercher (3) Je pense que notre DGA, que je connais bien, Laurent, s’il les avait trouvés nous en aurait fait part. Mais bon peut-être qu’il va les rechercher et nous les proposer demain, s’il y a des pistes d’économies qu’on ignore ; peut-être qu’on les découvrira.

Mais néanmoins, dans cette attente, moi, j’estime raisonnable, et je pense que Raymond est d’accord avec moi là-dessus, donc le groupe à 100 % est d’accord là-dessus, nous trouvons raisonnable de voter cette hausse, à condition, mais c’est ce que j’ai crû aussi lire dans le rapport, à condition qu’elle soit ciblée d’une part sur la compensation du FPIC, ce qui permet aux communes de compenser les charges. Et ça, c’est pas mal.

Je n’irai pas jusqu’à dire que seuls ceux qui votent pourraient avoir une compensation sur le FPIC, mais pourquoi pas ? Un petit trait d’humour, ça fait du bien de temps en temps.

Et aussi sur des opérations d’investissement, et de façon transversale.

À partir de là, je ne vois pas pourquoi on se priverait effectivement de ce réajustement.



DÉCRYPTAGE DE L’INTERVENTION : Analyses et interprétations


(1) Robin l’autoritaire

Rappelons en avant-propos le coup de sang de Robin lors de son dernier Conseil municipal relaté dans le Parisien… Là, cette intervention nous apprend qu’il recommence à agir de manière autoritaire ; que parce qu’il est président de groupe, de se permettre de parler au nom de tous sans même les consulter. Je me suis donc permis de corriger le communiqué de presse de Robin, tout en m’interrogeant de savoir qui prend réellement ses responsabilités dans l’affaire.


(2) Robin l’hypocrite

L’intervention démontre ensuite que Robin est hypocrite parce que s’il va aux réunions des maires pour ensuite publier sur Facebook qu’il travaille en tant qu’élu, il n’y dit rien de ce qu’il pense vraiment (ou alors il n’arrive pas à se faire comprendre, plus inquiétant). Je pense que Robin a toujours su qu’il ferait blocage, mais il est sinon possible qu’il n’ait seulement pensé qu’après, au coup de communication gratuite pour sa campagne qu’il pouvait ainsi obtenir…


(3) Robin le complotiste ?

Elle nous dit que Robin est complotiste parce qu’il répand la rumeur qu’il n’y a pas besoin d’augmenter les impôts parce qu’il y aurait un ou des trésors cachés ! Mais quand bien même, il y en aurait un une fois, comment est-ce qu’on fait pour la suite ? Est-ce qu’on développe une vision de long terme, ou qu’on fait de la courte vue ? Parce qu’on espère être élu député en juin, et se tirer… Mais travaillera-t-il plus à l’Assemblée si déjà RÉDA n’est pas capable de bosser là ?



Transcription intégrale de l’intervention d’Alain VEDÈRE

« Monsieur le président,

Oui, je souhaite intervenir parce que j’ai vu passer – d’abord, je n’étais pas là mardi, excusez-moi, j’étais ailleurs. – Donc j’ai été vraiment très surpris quand j’ai appris le report de ce conseil. Et j’ai vu passer depuis des communiqués de presse dans lesquels c’était le groupe LR, UDI et assimilés, donc qui s’opposaient.

Les assimilés en l’occurrence, c’est Raymond (CHARESSON) et moi dans notre groupe.

Je voulais dire qu’on se désolidarisait de cette position, de façon à ce que ce soit très clair.

Pourquoi ai-je été surpris de ce report ? C’est parce qu’on a eu pas mal de réunions, je parle de l’ex-CALPE parce que j’en fais partie, dans laquelle il y a pas mal de LR, et jamais, nous n’avons eu de contradictions sur le point de la CFE ; de l’augmentation de la CFE, donc je pensais que c’était quelque chose d’acquis, qui ne poserait aucun problème. Je ne sais pas pourquoi, mais apparemment les positions ont changé.

Alors nous connaissons tous les difficultés en plus à équilibrer le budget, et c’est vrai qu’on a beaucoup travaillé là dessus, et Pascal (NOURY) en particulier, et nous sommes vraiment tous d’accord pour rechercher des économies à condition effectivement que notre service public soit préservé.

Et là, on sous-entendrait, parce que j’ai aussi vu passer des courriers qu’il y a des trésors cachés qu’il faut peut-être allé rechercher… Je pense que notre DGA, que je connais bien, Laurent, s’il les avait trouvés nous en aurait fait part. Mais bon peut-être qu’il va les rechercher et nous les proposer demain, s’il y a des pistes d’économies qu’on ignore ; peut-être qu’on les découvrira.

Mais néanmoins, dans cette attente, moi, j’estime raisonnable, et je pense que Raymond est d’accord avec moi là-dessus, donc le groupe à 100 % est d’accord là-dessus, nous trouvons raisonnable de voter cette hausse, à condition, mais c’est ce que j’ai crû aussi lire dans le rapport, à condition qu’elle soit ciblée d’une part sur la compensation du FPIC, ce qui permet aux communes de compenser les charges. Et ça, c’est pas mal.

Je n’irai pas jusqu’à dire que seuls ceux qui votent pourraient avoir une compensation sur le FPIC, mais pourquoi pas ? Un petit trait d’humour, ça fait du bien de temps en temps.

Et aussi sur des opérations d’investissement, et de façon transversale.

À partir de là, je ne vois pas pourquoi on se priverait effectivement de ce réajustement.

Et par ailleurs, je suis d’accord pour qu’une bonne fois pour toutes, on tourne la page des ex-EPCI, et qu’on arrive à un budget global. Merci. »